Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128Résumés des conférencesRecherches sur l’hagiographie sic...

Résumés des conférences

Recherches sur l’hagiographie sicilienne

Anna Lampadaridi
p. 279-282

Résumé

Nos conférences ont porté sur l’hagiographie sicilienne. La première partie a concerné les Passions des martyrs siciliens Agathe, Lucie et Euplios et leur réception à Byzance. Dans la seconde partie nous avons examiné la Vie de Pancrace de Taormine, un roman hagiographique sicilien, sous trois angles différents : le rôle des images ; intertextualité et reconstitution de l’âge apostolique ; à la découverte de l’auteur d’un récit pseudépigraphe à travers une approche narratologique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Nos conférences ont porté sur l’hagiographie sicilienne. La première partie a concerné les Passions des martyrs siciliens Agathe, Lucie et Euplios et leur réception à Byzance. Dans la seconde partie nous avons examiné la Vie de Pancrace de Taormine, un roman hagiographique sicilien, sous trois angles différents : le rôle des images ; intertextualité et reconstitution de l’âge apostolique ; à la découverte de l’auteur d’un récit pseudépigraphe à travers une approche narratologique.

I. Les Passions des martyrs siciliens et leur réception à Byzance

  • 1 G. Philippart, « L’hagiographie sicilienne dans le cadre de l’hagiographie de l’Occident », dans R. (...)
  • 2 A. Lampadaridi, « The origins and later development of the first Italo‑Greek hagiographies: The dos (...)

2Les Passions des martyrs siciliens Agathe, Lucie et Euplios sont représentatives de la première période de production de l’hagiographie sicilienne, qui va grosso modo de 300 à 550 et se caractérise par un bilinguisme gréco-latin1. En effet, ces Passions nous sont parvenues toutes les trois dans des versions grecques et latines ; il s’avère parfois impossible d’identifier la langue du modèle, car les récits conservés sont le produit de maintes réécritures destinées à les mettre à la portée des publics visés. Nous nous sommes attardée sur les versions grecques de ces Passions, en tâchant de suivre la réécriture et la réception de ces légendes dans le monde byzantin. L’accent a été mis sur les modalités de transformation de chaque figure, à travers l’étude d’un dossier de textes grecs qui étaient traduits en français. Une attention particulière a été prêtée à l’identification des modèles et leur interprétation2.

  • 3 M. Re, « La Passio di S. Agata BHG e Nov. Auct. BHG 36. Introduzione, edizione del testo, traduzion (...)
  • 4 PG 114, p. 1331‑1346.
  • 5 E. Mioni, « L’encomio di S. Agata di Metodio patriarca di Constantinopoli », Analecta Bollandiana 6 (...)
  • 6 Hippolyte Delehaye, Synaxarium Ecclesiae Constantinopolitanae e codice sirmondiano nunc berolinensi (...)

3Concernant Agathe, martyre de Catane, nous avons commencé par la Passion grecque BHG 363 et la Passion métaphrastique BHG 374. Ces textes ont été mis en parallèle avec l’Oratio (BHG 38)5 prononcée par le patriarche Méthodius (ixe s.), ainsi qu’avec les notices sur sainte Agathe transmises dans les différentes recensions du Synaxaire de Constantinople6.

  • 7 G. Rossi Taibbi, Martirio di santa Lucia. Vita di santa Marina. Texti greci e traduzioni, Palerme 1 (...)
  • 8 S. Costanza, « Un “martyrion” inedito di S. Lucia di Syracusa », Archivio Storico Syracusano 3 (195 (...)
  • 9 F. Halkin, « Une passion grecque abrégée de sainte Lucie », Classica et Mediaevalia. Mélanges Carst (...)
  • 10 SECP, col. 306.

4En ce qui concerne Lucie, martyre de Syracuse, il a été question de plus anciennes versions grecques (BHG 995a‑c)7, ainsi que de la Passion BHG 995d8, une réécriture archaïsante, vraisemblablement rédigée à Syracuse au ixe siècle. L’épitomè BHG 995e9 a été examinée en relation avec les notices du Synaxaire constantinopolitain sur Lucie de Syracuse10.

  • 11 H. Musurillo, The Acts of the Christian Martyrs, Oxford 1972, p. 310‑313.
  • 12 PG 115, 524B‑529C.
  • 13 SECP, col. 881‑884.
  • 14 P. P. Franchi de’ Cavalieri, « Note agiografiche », Studi e Testi 49 (1928), p. 209‑210.

5Pour finir, nous avons entamé le dossier d’Euplios, martyr de Catane, par l’étude de la Passion grecque considérée comme la pièce la plus ancienne du dossier (BHG 629)11. Par la suite, il a été question de la Passion métaphrastique (BHG 630)12, qui présente des divergences importantes. Les notices sur Euplios dans les différentes recensions du Synaxaire de Constantinople13 ont été examinées en lien avec l’épitomè BHG 630d14, qui avait probablement constitué le modèle des compilateurs.

II. La Vie de Pancrace de Taormine (BHG 1410) : nouvelles perspectives

  • 15 C. Stallman-Pacitti, The Life of Saint Pankratios of Taormina. Greek Text, English Translation and (...)

6Ce récit haut en couleur relate les hauts faits du premier évêque de Taormine. L’histoire, qui se veut une histoire locale, remonte aux temps apostoliques. Un certain Évagre, fidèle compagnon et successeur de Pancrace, se présente comme l’auteur du récit. Le texte raconte avec verve les aventures de Pancrace : sa lutte contre les idolâtres, et, en deuxième lieu, contre les juifs et les hérétiques, l’attitude des gouverneurs locaux, l’évangélisation de la population de Taormine et de ses alentours, la consécration des églises, jusqu’à son martyre. La complexité du traitement de la Vie de Pancrace15 en tant que source pour l’histoire de la Sicile explique le fait que la fourchette chronologique proposée pour sa datation s’étend du début du viiie jusqu’au début du ixe siècle. Dans le cadre de nos conférences, nous avons abordé les trois points ci-dessous :

  • 16 A. Lampadaridi, « La Vie de Pancrace de Taormine (BHG 1410) et l’histoire des images à Byzance », d (...)

a. Le rôle des images. L’un des aspects les plus intéressants du texte est la place accordée à l’activité artistique et en particulier aux images et à la fabrication des icônes et de portraits. La Vie de Pancrace fut ainsi largement mise à profit par les partisans du culte des icônes, comme Théodore Studite et le patriarche Nicéphore, et constitue un document essentiel pour la compréhension de l’iconoclasme à Byzance16.

  • 17 T. Zahn, « Die Erzählung des Prochorus von den Taten des Apostels Johannes », dans Acta Joannis, un (...)

b. La reconstitution du passé apostolique. L’auteur de la Vie reconstruit l’âge apostolique en ayant recours aux Actes de Jean par Prochore (BHG 916 et suiv.). Les affinités entre la Vie et les Actes de Jean17 sont nombreuses et touchent à l’adoption à la fois d’un cadre narratif général et de motifs littéraires.

  • 18 A. Lampadaridi, « À la recherche de la Vie de Pancrace de Taormine (BHG 1410) », Apocrypha 31 (2020 (...)
  • 19 U. Zanetti, M. van Esbroeck, « Le dossier hagiographique de S. Pancrace de Taormine », dans S. Pric (...)

c. La figure du Pseudo-Évagre. Une analyse narratologique de la Vie laisse entrevoir un récit polyphonique à caractère composite, où s’entremêlent différents narrateurs derrière lesquels se cache l’auteur18. Les différents niveaux narratifs ne sont pas étanches, mais leurs frontières sont perméables et fluides. Une telle approche permet de reconsidérer l’hypothèse d’une rédaction en plusieurs étapes, émise par Ugo Zanetti et Michel van Esbroeck19.

Haut de page

Notes

1 G. Philippart, « L’hagiographie sicilienne dans le cadre de l’hagiographie de l’Occident », dans R. Barcellona, S. Pricoco, La Sicilia nella tarda antichità e nell’alto medioevo. Religione e società. Atti del Convegno di Studi (Catania-Paternò 24-27 settembre 1997), Soveria Manelli 1999, p. 167‑204, ici p. 178 ; S. Efthymiadis, « L’hagiographie grecque d’Italie (VIIe‑XIVe siècle) », dans M. Goullet (éd.), Hagiographies. Histoire internationale de la littérature hagiographique latine et vernaculaire en Occident des origines à 1550, vol. 7, Turnhout 2017 (Corpus Christianorum Hagiographies 7), p. 345‑421, ici p. 367-368.

2 A. Lampadaridi, « The origins and later development of the first Italo‑Greek hagiographies: The dossiers of the Sicilian martyrs Agatha, Lucia and Euplus », dans R. van Dam et al. (éd.), Dynamics of the Cult of Saints in Late Antiquity (Hagiologia), Turnhout 2021 (à paraître).

3 M. Re, « La Passio di S. Agata BHG e Nov. Auct. BHG 36. Introduzione, edizione del testo, traduzione », Rivista di Studi Bizantini e Neoellenici 56 (2019), p. 249‑289.

4 PG 114, p. 1331‑1346.

5 E. Mioni, « L’encomio di S. Agata di Metodio patriarca di Constantinopoli », Analecta Bollandiana 68 (1950), p. 76‑93.

6 Hippolyte Delehaye, Synaxarium Ecclesiae Constantinopolitanae e codice sirmondiano nunc berolinensi adjectis synaxariis selectis (Propylaeum ad Acta sanctorum novembris), Société des Bollandistes, Bruxelles 1902 (ci‑après SECP), col. 445.

7 G. Rossi Taibbi, Martirio di santa Lucia. Vita di santa Marina. Texti greci e traduzioni, Palerme 1959 (Vite dei santi siciliani 2), p. 50‑70.

8 S. Costanza, « Un “martyrion” inedito di S. Lucia di Syracusa », Archivio Storico Syracusano 3 (1957), p. 5‑53.

9 F. Halkin, « Une passion grecque abrégée de sainte Lucie », Classica et Mediaevalia. Mélanges Carsten Høeg 17 (1956), p. 71‑74.

10 SECP, col. 306.

11 H. Musurillo, The Acts of the Christian Martyrs, Oxford 1972, p. 310‑313.

12 PG 115, 524B‑529C.

13 SECP, col. 881‑884.

14 P. P. Franchi de’ Cavalieri, « Note agiografiche », Studi e Testi 49 (1928), p. 209‑210.

15 C. Stallman-Pacitti, The Life of Saint Pankratios of Taormina. Greek Text, English Translation and Commentary (Byzantina Australiensia 22), Leyde‑Boston 2018.

16 A. Lampadaridi, « La Vie de Pancrace de Taormine (BHG 1410) et l’histoire des images à Byzance », dans A. Lampadaridi et al. (éd.), L’histoire comme elle se présentait dans l’hagiographie (Studia Byzantina Upsaliensia), Uppsala 2021 (à paraître).

17 T. Zahn, « Die Erzählung des Prochorus von den Taten des Apostels Johannes », dans Acta Joannis, unter Benutzung von C. von Tischendorf’s Nachlass bearbeitet von Theodor Zahn, Erlangen 1880, p. 3-165.

18 A. Lampadaridi, « À la recherche de la Vie de Pancrace de Taormine (BHG 1410) », Apocrypha 31 (2020), p. 33‑59.

19 U. Zanetti, M. van Esbroeck, « Le dossier hagiographique de S. Pancrace de Taormine », dans S. Pricoco (éd.), Storia della Sicilia e tradizione agiografica nella tarda antichità, Soveria Mannelli 1998, p. 155‑169, ici p. 167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anna Lampadaridi, « Recherches sur l’hagiographie sicilienne »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 128 | 2021, 279-282.

Référence électronique

Anna Lampadaridi, « Recherches sur l’hagiographie sicilienne »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 128 | 2021, mis en ligne le 13 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/asr/3804 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.3804

Haut de page

Auteur

Anna Lampadaridi

Chargée de conférences, Mme, École pratique des hautes études, Section des sciences religieuses

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search