Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128Résumés des conférencesHistoire et doctrines du christia...

Résumés des conférences

Histoire et doctrines du christianisme latin
(Antiquité tardive)

Michel-Yves Perrin
p. 231-238

Résumé

Quelques récentes invitations à participer à des colloques où le directeur d’études a proposé des communications fondées sur des sources hagiographiques l’ont conduit à reprendre un dossier sur lequel il avait eu l’occasion de travailler naguère pour un mémoire de membre de l’École française de Rome. Le bollandiste Hippolyte Delehaye (1859‑1941) proposa de dénommer « légendier romain » « une collection uniquement composée des passions des saints martyrisés à Rome ou dans le prochain voisinage, et ensevelis dans les cimetières suburbains. Si nous ajoutons cette condition que les passions aient été rédigées à Rome même, nous obtenons un recueil homogène, qui se prête fort bien à une étude d’ensemble, et qui certes mérite le nom de légendier romain ».

Haut de page

Texte intégral

Autour du « légendier romain »

  • 1 M.‑Y. Perrin, Recherches sur la confession de foi chrétienne d’après le légendier romain (Ve‑VIIe s (...)
  • 2 Sur cet immense savant, voir B. Joassart, Hippolyte Delehaye : hagiographie critique et modernisme, (...)
  • 3 H. Delehaye, Étude sur le légendier romain. Les saints de novembre et de décembre, Bruxelles 1936 ( (...)
  • 4 Voir déjà les observations de C. Vircillo Franklin, « Roman Hagiography and Roman Legendaries », da (...)
  • 5 Sur A. Dufourcq, voir D. Mastrorilli, « Dufourcq, Albert Éleuthère », dans Personenlexikon zur chri (...)
  • 6 Le critère de l’origine romaine des passions vise avant tout à éliminer les actes apocryphes des ap (...)
  • 7 Pour une présentation d’ensemble et de détail, voir C. Lanéry, « Hagiographies d’Italie (300‑550). (...)
  • 8 Les Acta Sanctorum des Bollandistes n’offrent ainsi souvent qu’un texte fondé sur la collation d’un (...)
  • 9 Voir M. Lapidge, The Roman Martyrs. Introduction, Translations, and Commentary, Oxford 2017.

1Quelques récentes invitations à participer à des colloques où le directeur d’études a proposé des communications fondées sur des sources hagiographiques l’ont conduit à reprendre un dossier sur lequel il avait eu l’occasion de travailler naguère pour un mémoire de membre de l’École française de Rome1. Le bollandiste Hippolyte Delehaye (1859-1941)2 proposa de dénommer « légendier romain » « une collection uniquement composée des passions des saints martyrisés à Rome ou dans le prochain voisinage, et ensevelis dans les cimetières suburbains. Si nous ajoutons cette condition que les passions aient été rédigées à Rome même, nous obtenons un recueil homogène, qui se prête fort bien à une étude d’ensemble, et qui certes mérite le nom de légendier romain »3. Quelque « virtuel » que puisse être ce corpus4 – il n’a très probablement jamais existé à la fin de l’Antiquité, contrairement à l’hypothèse d’Albert Dufourcq (1872‑1952), de « passionnaire romain » au sens d’un livre rassemblant les passions des martyrs de la Ville pour la bibliothèque pontificale5 –, quelque incertaine que puisse être parfois l’origine romaine de certains de ces textes6, quelque anonymes que demeurent de facto la quasi-totalité de ces passions – nous aurons l’occasion de revenir ultérieurement sur ce point –, quelque difficile que soit leur assignation chronologique, même si le consensus omnium doctorum s’accorde pour en situer la rédaction entre le ve et le viie s.7, quelle que soit enfin, sauf exception, l’insuffisance, d’un point de vue philologique, des éditions disponibles8, le légendier romain n’en constitue pas moins un ensemble d’une grande richesse pour l’historien de l’Antiquité tardive, trop souvent méconnu, même si une traduction récente et des études de détail ont ravivé l’intérêt à son égard9.

  • 10 Voir, entre autres, R. Aigrain, L’hagiographie. Ses sources – Ses méthodes – Son histoire. Reproduc (...)
  • 11 Matthieu Pignot (Namur/Durham), qui a contribué au projet par une centaine de notices, devait prése (...)
  • 12 Voir C. Lanéry, Ambroise de Milan hagiographe. Les écrits hagiographiques ambrosiens et pseudo-ambr (...)
  • 13 Voir K. Künstle, Hagiographische Studien über die Passio Felicitatis cum VII filiis, Paderborn 1894 (...)
  • 14 P. F. Moretti, La Passio Anastasiae : introduzione, testo critico, traduzione, Rome 2006 (Studi e t (...)

2En préliminaire à l’étude d’un certain nombre de textes et de thématiques transversales, on a donné à l’auditoire une introduction nourrie à la littérature hagiographique tardoantique, à la première formation de recueils hagiographiques, et à l’histoire des études hagiographiques depuis la Renaissance10. On a également fait droit aux instruments de travail et aux ressources électroniques récentes, et en particulier à la base de données The Cult of Saints in Late Antiquity (http://csla.history.ox.ac.uk/​), entreprise dirigée par Bryan Ward-Perkins (Oxford) et Robert Wisniewski (Varsovie)11. On a commenté entre autres Augustin, Ep Divjak 29*12, un document fondamental pour l’articulation, au sein de la production littéraire relative aux res gestae martyrum, entre quaedam aliorum sermone narrata et les forensia gesta / gesta publica. On a abordé le « légendier romain » par l’étude de la Passio Felicitatis cum septem filiis (BHL 2853)13. L’examen du dossier complexe de la Passio Anastasiae14 n’a pu être que commencé.

La collection épigraphique des Suore Cistercensi della Carità à Anagni (« séminaire de master »).

  • 15 Mes plus vifs remerciements vont à Mère Patrizia Piva, Supérieure de la Congregazione delle Suore C (...)
  • 16 H. Solin, P. Tuomisto (con M. Kajava, T. Sironen e O. Solin), Le iscrizioni urbane ad Anagni, Rome (...)
  • 17 H. Solin, P. Tuomisto, Le iscrizioni urbane ad Anagni, p. 13‑22 et p. 24‑25.
  • 18 Voir les notices qui leur sont respectivement dédiées dans le Dizionario Biografico degli Italiani (...)
  • 19 G. Marangoni, Vita di Suor Claudia De Angelis, trascrizione, introduzione e note a cura di G. Raspa (...)
  • 20 Sur cette fonction, voir M. Ghilardi, « Il Custode delle Reliquie e dei Cimiteri », Studi Romani n. (...)
  • 21 Sur cette circulation de prétendues reliques issues des catacombes romaines et des inscriptions aff (...)
  • 22 Voir G. Marangoni, Vita di Suor Claudia De Angelis, p. 236, 266 et 296 (il est ici fait mention de (...)
  • 23 Il s’agit des textes n° 205-210 du recueil de H. Solin, P. Tuomisto, Le iscrizioni urbane ad Anagni(...)

3En raison de la possibilité qui lui fut offerte de visiter, le 6 mai 2019, la collection épigraphique des Suore Cistercensi della Carità à Anagni15, le directeur d’études a décidé de modifier le programme initialement annoncé de ses conférences qui prévoyait la poursuite de l’étude de l’épigraphie chrétienne du nord de l’Adriatique et de consacrer son enseignement à cet ensemble d’inscriptions (183 numéros conservés en 1996) originaires, qu’elles soient chrétiennes ou non chrétiennes, pour toutes celles dont la provenance est explicitement connue, des catacombes romaines ou des terrains les surmontant, tandis que, pour les autres, l’hypothèse d’une origine urbaine est, dans l’immense majorité des cas, la plus probable16. Heikki Solin et Pekka Tuomisto17 ont exposé l’histoire complexe de la constitution de cette importante collection épigraphique qui trouve son origine dans la première moitié du xviiie s. et les figures de Marc’Antonio Boldetti (1663‑1749) et de Giovanni Marangoni (1673‑1753), personnages bien connus de qui s’intéresse à l’histoire de l’exploration des catacombes romaines à l’époque moderne18. Marangoni, confesseur de sœur Claudia De Angelis (1675‑1715), fut l’un des cofondateurs en 1709 avec sa dirigée et l’archiprêtre de S. Pancrazio, Carlo Testè (1677‑1748), d’une Scuola Pia della Carità à Anagni qui fut agrégée en 1728 à l’ordre cistercien ; il écrivit en 1727 une Vita di Suor Claudia De Angelis19 où sont mis en relief les liens de la religieuse avec Boldetti, alors « Custode de’ cimiteri e delle sante reliquie »20 (1689‑1749), par ailleurs très lié à Marangoni lui‑même et grand dispensateur d’inscriptions et de présumées reliques issues des cimetières romains21. À la mort de ce dernier Marangoni lui succéda dans sa charge (1749‑1753). C’est par ces deux hommes que de premières pierres en provenance des catacombes romaines ont été portées à Anagni pour enrichir l’église de la congrégation dédiée aux saints Côme et Damien22. En 1764 le Palais de Boniface VIII fut rattaché à la Scuola Pia. Les inscriptions qui ont conflué dans l’église des Suore Cistercensi della Carità et ses dépendances depuis le xviiie s. ont connu, pour la plupart, de nombreux déplacements au sein du complexe monastique : ainsi, en 1908 au plus tard, fut ouverte l’actuelle Sala delle Lapidi. Nous avons pu constater, pour notre part, que les pierres encore conservées dans l’église en 1996 se trouvaient aujourd’hui murées dans l’une des parois d’une petite salle de communication entre la Sala delle Lapidi et l’église23.

  • 24 Il s’agit ici probablement non d’un cursor du cirque – sur cette fonction, voir J.‑P. Thuillier, «  (...)

4La conférence a permis de présenter la majeure partie de la collection à l’aide de photographies en couleurs réalisées par le directeur d’études – ces pierres n’étaient jusque-là documentées que par des photographies en noir et blanc de qualité variable – et de proposer un commentaire approfondi de certaines d’entre elles. On s’est, entre autres, particulièrement attardé sur les n° 90 (Θρηπολείτης indication d’une origo à Tripoli de Phénicie), 92 (Πετρώνεις sic pour Πετρῶνις attesté en Égypte), 121 (inclusa est : expression rarissime pour désigner la sépulture), 124 (lire Ἐυτυχιανὴ | τηκον | πακε = Eutychiane tecum pace), 134 (un cursor24), 143 (nous comprenons avec A. Ferrua Aglaida comme un accusatif à la grecque pour désigner la défunte, Aglais, suivi de l’indication du nom de l’auteur de l’épitaphe, Claudianus), 153 (probablement non chrétienne), 170 (l’expression melle dulcior), 189 (Ceruiola rarissime cognomen).

  • 25 Sur ce type d’inscriptions, voir les actes du colloque Incisioni figurate della tarda Antichità. At (...)
  • 26 Voir L. Avellis, « La bottega di Noè. Una scena di vendita su una lastra di Anagni, Sala delle lapi (...)
  • 27 P. Testini, « La lapide di Anagni con la ‘traditio legis’. Nota sull’origine del tema », Archeologi (...)

5La collection se caractérise entre autres par les nombreuses pierres pourvues de figurations gravées25. Le n° 103 du corpus devrait être classé dans la section « Iscrizioni pagane ». Le n° 98 ne figure pas Noé dans l’arche mais une scène de vente26. Nous avons enfin commenté le n° 207 qui avait motivé au départ notre intérêt pour cette collection27.

  • 28 Voir P. G. Nobili, Tra tardoantico e X secolo. Gli scenari attorno agli affreschi di Castelseprio. (...)

6En ouverture de chaque séance le directeur d’études a présenté quelques publications ou découvertes récentes dans le champ de l’histoire du christianisme tardo‑antique. Il a aussi rendu compte d’une visite aux sites de Castelseprio et de Torba intervenue en mai 2019, ainsi que des études les plus récentes sur l’assignation chronologique des fresques de l’église Santa Maria foris portas, dont l’exécution paraît désormais pouvoir être placée assez sûrement au xe s.28

7À partir du 13 mars 2020 les conférences in praesentia ont dû être suspendues en raison des mesures de restriction des libertés publiques décrétées par les autorités politiques pour faire face à l’extension de la pandémie du Covid 19. Le directeur d’études a poursuivi son magistère sous la forme d’envois de documents et de programmes de lecture, puis, de séances télétransmises via l’application GoToMeeting mise à sa disposition par l’administration de l’EPHE. En raison de diverses contraintes techniques et de l’impossibilité de travailler en bibliothèque du fait de la fermeture ou de la limitation drastique de l’accès à ce type d’établissement, et pour conserver à son enseignement son caractère de séminaire de recherche qui est la raison d’être même de l’EPHE, il a dû modifier le programme de ses conférences et a consacré ses télétransmissions au thème « Michel Foucault et les sources patristiques : le cas augustinien ».

8Le 15 novembre 2019, M. Riadh Hamrouni, maître de conférences en archéologie romaine à l’université de Kairouan, a donné une conférence intitulée : « Les sites archéologiques tardoantiques de la Byzacène orientale ».

9Le 22 novembre 2019 le professeur Claudio Moreschini (université de Pise) nous a fait l’honneur et l’amitié de prononcer une conférence sur « I Padri Cappadoci : unità e diversità ».

10Le 28 février 2020 le Dott. Fabrizio Oppedisano (Scuola Normale Superiore, Pise) a donné une conférence intitulée « Santo Mazzarino (1916-1987), le christianisme et la périodisation de l’Antiquité tardive ».

11Le 6 mars 2020 le professeur Fabrizio Bisconti (Università di Roma-Tre, Pontificio Istituto di Archeologia Cristiana), surintendant aux catacombes chrétiennes de Rome et d’Italie (Pontificia Commissione di Archeologia Sacra), directeur d’études invité à l’initiative du directeur d’études et de Ioanna Rapti, a donné la première d’une série de conférences intitulée « Arti maggiori, arti minori. Genesi e primi sviluppi dell’immaginario figurativo cristiano nell’arte della tarda antichità ». Les conférences suivantes n’ont pu avoir lieu en raison des mesures de confinement liées à la crise sanitaire internationale. Elles sont reportées à l’automne 2021.

Haut de page

Notes

1 M.‑Y. Perrin, Recherches sur la confession de foi chrétienne d’après le légendier romain (Ve‑VIIe s.), Rome 1991. L’argument de ce mémoire de l’École française de Rome soumis à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres – notre rapporteur y fut Jacques Fontaine (voir le résumé de ce rapport donné par R. Turcan, CRAI, 1991, p. 672-673) – et demeuré inédit – habent sua fata libelli– nous fut suggéré par le regretté Charles Pietri (1932‑1991).

2 Sur cet immense savant, voir B. Joassart, Hippolyte Delehaye : hagiographie critique et modernisme, préface de R. Aubert, Bruxelles 2000 (Subsidia hagiographica, 81) ; Id., « Delehaye, Hippolyte », dans Personenlexikon zur christlichen Archäologie. Forscher und Persönlichkeiten vom 16. bis 21. Jhdt , S. Heid, M. Dennert (éd.), Rome‑Regensburg 2012, t. I, p. 389-391.

3 H. Delehaye, Étude sur le légendier romain. Les saints de novembre et de décembre, Bruxelles 1936 (Subsidia hagiographica 23), p. 9.

4 Voir déjà les observations de C. Vircillo Franklin, « Roman Hagiography and Roman Legendaries », dans Roma nell’alto medioevo, Spolète 2001 (Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo 48/2), p. 857‑891, ici p. 857‑861.

5 Sur A. Dufourcq, voir D. Mastrorilli, « Dufourcq, Albert Éleuthère », dans Personenlexikon zur christlichen Archäologie, t. I, p. 443-444. Pour l’exposé de la thèse, voir ADufourcq, « Le Passionnaire occidental au VIIe s. », Mélanges d’archéologie et d’histoire 26 (1906), p. 27‑65, et Id., Étude sur les Gesta Martyrum romains, 4 vol., Paris 1900-1910 (BEFAR 83). Un tome V posthume a été publié en 1988, dans la même collection, à partir d’un manuscrit de l’auteur révisé par F. Dolbeau, avec une préface de C. Pietri et une introduction de F. Monfrin. On pourra lire, sous la plume d’Hippolyte Delehaye et de Louis Duchesne (1843‑1922), des appréciations peu amènes sur le travail de Dufourcq dans B. Joassart, Monseigneur Duchesne et les Bollandistes. Correspondance. Présentation, édition et commentaire, Bruxelles 2002 (Tabularium hagiographicum, 1), p. 127-129, p. 158, p. 164, p. 167, p. 174-179, p. 180, p. 226, p. 227-228.
Contre l’hypothèse d’A. Dufourcq, voir B. de Gaiffier, « La lecture des actes des martyrs dans la prière liturgique en Occident. À propos du Passionnaire hispanique », Analecta Bollandiana 72 (1954), p. 137‑142 ; C. Pilsworth, « Dating the Gesta Martyrum: a manuscript-based approach », Early Medieval Europe 9 (2000), p. 309‑324 ; Ead., « Martyr narratives of early medieval Italy: textual transmission and social memory », Papers of the British School at Rome 71 (2003), p. 314‑315. Pour un état de la question, voir Fr. Dolbeau, « Naissance des homéliaires et des passionnaires. Une tentative d’étude comparative », dans S. Gioanni, B. Grévin (éd.), L’Antiquité tardive dans les collections médiévales. Textes et représentations, VIe-XIVe siècle, Rome 2008 (CEFR, 405), p. 13‑35, ici p. 26‑35 ; G. Philippart, « Les légendiers, des origines au début du IXe siècle », dans S. Isetta, M. Goullet (éd.), Le légendier de Turin. Ms. D.V.3 de la Bibliothèque Nationale Universitaire, Florence 2014 (Millennio medievale, 103), p. 7‑74, ici p. 22 et p. 48‑49 ; R. Macchioro, « La trasmissione di un passionario antico in un testimone recentior : ricerche sul ms. Torino, Bibl. Naz., F. III. 16 », Analecta Bollandiana 137 (2019), p. 5‑57.  

6 Le critère de l’origine romaine des passions vise avant tout à éliminer les actes apocryphes des apôtres, tels ceux de Pierre et de Paul [voir Écrits apocryphes chrétiens, t. I, éd. F. Bovon, P. Geoltrain, Paris 1997, p. 1039-1044 (G. Poupon) et p. 1115‑1122 (W. Rordorf, R. Kasser) ; t. II, éd. P. Geoltrain, J. -D. Kaestli, Paris 2005, p. 521‑526 (J.‑M. Prieur) et p. 735‑746 (D. Alibert, G. Besson, M. Brossard‑Dandré, S.-C. Mimouni). Ce critère n’est pas totalement opératoire puisque la Passion de Pierre (dite du Pseudo-Linus) (BHL 6655) et la Passion de Paul (également dite du Pseudo-Linus) (BHL 6570), ainsi que la Passion de Pierre et de Paul (dite du Pseudo-Marcellus) (BHL 6657) sont très vraisemblablement d’origine romaine (voir ibid., t. II, p. 709‑734 : G. Poupon).
La détermination de la provenance géographique est appuyée sur l’histoire du culte considéré et la bonne connaissance de la topographie romaine dont semble témoigner l’auteur du texte hagiographique. Alors que Louis Duchesne laissait « une part médiocre à la littérature hagiographique » dans ses études de topographie de la Ville [voir C. Pietri, « Duchesne et la topographie romaine », repris dans Id., Christiana Respublica. Éléments d’une enquête sur le christianisme antique, Rome 1997 (Collection de l’École française de Rome, 234), t. I, p. 147-172, ici p. 151], l’historiographie plus récente témoigne pour un regain d’intérêt à l’égard de ce dernier argument entre topographie réelle —voir le Lexicon Topographicum Vrbis Romae, éd. E. M. Steinby, Rome 1993‑2000, et le Lexicon Topographicum Vrbis Romae. Suburbium, éd. A. La Regina, V. Fiocchi Nicolai et al., Rome 2001‑2008, dont les articles font une large place aux données issues du légendier romain – et topographie imaginaire – voir C. Pietri, « Donateurs et pieux établissements d’après le légendier romain (Ve-VIIe s.) », repris dans Id., Christiana Respublica, t. II, p. 1187‑1205, ici p. 1189‑1192 ; W. Pohlkamp, « Tradition und Topographie : Papst Silvester I. (314-335) und der Drache vom Forum Romanum », Römische Quartalschrift für christliche Altertumskunde und Kirchengeschichte 78 (1983), p. 1‑100. La communication de Kate Cooper (« The Gesta martyrum and the topography of the fifth-century Rome ») au colloque de Rome des 13‑15 février 1997 intitulé The Transformations of Vrbs Roma in Late Antiquity [éd. W. V. Harris, Portsmouth 1999 (Journal of Roman Archaeology. Supplementary series 33)] est demeurée sauf erreur inédite –. A. Fraschetti (La conversione da Roma pagana a Roma cristiana, Bari 1999, p. 109‑122 et p. 229‑230) a donné une belle illustration du jeu entre légende et réalité.

7 Pour une présentation d’ensemble et de détail, voir C. Lanéry, « Hagiographies d’Italie (300‑550). I. Les Passions latines composées en Italie », dans G. Philippart (dir.), Hagiographies, V, Turnhout 2010, p. 15‑369, ici p. 35‑233.

8 Les Acta Sanctorum des Bollandistes n’offrent ainsi souvent qu’un texte fondé sur la collation d’un nombre extrêmement restreint de manuscrits et de plus corrigé et normalisé d’après la grammaire classique. Même les éditions procurées par H. Delehaye ont été établies selon une visée qui ne nécessitait pas, de l’aveu de l’auteur, la prise en compte systématique de l’ensemble de la tradition manuscrite. (Cf. la déclaration liminaire à H. Delehaye, Légendier, p. 13, et l’avertissement à l’édition de la Passio Caeciliae, ibid., p. 77 : « On a pris de beaucoup d’exemplaires une connaissance suffisante pour savoir que, sauf les particularités que présentent les textes, on retrouve partout le même récit, sans modifications notables. Les interpolations signalées dans quelques manuscrits, notamment dans le dialogue d’Almachius avec la martyre, sont sans importance, et les rédactions, qui en sont dépourvues, ne constituent pas, au point de vue de la vérité historique (c’est nous qui soulignons), un texte plus précieux que les autres. Les abrégés connus, de même la version grecque, ne nous en apprennent pas davantage et pour apprécier la valeur de la Passion nous n’en avons nul besoin ». Voir aussi ibid., p. 191). Or l’on sait le caractère essentiellement mouvant des textes hagiographiques, qui ont fait l’objet, au cours des siècles, d’innombrables remaniements, d’autant plus qu’ils étaient rarement protégés par le prestige de leurs auteurs [voir déjà F. Dolbeau, « Note sur l’organisation interne des légendiers latins », dans Hagiographie, cultures et sociétés, IV-XIIèmes siècles (Actes du colloque organisé à Nanterre et à Paris, 2‑5 mai 1979), Paris 1981, p. 11‑31, ici p. 20].

9 Voir M. Lapidge, The Roman Martyrs. Introduction, Translations, and Commentary, Oxford 2017.

10 Voir, entre autres, R. Aigrain, L’hagiographie. Ses sources – Ses méthodes – Son histoire. Reproduction inchangée de l’édition originale de 1953. Avec un complément bibliographique de R. Godding, Bruxelles 2000 (Subsidia hagiographica, 80) ; R. Godding, B. Joassart, X. Lequeux, F. De Vriendt (éd.), De Rosweyde aux Acta Sanctorum. La recherche hagiographique des Bollandistes à travers quatre siècles, Bruxelles 2009 (Subsidia hagiographica, 88) ; B. Joassart, Les Bollandistes. Un regard critique sur la sainteté du XVIIe siècle à nos jours, Namur 2017 ; la série Tabularium hagiographicum publiée depuis 2002 par les Bollandistes.

11 Matthieu Pignot (Namur/Durham), qui a contribué au projet par une centaine de notices, devait présenter l’entreprise et illustrer son utilité pour les historiens de l’Antiquité tardive. Cette intervention a dû être différée en raison de la crise sanitaire.

12 Voir C. Lanéry, Ambroise de Milan hagiographe. Les écrits hagiographiques ambrosiens et pseudo-ambrosiens, Paris 2008 (Études augustiniennes. Antiquité, 183), p. 13-22 et p. 545-547 (nouvelle éd.) ; C. Lepelley, « Les réticences de S. Augustin face aux légendes hagiographiques d’après la lettre Divjak 29* », dans Ph. Rousseau, M. Papoutsakis (éd.), Transformations of Late Antiquity. Essays for Peter Brown, Farnham 2009, p. 147‑158.

13 Voir K. Künstle, Hagiographische Studien über die Passio Felicitatis cum VII filiis, Paderborn 1894, p. 60‑63 (pour le texte), et les commentaires de C. Lanéry, « Hagiographie d’Italie (300‑550) », p. 35‑45, M. Lapidge, The Roman Martyrs, p. 45‑49, et la notice de M. Pignot dans The Cult of Saints in Late Antiquity.

14 P. F. Moretti, La Passio Anastasiae : introduzione, testo critico, traduzione, Rome 2006 (Studi e testi tardoantichi, 3).

15 Mes plus vifs remerciements vont à Mère Patrizia Piva, Supérieure de la Congregazione delle Suore Cistercensi della Carità, qui a bien voulu m’accueillir au monastère et me guider dans la Sala delle Lapidi et l’église adjacente des Saints-Côme-et-Damien, ainsi que la Dottoressa Federica Romiti, directrice du Museo Palazzo Bonifacio VIII, qui a facilité cette visite. Nous n’avons pas visité le Sepolcreto delle Monache.

16 H. Solin, P. Tuomisto (con M. Kajava, T. Sironen e O. Solin), Le iscrizioni urbane ad Anagni, Rome 1996 (Acta Instituti Romani Finlandiae, 17), p. 39‑124 (pour les textes conservés), p. 130‑135 (pour les pierres perdues) et p. 136‑137 (pour les inscriptions déplacées).

17 H. Solin, P. Tuomisto, Le iscrizioni urbane ad Anagni, p. 13‑22 et p. 24‑25.

18 Voir les notices qui leur sont respectivement dédiées dans le Dizionario Biografico degli Italiani (https://www.treccani.it/enciclopedia/marcantonio-boldetti_%28Dizionario-Biografico%29/ ; https://www.treccani.it/enciclopedia/giovanni-marangoni_(Dizionario-Biografico)/) ainsi que dans le Personenlexikon zur christlichen Archäologie, t. I, p. 201‑203, et t. II, p. 862‑863.

19 G. Marangoni, Vita di Suor Claudia De Angelis, trascrizione, introduzione e note a cura di G. Raspa, Anagni 1995 (Istituto di storia e di arte del Lazio meridionale. Documenti e studi storici anagnini, 11).

20 Sur cette fonction, voir M. Ghilardi, « Il Custode delle Reliquie e dei Cimiteri », Studi Romani n. s. 1 (2019), p. 175‑210 (Cf. Id., « Le custode des reliques et des cimetières », dans A. Burkardt, J. Grévy (éd.), Reliques politiques, Rennes 2020, p. 145‑157).

21 Sur cette circulation de prétendues reliques issues des catacombes romaines et des inscriptions afférentes, voir les actes de deux colloques organisés sur ce thème, d’une part, Ph. Boutry, P.‑A. Fabre, D. Julia (éd.), Reliques modernes : cultes et usages chrétiens des corps saints des Réform es aux révolutions, Paris 2009, d’autre part, S. Baciocchi, C. Duhamelle (éd.), Reliques romaines : invention et circulation des corps saints des catacombes à l’époque moderne, Rome 2016 (CEFR, 519). Les fiches de dépouillement à l’origine de cette grande enquête n’ont pas été publiées.

22 Voir G. Marangoni, Vita di Suor Claudia De Angelis, p. 236, 266 et 296 (il est ici fait mention de l’inscription ICVR, n. s., VI, 15602 = I, 1152 = ILCV, 2576b = EDB, 5390 = 35369, qui se trouve aujourd’hui murée à Sainte‑Sabine sur l’Aventin, lieu où repose C. De Angelis). En 1711, pour la première fois, C. De Angelis visita les galeries de l’Appia Antica (ibid., p. 167).

23 Il s’agit des textes n° 205-210 du recueil de H. Solin, P. Tuomisto, Le iscrizioni urbane ad Anagni, p. 121‑124.

24 Il s’agit ici probablement non d’un cursor du cirque – sur cette fonction, voir J.‑P. Thuillier, « Les cursores du cirque étaient-ils toujours des coureurs à pied ? », repris dans H. Dessales et J. Trinquier (éd.), Allez les rouges ! Les jeux du cirque en Étrurie et à Rome, Paris 2018 (Études de littérature ancienne, 26), p. 99‑106 – mais d’un tabellarius – voir A. Kolb, Transport und Nachrichtentransfer im römischen Reich, Berlin 2000 (Klio. Beiträge zur alten Geschichte. Beihefte, N. F., 2), p. 278‑280.

25 Sur ce type d’inscriptions, voir les actes du colloque Incisioni figurate della tarda Antichità. Atti del convegno di studi, Roma, Palazzo Massimo, 22-23 marzo 2012, F. Bisconti, M. Braconi (éd.), Cité du Vatican 2014 (Sussidi allo studio delle antichità cristiane, 25). Aurélien Caillaud prépare à l’EPHE, sous ma direction et en co-tutelle avec F. Bisconti (Pontificio Istituto di Archeologia Cristiana), une thèse sur l’argument intitulée « Le décor gravé des épitaphes chrétiennes de Rome (IIIe-VIIe siècles). Vers une christianisation du répertoire funéraire romain ».

26 Voir L. Avellis, « La bottega di Noè. Una scena di vendita su una lastra di Anagni, Sala delle lapidi, monastero delle suore Cistercensi della Carità (Solin 1996 n. 98) », Vetera Christianorum 53 (2016), p. 35‑46.

27 P. Testini, « La lapide di Anagni con la ‘traditio legis’. Nota sull’origine del tema », Archeologia Classica 25-26 (1973-1974), p. 718‑740, repris dans Id., Scritti di archeologia cristiana : le immagini, i luoghi, i contesti, éd. Ph. Pergola, F. Bisconti et L. Ungaro, Cité du Vatican 2009 (Sussidi allo studio delle antichità cristiane, 21/1), t. I, p. 340‑369 ; D. Cascianelli, « Pasquale Testini e la ‘traditio legis’ di Anagni. Una copia del mosaico absidale dell’antica basilica di S. Pietro in Vaticano in una lapide romana », dans F. Bisconti, M. Braconi (éd.), Incisioni figurate della tarda Antichità, p. 623‑646. On relira toujours avec profit les analyses de Ch. Pietri, Roma christiana. Recherches sur l’Église de Rome, son organisation, sa politique, son idéologie de Miltiade à Sixte III (311-440), Rome 1976, t. II, p. 1413‑1442.

28 Voir P. G. Nobili, Tra tardoantico e X secolo. Gli scenari attorno agli affreschi di Castelseprio. Uno status quaestionis storiografico, 2010 (Porphyra, suppl. 11) (https://www.porphyra.it/supplemento11.pdf) ; G. P. Brogiolo, « Per una storia religiosa di Castelseprio : il complesso di Torba e la chiesa di S. Maria foris portas », dans P. M. De Marchi (éd.), Castelseprio e Torba : sintesi delle ricerche e aggiornamenti, Mantoue 2013, p. 213‑254 ; G. P. Brogiolo, V. Gheroldi, F. De Rubeis, J. Mitchell, « Nuove ricerche su sequenza, cronologia, e contesto degli affreschi di S. Maria foris portas di Castelseprio », Hortus artium medievalium 20/2 (2014), p. 728‑731 ; F. Muscolino, « Antiqui lapides conserventur : epigrafi e altre testimonianze di età romana e altomedievale a Castelseprio », Rendiconti della Pontificia Accademia Romana di Archeologia 87 (2014-2015), p. 293‑359 ; G. P. Brogiolo, V. Gheroldi, « San Salvatore di Brescia e Santa Maria foris portas di Castelseprio: sequenze e datazioni », dans C. Lambert, F. Pastore (éd.), Convegno nazionale di studi. Erat hoc sane mirabile in regno Langobardorum... Insediamenti montani e rurali nell'Italia longobarda, alla luce degli ultimi studi, 9-12 ottobre 2014, Monte Sant'Angelo (FG), Salerne 2019, p. 45-62.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel-Yves Perrin, « Histoire et doctrines du christianisme latin
(Antiquité tardive) »
Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 128 | 2021, 231-238.

Référence électronique

Michel-Yves Perrin, « Histoire et doctrines du christianisme latin
(Antiquité tardive) »
Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 128 | 2021, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/asr/3780 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.3780

Haut de page

Auteur

Michel-Yves Perrin

Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search