Navigation – Plan du site

AccueilNuméros128Résumés des conférencesIbn Ḥanbal (m. 241/855) :la dynam...

Résumés des conférences

Ibn Ḥanbal (m. 241/855) :
la dynamique d’une piété ascétique

Lahcen Daaif
p. 421-434

Résumé

Autorité religieuse de référence, estimée de l’ensemble des savants sunnites toutes obédiences juridiques confondues, Ibn Ḥanbal (m. 241/855) dont le salafisme d’hier et d’aujourd’hui ne manque pas de tirer sa légitimité en l’érigeant en modèle de piété, demeure l’un des personnages les plus marquants de l’histoire religieuse de l’islam.

Haut de page

Texte intégral

1Autorité religieuse de référence, estimée de l’ensemble des savants sunnites toutes obédiences juridiques confondues, Ibn Ḥanbal (m. 241/855) dont le salafisme d’hier et d’aujourd’hui ne manque pas de tirer sa légitimité en l’érigeant en modèle de piété, demeure l’un des personnages les plus marquants de l’histoire religieuse de l’islam.

  • 1 Nous nous sommes intéressé spécialement aux disciples les plus proches de lui : Muhannā b. Yaḥyā al (...)
  • 2 Dont Abū al-Ḥasan ʿAlī b. Hāšim b. al‑Barīd al‑Kūfī (m. 179/795), Abū Yūsuf Yaʿqūb (m. 182/798), Hu (...)
  • 3 Le premier à contester son titre de juriste est Abū Ǧaʿfar al‑Ṭabarī (m. 310/923), voir Yāqūt al-Ḥa (...)

2Les nombreux disciples qui l’entouraient ont participé activement, de son vivant déjà, à diffuser non seulement ses doctrines juridique et théologique, mais aussi ses valeurs morales et spirituelles souvent sous la forme de responsa (masāʾil)1. Ses maîtres également étaient légion et se comptent par centaines dont les plus importants sont systématiquement mentionnés dans les monographies qui lui sont dédiées ainsi que dans les notices biographiques que lui consacrent les sources prosopographiques2. Bien que son statut de juriste (faqīh) ait été sujet à controverse, voire nettement dénié3, aucune autorité religieuse n’a contesté ses compétences de traditionniste (muḥaddiṯ) et critique des Autorités (naqd riǧāl). Outre l’intérêt que nous avons porté aux avis juridiques d’Ibn Ḥanbal ainsi qu’à ses positions théologiques, nous nous sommes penchés plus particulièrement sur son esprit ascétique (zuhd) et son scrupule religieux (waraʿ) par lesquels il se distingue nettement de tous les maîtres juristes fondateurs d’écoles juridiques, mais aussi sur une certaine tendance qui le caractérise et que nous qualifierions de proto-mystique par comparaison avec la mystique soufie à venir.

Dénuement (taqallul)

  • 4 Voir Ibn Ḥanbal, al-ʿAqīda. Riwāyat Abū Bakr al-Ḫallāl, éd. ʿAbd al-ʿAzīz ʿIzz al-Dīn al-Sayrawān, (...)
  • 5 « Al-dunyā qalīluhā yuǧziʾ wa kaṯīruhā lā yuǧziʾ », cf. Ibn Abī Ḥātim, Kitāb al-Ǧarḥ wa‑l‑taʿdīl, é (...)
  • 6 « Innamā huwa ṭaʿām dūna ṭaʿām, wa-libās dūna libās, wa-innahā ayyām qalāʾil », cf. Ibn Ḥanbal, Kit (...)

3En effet, ils sont nombreux et variés les récits qui relatent Ibn Ḥanbal avec des traits ascétiques prononcés et un caractère scrupuleux assumé mettant en valeur sa frugalité légendaire, associée à la crainte révérencielle de Dieu dans l’au‑delà : « Il aimait vivre sobrement, dit son disciple al-Marrūḏī (m. 275/888), dans l’espoir d’écourter la durée de la rétribution [au Jour du Jugement] »4. Dans sa relation à ce bas-monde (dunyā), Ibn Ḥanbal fonde cette frugalité sur un jugement sapientiel qui en fait le gage de la vraie richesse, en proclamant que si « dans la vie d’ici-bas peu suffit [pour vivre], trop ne suffit pas »5. À l’appui de ce principe qu’il partage avec bon nombre de renonçants (zuhhād) antérieurs, on lui attribue cette autre remarque qu’il aurait faite en présence de l’un des maîtres illustres en sciences du hadith, Šuǧāʿ b. Maḫlad Abū al-Faḍl al-Baġawī (m. 235/849). Il y exprime sa conception de la vie dans ce bas-monde où rien ne peut être véritablement apprécié à sa juste valeur : « Ce n’est qu’une nourriture en deçà de la nourriture, un habit en deçà de l’habit. Ce ne sont que quelques jours [à vivre] »6. Par conséquent la paix et la quiétude (sakīna) auxquelles les croyants aspirent dans ce monde comme dans l’autre, ne sauraient être qu’une promesse vaine s’ils ne se décident pas à renoncer aux richesses matérielles dans cette vie terrestre.

  • 7 Al-Makkī, Qūt al-qulūb fī muʿāmalat al-maḥbūb, Le Caire 1310/1892, réimp. Beyrouth s. d., I, p. 267 (...)

4Il est fait souvent allusion au dénuement et à la sobriété dans les propos attribués à Ibn Ḥanbal à travers des énoncés formulés sous la forme de sentences prononcées dans l’absolu. Bien que certains de ces énoncés soient dépourvus du contexte discursif, il est possible de les envisager comme résultant d’une grande admiration vouée à un personnage illustre qu’il considérait comme un modèle de dépouillement matériel. D’où l’intérêt que nous avons porté à l’ascétisme d’Uways al‑Qaranī à propos duquel Ibn Ḥanbal aurait exprimé son désir de l’égaler un jour en déclarant : « Il n’est de véritable renoncement que celui d’Uways. Il en était réduit par principe de dépouillement, à prendre place dans un panier en osier (qawṣara) »7.

5Ainsi qu’en font état les sources biographiques, Ibn Ḥanbal s’est conformé à cette attitude ascétique qu’il a érigée en règle de vie en clamant par la parole et la conduite le primat de la pauvreté sur la richesse. S’il ne se permettait pas de recommander le dénuement à tout son entourage, il ne se privait pas de le faire avec ses proches disciples et les membres de sa famille. Aussi reprochait‑il à son fils aîné Abū al‑Faḍl Ṣāliḥ (m. 266/874) de fréquenter les autorités politiques et plus grave encore, d’accepter leurs cadeaux. Devenu juge à Iṣfahān après la mort d’Ibn Ḥanbal, Ṣāliḥ se rappela les vaines tentatives de son père lorsqu’il essayait de le dissuader de poursuivre la recherche des honneurs et les moyens de subsistance comme le relate ce récit :

  • 8 Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, I, p. 174 : « […] kāna abī yabʿaṯu ḫalfī iḏā ǧāʾahu raǧūlunzāhi (...)

Quand un homme ascète versé dans la privation et la pauvreté venait lui rendre visite, mon père envoya à ma recherche pour que je vienne le voir. Il voudrait que je devienne comme eux [les pieux ascètes], ou du moins me voir leur ressembler. Mais Dieu sait que je ne me suis résigné à prendre part à cette affaire [judicature] que contraint et forcé en raison des dettes accablantes et d’une famille nombreuse8.

  • 9 Ibn Ḥanbal, Kitāb al-Waraʿ, p. 7 ; Ibn al-Ǧawzī, Manāqib, p. 364 : « mā aʿdilu bi-l-faqr šayʾan, mā (...)
  • 10 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya, XIV, p. 392 : « lā aʿdilu bi-faḍl al-faqr šayʾan » ; W. M. Patton, Aḥmed Ibn (...)
  • 11 Ibn al-Ǧawzī, Ṣifat al-ṣafwa, II, p. 195 : « Mon jour le plus heureux est celui où je me lève ne po (...)
  • 12 À cet égard il faut rappeler que les sentences mystiques ultérieures cautionnent cette approche. Vo (...)
  • 13 C’est ainsi qu’il a confié à al-Marrūḏī au sujet d’une personne endurant l’indigence et la faim, qu (...)
  • 14 De l’avis d’Abū Muḥammad ʿAbd Allāh b. ʿAbd al-Raḥmān al-Samarqandī (m. 255/868) : « […]inna Aḥmad (...)

6Le dénuement (faqr) est appelé à devenir l’élément central dans le zuhd d’Ibn Ḥanbal qui en confirme la supériorité comme en témoigne cet autre propos : « […] rien n’égale pour moi le dénuement, rien n’égale le dénuement. Je suis content quand je ne possède rien »9, ainsi que cet autre au contenu similaire : « à mes yeux, rien n’est comparable à la grâce du dénuement »10. Il aurait dit sur le faqr : « Le jour le plus heureux pour moi est celui où je me lève le matin ne possédant rien »11. Cet état de choses tient au caractère nécessaire que revêt le dénuement dans tout processus de mise à l’épreuve de la foi du croyant12, dont les conséquences ne manqueront pas de forger chez celui-ci la qualité prisée d’endurance (ṣabr)13. L’on sait au demeurant que des traditionnistes réputés, tel ʿAbd Allāh b. ʿAbd al‑Raḥmān al‑Samarqandī (m. 255/868), décrivaient la vie d’Ibn Ḥanbal comme une indigence ininterrompue étendue sur plus de soixante-dix années qu’avait vécues l’imam14. Demandant souvent des nouvelles d’une personne pauvre dont son disciple Abū Bakr al‑Marrūḏī lui avait fait le récit, Ibn Ḥanbal se serait émerveillé de la conduite de cette personne anonyme en s’exclamant :

  • 15 « Subḥān Allāh ! niʿma al-ṣabr ʿalā al-faqr. Mā aʿdilu bi‑l‑ṣabr ʿalā al‑faqr šayʾan. Tadrī al‑ṣabr (...)

Gloire à Dieu ! Quel excellent remède que l’endurance du dénuement ! Rien n’égale à mes yeux l’endurance du dénuement. Sais-tu [al-Marrūḏī] ce qu’est vraiment l’endurance du dénuement ? Puis, il dit : « Quelle est grande la différence entre celui qui reçoit des biens de la vie d’ici-bas pour être éprouvé, et celui dont celle-ci se détourne ?!’ »15.

  • 16 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya, XIV, p. 392 : « […] fa-inna al-ṣabr ʿalayhi aʿẓamu marāratan wa-inziʿāǧuhu aʿ (...)
  • 17 Abū Bakr al-Aṯram, Min suʾālāt Abī Bakr Aḥmad b. Muḥammad b. Hāniʾ al‑Aṯram Abā ʿAbd Allāh Aḥmad b. (...)

7Parmi les nombreux textes que nous avons étudiés, nous retrouvons la même précellence accordée au faqr se décliner sous une forme plus structurée, dans cette autre parole que l’on prête à Ibn Ḥanbal, où il énumère les bienfaits du dénuement pour le fidèle, à commencer par le renforcement de la foi : « […] son (faqr) indigence est certes source d’une amertume très grande, mais l’angoisse qu’il suscite procure un état bien meilleur que [celui que procure] la reconnaissance16. » Le dénuement sur le plan matériel est réitéré par Ibn Ḥanbal dans un sens anagogique qui ne le cède en rien à l’approche proto-mystique de l’époque. Dans un autre récit rapporté par son disciple Abū Bakr al‑Aṯram (m. 261/875 ?), un inconnu aurait interrogé Ibn Ḥanbal sur la signification d’une tradition prophétique dans laquelle le prophète demande à Dieu de le protéger de la pauvreté : « Comment est-ce possible [que le prophète ait formulé ce genre de requête à Dieu], malgré les bienfaits spirituels que recèle l’indigence ? » Et Ibn Ḥanbal de rassurer l’inconnu en lui expliquant que le prophète priait Dieu de le prémunir, non contre la pauvreté matérielle, mais plutôt contre la pauvreté du cœur (faqr al-qalb)17.

Refus des dons, rapport aux autorités

  • 18 À l’égard d’un bienfaiteur inconnu qui lui aurait fait une donation pour le secourir lui et sa fami (...)
  • 19 Ce cas s’illustre par le refus du don de son compagnon Yazīd b. Hārūn al‑Wāsiṭī (m. 206/821), cf. I (...)
  • 20 Plusieurs exemples dans al-Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 174 et suiv. ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 258, p. (...)
  • 21 Il s’agit d’un personnage anonyme désigné sous l’épithète de šayḫ, voir Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 3 (...)

8Nous nous sommes attardé tout spécialement sur les brefs récits relatifs à l’attitude hostile d’Ibn Ḥanbal vis‑à‑vis de toute donation, présent ou même aide consentie de bonne foi par un tiers, ceci en dépit de la modicité de ses ressources durant ses voyages répétés en quête de hadiths. Qu’ils proviennent de princes, d’admirateurs anonymes18 ou même de ses condisciples les plus proches19, Ibn Ḥanbal se passait systématiquement des cadeaux et des aides d’une manière ou d’une autre20. Il parvenait ainsi à trouver des échappatoires qui satisfassent ses scrupules religieux en proposant des arrangements à ses généreux donateurs, souvent déçus de n’avoir pas réussi à en faire leur débiteur. Il lui est arrivé ainsi d’opter pour un travail laborieux dont il estimait la valeur équivalente au don proposé : la tâche de transcrire par exemple des hadiths, qui relève de ses compétences en contrepartie de la somme d’argent reçue. C’était pour cette raison qu’il s’était employé à transcrire, pour le compte d’une tierce personne, plusieurs feuillets contenant des hadiths rapportés par son maître Ibn ʿUyayna (m. 198/813‑814), contre une somme modique qui lui permit de se procurer deux modestes étoffes qui lui servirent de vêtements tout au long de son périple de collecteur de hadiths21.

  • 22 Voir Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, V, p. 305 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 347 ; al‑Mizzī, Tahḏīb al-ka (...)
  • 23 Ibn Ḥanbal, Kitāb al-Waraʿ, p. 152 : « Rendez l’argent et tenez‑vous à l’écart de tout cela (ruddūh (...)

9Ce rejet de dons et d’aides qui caractérise Ibn Ḥanbal prend une ampleur singulière quand il s’agit de l’argent alloué par le calife aux savants religieux, traditionnistes compris. Qu’il soit par gratification ou par simple générosité, à partir du moment où il provient de la sphère du pouvoir, fût‑ce de la part de ses représentants subalternes, tout don ou présent susceptible de traduire une faveur ou de témoigner une quelconque reconnaissance est aussitôt suspecté au plus haut point par Ibn Ḥanbal qui s’empresse en conséquence de le refuser. Ce rejet atteint son paroxysme lorsqu’il s’agit d’une prodigalité provenant tout de go de l’autorité suprême, à savoir le calife en personne. En effet, les sources narratives en proposent plusieurs témoignages dont le plus significatif, semble-t-il, est celui où il refusa le don du calife ʿAbd Allāh al‑Maʾmūn (r. 198/813-218/833). Celui‑ci avait ordonné de distribuer aux autorités traditionnistes, à parts égales, une somme d’argent considérable en pièces d’or : tous acceptèrent leur part, à l’exception, nous dit‑on, d’Ibn Ḥanbal qui déclina la sienne22. Ibn Ḥanbal manifesta sa désapprobation en recommandant avec insistance à ses proches disciples et amis de s’en tenir à l’écart23.

  • 24 Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, I, p. 195 : « Māta Abū ʿAbd Allāh wa‑lahu ʿindahu ḫamsūn dīnāra (...)

10Dans l’ensemble, les récits qui relatent Ibn Ḥanbal récusant les aides et les présents, mettent l’accent sur leur provenance qui détermine le degré d’intensité avec lequel ils seront rejetés par lui. Preuve en est qu’Ibn Ḥanbal, exception faite de rares occasions, acceptait des prêts de ses disciples et condisciples proches, comme en témoigne la somme de cinquante dinars que lui avait prêtée son disciple ʿAbd Allāh b. Muḥammad b. al‑Muhāǧir Fūzān (m. 256/870). Mais il mourut avant d’avoir pu la lui rembourser. Préférant fièrement la convertir en don, Fūzān refusa que la somme lui fût remboursée par les héritiers d’Ibn Ḥanbal, même en nature sous forme de récolte comme l’avait stipulé ce dernier dans son testament24.

  • 25 Ibn Ḥanbal aurait exprimé cette préférence pour les gens de piété ascétique à plusieurs occasions e (...)

11Cette attitude de rejet est portée par des visées d’indépendance patente qui constitue un trait de conduite des plus compatibles avec l’esprit de retenue et de scrupule qui caractérise spécialement l’imam. Du reste, se voulant fidèle à lui‑même dans l’observance des principes du waraʿ, Ibn Ḥanbal était fort attaché à un mode de renoncement aux dépens de toute tentative de ménagement de l’autorité qui aurait pu lui être salutaire à maintes occasions où il faisait face à des situations matérielles précaires. Toujours est-il que bien qu’elle ait été souvent de rigueur chez Ibn Ḥanbal à titre de mode pratique de renoncement, cette attitude n’était pas fortuite, ni nétait le fruit d’un choix délibéré qui aurait été consécutif à une réflexion strictement individuelle. Autrement cela laisserait entendre que nous avons fait l’impasse sur le principe de piété qui fonde la conduite ascétique de l’imam. Bien au contraire, dans la vie d’Ibn Ḥanbal ce principe occupe le rang d’acte de foi à observer dans toutes les circonstances au détriment du danger qu’elles pourraient représenter, un principe aussi essentiel que le devoir d’aide et d’assistance dû à autrui dans le besoin et l’indigence. Pour s’en convaincre, il suffit de se rappeler ses recommandations de prendre pour exemple les pieux Anciens (salaf al‑ṣāliḥ) dans leur pratique piétiste, ainsi que la considération qu’il témoignait aux gens versés dans l’ascèse et menant une vie d’indigence qu’il préférait bien souvent aux savants religieux dépourvus de piété et de scrupule religieux, ce dont il avait d’ailleurs fait la démonstration véhémente en prenant la défense de l’ascète et mystique Maʿrūf al‑Karḫī (m. 204/819-820)25.

12En ce qui concerne la nature de ses rapports avec le milieu politique sur lesquels nous nous sommes longtemps attardé, nous pouvons dire à la lumière de nos connaissances actuelles qu’il n’existe a priori aucune trace écrite qui puisse affirmer qu’Ibn Ḥanbal ait tenté de recourir à des arrangements avec les représentants de l’autorité lorsqu’il s’agit de recevoir d’eux une aide ou une quelconque récompense. Au demeurant, tous les récits attestent qu’il était resté fidèle à cette position pour ce qui est des dons provenant de mécènes aux contacts avérés, les plus ténus soient-ils, avec le pouvoir ou avec ses représentants : tout effort de compromis s’estompe au profit d’un refus catégorique, sans jamais être outrageux. Cela consolide d’autant plus la série de résolutions sous-tendant ses positions pieuses et ses orientations spirituelles, qu’elles sont continuellement dépendantes du principe de dénuement sans verser dans une austérité outrancière.

  • 26 Même en pleine épreuve (miḥna) sous le calife al-Wāṯiq (r. 227/842‑232/847), aux quelques juristes (...)
  • 27 H. Laoust, Essai sur les doctrines sociales et politiques d’Ibn Taymīya, Le Caire 1939, p. 603.
  • 28 Ibn Qudāma, al-Muntaḫab min al‑ʿIlal li‑l‑Ḫallāl, éd. Abū Muʿāḏ Ṭ. b. ʿAwaḍ Allāh, Riyad-Le Caire 1 (...)
  • 29 Ibn Qudāma, al-Muntaḫab, p. 171‑172, n° 92.

13Nous avons relevé ainsi que les rapports d’Ibn Ḥanbal avec les autorités temporelles dans toutes leurs ramifications, sont nettement distants, mais pas nécessairement conflictuels. Quand bien même prônerait‑il à ses disciples rapprochés et aux membres de sa famille la désertion des milieux du pouvoir, Ibn Ḥanbal n’était pas moins hostile au soulèvement contre l’autorité politique, fût‑elle injuste26, conformément aux principes des gens de la sunna et de la communauté, suivant lesquels, écrit Ibn Taymiyya (m. 728/1328), le croyant est dans « l’obligation de rester toujours agrégé au corps social de la communauté, de s’abstenir de se révolter contre les imams et de s’abstenir de combattre dans les guerres civiles »27. Donnant son avis critique sur des hadiths qu’on lui avait soumis lors des séances d’enseignement, Ibn Ḥanbal désapprouvait les gens qui appelaient au ǧihād contre les princes musulmans iniques, au motif qu’ils contredisaient le hadith authentique rapporté par le compagnon ʿAbd Allāh Ibn Masʿūd, qui appelle à la résignation (ṣabr)28. À l’inverse, il valide le hadith qui prescrit la mort pour quiconque s’est impliqué dans un activisme schismatique au sein de la communauté musulmane29. En somme, les actions susceptibles d’entraîner la division ou la discorde (fitna) sont à bannir au profit de la résignation qui œuvrerait en faveur de l’unité de la communauté en prévision des jours meilleurs.

  • 30 Voir al-Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 176 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 517. Sur sa désapprobation des dons (...)
  • 31 Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām, p. 107‑111 ; Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, I, p. 11 ; al‑Iṣfah (...)
  • 32 Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 177 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 214 qui commente ainsi le récit pour confirm (...)
  • 33 La somme est estimée à 1 000 dinars dans Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām, p. 106 ; Iṣfahānī, Ḥilya, I (...)
  • 34 Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām, p. 107 ; Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 213‑214 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p.  (...)

14Ainsi que l’indiquent les sources biographiques, Ibn Ḥanbal n’éprouvait pas de la défiance, ni de l’antipathie à l’endroit des hommes du pouvoir, tout insaisissable et mitigé que pût être son sentiment à leur égard30. Mais sa réaction contre la conduite de son fils Ṣāliḥ et son oncle paternel Isḥāq b. Ḥanbal (m. 253/867) suite à leur acceptation des cadeaux (ǧāʾizat al‑sulṭān) du calife al‑Mutawakkil est restée légendaire31. Il ne s’agit pas seulement d’une indignation, car elle s’est traduite dans la pratique par plusieurs résolutions prises par Ibn Ḥanbal à leur encontre, à commencer par ses rapports en tant que père avec son fils Ṣāliḥ. Il a refusé de toucher au pain que la femme de ce dernier avait soigneusement préparé pour lui, tant elle était inquiète de le voir souffrir la faim depuis trois jours. Bien que la pâte de ce pain provienne du blé qu’Ibn Ḥanbal était allé lui-même emprunter à un ami, il ne pouvait consentir d’en manger par scrupule religieux. La raison en était qu’il avait appris que sa belle-fille s’était servie, pour cuire la pâte, du four de son fils Ṣāliḥ32. Bien plus, il a même ordonné, par la suite, de condamner la porte de sa propre maison qui donnait sur celle de son fils Ṣāliḥ afin que les siens n’usent plus de meubles et d’ustensiles ménagers de ce dernier, et que la famille de Ṣāliḥ cesse de leur emprunter quoi que ce soit en retour. Si Ibn Ḥanbal en était arrivé à de telles résolutions, c’était pour manifester à quel point il était mécontent de la conduite de son fils qui n’avait pas tenu compte de ses admonitions, alors qu’il l’avait pourtant vivement blâmé et lui avait rappelé avec insistance qu’il fallait se débarrasser de la somme d’argent reçue du calife33 quitte à la distribuer en aumône aux pauvres34.

  • 35 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya, XIV, p. 419.
  • 36 Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al‑Imām, p. 108 ; Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 214 : « Il se tourna vers son oncle (...)
  • 37 Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām, p. 108 ; Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 214 : « Il mit un terme à sa relati (...)

15Dépité par l’obstination dont avaient fait preuve son fils et son oncle Isḥāq b. Ḥanbal à vouloir conserver le don du calife malgré sa désapprobation, Ibn Ḥanbal prit la décision radicale de ne plus leur adresser la parole, ni leur rendre visite. Il s’interdisait même d’entrer dans une maison où l’un des deux était susceptible de se trouver et il évitait les lieux qu’ils fréquentaient pour bien leur signifier à quel point il était scandalisé par leur conduite moralement inqualifiable35. D’après le récit qu’avait fait Ṣāliḥ de cet épisode, Ibn Ḥanbal était tellement contrarié par l’entêtement de son oncle qu’il ne s’était pas retenu de qualifier sa conduite d’hypocrite et de mensongère36. Comme cela ne suffisait pas, il déserta même la mosquée du quartier dans laquelle officiait son oncle comme muezzin pour ne pas avoir à partager le même espace avec lui, préférant accomplir ses prières collectives dans une autre mosquée en dehors de son quartier37.

  • 38 On lira avec intérêt les remarques que tire N. Hurvitz de la grande estime que témoigne Ibn Ḥanbal (...)
  • 39 Ibn al-Ǧawzī, Manāqib, p. 377 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 305. Voir aussi sur le ḫumūl, Ibn ʿAsākir, (...)
  • 40 Ibn Abī Ḥātim, al-Ǧarḥ, I, p. 306 ; Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, V, p. 309 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p (...)

16Lorsqu’il devint célèbre, obtint le soutien du calife al‑Mutawakkil (r. 232/847-247/861) et fut l’objet de sollicitations constantes de la part de ce dernier, Ibn Ḥanbal n’en manifesta pas moins son désagrément de se trouver dans cette nouvelle situation où il s’était senti comme emprisonné. Il s’en était confié à son disciple al‑Marrūḏī qu’il chargea ensuite de transmettre un conseil à ʿAbd al‑Wahhāb al‑Warrāq (m. 251/865)38, le préféré de ses disciples particulièrement pour son ascèse accentuée. C’était pour exhorter ce dernier à ne pas commettre la même erreur que lui en devenant un ouléma célèbre, et de continuer surtout à mener une vie discrète (ḫumūl)39. Il aurait exprimé avec un profond regret la même idée à son oncle paternel, Isḥāq b. Ḥanbal qui s’était inquiété de le voir triste et si préoccupé à cause des invitations successives du calife al‑Mutawakkil, en lui confiant : « Ô oncle ! Heureux celui que Dieu a préservé de la renommée40. »

17Outre la sobriété et la retenue que ne laisse pas de suggérer la dimension éthico-religieuse d’Ibn Ḥanbal, nous avons souligné que la récurrence du refus d’aides et de présents témoigne de l’enracinement profond de sa pensée morale dans le champ des valeurs ascétiques qui se veulent, pour l’essentiel, fidèles à celles du salaf, des compagnons et du prophète, source du comportement exemplaire et de l’excellence du caractère.

  • 41 Voir en ce sens, par exemple, le propos attribué à al-Fuḍayl Ibn ʿIyāḍ (m. 187/803), où il met en g (...)
  • 42 Il se serait excusé par écrit auprès du Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. Ṭāhir, le gouverneur d’Iraq, pour (...)

18Ainsi nous n’avons pas perdu de vue que son appréhension à l’égard de l’autorité politique reflétait la représentation morale que les pieux Anciens avaient de tout lien avec le pouvoir41. Par ailleurs, à la lecture attentive des conseils qu’Ibn Ḥanbal prodiguait à son entourage et des admonitions qu’il adressait à certains membres de sa famille à ce sujet, nous sommes persuadé qu’il s’agit là de valeurs s’inscrivant dans la même conception ascétique des pieux Anciens qui cultivaient l’intégrité morale et étaient dans leur grande majorité viscéralement réfractaires à la fréquentation, sous quelque prétexte que ce fût, des détenteurs du pouvoir temporel42.

  • 43 W. M. Patton avait déjà mis l’accent sur cet aspect du caractère d’Ibn Ḥanbal, voir Aḥmed Ibn Ḥanba (...)

19Somme toute, par‑delà d’hypothétiques explications d’ordre moral et psychologique susceptibles de justifier le refus catégorique de dons et de présents, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent, et plus spécifiquement s’ils viennent de représentants de l’autorité politique, c’est à l’esprit piétiste et au scrupule religieux inhérents à la personnalité religieuse d’Ibn Ḥanbal qu’il faut imputer son caractère distant et ses préventions vis‑à‑vis du pouvoir, même lorsque celui-ci était motivé parfois par des intentions sincères43.

20Cette propension au renoncement nous a servi de prisme pour approcher différemment certaines thèses théologiques d’Ibn Ḥanbal qu’il ne partageait pas forcément avec les maîtres traditionnistes contemporains, dont la thèse du Coran incréé. Nous nous sommes fondé sur cette ascèse également pour mettre en exergue le caractère hésitant de son rapport aux futyā‑s (avis juridiques) en particulier, et à la jurisprudence (fiqh) en général. De même pour comprendre le changement opéré dans son parcours de formation qui l’a fait se détourner de la jurisprudence (fiqh) pour se consacrer à la collecte des traditions prophétiques (ḥadīṯ-s) et l’instruction en sciences du hadith, nous nous sommes référé aux valeurs ascétiques dont il s’était nourri au contact de traditionnistes renonçants.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Abū Yaʿlā, Muḥammad b. al-Ḥusayn al‑Farrāʾ al‑Qāḍī, Kitāb al‑Tawakkul, éd. Yūsuf b. ʿAlī al‑Ṭarīf, Dār al-Maymān, Riyad 1435/2014.

Aṯram (al-), Abū Bakr, Min suʾālāt Abī Bakr Aḥmad b. Muḥammad b. Hāniʾ al‑Aṯram Abā ʿAbd Allāh Aḥmad b. Ḥanbal, éd. ʿĀmir Ḥasan Ṣabrī, Dār al-Bašāʾir al‑islāmiyya, Beyrouth 1425/2004.

Baġdādī (al-), Abū Bakr Aḥmad b. ʿAlī b. Ṯābit al‑Ḫaṭīb, Taʾrīḫ Baġdād, éd. ʿA. B. Maʿrūf, Dār al‑Ġarb al‑islāmī, Beyrouth, 2001/1422, 17 vol.

Ḏahabī (al-), Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Aḥmad b. ʿUṯmān, Siyar aʿlām al-nubalāʾ, éd. Šuʿayb al‑Arnaʾūṭ et al., Muʾassasat al‑Risāla, Beyrouth 1981-1988/1401-1408, 25 vol.

Ḥamawī (al-), Yāqūt, Šihāb al-Dīn Abū ʿAbd Allāh b. ʿAbd Allāh al‑Rūmī, Muʿǧam al‑udabā’, éd. D. S. Margoliouth, revue par A. al‑Rifāʿī, Dār al‑Maʾmūn, Le Caire 1355/1936-1357/1938, 20 vol.

Ibn Abī Ḥātim, Abū Muḥammad ʿAbd al-Raḥmān al-Rāzī, Kitāb al‑Ǧarḥ wa‑l‑taʿdīl, éd. ʿAbd al‑Raḥmān b. Yaḥyā al‑Muʿallimī al‑Yamānī, Hyderabad 1973, 9 vol.

Ibn Abī Yaʿlā, Abū al-Ḥusayn Muḥammad, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, éd. M. Ḥāmid al‑Fiqī, Maṭbaʿat al‑Sunna al‑muḥammadiyya, Le Caire 1371/1952, 2 vol.

Ibn ʿAsākir, Abū al-Qāsim ʿAlī b. al-Ḥasan b. Hibat Allāh al‑Šāfiʿī, Taʾrīḫ madīnat Dimašq, éd. Muḥibb al‑Dīn Abū Saʿīd ʿU. b. Ġarāma al-ʿAmrawī, Dār al‑Fikr, Beyrouth 1995/1416-2001/1421, 80 vol.

Ibn al-Aṯīr, Abū al-Saʿādāt Maǧd al‑Dīn al-Mubārak b. Muḥammad, al‑Muḫtār min manāqib al‑aḫyār, éd. Maʾmūn al-Ṣāġirǧī et al., Markaz Zāyid li-l-turāṯ wa‑l‑tārīḫ, Al‑Aïn 1424/2003, 6 vol.

Ibn al-Ǧawzī, Abū al-Faraǧ ʿAbd al-Raḥmān b. ʿAlī, Manāqib al-imām Aḥmad Ibn Ḥanbal, éd. ʿA. b. ʿAbd al‑Muḥsin al‑Turkī, Dār Haǧr, Le Caire 1409/[1988].

Ṣifat al-ṣafwa, Dāʾirat al-Maʿārif al-ʿuṯmāniyya, Hyderabad 1355‑1356/[1960‑1961], 4 vol.

Ibn Ḥanbal, Abū ʿAbd Allāh Aḥmad b. Muḥammad al-Šaybānī, al‑ʿAqīda. Riwāyat Abū Bakr al-Ḫallāl, éd. ʿAbd al‑ʿAzīz ʿIzz al-Dīn al‑Sayrawān, Dār Qutayba, Damas 1408/1988.

Ibn Ḥanbal, Kitāb al-Waraʿ bi-riwāyat Aḥmad b. Muḥammad b. al-Ḥaǧǧāǧ al-Marwazī (sic), éd. Zaynab Ibrāhīm al‑Qārūṭ, Dār al-Kutub al‑ʿilmiyya, Beyrouth 1403/1983.

Ibn Kaṯīr, Abū al-Fidāʾ ʿImād al‑Dīn Ismāʿīl b. ʿUmar, al-Bidāya wa-l-nihāya, éd. ʿA. b. ʿAbd al‑Muḥsin al-Turkī, 2e éd. Riyad, Dār ʿĀlam al‑kutub 2003/1424, 21 vol.

Ibn Qudāma, Muwaffaq al-Dīn Abū Muḥammad ʿAbd Allāh b. Aḥmad, al‑Muntaḫab min al‑ʿIlal li-l-Ḫallāl, éd. Abū Muʿāḏ Ṭāriq b. ʿAwaḍ Allāh, Dār al-rāya, Riyad/Maktabat al‑Tawʿiyya al‑islāmiyya, Le Caire 1418/1998.

Ibn Raǧab, Zayn al-Dīn ʿAbd al-Raḥmān b. Aḥmad, Kitāb al-Ḏayl ʿalā Ṭabaqāt al‑ḥanābila, éd. Muḥammad Ḥ. Al‑Fiqī, Maṭbaʿat al-Sunna al‑muḥammadiyya, Le Caire 1952/1372-1953/1372, 2 vol.

Iṣfahānī (al-), Abū Nuʿaym Aḥmad b. ʿAbd Allāh b. Aḥmad b. Isḥāq, Ḥilyat al‑awliyāʾ wa‑ṭabaqāt al-aṣfiyāʾ, Le Caire 1932-1938, réimp. Dār al‑Kutub al‑ʿIlmiyya, Beyrouth 1988, 10 vol.

Makkī (al‑), Abū Ṭālib Muḥammad b. Abī l‑Ḥasan, Qūt al‑qulūb fī muʿāmalat al‑maḥbūb, al‑Maṭbaʿa al‑Maymaniyya, Le Caire 1310/1892, réimp. Beyrouth s. d., 2 vol.

Maqdisī (al-), Abū Muḥammad Taqī al-Dīn ʿAbd al-Ġanī b. ʿAbd al-Wāḥid, Miḥnat al-Imām Aḥmad b. Muḥammad Ibn Ḥanbal, éd. ʿAbd Allāh b. ʿA. al‑Turkī, Dār Haǧr, Le Caire 1407/1987.

Mizzī (al-), Ǧamāl al-Dīn Abū al-Ḥaǧǧāǧ Yūsuf b. al-Zakī, Tahḏīb al-Kamāl fī asmāʾ al‑riǧāl, éd. Baššār ʿAwwād Maʿrūf, Muʾassasat al‑Risāla, Beyrouth 1400-1412/1980-1992, 35 vol.

Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām Aḥmad Ibn Ḥanbal, éd. Fuʾād ʿAbd al‑Munʿim Aḥmad, Dār al‑Daʿwa, Alexandrie 1404/1984.

Sarrāǧ (al-), Abū Naṣr ʿAbd Allāh b. ʿAlī al-Ṭūsī, Kitāb al-Lumaʿ, éd. ʿAbd al‑Ḥalīm Maḥmūd et Ṭaha ʿA. Surūr, Dār al‑Kutub al‑ḥadīṯa, Le Caire 1380/1960.

Études

Cook, M. A., Commanding right and forbidding wrong in Islamic thought, Cambridge University Press, Cambridge 2001.

Daaïf, L., « Ibn Ḥanbal, un faqīh (jurisconsulte) controversé », Horizons Maghrébins 51 (2004), p. 49‑61.

Hurvitz, N., The Formation of Ḥanbalism. Piety into Power, Routledges Curzon, Londres 2002.

— « Schools of Law and Historical Context: Re-examining the Formation of the Ḥanbalī madhhab », Islamic Law and Society 7 (2000), p. 37‑64.

Laoust, H., Essai sur les doctrines sociales et politiques d’Ibn Taymīya, IFAO, Le Caire 1939.

— (trad.) La profession de foi d’Ibn Baṭṭa, IFD, Damas 1958 [introduction : p. I‑CLII, texte arabe : p. ۱‑٩٣, traduction : p. 1‑202].

— « Le hanbalisme sous le califat de Bagdad (241/855-656/1258) », Revue des Études islamiques 27 (1959), p. 67‑128.

Melchert, Ch., Ahmad ibn Hanbal, Oneworld, Oxford 2006.

— « The Ḥanābila and the Early Sufis », Arabica 48 (2001), p. 352‑367.

The formation of the Sunni schools of law, 9th-10th centuries C.E., Brill, Leyde 1997.

Nicholson, R. A., The Idea of Personality in Ṣūfism, Cambridge Univesity Press, Cambridge 1923.

Patton, W. M., Aḥmed Ibn Ḥanbal and the Miḥna, A biography of the imâm including an account of the Moḥammedan inquisition called the Miḥna, 218-234 A.H, Brill, Leyde 1897.

Spectorsky, S. A., « Aḥmad b. Ḥanbal’s Fiqh », JAOS 120 (1982), p. 461‑465.

Haut de page

Notes

1 Nous nous sommes intéressé spécialement aux disciples les plus proches de lui : Muhannā b. Yaḥyā al‑Šāmī (m. 248/862), Isḥāq b. Manṣūr al‑Kawsaǧ (m. 251/865), Fūzān ʿAbd Allāh b. Muḥammad b. Muhāǧir (256/870), son fils aîné Abū al‑Faḍl Ṣāliḥ (m. 266/874), Abū al-Ḥasan al‑Maymūnī (m. 274/887-888), Abū Bakr Aḥmad b. Muḥammad al‑Marrūḏī (m. 275/888), Abū Bakr al‑Aṯram (m. 275/888?), Abū Dāwud Sulaymān b. al‑Ašʿaṯ al‑Siǧistānī (m. 275/888-889), Ḥarb b. Ismāʿīl al‑Kirmānī (m. 280/893-94), son fils cadet ‘Abd Allāh b. Aḥmad b. Ḥanbal (m. 290/923).

2 Dont Abū al-Ḥasan ʿAlī b. Hāšim b. al‑Barīd al‑Kūfī (m. 179/795), Abū Yūsuf Yaʿqūb (m. 182/798), Hušaym b. Bašīr )m. 183/799-800), Abū Muʿāwiya al‑Ḍarīr (m. 195/810), ʿUbayd Allāh b. Mūsā al‑ʿAbsī (m. 213/828).

3 Le premier à contester son titre de juriste est Abū Ǧaʿfar al‑Ṭabarī (m. 310/923), voir Yāqūt al-Ḥamawī, Muʿǧam al-udabā’, éd. D. S. Margoliouth, Le Caire 1355/1936-1357/1938, XVIII, p. 59 ; L. Daaïf, « Ibn Ḥanbal, un faqīh (jurisconsulte) controversé », Horizons Maghrébins 51 (2004), p. 49‑50.

4 Voir Ibn Ḥanbal, al-ʿAqīda. Riwāyat Abū Bakr al-Ḫallāl, éd. ʿAbd al-ʿAzīz ʿIzz al-Dīn al-Sayrawān, Damas, 1408/1988, p. 125 ; Ibn Kaṯīr, al-Bidāya wa-l-nihāya, éd. ʿA. b. ʿAbd al-Muḥsin al-Turkī, 2e éd. Riyad 2003/1424, XIV, p. 392 : « wa-kāna yuḥibbu al-taqallul ṭalaban li-ḫiffat al-ḥisāb ». Ou encore ce propos dans Ibn al-Ǧawzī, Manāqib al-imām Aḥmad Ibn Ḥanbal, éd. ʿA. b. ʿAbd al-Muḥsin al-Turkī, Le Caire 1409/[1988], p. 271, rapporté également par Abū Bakr al‑Marrūḏī : « Ce que l’on a de moins en ce bas monde contribue à écourter la durée de la rétribution [dans l’autre] (mā qalla min al-dunyā kāna aqalla li‑l‑ḥisāb) ».

5 « Al-dunyā qalīluhā yuǧziʾ wa kaṯīruhā lā yuǧziʾ », cf. Ibn Abī Ḥātim, Kitāb al-Ǧarḥ wa‑l‑taʿdīl, éd. ʿAbd al‑Raḥmān al‑Yamānī, Hyderabad 1973, I, p. 305 ; al-Ḏahabī, Siyar aʿlām al-nubalāʾ, éd. Šuʿayb al-Arnaʾūṭ et al., Beyrouth 1981-1988/1401-1408, XI, p. 208 ; Ibn al-Ǧawzī, Manāqib, p. 270.

6 « Innamā huwa ṭaʿām dūna ṭaʿām, wa-libās dūna libās, wa-innahā ayyām qalāʾil », cf. Ibn Ḥanbal, Kitāb al‑Waraʿ, bi-riwāyat Aḥmad b. Muḥammad b. al-Ḥaǧǧāǧ al‑Marwazī (sic), éd. Zaynab Ibrāhīm al‑Qārūṭ, Beyrouth, 1403/1983, p. 72‑73 ; Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, éd. M. Ḥāmid al-Fiqī, Le Caire 1371/1952, I, p. 171 ; Ibn al‑Ǧawzī, Ṣifat al‑ṣafwa, Hyderabad, 1355-1356/[1960‑1961], II, p. 195. Sur Šuǧāʿ b. Maḫlad, Ibn al‑Ǧawzī, Ṣifat al‑ṣafwa, p. 171‑172.

7 Al-Makkī, Qūt al-qulūb fī muʿāmalat al-maḥbūb, Le Caire 1310/1892, réimp. Beyrouth s. d., I, p. 267 : « lā zuhd illā zuhd Uways, balaġa bihi al‑ʿury ḥattā qaʿada fī qawṣara ». Le même énoncé formulé différemment est attribué à Bišr al‑Ḥāfī : « Hāḏā Uways, ʿariya ḥattā qaʿada fī qawṣara », cf. Ibn Ḥanbal, Kitāb al‑Waraʿ, p. 72.

8 Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, I, p. 174 : « […] kāna abī yabʿaṯu ḫalfī iḏā ǧāʾahu raǧūlun zāhidun mutaqaššifun li‑anẓura ilayhi. Yuḥibbu an akūna miṯlahum, aw yarānī miṯlahum. Wa lākinna Allāh yaʿlamu mā daḫaltu fī hāḏā al‑amr illā li‑daynin ġalabanī wa-kaṯrati ʿiyāl ». Sur ce genre de visite, on peut se reporter à un autre récit rapporté par son fils Ṣāliḥ, sur un ascète qu’Ibn Ḥanbal a reçu chez lui, et avec qui il a eu une conversation sur le renoncement, voir Ibn Abī Ḥātim, al-Ǧarḥ, I, p. 304‑305 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 207‑208. Il eut une autre discussion avec l’ascète traditionniste Abū ʿAlī Ismāʿīl b. Yūsuf al‑Daylamī (m. 255/868-869) lorsque celui‑ci était en visite chez lui, cf. al‑Baġdādī, Taʾrīḫ Baġdād, éd. ʿA. B. Maʿrūf, Beyrouth, 2001/1422, VII, p. 260 ; Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, I, p. 107‑108. 

9 Ibn Ḥanbal, Kitāb al-Waraʿ, p. 7 ; Ibn al-Ǧawzī, Manāqib, p. 364 : « mā aʿdilu bi-l-faqr šayʾan, mā aʿdilu bi‑l‑faqr šayʾan. Anā afraḥu iḏā lam yakun ʿindī šayʾun ».

10 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya, XIV, p. 392 : « lā aʿdilu bi-faḍl al-faqr šayʾan » ; W. M. Patton, Aḥmed Ibn Ḥanbal and the Miḥna, Leyde 1897, p. 46.

11 Ibn al-Ǧawzī, Ṣifat al-ṣafwa, II, p. 195 : « Mon jour le plus heureux est celui où je me lève ne possédant rien (Asarru ayyāmī ilayya yawma uṣbiḥu wa-laysa ʿindī šayʾun) ».

12 À cet égard il faut rappeler que les sentences mystiques ultérieures cautionnent cette approche. Voir, à titre d’exemple, l’un des manuels soufis les plus célèbres : Sarrāǧ (al- ), Kitāb al-Lumaʿ, éd. ʿAbd al-Ḥalīm Maḥmūd et Ṭaha ʿA. Surūr, Le Caire 1960/1380, p. 73 où l’auteur fait remarquer en guise de conclusion que « Le zuhd suppose d’embrasser le dénuement par choix préférentiel ».

13 C’est ainsi qu’il a confié à al-Marrūḏī au sujet d’une personne endurant l’indigence et la faim, qu’il aurait souhaité qu’elle continue à vivre ainsi jusqu’à la mort, voir Abū Yaʿlā, Kitāb al‑Tawakkul, éd. Yūsuf b. ʿAlī al‑Ṭarīf, Riyad, 1435/2014, p. 61 : « Fa‑qāla : Laytahu dāma ʿalā al-faqr wa‑l‑ǧūʿ ilā al‑mamāt ».

14 De l’avis d’Abū Muḥammad ʿAbd Allāh b. ʿAbd al-Raḥmān al-Samarqandī (m. 255/868) : « […]inna Aḥmad ṣabara ʿalā l‑faqr sabʿīna sana : […]Aḥmad a enduré la pauvreté pendant soixante‑dix ans », voir al‑Iṣfahānī, Ḥilyat al‑awliyāʾ wa‑ṭabaqāt al‑aṣfiyāʾ, Le Caire 1932‑1938, réimp. Beyrouth 1988, IX, p. 176 ; al‑Maqdisī, Miḥnat al‑Imām Aḥmad b. Muḥammad Ibn Ḥanbal, éd. ʿAbd Allāh b. ʿA. al-Turkī, Le Caire 407/1987, p. 125.

15 « Subḥān Allāh ! niʿma al-ṣabr ʿalā al-faqr. Mā aʿdilu bi‑l‑ṣabr ʿalā al‑faqr šayʾan. Tadrī al‑ṣabr ʿalā al‑faqr ayya šayʾin huwa ?! Wa-qāla : ‘‘ kam bayna man yuʿṭā min al-dunyā li-yuftatan, ilā āḫara tazwī ʿanhu !’’ », Ibn Ḥanbal, Kitāb al-Waraʿ, p. 76 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 365 ; Ibn Kaṯīr, al-Bidāya, XIV, p. 392 ; N. Hurvitz, The Formation of Ḥanbalism. Piety into Power, Londres 2002, p. 95.

16 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya, XIV, p. 392 : « […] fa-inna al-ṣabr ʿalayhi aʿẓamu marāratan wa-inziʿāǧuhu aʿẓamu ḥālan min al-šukr ».

17 Abū Bakr al-Aṯram, Min suʾālāt Abī Bakr Aḥmad b. Muḥammad b. Hāniʾ al‑Aṯram Abā ʿAbd Allāh Aḥmad b. Ḥanbal, éd. ʿĀmir Ḥasan Ṣabrī, Beyrouth 1425/2004, p. 32 : « […] yusʾal ʿan qawl al-nabī : aʿūḏu bika min al-faqr, kayfa hāḏā wa-fī al-faqr mā fīhi min al-faḍl ? Fa-qāla : Innamā istaʿāḏa al-nabī min faqr al-qalb ». Voir aussi Ibn Raǧab, Kitāb al-Ḏayl ʿalā Ṭabaqāt al‑ḥanābila, éd. Muḥammad Ḥ. al‑Fiqī, Le Caire 1952/1372-1953/1372, I, p. 135 : « […] innamā arāda bihi faqr al-qalb ».

18 À l’égard d’un bienfaiteur inconnu qui lui aurait fait une donation pour le secourir lui et sa famille lors d’une période d’extrême pauvreté sous le règne du calife al‑Wātiq (m. 232/847), voir Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al‑Imām, al‑Imām Aḥmad Ibn Ḥanbal, éd. Fuʾād ʿAbd al-Munʿim Aḥmad, Alexandrie 1404/1984, p. 44‑45 ; al‑Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 178 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 315‑316 ; Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ madīnat Dimašq, éd. M. Al‑Dīn Abū Saʿīd ʿU. b. Ġarāma al‑ʿAmrawī, Beyrouth 1995/1416-2001/1421, V, p. 306 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 205-206, 212. Il déclina également une somme de 3 000 dinars que lui avait offert le traditionniste Abū ʿAlī al‑Ḥasan al‑Ǧarawī (m. 257/870/871) d’un héritage légal reçu d’Égypte, voir Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 317 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Muḫtār min manāqib al‑aḫyār, éd. Maʾmūn al‑Ṣāġirǧī et al., Al-Aïn 2003/1424, I, p. 326‑327 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 214 et XII, p. 334‑335. Toutefois, cette information ne figure pas dans la notice de ce personnage dans Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, I, p. 135‑136, § 166. Sur d’autres dons provenant de divers personnages d’origines géographiques différentes, voir Ibn al-Ǧawzī, Manāqib, p. 320‑323.

19 Ce cas s’illustre par le refus du don de son compagnon Yazīd b. Hārūn al‑Wāsiṭī (m. 206/821), cf. Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, V, p. 305 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 193. À propos d’une autre histoire avec d’autres condisciples, voir al‑Mizzī, Tahḏīb al‑Kamāl fī asmāʾ al‑riǧāl, éd. Baššār ʿA. Maʿrūf, Beyrouth 1980‑1992/1400‑1412, I, p. 459‑460 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 230.

20 Plusieurs exemples dans al-Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 174 et suiv. ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 258, p. 262, p. 265 et passim ; Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, V, p. 301 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya, XIV, p. 387‑388 ; voir aussi N. Hurvitz, The Formation of Ḥanbalism, p. 96‑97.

21 Il s’agit d’un personnage anonyme désigné sous l’épithète de šayḫ, voir Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 314 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 191‑192.

22 Voir Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, V, p. 305 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 347 ; al‑Mizzī, Tahḏīb al-kamāl, I, p. 460 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya, XIV, p. 388 ; W. M. Patton, Aḥmed Ibn Ḥanbal, p. 51.

23 Ibn Ḥanbal, Kitāb al-Waraʿ, p. 152 : « Rendez l’argent et tenez‑vous à l’écart de tout cela (ruddūhā wa‑lā taʿriḍū li-šayʾin min hāḏā) ».

24 Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, I, p. 195 : « Māta Abū ʿAbd Allāh wa‑lahu ʿindahu ḫamsūn dīnāran. Awṣā Abū ʿAbd Allāh an tuʿṭā min ġallatihi fa‑lam yaʾḫuḏhā Fūzān baʿd mawtihi wa‑aḥallahu minhā ».

25 Ibn Ḥanbal aurait exprimé cette préférence pour les gens de piété ascétique à plusieurs occasions en invoquant des personnages ascétiques hauts en couleur, tels que l’ascète et mystique Abū Maḥfūẓ Maʿrūf al‑Karḫī. Voir sur lui, cf. Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, I, p. 381-389, n° 498 ; Ibn al‑Ǧawzī, Ṣifat al‑ṣafwa, II, p. 179‑183 ; al‑Ḏahabī, Siyar, IX, p. 340‑345 ; R. A. Nicholson, The Idea of Personality in Ṣūfism, Cambridge 1923, p. 9. Ne perdons pas de vue toutefois que cette information est à prendre avec précaution, étant rapportée par Abū Saʿīd Ibn al‑Aʿrābī (m. 340/952) dont la fiabilité était peu sûre. Selon ce dernier, lors d’une séance de discussion, Ibn Ḥanbal aurait pris la défense de Maʿrūf contre une personne qui l’estimait de peu de science, et à laquelle il aurait rétorqué : « Cela suffit ! Que Dieu te pardonne. Et espère‑t‑on de la science autre chose que ce à quoi était parvenu Maʿrūf ? (Amsik ! ʿĀfāk Allāh. Wa-hal yurād min al-ʿilm illā mā waṣala ilayhi Maʿrūf ) », voir Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, I, p. 382 ; al‑Ḏahabī, Siyar, IX, p. 340 ; et sur Maʿrūf, Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, I, p. 381‑389, n° 498 ; N. Hurvitz, The Formation of Ḥanbalism, p. 94 ; N. Hurvitz, « Schools of Law and Historical Context: Re-examining the Formation of the Ḥanbalī madhhab », Islamic Law and Society 7 (2000), p. 54 ; Ch. Melchert, Ahmad ibn Hanbal, Oxford 2006, p. 114 ; Ch. Melchert, « The Ḥanābila and the Early Sufis », Arabica 48 (2001), p. 356. De son côté, Maʿrūf est rapporté avoir témoigné de l’estime à Ibn Ḥanbal dans la personne duquel il décelait les traits de la piété ascétique (āṯār al‑nusk). Il aurait entendu Ibn Ḥanbal tenir des propos pleins de bonté dont celui‑ci, formulé suivant le style prosodique cher à Maʿrūf : « Quiconque est conscient qu’il sera oublié après sa mort, il accomplit les bonnes actions et se détourne des mauvaises (man ʿalima annahu iḏā māta nusī, aḥsana wa‑lam yusī (sic) », cf. Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, I, p. 381 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 109.

26 Même en pleine épreuve (miḥna) sous le calife al-Wāṯiq (r. 227/842‑232/847), aux quelques juristes et savants de Bagdad venus solliciter ses lumières au sujet de l’enseignement de la doctrine muʿtazilite du Coran créé, imposée dans les écoles élémentaires par le juge supérieur Ibn Abī Duʾād (m. 240/854), Ibn Ḥanbal aurait conseillé de se résigner et de condamner l’hérésie dans leur for intérieur, sans se rebeller : « ʿalaykum bi-l-nukra bi-qulūbikum wa-lā taḫlaʿū yadan min ṭāʿa wa-lā tašuqqū ʿaṣā al-muslimīn [...] wa‑lā taʿǧalū wa‑iṣbirū ḥattā yastarīḥa barr », cf. Ḥanbal b. Isḥāq, Ḏikr miḥnat al-Imām, p. 71 ; voir aussi al‑Ḫallāl, al‑Sunna, I, p. 133, § 90, Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, I, p. 144.

27 H. Laoust, Essai sur les doctrines sociales et politiques d’Ibn Taymīya, Le Caire 1939, p. 603.

28 Ibn Qudāma, al-Muntaḫab min al‑ʿIlal li‑l‑Ḫallāl, éd. Abū Muʿāḏ Ṭ. b. ʿAwaḍ Allāh, Riyad-Le Caire 1418/1998, p. 169, n° 89 : « [...] Celui que vous verrez en train de diviser la communauté de Muḥammad alors qu’elle est unie, tuez-le, quel qu’il soit ([...] fa‑man raʾaytumūhu yufarriqu ummata Muḥammad, wa‑hiya ǧamīʿ fa‑uqtulūhu, kāʾinan man kāna min al-nās) ».

29 Ibn Qudāma, al-Muntaḫab, p. 171‑172, n° 92.

30 Voir al-Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 176 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 517. Sur sa désapprobation des dons du calife, Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 513‑318 ; Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, II, p. 279 : « Il déconseille la fréquentation des princes ».

31 Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām, p. 107‑111 ; Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, I, p. 11 ; al‑Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 213‑214 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 278‑279 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya, XIV, p. 387, p. 388, 416 ; N. Hurvitz, The Formation of Ḥanbalism, p. 147‑148 ; Ch. Melchert, The formation of the Sunni schools of law, 9th-10th centuries C.E., Leyde 1997, p. 140 ; S. A. Spectorsky, « Aḥmad b. Ḥanbal’s Fiqh », JAOS 120 (1982), p. 85.

32 Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 177 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 214 qui commente ainsi le récit pour confirmer les propos d’Ibn Taymiyya : « Je dis : parce qu’il a avait accepté les cadeaux d’al‑Mutawakkil (qultu : li‑annahu aḫaḏa ǧāʾizat al‑Mutawakkil) » ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya, XIV, p. 388 (cite le même commentaire attribué à al‑Bayhaqī). Voir aussi N. Hurvitz, The Formation of Ḥanbalism, p. 69.

33 La somme est estimée à 1 000 dinars dans Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām, p. 106 ; Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 213.

34 Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām, p. 107 ; Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 213‑214 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 214 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya, XIV, p. 388.

35 Ibn Kaṯīr, al-Bidāya, XIV, p. 419.

36 Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al‑Imām, p. 108 ; Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 214 : « Il se tourna vers son oncle paternel et lui dit : tu t’es comporté en hypocrite et en menteur à mon égard […] tu as prétendu que tu ne toucherais pas à cet argent, et tu l’as pris (iltafata ilā ʿammihi wa-qāla lahu : nāfaqtanī wa-kaḏḏabtanī [...] zaʿamta annaka lā taʾḫuḏ min hāḏā šayʾan ṯumma aḫaḏtahu) ».

37 Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al-Imām, p. 108 ; Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 214 : « Il mit un terme à sa relation avec lui, cessa de prier dans la mosquée et se rendit à une autre moquée pour y prier (ṯumma haǧarahu, wa‑taraka al‑ṣalāt fī al‑masǧid, wa‑ḫaraǧa ilā masǧid ḫāriǧ yuṣallī fīhi) ».

38 On lira avec intérêt les remarques que tire N. Hurvitz de la grande estime que témoigne Ibn Ḥanbal à ʿAbd al‑Wahhāb, non pour son savoir religieux, mais pour son ascèse et sa dévotion sincère à Dieu au point de le désigner comme son successeur, N. Hurvitz « Schools of Law », p. 59‑60. Toutefois, la suggestion de l’auteur laisse à désirer quand il suppose que ce récit aurait été inséré sciemment par al‑Marrūḏī dans sa recension du Kitāb al‑Waraʿ, afin de faire prévaloir les valeurs morales et ascétiques sur les connaissances religieuses.

39 Ibn al-Ǧawzī, Manāqib, p. 377 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 305. Voir aussi sur le ḫumūl, Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, V, p. 309. Mentionnant ʿAbd al-Wahhāb al‑Warrāq, H. Laoust nous fait savoir dans « Le hanbalisme sous le califat de Bagdad (241/855-656/1258) », REI 27 (1959), p. 71, et dans La profession de foi d’Ibn Baṭṭa, Damas 1958, p. LX (où il le cite, par erreur, sous le nom de ʿAbd Allāh au lieu de ʿAbd al‑Wahhāb) qu’en plus d’être disciple d’Ibn Ḥanbal, il était aussi un disciple de Bišr b. al‑Ḥāriṯ al‑Ḥāfī. Mais cette information n’est hélas confirmée dans aucune source que nous avons consultée.

40 Ibn Abī Ḥātim, al-Ǧarḥ, I, p. 306 ; Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, V, p. 309 ; al‑Ḏahabī, Siyar, XI, p. 207 : « Yā ʿamm, ṭūbā li-man aḫmala Allāh ḏikrahu » ; voir aussi Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al-ḥanābila, I, p. 12, II, p. 279 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 376.

41 Voir en ce sens, par exemple, le propos attribué à al-Fuḍayl Ibn ʿIyāḍ (m. 187/803), où il met en garde contre la fréquentation des autorités politiques, dans al‑Iṣfahānī, Ḥilya, VIII, p. 104 : « Il n’y a rien à reprocher à une personne à partir du moment où elle est dotée de trois qualités : qu’elle ne soit pas esclave de ses passions, n’injurie pas les Anciens et ne fréquente pas les détenteurs de l’autorité [politique] (Mā ʿalā al‑raǧul iḏā kānat fīhi ṯalāṯ ḫiṣāl : iḏā lam yakun ṣāḥib hawā, wa‑lā yaštum al-salaf, wa‑lā yuḫāliṭ al‑sulṭān) ».

42 Il se serait excusé par écrit auprès du Muḥammad b. ʿAbd Allāh b. Ṭāhir, le gouverneur d’Iraq, pour ne pas avoir à se rendre chez lui : « Je suis un homme qui ne fréquente pas les autorités. Le Commandeur des croyants m’a dispensé de faire ce que je désapprouve, et ceci fait partie de ce que je désapprouve (anā raǧulun lam uḫāliṭ al-sulṭān, wa-qad aʿfānī amīr al-muʾminīn mimmā akrah, wa-hāḏā mimmā akrah) », cf. Ṣāliḥ b. Aḥmad, Sīrat al‑Imām, p. 124 ; al‑Iṣfahānī, Ḥilya, IX, p. 220 ; Ibn al‑Ǧawzī, Manāqib, p. 511. Voir aussi M. Cook, Commanding right and forbidding wrong in Islamic thought, Cambridge 2001, p. 103‑104.

43 W. M. Patton avait déjà mis l’accent sur cet aspect du caractère d’Ibn Ḥanbal, voir Aḥmed Ibn Ḥanbal, p. 150‑151, p. 193‑194.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lahcen Daaif, « Ibn Ḥanbal (m. 241/855) :
la dynamique d’une piété ascétique »
Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 128 | 2021, 421-434.

Référence électronique

Lahcen Daaif, « Ibn Ḥanbal (m. 241/855) :
la dynamique d’une piété ascétique »
Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 128 | 2021, mis en ligne le 19 juillet 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/asr/3883 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.3883

Haut de page

Auteur

Lahcen Daaif

Chargé de conférences, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses, Ciham (CNRS)-Université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search