Skip to navigation – Site map

HomeIssues128Résumés des conférencesDroits et institutions des chréti...

Résumés des conférences

Droits et institutions des chrétientés orientales

Aram Mardirossian
p. 275-276

Abstract

Programme de l’année 2019-2020 : 1. Un faux fleuve : L’Écrit canonique de Basile de Césarée. — 2. Išxanakan dayeak. Le tuteur princier dans l’Arménie ancienne

Top of page

Full text

1. Un faux fleuve : L’Écrit canonique de Basile de Césarée

1L’Écrit canonique de Basile de Césarée qui comporte pas moins de 272 canons représente incontestablement une curiosité. Véritable corpus canonique, il comprend à lui seul quasiment la moitié des dispositions qui ont été intégrées dans le Livre des canons arméniens (Kanonagirk Hayoc) après Yovhannēs Awjnecʿi (272 sur 626). Une partie de ces canons se fonde sur d’autres prescriptions présentes dans le Kanonagirk Hayoc, alors que le reste a été forgé directement par le faussaire ou à partir de sources inconnues. À ce titre, l’emploi de plusieurs canons du synode de Partaw de 768 suggère que l’Écrit canonique de Basile de Césarée a été élaboré après cette date. Au‑delà de la dimension juridique, ce dernier constitue un document passionnant qui permet une immersion en profondeur au sein de la société arménienne des viiiexe siècles. Il offre ainsi des données uniques aussi bien sur le fonctionnement interne de la société et des institutions séculières et ecclésiastiques que sur les rapports complexes et contrastés avec les autorités et les populations musulmanes présentes alors dans le pays.

2. Išxanakan dayeak. Le tuteur princier dans l’Arménie ancienne

2Institution très ancienne en Arménie, le tutorat (dayekutʿiwn) représente un instrument politique majeur qui connaît une triple évolution. Il apparaît à l’origine comme un moyen défensif forgé par les dynastes dans leur lutte contre la royauté afin de préserver leurs familles d’un anéantissement total en confiant leurs enfants à un tuteur appartenant à un autre clan. Le tutorat va par la suite acquérir une dimension plus offensive en permettant de renforcer la solidarité entre les familles princières grâce au mariage du pupille avec l’une des filles du tuteur. Paradoxalement, dans un troisième temps, le roi arsacide s’empare du tutorat pour essayer de saper les fondements juridiques et institutionnels du système dynastique. Cette tentative sera un échec, et seules les invasions turco-mongoles du bas Moyen‑Âge finiront par détruire totalement les familles princières qui constituaient la colonne vertébrale de la société arménienne ancienne.

Top of page

References

Bibliographical reference

Aram Mardirossian, “Droits et institutions des chrétientés orientales”Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 128 | 2021, 275-276.

Electronic reference

Aram Mardirossian, “Droits et institutions des chrétientés orientales”Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [Online], 128 | 2021, Online since 13 July 2021, connection on 02 December 2021. URL: http://journals.openedition.org/asr/3795; DOI: https://doi.org/10.4000/asr.3795

Top of page

About the author

Aram Mardirossian

Directeur d’études, École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés : EPHE

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search