Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Résumés des conférencesÉpigraphie bouddhique de la Corée...

Résumés des conférences

Épigraphie bouddhique de la Corée médiévale
(Xe-XIVe s.) : les carrières monastiques décrites
dans les épitaphes enterrées de religieux

Yannick Bruneton
p. 57-72

Résumé

En 2020-2021 a été ouverte à l’EPHE une direction d’études en « bouddhisme coréen » donnant lieu à un séminaire traitant d’épigraphie bouddhique (le genre des épitaphes enterrées de religieux bouddhistes kosŭng myojimyŏng 高僧墓誌銘 pour la période du Koryŏ, 918-1392) ainsi qu’à une « troisième heure » d’initiation au chinois classique en sino-coréen, hanmun 漢文. En dépit d’un déroulement intégralement effectué en visio-conférences en raison du contexte sanitaire, le public estudiantin (mastérants et doctorants de l’université de Paris et de l’EHESS, tous auditeurs libres), peu nombreux mais assidu, a permis à la formation d’être effective de manière fructueuse dès sa création. La lecture des épitaphes enterrées de religieux devrait se poursuivre en 2021-2022.

Haut de page

Entrées d’index

Thèmes :

Bouddhisme coréen
Haut de page

Texte intégral

1En 2020-2021 a été ouverte à l’EPHE une direction d’études en « bouddhisme coréen » donnant lieu à un séminaire traitant d’épigraphie bouddhique (le genre des épitaphes enterrées de religieux bouddhistes kosŭng myojimyŏng 高僧墓誌銘 pour la période du Koryŏ, 918-1392) ainsi qu’à une « troisième heure » d’initiation au chinois classique en sino-coréen, hanmun 漢文. En dépit d’un déroulement intégralement effectué en visio-conférences en raison du contexte sanitaire, le public estudiantin (mastérants et doctorants de l’université de Paris et de l’EHESS, tous auditeurs libres), peu nombreux mais assidu, a permis à la formation d’être effective de manière fructueuse dès sa création. La lecture des épitaphes enterrées de religieux devrait se poursuivre en 2021-2022.

I. Ouverture d’un poste « bouddhisme coréen » à l’EPHE en 2020

I.1. Signification de l’offre de formation en « bouddhisme coréen » dans la section des Sciences religieuses de l’EPHE

  • 1 Selon les annuaires de la Section des sciences religieuses numérisés accessibles sur Persée (https: (...)
  • 2 En 1948, Charles Haguenauer donnait lecture du Konjaku mono gatari. La mention de la Corée relève t (...)
  • 3 1964 : Mlle Park Byeongsun, 1923-2011, puis, à partir de 1968, M. Li Ogg, 1928-2001.

2L’ouverture du poste de directeur d’études cumulant du « Bouddhisme coréen » de la 5e section renoue avec la tradition de l’enseignement sur les religions de la Corée à l’EPHE après un quart de siècle d’interruption. Le dernier enseignant en activité dans ce domaine fut M. Alexandre Guillemoz (1941-2021), anthropologue spécialiste du chamanisme coréen à l’EHESS, en exercice jusqu’en 1993-1994. À l’EPHE, les religions de la Corée n’ont jamais fait l’objet d’un enseignement indépendant, celles-ci étant intégrées d’abord dans les « Religions de l’Extrême-Orient1 » (Chine, Corée et Japon ou Corée, Japon) à partir de 19482 et jusqu’en 1974, puis dans les « Religions et traditions populaires du Japon » (1975-1981), enfin dans les « Religions de la Chine » (1981-1994). Dans le cadre de l’enseignement dispensé par M. Charles Haguenauer (1896-1976) puis par M. Hartmut Rotermund (né en 1939), les Annuaires de la section attestent les débuts d’interventions ou de conférences sur la Corée à partir des années 19603 ; celles-ci traitant de la mythologie coréenne, des croyances populaires, du chamanisme.

  • 4 Dans la base sudoc.abes, le nombre de thèses de doctorat comportant les mots sujets « boud-dhisme » (...)
  • 5 L’emploi de ce néologisme semble pertinent dans le cas coréen dans la mesure où le taoïsme y occupa (...)

3Le choix de développer les études sur le bouddhisme de Corée positionne l’EPHE de manière originale en France et en Europe où un tel poste, à ma connaissance, n’existe pas dans les structures académiques actuelles. Une telle stratégie s’inscrit donc à la fois dans la fidélité à des pratiques académiques, mais aussi dans un engagement audacieux et de nouveau précurseur de l’établissement. Conscient de cet héritage, celui qui en est chargé ne peut que mesurer la responsabilité qui lui incombe et déployer ses efforts afin d’être à la hauteur de la tâche que représente le développement d’un champ d’études resté embryonnaire en France4. L’approche des études sur le bouddhisme de la Corée qu’il propose à l’EPHE est une approche historique et historiographique centrée sur la période médiévale de la Corée correspondant à la dynastie des Wang du Koryŏ (918-1392), où le bouddhisme était religion d’État dans un contexte de cour « bouddho-confucéen5 ».

I.2. Enjeux et perspectives du séminaire

4Dans une perspective de développement des études sur le bouddhisme de la Corée en France, le séminaire ambitionne d’aborder l’histoire du bouddhisme coréen dans la longue durée en prenant appui sur le travail de fond que représentent la traduction et l’analyse critique de sources primaires telles que l’épigraphie boud-dhique (stèles funéraires de religieux 高僧碑文, épitaphes 高僧墓誌銘, stèles de monastère 寺碑), la Biographie de Kyunyŏ (均如傳, 923-973 ; indexée H0060 dans la Collection complète des écrits bouddhiques de Corée, 韓國佛敎全書) et les « Histoires oubliées des Trois Royaumes », Samgug yusa (三國遺事, T.2035). Il s’agit in fine de former une nouvelle génération de spécialistes du bouddhisme coréen selon les approches des sciences humaines et sociales.

5D’une manière générale, l’intérêt de l’étude de l’épigraphie bouddhique réside dans le fait qu’elle constitue une source d’informations (le plus souvent officielle) faisant contre-point aux thèses critiques envers le bouddhisme d’État et la doctrine bouddhique qui furent développées dans l’histoire dynastique officielle, le Koryŏsa (高麗史, 1451, abrégé en KRS) principale source organisée sur le boud-dhisme d’État du Koryŏ. L’idéologie anti-bouddhique développée dans l’administration à partir du xive siècle et qui présida à la compilation de l’histoire dynastique a produit en effet directement ou indirectement (par l’occultation d’informations) de nombreux biais historiographiques. Il en résulte une difficulté à comprendre le déroulement des carrières de religieux sortis du monde séculier.

6La « carrière » des moines, au sens large, désigne la vie des religieux depuis leur « sortie de la famille » ch’ulga (出家) jusqu’à leur mort. Au sens étroit du terme, elle correspond à la « carrière administrative » des religieux fonctionnaires dans un contexte où l’organisation du monde monastique présente un haut degré de fonctionnarisation : depuis la nomination à un poste (généralement de supérieur de monastère chuji 住持) jusqu’à leur retraite (sollicitée directement auprès du souverain lorsqu’il s’agit de religieux haut placés dans la hiérarchie cléricale).

7À travers l’étude de ces sources, il s’agit de comprendre la place du bouddhisme, de sa doctrine (cosmologie, morale), de ses institutions (à différentes échelles), et de ses adeptes (fidèles et religieux) comme acteurs dans la société coréenne.

  • 6 Regrettablement, il n’existe pas de rapport de fouilles archéologiques permettant, à ce jour, de co (...)

8Dans un premier temps, le séminaire s’attache à l’étude du genre épigraphique des épitaphes enterrées de religieux bouddhistes en raison du caractère circonscrit et limité du corpus qu’il constitue, point d’appui pour l’analyse de sources plus amples, mais produites par les mêmes milieux lettrés, comme les inscriptions sur stèle funéraire ou stèle de stoupa. Du point de vue historique, l’épitaphe enterrée, déposée dans la sépulture en même temps que le défunt6 et ayant pour fonction première d’identifier celui-ci, consiste principalement en une biographie, même si celle-ci est présentée comme la « préface »  (序) d’un court éloge funéraire versifié myŏng (銘).

II. Épigraphie bouddhique de la Corée médiévale (xe-xive s.) : les carrières monastiques décrites dans les épitaphes enterrées de religieux (séminaire)

II.1. Le corpus étudié

  • 7 Kim Yongsŏn (né en 1951), actuellement professeur au département d’Histoire de l’Université Hallim (...)
  • 8 La numérisation des inscriptions a contribué au développement rapide des études épigraphiques en Co (...)

9Le corpus étudié du genre des épitaphes enterrées de religieux bouddhistes du Koryŏ représente un ensemble de vingt inscriptions, principalement datées du xiie siècle, période considérée comme celle de l’apogée des institutions et de la culture aristocratique : entre les règnes de Munjong et de Ŭijong (1046-1170). Le recensement des épitaphes enterrées de moines se réfère à la Collection des épitaphes enterrées du Koryŏ de Kim Yongsŏn7 de 1993 (cf. bibliographie), ainsi qu’à la base de données numérisées8 du National Institute of Korean History (cf. webographie). Le genre des épitaphes enterrées représente près de la moitié (47 %) des inscriptions du Koryŏ dont la moitié d’entre elles relèvent de l’épigraphie bouddhique. Au bout du compte, les myojimyŏng de religieux constituent environ 6 % des épitaphes enterrées de la Corée médiévale. La plupart des épitaphes enterrées du Koryŏ, laïcs et religieux inclus, prend la forme de plaques d’ardoise noire rectangulaires (長方形 烏石) inscrites sur une ou deux faces et dont les dimensions auraient dépendu du rang administratif.

 

10Liste des épitaphes enterrées par ordre chronologique :

  • Épitaphe du maître d’État Kyŏngdok (Nanwŏn), 1066
  • Épitaphe du maître d’État Taegak (Ŭich’ŏn), 1101
  • Inscriptions sur cercueil de pierre du prieur général Kyŏngnyŏm, 1102
  • Épitaphe du prieur général Tŭnggwan, 1120
  • Épitaphe du « premier siège » Chŏkso, 1139
  • Épitaphe du prieur général Kwangje, 1139
  • Épitaphe du prieur général Ch’ŏnsang, 1141
  • Épitaphe du maître d’État Wŏnmyŏng, 1141
  • Épitaphe du grand maître de Sŏn Myŏ’ŭng, 1142
  • Épitaphe du grand maître de 3e degré Myonŭng, 1143
  • Épitaphe du prieur général Wŏnjŭng, 1150
  • Épitaphe du prieur général Ch’o’o, 1153
  • Épitaphe du « premier siège » Chŏnggak, 1158
  • Épitaphe du « premier siège » Chŭngji, 1158
  • Épitaphe du grand maître de Sŏn Kwangji, 1158
  • Épitaphe d’un moine inconnu, 1167
  • Épitaphe du prieur général Kakkwan, 117
  • Épitaphe du prieur général Chŏnggak, 1188
  • Épitaphe du prieur général T’ongso, 1193
  • Épitaphe du novice Pŏbwŏn, mort précocement, 1222

11Le corpus est globalement homogène (80 %) à l’exception d’une catégorie inconnue (faute de données, 5 %), d’inscriptions (2) prenant la forme de (faux) « billets d’achat de terrain » (買地券, 10 %), d’inscriptions (1) réalisées dans un cadre vraisemblablement privé (5 %).

II.2. Les principales caractéristiques du corpus qui fondent l’intérêt de l’étude

12Le genre des épitaphes enterrées se caractérise par la présence quasi systématique d’un éloge funèbre versifié précédé d’une « préface » (composée de quelques centaines de caractères), terme désignant une biographie dont la rédaction est codifiée et construite sur le modèle des biographies produites par les historiographes. Les préfaces sont ainsi organisées en trois grandes parties : 1) état civil ; 2) carrière monastique ; 3) funérailles et traitement post mortem. Si les épitaphes enterrées de moines se conforment généralement à une telle structure, chacune constitue un cas particulier selon la nature et la précision des informations fournies. Les données accumulées permettent de dresser un idéal-type de la carrière religieuse des bouddhistes au Koryŏ, ainsi que de comprendre le contexte et le processus de rédaction ainsi que la nature des sources primitives (comme les archives laissées par le défunt).

13Les épitaphes de religieux constituent une source d’informations parmi les plus riches et les plus diversifiées relativement aux carrières monastiques du Koryŏ, puisqu’elles ne se cantonnent pas aux maîtres du roi (maîtres du roi wangsa 王師 et maîtres d’État kuksa 國師), mais prennent également pour sujet les prieurs généraux (僧統), premiers sièges (首座) et un maître de Sŏn (禪師), des ordres sŏn et kyo, qui leur sont hiérarchiquement inférieurs. Leur format homogène, la probabilité très faible de retouche des inscriptions après inhumation, leur concentration dans le temps (et sans doute dans l’espace : la région de la capitale principale, actuelle ville de Kaesong en Corée du Nord), se prête à une étude sériée et comparative.

II.3. Les enjeux de l’étude

  • 9 La première étude sur l’épigraphie coréenne daterait de l’article de 1898 que Maurice Courant consa (...)

14L’étude des épitaphes enterrées de religieux bouddhistes, à la fois individuellement et collectivement, en raison de l’homogénéité et de la datation du corpus qu’il représente, permet de saisir les conditions de déroulement des carrières monastiques du point de vue de l’histoire des institutions et des rites, ainsi que les processus de rédaction des biographies de religieux (sources, contexte et auteurs). De plus, les épitaphes apportent localement des informations inédites sur l’histoire des institutions ou bien sur l’histoire du bouddhisme ou de la dynastie, dans ses relations avec le bouddhisme. En ce sens, leur analyse permet de mettre à plat et de croiser, pourvu qu’on y investisse le temps nécessaire, un spectre très large des sources médiévales coréennes et chinoises traitant de l’histoire des institutions monastiques bouddhiques dans un contexte où l’histoire officielle est avare d’informations. La mise à plat des sources concerne également l’ensemble de l’Asie Orientale et prioritairement la Chine des Tang et des Song qui est plus documentée sur l’organisation et le fonctionnement des institutions bouddhiques d’État, tout en servant de source d’inspiration – sinon de modèle – à ses homologues coréens. La comparaison avec les sources chinoises sur des sujets précis est donc un moyen de combler, jusqu’à un certain point les lacunes de l’historiographie et de formuler des hypothèses. Une lecture attentive des textes à partir des données matérielles permet d’améliorer le déchiffrage des sinogrammes ou de le rendre plus cohérent. Elle constitue une bonne préparation pour la lecture des stèles funéraires. Le séminaire contribue ainsi à la formation d’une génération de spécialistes de la Corée médiévale, dans le domaine de l’histoire, de l’histoire du bouddhisme, de l’histoire de l’art et de l’épigraphie9.

Méthode d’analyse du corpus

  • 10 À titre d’exemple, il n’est pas rare de trouver des erreurs dans le déchiffrement de certains carac (...)
  • 11 Certaines séquences graphiques sont systématiquement évitées par les graveurs en raison du risque q (...)

15L’analyse des épitaphes enterrées de religieux bouddhistes du Koryŏ commence par confronter les transcriptions de référence avec les objets à partir de photographies et d’estampages quand ceux-ci sont disponibles sur le site Web du National Institute of Korean History (NIKH ; 國史編纂委員會). Un texte est établi sur cette base de déchiffrement où chaque sinogramme est inséré dans un support quadrillé au plus proche de la matérialité des inscriptions dans la mesure où celles-ci étaient à l’origine gravées à l’aide d’une grille préalablement tracée (afin d’assurer la régularité de l’écriture), et qui facilite également le repérage du texte en permettant d’identifier les sinogrammes dans un système de coordonnées. Parfois, il est possible de proposer une lecture différente (sinon rectifiée) de celles des éditions de référence des caractères manquants ou difficiles à lire : en considérant le contexte ou bien la graphie des sinogrammes10. Pour cela, il a été utile de se référer à des bases de données chinoises (cf. webographie) permettant de comparer différents tracés dans le style droit de Ouyang Xun (歐陽詢, 557-641) ordinairement utilisé au cours de la première moitié du Koryŏ pour l’inscription des textes épigraphiques officiels. De la sorte, il est possible de distinguer les graphies propres au style calligraphique (déjà adapté à la pratique de l’inscription et aux contraintes des supports11) de variantes graphiques. La description matérielle de chaque épitaphe donne lieu, si cela est possible, à la rédaction d’une courte synthèse précisant le matériau, les dimensions, l’aménagement du texte et les variantes graphiques. La mise au point d’une première version numérisée sert de base, dans un deuxième temps, à la présentation d’une version dite aménagée mettant en évidence la structure du texte ainsi que les éléments grammaticaux (« mots-outils » appelés parfois « mots vides » 虛辭, propres aux langues isolantes comme le chinois) et éventuellement les noms propres en vue d’en faciliter la lecture ainsi que la comparaison avec d’autres épitaphes. La lecture aménagée sert ensuite de base à une traduction mise en ligne à titre de synthèse. Les éléments les plus remarquables de l’épitaphe tels que des données inédites font l’objet d’un développement aboutissant à la lecture croisée avec d’autres sources du Koryŏ (sources officielles ou privées, épigraphiques) ou bien des Tang ou des Song, pouvant aboutir à de courtes synthèses. Une telle démarche implique une progression lente de la lecture du corpus des épitaphes mais consolide la traduction, la contextualisation, et ouvre parfois de nouvelles perspectives d’interprétation ou de nouveaux questionnements peu présents dans l’état actuel de la recherche. La démarche ne s’arrête pas à la lecture individualisée des épitaphes, elle vise à une réflexion globale sur la composition et la caractérisation de l’ensemble du corpus à travers correspondances et comparaisons. L’accumulation des cas particuliers permet in fine d’interpréter de manière fine et renouvelée cette catégorie de sources et, par extension, le genre biographique de religieux. Une réflexion devra être menée du point de vue des humanités numériques pour évaluer quels outils d’analyse seraient adaptés en vue d’une visualisation de certaines données par la cartographie de sites ou de réseaux, même si les données en présence ne sont pas « quantitatives ».

L’épitaphe 1 : le maître d’État Kyŏngdŏk alias Nanwŏn

16Épitaphe et préface de feu maître du roi et prieur général en chef du monastère de Pŏkhŭng des monts Kuryong, de titre honorifique posthume maître d’État Kyŏngdŏk, 1066

17九龍山福興寺故王師都僧統贈諡景德國師墓誌銘幷序.

 

18L’épitaphe 1 dédiée au religieux bouddhiste Nanwŏn (爛圓, 998-1066), alias Maître d’État Kyŏngdŏk (景德國師), est la plus ancienne épitaphe de religieux du Koryŏ connue à ce jour. La préface est la biographie d’un religieux au sommet de la hiérarchie cléricale : le maître d’État kuksa (國師), membre du clan des Kim d’Ansan (安山金氏), fils de Kim Ŭnbu (金殷傅, ?-1017) et frère de trois reines dont la reine mère Wŏnsŏng (元城太后) et oncle maternel de trois souverains (Munjong 文宗, Tŏkchong 德宗 et Chŏngjong 靖宗).

  • 12 Exemples : 8.8 (晴 au lieu de 疇) ; 9.8 (閒 au lieu de 間) ; 11.8 (實 au lieu de 賛) ; 14.3 (中 manquant)  (...)

19L’objet se présente sous la forme d’une plaque d’ardoise noire rectangulaire (75 cm x 37 cm), gravée de 23 colonnes de chacune treize sinogrammes (dont certains de plus petite taille) dans le style calligraphique droit de Ouyang Xun, parfois rehaussés au cinabre. Il a été proposé une lecture des caractères manquants ou incertains dans l’édition de référence de Kim Yongsŏn12. Le texte totalise 262 caractères : le titre (23 ; 8,7 %) ; la préface représente près de 81 % du texte (212 ; 80,9 %) et le poème d’éloge, un peu plus de 10 % (28 ; 10,68 %). Des sauts de caractères matérialisent le respect envers le défunt ainsi que le souverain. Une telle marque de respect vis-à-vis du maître est concordante avec le fait que le ou les auteurs du texte sont un ou des disciples.

  • 13 Expressions peu fréquentes comme chura 削周羅 au lieu de sach’e 削剃 ; t’alsin 脫身pour ch’ulga 出家 ; ch’ij (...)

20Le texte se caractérise par une évidente qualité littéraire du point de vue de la terminologie employée13, des références implicites (dans la littérature bouddhique et confucéenne) et des figures de styles. Le poème d’éloge se rattache au genre des ci (辭, « élégie ») en raison de l’emploi du caractère de pause hye (兮).

  • 14 L’histoire officielle (KRS) indique la date et le lieu de sa nomination comme maître du roi. De plu (...)

21Les grandes parties composant l’épitaphe sont d’inégale proportion : 28 % pour l’état civil (74 ; 28,2 %) ; 10 % pour la carrière (28 ; 10,7 %) ; 31 % pour les funérailles et le traitement post mortem (81 ; 30,9 %). Celles-ci reflètent les aspects de la biographie du maître à propos desquels les auteurs disciples disposaient d’information ou bien qu’ils souhaitaient mettre en valeur. Dans l’état civil, on note, de façon peu courante, la mention du frère aîné (兄) ainsi que du maître (師), dont le nom de religieux est difficile à déchiffrer et inconnu. La carrière monastique proprement dite est imprécise et abrégée en expressions impersonnelles stéréotypées en dehors de sa nomination au rang de maître du roi wangsa (vers 1058) qui constitue le sommet de sa carrière14. Le titre de l’épitaphe suggère que la promotion en « maître d’État » kuksa serait posthume (en raison de l’expression chŭngsi 贈諡). L’âge monastique mentionné après le décès permet de déduire qu’il quitta le monde séculier à l’âge de onze ans (vers 1009). Après le décès, le corps du maître ne fit pas l’objet de crémation, mais d’une double inhumation : une première, provisoire, en 1066 et une seconde, définitive, en 1072. Un stoupa et une stèle furent édifiés suggérant qu’une partie de ses reliques y fut déposée en plus du site d’inhumation. De plus, le cas de Kyŏngdŏk kuksa suggère que les maîtres d’État bénéficiaient d’un « service de protection des funérailles » hojangsa (護葬事) mobilisant une partie de l’administration religieuse et séculière.

 

22En raison de tels éléments, les lectures connexes de l’épitaphe 1 explorent trois sujets : 1) le rang de « maître d’État » (kuksa 國師 ou chin. guoshi) dans les sources coréennes (KRS) et des Song (dans l’Histoire abrégée des moines des Grands Song, Dasong Sengshilüe 大宋僧史略, T. 2126 : 244b) ; 2) la généalogie de Nanwŏn éclairée par la Biographie officielle de Kim Ŭnbu (金殷傅傳) dans le Koryŏsa (KRS, 94 : 30a-31a) ; les mentions de hojangsa dans les sources épigraphiques du Koryŏ.

23Dans l’histoire dynastique, la Biographie de Kim Ŭnbu (?-1017), est courte comparativement à l’importance du personnage, mais il n’y figure aucune mention de sa descendance. La biographie a été construite à partir de peu d’éléments et ceux-ci traitent principalement de Kim Ŭnbu en tant que père de la future reine mère Wŏnsŏng (et celui de deux autres reines). Lorsque le roi Hyŏnjong (顯宗, r. 1009-1031) fuit la capitale devant l’invasion des Khitan à la fin de 1010, il partit se réfugier dans le Sud du territoire. Abandonné par une partie des fonctionnaires, Hyŏnjong fut bien accueilli par Kim Ŭnbu qui, au bout du compte, lui offrit trois de ses filles en mariage. Ce fut la descendance de ses filles qui assura finalement la descendance de la dynastie. De plus, Kim Ŭnbu, ayant épousé la fille de Yi Hŏgyŏm (李許謙, ?-?) membre du clan des Yi d’Inju (仁州李氏), provoqua de facto une alliance matrimoniale de ce clan avec la famille royale. Or, cette alliance joua un rôle déterminant sur le destin de la dynastie dans la mesure où le clan des Yi fournit plusieurs générations de reines jusqu’au règne d’Injong (r. 1122-1146), mais faillit causer la chute de la dynastie au début du xiie s. (1126), consécutivement à la révolte de Yi Chagyŏm (李資謙, ?-1126), issu de ce même clan. D’une manière générale, le cas du maître d’État Kyŏngdŏk invite à considérer les nominations au rang de kuksa en relation avec les rapports de parenté avec la famille royale. La Biographie de Kim Ŭnbu, associée aux données du Koryŏsa permettent de construire une généalogie du maître Nanwŏn mettant en évidence son lien de parenté avec Ŭich’ŏn.

24La lecture de l’origine et de l’histoire des « maîtres d’État » en Chine atteste par comparaison l’originalité des institutions bouddhiques du Koryŏ en matière de maîtres du roi, en raison de leur caractère permanent et régulier qui explique que les travaux de l’historien Hŏ Hŭngsik ont permis d’identifier plus de soixante-dix maîtres royaux au long des trente-quatre générations de souverain de la dynastie des Wang (Hŏ, H., 1996 : 428-434).

25Quant à la pratique du « service de protection des funérailles », sa mention dans six stèles funéraires de religieux entre 1053 et 1172 confirme l’hypothèse que celui-ci s’inscrit dans le protocole des funérailles des maîtres royaux. Les hojangsa mobilisaient des fonctionnaires religieux du bureau des affaires bouddhiques sŭngnoksa (僧錄司, au sens étroit « bureau d’enregistrement du Saṃgha ») ainsi que des devins d’État du bureau d’astrologie t’aesaguk (太史局) séculiers qui assistaient aux funérailles, vraisemblablement en en réglant des aspects pratiques (tels que le choix de dates et du site de sépultures, prises en charge des aspects rituels ou de l’organisation de cérémonies).

L’épitaphe 2 : le maître d’État Taegak alias Ŭich’ŏn

26Épitaphe enterrée et éloge avec préface de feu le grand révérend de titre posthume sur décret, maître d’État Taegak du Grand monastère de Sŏngil Hŭngwang (Saint Soleil, Royauté florissante) du royaume du Koryŏ, 1101

27高麗國大聖日興王寺故國師詔諡大覺大和尙墓誌銘幷序

 

  • 15 Une biographie officielle dans l’histoire dynastique (dans la catégorie des membres de la famille r (...)

28L’épitaphe enterrée de Ŭich’ŏn (義天, 1055-1101), alias Maître d’État Taegak présente des liens étroits avec l’épitaphe 1 dans la mesure où le religieux est le petit-neveu de Maître Nanwŏn qui fut son maître des bienfaits, qui lui rasa la tête au moment de sa sortie du monde séculier vers l’âge de onze ans (vers 1066) et qui l’instruisit. Le cas de Ŭich’ŏn est particulier par de nombreux aspects dans la mesure où il joua un rôle exceptionnel dans le renouvellement des études doctrinales au Koryŏ notamment grâce à un séjour d’études d’une année qu’il effectua chez les Song (entre la cinquième lune de 1085 et la cinquième lune de 1086), mais également parce qu’il fonda l’école Ch’ŏnt’ae (天台宗), ayant fait le serment, lors de son voyage, de diffuser l’enseignement de Zhiyi (智者大師, 539-598), fondateur de l’école Tiantai (天台宗) sous les Sui. La création de l’école Ch’ŏnt’ae aboutit à une reconfiguration des écoles bouddhiques du Koryŏ puisque celle-ci absorba une grande partie des lignées spirituelles du Sŏn (禪宗). En outre, en tant que quatrième fils du roi Munjong (文宗, r. 1046-1083), il entretint des relations suivies avec la cour et les souverains successeurs de Munjong (du 12e au 15e souverain de la dynastie) dont il était le jeune frère (Sunjong 順宗, Sŏnjong 宣宗, Sukchong 肅宗) ou l’oncle (Hŏnjong 獻宗). Il fut par ailleurs un collectionneur et un compilateur d’Écritures et de textes bouddhiques à l’échelle de l’Asie Orientale, mais aussi du Koryŏ, dont l’impression permit une large diffusion (via le « conseil temporaire de la Corbeille des doctrines », 敎藏都監). Pour toutes ces raisons, le moine fit l’objet de plusieurs biographies15 dont deux inscriptions sur stèle dans deux monastères, le rattachant à la tradition des deux écoles de Hwa’ŏm et Ch’ŏnt’ae. Il est sans doute la figure religieuse parmi les plus remarquables du Koryŏ et bénéficie du traitement individuel le moins négatif dans l’histoire officielle. À ce titre, il méritait une attention particulière, expliquant que son étude a occupé une grande partie du séminaire de l’année 2020-2021.

29En tant qu’objet, l’épitaphe se présente sous la forme d’une plaque d’ardoise noire rectangulaire (29,4 cm x 42 cm), inscrite sur ses deux faces. Le recto est gravé de 16 colonnes comportant chacune 27 caractères dans le style droit de Ouyang Xun, parfois rehaussés au cinabre, pour un total de 424 sinogrammes ; le verso compte quant à lui 14 colonnes (même nombre de caractères par colonne et même style calligraphique) pour un total de 294 caractères. Le texte totalise 718 sinogrammes (titre : 24 ; auteur : 22 ; préface : 587 ; poème d’éloge : 37 ; nom du calligraphe : 15 ; date : 23). Il fut rédigé sur décret royal par le lettré Pak Ho (朴浩, ?-?), fonctionnaire de 4e échelon, ne faisant l’objet que d’une seule mention dans l’histoire officielle. Trois sauts de caractère marquent le respect envers le souverain (dans le titre et dans la partie précisant l’auteur du texte).

  • 16 État civil (36 caractères), la carrière (324), les funérailles (50).

30Le contenu de l’épitaphe est centré sur la carrière monastique16 en insistant sur le rôle de Ŭich’ŏn en tant que fondateur de l’école Ch’ŏnt’ae, l’auteur dresse alors un état des lieux des écoles bouddhiques présentes dans la péninsule coréenne (les « six écoles » 六宗) au début du xie siècle (avant la fondation de l’école Ch’ŏnt’ae), information rarement rapportée dans les sources médiévales coréennes. De plus, Pak Ho met en valeur le rôle joué par la Reine mère Inye (仁睿順德太后, ?-1092), mère de Ŭich’ŏn, décrite comme étant à l’initiative de la fondation de l’école Ch’ŏnt’ae dans la péninsule coréenne à travers la fondation du monastère de Kukch’ŏng (國淸寺) de la capitale principale. De nombreux historiens sud-coréens ont donc interprété la fondation de l’école comme une initiative politique et une tentative de l’État d’unifier les écoles bouddhiques.

31La carrière de Ŭich’ŏn connut un tournant en raison de son séjour en Chine. Désireux de longue date de partir étudier chez les Song pour y rencontrer les représentants des principales doctrines, son dessein fut contrarié pendant plusieurs années en raison de l’opposition des conseillers d’État (vraisemblablement en raison de son statut de prince). Finalement, après le décès de son père Munjong et au début du règne de son frère Sŏnjong, il jugea que le moment était favorable pour s’embarquer pour les Song, incognito, et sans en avertir la cour, mise devant le fait accompli. Le séjour d’études de Ŭich’ŏn dans le territoire des Song occupe une proportion d’environ 11 % du total du texte (81 caractères) et relate principalement le traitement dont il fit l’objet et les maîtres bouddhistes qu’il y rencontra (une cinquantaine de personnes en tout).

32Un autre élément remarquable de l’épitaphe méritant d’être souligné réside dans l’épisode relatant les circonstances dans lesquelles Wang Hu (alias Ŭich’ŏn) fut amené à adopter l’état monastique. En effet, à la différence de la version de l’histoire officielle (KRS) qui met en scène Munjong réunissant ses fils pour leur demander lequel d’entre eux souhaitait devenir religieux et au cours de laquelle Ŭich’ŏn se désigne spontanément, l’épitaphe nous apprend que le roi Sukchong (3e fils de Munjong et frère aîné de Ŭich’ŏn) dut renoncer à son vœu de quitter le monde séculier en raison de sa position dans la fratrie. De fait, ses deux aînés (Sungjong et Sŏnjong) régnèrent pendant peu de temps de sorte que Wang Ong (王顒, 1054-1105), le futur Sukchong (r. 1095-1105), souverain contemporain de la rédaction de l’épitaphe, monta sur le trône une dizaine d’années seulement après le décès de Munjong. À la lumière de l’épitaphe, il convient donc de reconsidérer la biographie de Ŭich’ŏn du Koryŏsa, et supposer que son entrée dans la vie monastique fut le fruit d’une discussion plus complexe que le discours officiel embellissant la position de Ŭich’ŏn vis-à-vis de ses frères.

33L’épitaphe nous apprend que Ŭich’ŏn fut nommé maître d’État deux jours avant son décès (le 5e jour de la 10e lune de 1101) au monastère de Hae’in (actuelle province du Kyŏngsang du Sud). On procéda à la crémation du maître d’État Taegak (litt. « Grand Éveil ») et ses reliques furent déposées dans une salle de pierre édifiée à proximité du monastère de Yŏngt’ong.

34Le parcours d’exception de Ŭich’ŏn, brièvement décrit dans son épitaphe enterrée, a nécessité d’être éclairé par la lecture de textes connexes. En raison du niveau des participants au séminaire, il a été décidé d’entreprendre la lecture intégrale des deux textes de stèles funéraires dédiés à la mémoire du maître d’État Taegak, textes longs et denses dont l’analyse a mobilisé les dernières semaines du séminaire et reportant la lecture des autres épitaphes de religieux à l’année 2021-2022.

Liste des textes connexes à la lecture de l’épitaphe 2 :

  1. Biographie de Ŭich’ŏn dans l’histoire officielle (KRS, 90 : 13b-15a) ;
  2. Mentions de Ŭich’ŏn, Taegak kuksa dans l’histoire officielle ;
  3. Biographie de la Reine Inye dans l’histoire officielle (reportée à 2021) ;
  4. Prière pour les offrandes devant le portrait funéraire de Kyŏngdŏk (reportée à 2021) ;
  5. Texte de stèle du maître d’État Taegak du monastère de Yŏngt’ong, 1125 ;
  6. Texte de stèle du maître d’État Taegak du monastère de Sŏnbong, 1132.
  • 17 Les autres recueils de religieux étant titrés « recueil de propos » ŏrok 語錄, collectés par les disc (...)

35La lecture des textes de stèles a été précédée d’une présentation du recueil d’œuvres munjip (文集) de Ŭich’ŏn Taegak kuksa, le Taegak kuksa munjip (大覺國師文集 ; édition à partir d’une édition xylographiée de 1130, indexée H62 dans la Collection complète des écrits bouddhiques de Corée), seul recueil d’œuvres de religieux bouddhistes du Koryŏ à avoir été transmis (partiellement) jusqu’à nos jours17, constituant, bien qu’à l’état lacunaire, une mine d’informations de première importance puisque comportant de multiples écrits du maître ainsi que ceux de ses correspondant épistolaires. La présentation préalable de ce monument de la littérature bouddhique du Koryŏ a bénéficié des travaux des historiens sud-coréens Yi Sanghyŏn et Ch’oe Pyŏnghŏn, respectivement auteur d’une traduction critique du recueil d’œuvres précité et préfacier (et auteurs d’articles de recherche). Pour Ch’oe, la publication des œuvres du maître d’État Taegak s’inscrit dans un retour en grâce des écoles Hwa’ŏm et Ch’ŏnt’ae après l’élimination de Yi Chagyŏm du clan des Yi d’Inju voulue par le roi Injong et une partie de hauts fonctionnaires incluant Kim Pusik. Outre les relations de Ŭich’ŏn avec son grand-oncle Nanwŏn (cf. épitaphe 1), il a paru important de porter une attention particulière sur les données relatives au séjour du maître chez les Song, même si le sujet a fait l’objet de nombreuses recherches en Corée et à l’international.

36La lecture des stèles a été effectuée à partir de versions aménagées mettant en évidence leur structure ainsi que les éléments grammaticaux. Le contexte de rédaction des deux stèles a été présenté sur la base de l’interprétation proposée par Ch’oe Pyŏnghŏn insistant sur les disparités entre les écoles Hwa’ŏm (représentée par la stèle du monastère de Yŏngt’ong) et Ch’ŏnt’ae (représentée par la stèle du monastère de Sŏnbong) et l’établissement dans chacun des textes de lignées de disciple du maître d’État Taegak relevant des deux écoles. Une présentation synoptique des deux textes a mis en évidence la richesse des informations contenues dans la stèle de Yŏngt’ongsa par rapport à celle de Sŏnbongsa, particulièrement en ce qui concerne le séjour en Chine. La lecture croisée des différentes sources biographiques disponibles a abouti à une chronologie reconstituée de la vie de Taegak kuksa.

Déroulement du séminaire et public

37La première année de mise en place du séminaire s’est déroulée dans des conditions particulières liées au contexte sanitaire. Le recrutement des directeurs d’études cumulants s’étant déroulé à la mi-septembre, l’information sur le séminaire en a été retardée et publiée dans un délai qui coïncidait avec la clôture des inscriptions en master d’Études asiatiques. En dépit de ces difficultés, un public restreint mais assidu, composé d’auditeurs libres et d’une collègue a permis au séminaire de fonctionner dès l’année de son ouverture. Il s’est déroulé intégralement en visio-conférence et a réuni deux doctorants de l’université de Paris (Bryan Sauvadet et Gulsen Kilci) et une ingénieure de recherche à l’EPHE, Mme Zhang Chao qui est également intervenue en raison de sa connaissance du bouddhisme chinois des Song, apportant un éclairage utile et intéressant sur les pratiques médiévales coréennes. Le public, peu nombreux mais de qualité, a vocation à jouer un rôle important dans le développement des études coréennes dans le domaine de l’histoire de l’art et du bouddhisme, ainsi que dans l’histoire médiévale de la Corée et des relations entre le Chan et le Sŏn.

III. Initiation au chinois classique en Corée, hanmun
(cours de « 3e heure »)

III.1. Objectif de la formation et public visé

38La « troisième heure » est consacrée à l’initiation au chinois classique en sino-coréen hanmun (漢文), à travers la lecture de courts textes bouddhiques. L’objectif est de préparer les étudiants qui envisagent de suivre le séminaire sur le bouddhisme coréen mais qui, dans leur cursus, n’ont pas eu la possibilité d’acquérir les bases linguistiques du chinois classique (et peuvent le faire ici notamment en auditeur libre). Au-delà des textes bouddhiques, l’approche linguistique de type propédeutique est utile à la lecture des textes en hanmun. Elle constitue également une initiation à des notions de base de la doctrine et de la culture bouddhiques (en contexte chinois ou coréen).

III.2. Méthode de lecture

39La méthode se caractérise par la progressivité dans la difficulté et la longueur des textes étudiés. Ainsi, la formation a consisté à analyser grammaticalement deux séries de textes : de courts gāthā (偈陀 abrégé en ke 偈) ou stances (4), et des extraits de soutras (5). En plus de l’analyse grammaticale (donnant lieu à l’apprentissage de mots-outils grammaticaux propres aux langues isolantes comme le chinois classique) et de la traduction en coréen, la lecture des textes comporte systématiquement un exercice de critique de traduction du coréen en confrontant l’analyse grammaticale avec une traduction officielle en coréen (celle du site sud-coréen de l’université Dongguk). Les textes font l’objet d’une contextualisation à travers la présentation du genre littéraire dont ils relèvent dans la littérature boud-dhique. L’analyse linguistique est complétée par un bref développement des notions abordées du point de vue de la pensée bouddhique, de l’histoire de l’art ou de la culture bouddhique d’Asie Orientale.

III.3 Textes étudiés

40Stances choisies (quatrains entre 16 et 20 sinogrammes) :

 

  • Stance 1 : gāthā du précepte des Sept bouddhas (七佛通戒偈 ; T.1716 : 695c.26)
  • Stance 2 : gāthā du précepte du Bouddha Maitreya (T.125 : 789c.15-16)
  • Stance 3 : premier gāthā du Soutra du Diamant (T.235 : 749a.24-25)
  • Stance 4 : dernier gāthā du Soutra du Diamant (T.235 : 752b.28-29)

 

41Les extraits de soutras sélectionnés sont tous tirés du Soutra des Cent comparaisons (百喩經, T. 209), les récits métaphoriques sont analysés, mais pas nécessairement la glose doctrinale (ou « apologue ») qui les accompagne (seulement traduite) :

 

  • Extrait 1 : récit 88, « Comparaison du singe qui tient des fèves » (獮猴把豆喩)
  • Extrait 2 : récit 1, « Comparaison du sot qui mange du sel » (愚人食鹽喩)
  • Extrait 3 : récit 58, « Comparaison des biens divisés entre deux fils » (二子分財喩)
  • Extrait 4 : récit 14, « Tuer le chef des marchands en sacrifice au Ciel » (殺商主祀天喩)
  • Extrait 5 : récit 46, « Comparaison du vol du yack » (偷犛牛喩)

 

  • 18 « Mauvais actes » 諸惡 ; « sept bouddhas » 七佛 ; « Bouddha Maitreya » 彌勒佛 ; « samsara » 生死, 輪廻, « voie (...)

42Au total, l’initiation aborde 84 mots-outils grammaticaux et 13 notions18.

Déroulement et public

43Pour les mêmes raisons que dans le cas du séminaire, le cours s’est déroulé intégralement par visioconférence, conditions dégradées pour l’acquisition des connaissances. Le public (cinq personnes) constitué d’auditeurs libres, comptait des étudiants de master (EHESS, université de Paris) et des doctorants (université de Paris).

 

 

Haut de page

Bibliographie

Chavannes, E. (trad.), Cinq cents contes et apologues extraits du Tripitaka chinois (3 t.), Adrien Maisonneuve, Paris 1962.

Hŏ, H., Koryŏ pulgyosa yŏn’gu 高麗佛敎史硏究 [Étude sur l’histoire du bouddhisme du Koryŏ], Ilchogak, Séoul 1993 (19861).

Kim, Y., Koryŏ myojimyŏng chipsŏng 高麗墓誌銘集成 [Collection des épitaphes enterrées du Koryŏ], Presses universitaires de Hallim, Ch’unch’ŏn 1993.

Yŏkchu Koryŏ myojimyŏng chipsŏng 高麗墓誌銘集成 [Traduction annotée de la Collection des épitaphes enterrées du Koryŏ], 2 vol., Presses universitaires de Hallim, Ch’unch’ŏn 2012 (édition revue et augmentée).

Ŭich’ŏn, S. Yi (trad.), Taegakkuksajip 대각국사집 [Recueil du maître d’État Taegak], Presses universitaires de Dongguk, Séoul 2012.

Bao, Z., Gaolisi yu Gaoli wangzi 高麗寺與高麗王子 [Monastère de Gaoli (Koryŏ) et Prince du Gaoli], Presses universitaires de Hangzhou, Hangzhou 1995.

http://db.history.go.kr/KOREA/고려시대史料 Database

Site institutionnel du National Institute of Korean History (en coréen)
https://db.itkc.or.kr/
한국고전종합DB
Base de données sur les sources classiques de la Corée (en coréen)

https://kabc.dongguk.edu/
불교기록문화유산아카이브, Archives of Buddhist Culture
Base de données sur les sources du bouddhisme de Corée de l’université Dongguk (en coréen)

http://www.sfds.cn/7D71/2/
書法大師, Shufa dashi
Site spécialisé en calligraphie chinoise (en chinois)

Haut de page

Notes

1 Selon les annuaires de la Section des sciences religieuses numérisés accessibles sur Persée (https://www.persee.fr/collection/ephe), les « religions de l’Extrême-Orient » furent, pendant plusieurs années, traitées avec les « religions d’Amérique indienne » par Léon de Rosny (1837-1914), premier enseignant mentionné dans les Annuaires de la Section dès 1889. En 1895, Léon de Rosny fit, « à la demande de ses auditeurs », un « exposé de la langue coréenne ». Léon de Rosny, spécialiste du Japon, semble avoir été en effet le premier à publier sur la Corée et la langue coréenne dans un cadre académique avant Maurice Courant (1865-1935) ; cf. « Aperçu de la langue coréenne » dans le Journal asiatique, mars-avril 1864 ; « Sur la géographie et l’histoire de la Corée », 1868 ; « Les Coréens, aperçu ethnographique et historique », Maisonneuve, 1886.

2 En 1948, Charles Haguenauer donnait lecture du Konjaku mono gatari. La mention de la Corée relève toutefois d’une volonté d’affichage car le résumé des conférences ne mentionne pas la Corée avant l’année 1953 (mention des reines). En 1953, (André ?) Fabre (futur professeur à l’INALCO) est cité dans la catégorie des « auditeurs assidus ». En 1954, il est question de parenté et de l’usage du caractère « os » pour la désigner. Un virage comparatiste vers la Corée s’amorce donc à partir de 1954-1955 « Les recherches ainsi amorcées seront poursuivies au cours de l’année 1955-1956 et étendues au domaine coréen ».

3 1964 : Mlle Park Byeongsun, 1923-2011, puis, à partir de 1968, M. Li Ogg, 1928-2001.

4 Dans la base sudoc.abes, le nombre de thèses de doctorat comportant les mots sujets « boud-dhisme » et « Corée » sont, à ce jour, au nombre de 10 (entre 1980 et 2018), majoritairement soutenues au xxie siècle. On note que les trois docteurs non coréens ayant soutenu sur un sujet traitant du bouddhisme coréen sont actuellement ou ont été enseignants chercheurs à l’université en France (Bruneton, Galmiche) ou en Corée du Sud (Senécal).

5 L’emploi de ce néologisme semble pertinent dans le cas coréen dans la mesure où le taoïsme y occupa une place marginale, généralement perçu comme une religion chinoise difficile à indigéniser, si bien que la problématique des relations entre pouvoir séculier et religieux concerne la triangulaire entre État, bouddhisme et confucianisme.

6 Regrettablement, il n’existe pas de rapport de fouilles archéologiques permettant, à ce jour, de connaître les modalités pratiques de déposition des épitaphes dans les sépultures dans la péninsule coréenne.

7 Kim Yongsŏn (né en 1951), actuellement professeur au département d’Histoire de l’Université Hallim à Ch’unch’ŏn, province du Kangwŏn. Il a publié la première édition de référence des épitaphes enterrées du Koryŏ en 1993, suivi d’une traduction annotée en 2001, révisée en 2006.

8 La numérisation des inscriptions a contribué au développement rapide des études épigraphiques en Corée du Sud. Elle se caractérise par la réalisation de sites institutionnels centralisant les données depuis le début du xxie siècle. Un site Web a d’abord été mis en place par le bureau des biens culturels sur la base des collections papier, puis, plus récemment par le National Institute of Korean History, cf. webographie.

9 La première étude sur l’épigraphie coréenne daterait de l’article de 1898 que Maurice Courant consacra à la stèle du roi Kwanggaet’o dans le Journal asiatique (9e série, tome XI). Par la suite, le premier séminaire d’études épigraphiques de la Corée, prenant pour objet d’étude l’épigraphie bouddhique fut ouvert en 2014 à l’université Paris Diderot - Paris 7.

10 À titre d’exemple, il n’est pas rare de trouver des erreurs dans le déchiffrement de certains caractères cycliques utilisés dans les binômes de sinogrammes servant à la datation (cycle sexagésimal).

11 Certaines séquences graphiques sont systématiquement évitées par les graveurs en raison du risque qu’elles représentent de faire éclater le support.

12 Exemples : 8.8 (晴 au lieu de 疇) ; 9.8 (閒 au lieu de 間) ; 11.8 (實 au lieu de 賛) ; 14.3 (中 manquant) ; 14.4 (外 au lieu de 永) ; 14.8 (若 manquant) ; 16.8 (壬 manquant) ; 17.3 (於 manquant) ; 23.5 (床 au lieu de 本) ; 23.9 (魂 manquant).

13 Expressions peu fréquentes comme chura 削周羅 au lieu de sach’e 削剃 ; t’alsin 脫身pour ch’ulga 出家 ; ch’ijil 緇秩 pour sŭngjik 僧職, po’nyŏn 報年 pour su 壽 ou hyangnyŏn 享年.

14 L’histoire officielle (KRS) indique la date et le lieu de sa nomination comme maître du roi. De plus, elle précise la date et le lieu où Nanwŏn rasa la tête (adoption de l’état monastique) de Wang Hu, fils du roi et futur Ŭich’ŏn (cf. épitaphe 2). Une autre mention de l’épigraphie renseigne sur le fait qu’en 1058, il était prieur général 僧統 et supérieur du monastère de Yŏnt’ong 靈通寺 (rattaché à l’école Hwa’ŏm 華嚴宗).

15 Une biographie officielle dans l’histoire dynastique (dans la catégorie des membres de la famille royale 王室), une épitaphe enterrée et deux stèles funéraires dédiées édifiées dans les monastères de Yŏngt’ong (靈通寺, datée de 1125 et rédigée par Kim Pusik 金富軾, 1075-1151) et de Sŏnbong (僊鳳寺, datée de 1132 et rédigée par Im Chon 林存, ?-?).

16 État civil (36 caractères), la carrière (324), les funérailles (50).

17 Les autres recueils de religieux étant titrés « recueil de propos » ŏrok 語錄, collectés par les disciples prenant des notes.

18 « Mauvais actes » 諸惡 ; « sept bouddhas » 七佛 ; « Bouddha Maitreya » 彌勒佛 ; « samsara » 生死, 輪廻, « voies de renaissances » 六途 ; « dix appellations de bouddha » 佛十號 ; « aspect » ou « marque (distinctive, caractéristique) » 相 ; Soutra du Diamant 金剛經 ; « voir la bouddhéité » 見如來 ; « vue pénétrante » 觀 ; « repentance » 懺悔 ; le jeûne 斷食 ; « quatorze questions difficiles auxquelles Bouddha ne voulut pas répondre » 十四難 ; « quatre types de réponses à une discussion » 四種論門.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Bruneton, « Épigraphie bouddhique de la Corée médiévale
(Xe-XIVe s.) : les carrières monastiques décrites
dans les épitaphes enterrées de religieux »
Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 129 | -1, 57-72.

Référence électronique

Yannick Bruneton, « Épigraphie bouddhique de la Corée médiévale
(Xe-XIVe s.) : les carrières monastiques décrites
dans les épitaphes enterrées de religieux »
Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 129 | 2022, mis en ligne le 02 juin 2022, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/asr/3998 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.3998

Haut de page

Auteur

Yannick Bruneton

M., Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search