Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Résumés des conférencesReligions et cultures du Levant a...

Résumés des conférences

Religions et cultures du Levant ancien

Conférences des années 2019-2020 et 2020-2021
Robert Hawley
p. 157-168

Résumé

Ce résumé présente un sommaire de deux années universitaires, celles de 2019-2020 et de 2020-2021. Pendant ces deux années le cours de master a été consacré aux « traditions araméennes » documentées du ixe au ve siècle avant notre ère, avec notamment une lecture commentée de certaines inscriptions monumentales majeures. Le séminaire de recherche assuré en 2019-2020 a continué la recherche déjà entamée en 2018-2019 sur les modalités de la mise par écrit des poèmes mythologiques et épiques ougaritiques au xiiie siècle avant notre ère – et cette même problématique a été poursuivie pendant le premier semestre de l’année universitaire 2020-2021. Au second semestre, nous avons introduit une nouvelle recherche : celle de « l’onomastique religieuse » du royaume d’Ougarit.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ce résumé présente un sommaire de deux années universitaires, celles de 2019-2020 et de 2020-2021. Pendant ces deux années le cours de master a été consacré aux « traditions araméennes » documentées du ixe au ve siècle avant notre ère, avec notamment une lecture commentée de certaines inscriptions monumentales majeures. Le séminaire de recherche assuré en 2019-2020 a continué la recherche déjà entamée en 2018-2019 sur les modalités de la mise par écrit des poèmes mythologiques et épiques ougaritiques au xiiie siècle avant notre ère – et cette même problématique a été poursuivie pendant le premier semestre de l’année universitaire 2020-2021. Au second semestre, nous avons introduit une nouvelle recherche : celle de « l’onomastique religieuse » du royaume d’Ougarit.

  • 1 Ce changement d’intitulé a été acté en assemblée générale de la Section des sciences religieuses, l (...)
  • 2 Le Comprehensive Aramaic Lexicon, ou « CAL » : https://cal.huc.edu/.
  • 3 Cet anagramme désigne le « Open Richly Annotated Cuneiform Corpus » qui héberge de nombreux projets (...)

2L’enseignement dispensé en 2019-2020 et en 2020-2021 dans le cadre de la chaire « Religions et cultures du Levant ancien1 » était inévitablement et profondément affecté, comme partout dans le monde, par la situation sanitaire liée à la pandémie du coronavirus Covid-19. Au-delà des terribles conséquences de cette crise, nous avons également – et paradoxalement – constaté quelques conséquences pédagogiques qui se sont avérées finalement assez positives, à travers ces nombreux mois où les cours et les séminaires n’étaient assurés qu’à distance et à travers le filtre d’un écran. La mise à disposition sous forme numérique d’une bonne part de la documentation, à la fois l’accès aux sources primaires mais aussi à la littérature savante secondaire, n’a naturellement comblé qu’en partie les fermetures ou les restrictions liées aux bibliothèques de recherche. Cependant, pour des plateformes de recherche en ligne, par exemple celle du « Lexique araméen compréhensif2 » ou encore celles d’« ORACC3 », toutes les deux régulièrement sollicitées dans le cadre des cours et séminaires dispensés dans le cadre de cette chaire, la fonction de « partage d’écran », désormais si familière, a permis l’organisation pratique de plusieurs tutoriels pédagogiques visant à introduire les étudiants aux fonctions rendues disponibles par ces plateformes ainsi qu’à leur maniement. Enfin, même sur le plan épigraphique, et toujours à travers la fonction de « partage d’écran », le logiciel de dessin vectoriel « Fresco » (distribué par Adobe) a nettement amélioré l’efficacité pédagogique des démonstrations de relevés épigraphiques (fig. 1).

Fig. 1. Capture d’écran d’un relevé épigraphique : lecture du verbe *tištaqīlu « elle arrive » dans la péricope des massacres de la déesse ˤAnat (tablette III du Chant de Baˤl ougaritique).

Fig. 1. Capture d’écran d’un relevé épigraphique : lecture du verbe *tištaqīlu « elle arrive » dans la péricope des massacres de la déesse ˤAnat (tablette III du Chant de Baˤl ougaritique).

Photo © R. Hawley. DR.

Cours de master

3En 2019-2020 nous avons inauguré un cours de master consacré aux « traditions araméennes », et surtout l’étude d’un échantillon d’inscriptions monumentales majeures datant du ixe siècle avant notre ère. Il s’agissait de la première de plusieurs années programmées où le cours de Master sera organisé autour de cette thématique.

  • 4 Il s’agit d’une évolution par rapport aux cours de Master précédents : Le cours de master dispensé (...)
  • 5 V. Blanchard (éd.), Royaumes oubliés : de l’empire hittite aux Araméens, Paris 2019.

4Le choix du changement4 était motivé par plusieurs facteurs convergents. Tout d’abord mentionnons l’exposition « Royaumes oubliés » organisée par Vincent Blanchard au Musée du Louvre, qui fournissait une bonne occasion pour les étudiants d’apprécier directement un bel échantillon de monuments illustrant différents aspects des traditions araméennes. Le catalogue5, bien illustré et doté d’une bonne sélection de notices rédigées par des spécialistes, s’est également avéré être un point de départ commode pour les étudiants se familiarisant avec le monde araméen pour la première fois, et de façon générale avec l’histoire culturelle de la Syrie du nord au début de l’âge du Fer.

  • 6 H. Niehr (éd.), The Aramaeans in ancient Syria, Leyde 2014 (Handbook of Oriental Studies, Section 1 (...)
  • 7 H. Gzella, A cultural history of Aramaic: From the beginnings to the advent of Islam, Leyde 2015 (H (...)
  • 8 K. L. Younger, A political history of the Arameans: From their origins to the end of their polities(...)
  • 9 F. M. Fales, G. F. Grassi, L’aramaico antico: Storia, grammatica, testi commentati, Udine 2016.

5Une deuxième considération est le renouvellement de la bibliographie consacrée à cette thématique depuis ces dernières années. Ainsi une bonne partie du début de l’année 2019-2020 était consacrée à une orientation bibliographique avec présentation détaillée des instruments de travail et de leur maniement. Citons à titre d’exemples le volume synthétique et multithématique édité par Herbert Niehr en 2014 et consacré aux « Araméens de la Syrie ancienne6 » ; la monographie utile de Holger Gzella de 2015 sur « l’histoire culturelle de l’araméen7 » ; l’histoire politique extrêmement bien documentée, aussi bien par les sources en araméen que par celles en akkadien et en louvite, de Lawson Younger, publiée 20168 ; et last but not least la nouvelle grammaire et chrestomathie de Mario Fales et Giulia Francesca Grassi9.

  • 10 Sur le Comprehensive Aramaic Lexicon, voir la note 2 ci-dessus.
  • 11 J. Hoftijzer, K. Jongeling, Dictionary of the North-West Semitic inscriptions, Leyde 1995 (Handbuch (...)

6Certains outils numériques et ressources en ligne sont aussi devenus plus ou moins incontournables depuis quelques années. Mentionnons la plateforme « InscriptiFact » où une riche sélection de photographies est archivée, parfois en gros plan (et donc utilisable pour l’épigraphie) ; et enfin et surtout le « Lexique compréhensif araméen10 », projet de longue date dirigé par Stephen Kaufman et qui est en voie d’écarter et même de remplacer les autres dictionnaires jusqu’ici en usage, tel que le dictionnaire (autrement utile et commode) de Jacob Hoftijzer et Karel Jongeling de 199511. Pour ces raisons le cours de master assuré en 2019-2020 s’est attardé longuement sur ce survol bibliographique, avec présentation du maniement des différents instruments de travail, dont seulement un échantillon des publications les plus récentes a été mentionné ici.

  • 12 Par exemple J. Töyräänvuori, « Mapping the margins of scrolls and clay tablets: The construction of (...)
  • 13 À titre d’exemple citons l’entité géo-politique désignée sous le nom de { ʾRM . KLH }, / ʾAram kull (...)

7La question d’une ou de plusieurs « identités araméennes », au-delà de l’araméen en tant que simple catégorie linguistique, a dû naturellement être abordée en détails, non seulement parce que la question d’identité culturelle est complexe – surtout pour les périodes anciennes – mais aussi parce qu’elle est toujours d’actualité dans la discussion12. En outre il est aussi tout à fait pertinent de noter que la documentation ancienne elle-même (araméenne mais aussi d’autres : assyrienne, louvite, biblique, etc.) fournit des renseignements sur les connotations (plus ou moins autochtones et contemporaines) du terme « Aram » entre les ixe-vie siècles avant notre ère13.

8Enfin, et au-delà de l’identité, une deuxième grille de lecture qui a beaucoup coloré notre choix et lecture de documents est la montée en puissance de l’empire néo-assyrien à partir du ixe siècle, avec les conséquences vécues par cette expansion en Syrie du nord sur les plans géopolitique, culturel et même littéraire. L’arrière-plan assyrien demeure en effet à peine voilé dans la lecture de bon nombre de monuments araméens de cette période.

  • 14 A. Abou-Assaf, P. Bordreuil, A. R. Millard, La statue de Tell Fekherye et son inscription bilingue (...)
  • 15 Younger, A political history of the Arameans, p. 263-266.

9Ayant ainsi abordé ces problématiques générales (orientation bibliographique, questions d’identité, arrière-plan géopolitique) nous avons donc procédé à la lecture commentée d’un échantillon de monuments araméens. Le premier monument lu en cours en 2019-2020 était la désormais célèbre stèle de Hadda-yiṯˤî14, roi de Gôzāna et sans doute agent-vassal du pouvoir assyrien au milieu du ixe siècle15.

  • 16 Ne serait-ce que sur le plan paléographique, il s’agit ici du premier exemple connu par le monde sa (...)
  • 17 Dans les lignes 15-16 on lit { HDD (16) YSB . SKN . MRʾ . ḤBWR }, / Hadad yāṯib Sikkāni māriʾ Ḥabūr (...)

10Sans vouloir écarter l’intérêt fondamental de cette inscription sur de multiples plans16, nous pouvons mentionner ici l’apport de ce texte à notre connaissance de l’influence (et la récupération locale) des traditions littéraires issues des mondes cunéiformes de la Mésopotamie, et surtout du monde babylonien ; il s’agit manifestement d’un héritage littéraire avec un prestige culturel auxquels non seulement les Assyriens mais aussi leurs sujets étaient sensibles. Un des meilleurs exemples de cette influence babylonienne sur le plan littéraire se trouve dans l’énumération de plusieurs épithètes du dieu de l’orage local – on sait qu’il s’agit d’une divinité locale car sa titulature le précise : « Hadad qui réside (dans son sanctuaire dans la ville de) Sikkāni, le Seigneur du Ḥabūr17 ». Les attaches locales de cette divinité sont donc très éloignées du monde babylonien ; mais certaines épithètes littéraires qui lui sont attribuées semblent venir des belles-lettres babyloniennes.

11En voici quelques exemples :

Tableau 1. Sélection d’épithètes attribuées à Hadad de Sikkāni « Seigneur du Ḫabūr », sans doute empruntées aux épithètes littéraires attribuées à Marduk dans la tradition babylonienne.

Version « canonique » de l’Enūma eliš (manuscrits tardifs,
mais basés sur modèles anciens)a

Version assyrienne
de la stèle de Hadda-yiṯˤî,
gouverneur de Gôzānab

Version araméenne
de la stèle de Hadda-yiṯˤî,
roi de Gôzānac

gú.gal an-e ki-tim

gú.gal an-e ki-ti

GWGL ŠMYN WˀRQ

« Inspecteur-des-canaux des cieux et de la terre »

mu-šá-az-nin é.nun

mu-šá-az-nin é.nun

MHNḤT ˤSR

« Celui qui fait tomber la prospérité (=la pluie fructifiante) »

šá-<kin?> ri-i-ta maš-qí-ta

na-din ri-i-ti ù maš-qí-ti

NTN RˤY WMŠQY

« Pourvoyeur de pâture(s) et de point(s)-d’eau »

a. Pour ces épithètes attribuées à Marduk dans la version « canonique » du mythe babylonien Enūma Eliš, par commodité voir Ph. Talon, Enūma Eliš: the standard Babylonian creation myth, Helsinki 2005 (State archives of Assyria, 4), p. 72-73 (texte translittéré), 105-106 (trad. fr.).
b. Abou-Assaf et al., La statue de Tell Fekherye, p. 13 (texte), 17 (trad. fr.).
c. Ibid., p. 23-24 (texte, traduction française).

DR

  • 21 E. Weidner, « Die Bibliothek Tiglatpilesers I », Archive für Orientforschung 16 (1952-1953), p. 197 (...)

12Dans la version araméenne nous trouvons donc finalement plusieurs calques des épithètes littéraires babyloniennes attribuées au dieu Marduk, telles que celles-ci sont véhiculées à la fin de l’Enūma eliš. Ces emprunts littéraires visibles dans un monument araméen du ixe siècle illustrent à quel point le projet ambitieux inauguré par les rois médio-assyriens tels de Tukulti-Ninurta I ou encore Tiglath-Pileser21 – de « récupérer » et ramener en Assyrie les scribes érudits et les savoirs littéraires babyloniens – n’était pas un projet limité à un petit cercle d’élites résidant dans les capitales mais allait jusqu’aux marges de l’empire, là où les traditions autochtones n’étaient peut-être plus empreintes de vénération pour ces traditions cunéiformes, qui restaient plutôt un souvenir oublié.

  • 22 Pour des survols commodes du dossier (avec bibliographie antérieure), voir S. Hafþórsson, A passing (...)
  • 23 La thèse de B. Mazar (« The Aramean empire and its relations with Israel », Biblical archaeologist  (...)
  • 24 M. G. Amadasi Guzzo, « Un fragment de stèle araméenne de Tell Afis », Orientalia 78/3 (2009), p. 33 (...)
  • 25 Voir les références citées ci-dessus dans la note 22 (et la bibliographie qui y est mentionnée).

13En 2020-2021 le cours de master a poursuivi cette recherche mais le dossier qui a retenu notre attention, et qui a permis de dresser des contrastes intéressants avec le dossier de Hadda-yiṯˤî sur plusieurs plans, était celui de Ḥazâˀil roi de Damas, un roi araméen qui a également régné au milieu du ixe siècle mais dont les ambitions politiques et l’expansion militaire sont assez bien documentées à travers plusieurs pièces : deux lamelles en ivoires, et deux pièces de harnachement équestre d’apparat (un frontail en bronze et une œillère également en bronze)22. Ces quatre documents témoignent de la titulature politique (MRˀ, *māriˀ, « seigneur, maître ») qu’a pu s’octroyer Ḥazâˀil auprès de ses voisins (plus ou moins) lointains, sans doute en remplissant le vide politique laissé par le retrait assyrien vers la fin du règne de Salmanazar III23. On ajoute à ce dossier deux stèles monumentales fragmentaires qui permettent de retracer en partie les périmètres de cette expansion : à Tell Afis (l’ancien Haḏrak24) sur l’Oronte et à Tel Dan dans la vallée de la Ḥula25. « L’auteur » de ce dernier n’est pas à identifier avec Ḥazâˀil avec certitude mais cette hypothèse demeure de loin la plus probable. Non seulement ce document illustre géographiquement jusqu’où les conquêtes du roi de Damas ont pu s’étendre vers le sud-ouest, mais il permet aussi de mieux comprendre certains épisodes dont nous ne disposions jusqu’alors que de versions fortement idéologiques qu’elles soient bibliques ou assyriennes.

14Les deux derniers volets abordés dans le cadre de ce cours de master en 2020-2021 étaient respectivement plus paléographiques et philologiques, et visaient ainsi à introduire les étudiants aux complexités intrinsèques à l’étude de l’araméen ancien.

  • 26 B. Sass, « Aram and Israel during the 10th–9th centuries BCE, or Iron Age IIA », dans O. Sergi, M. (...)

15Sur le plan paléographique, nous avons continué notre étude de l’emploi de signes délibérément archaïsants par rapport aux signes « cursifs » plus modernes dans les inscriptions d’une seule et même époque. Cette problématique était abordée initialement en 2019-2020, avec la stèle de Hadda-yiṯˤî (voir ci-dessus), mais elle est également joliment illustrée à travers le dossier de Ḥazâˀil. Un cas d’étude particulièrement clair a été présenté par Benjamin Sass en 2016 : il s’agit de contraster la forme « cursive » moderne qui figure dans l’inscription de Tell Afis avec celle, beaucoup plus archaïsante, qui est utilisée dans la plaque en ivoire d’Arslan Tash26. La pertinence pédagogique de ces exemples est de prôner une extrême prudence dans l’utilisation de la typologie paléographique comme gage unique de datation ; il semble nécessaire d’abandonner (ou en tout cas de modérer considérablement) l’optimisme de l’école albrightienne.

  • 27 Le texte est connu depuis longtemps, mais sa compréhension est demeurée longtemps très partielle ; (...)
  • 28 Là aussi, le dossier n’est pas neuf ; R. Bowman, « An Aramaic religious text in demotic script », J (...)

16Pour le volet philologique nous avons commencé avec le constat que toutes les langues changent à travers le temps ; et que l’araméen n’en est pas différent. Il s’avère que notre compréhension de la phonologie de l’araméen ancien est essentiellement véhiculée par un alphabet à vingt-deux signes mal-adapté pour l’araméen, et par des traditions de vocalisation médiévales : ces deux sources ne sont en fait qu’un pâle reflet de la phonologie beaucoup plus riche du milieu du Ier millénaire av. J.-C. Sur ce dernier point, nous avons lu des extraits des textes en langue araméenne du milieu du Ier millénaire av. J.-C. mais dont l’écriture utilisée n’est justement pas l’alphabet habituel à vingt-deux signes. Nous avons ainsi regardé deux traditions graphiques « alternatives » pour la mise par écrit des textes en araméen, surtout à l’époque achéménide : une tablette cunéiforme conservée au Musée du Louvre qui véhicule une incantation magique en araméen mais qui est rédigée avec le syllabaire cunéiforme mésopotamien27, et un lot de papyrus en écriture égyptienne démotique qui véhicule des textes liturgiques et hymniques en araméen28.

17L’apport des deux dossiers est différent. L’incantation araméenne en cunéiforme jette une lumière intéressante sur la structure vocalique de l’araméen au milieu du Ier millénaire av. J.-C. On y constate par exemple que la réduction vocalique n’est pas encore généralisée à cette époque (elle est généralisée partout dans les traditions médiévales). Les textes araméens en écriture démotique en revanche nous ont intéressés pour les précisions qu’ils apportent sur l’inventaire de consonnes en araméen ancien. L’inventaire graphique plus riche de l’écriture démotique permet par exemple de constater que certaines paires de phonèmes n’avaient pas encore fusionné au milieu du Ier millénaire av. J.-C. Ces deux excursus, qui pourraient peut-être bien sembler à première vue un peu trop techniques pour un cours de Master, se sont finalement avérés pédagogiquement utiles, car ils permettaient de nuancer la compréhension de l’araméen ancien que les étudiants étaient en train de se forger, et notamment à quel point notre connaissance demeure voilée par plusieurs filtres, dont la variation paléographique, un décalage chronologique considérable dans nos sources et l’emploi d’une écriture mal-adaptée à la phonologie araméenne.

Séminaire de recherche

  • 29 Voir le résumé des conférences dans Annuaire EPHE-SR 126 (2019), p. 117 ; et dans Annuaire EPHE-SR  (...)

18Le séminaire de recherches animé en 2019-2020 a été consacré à la poursuite de la recherche entamée en 2018-2019 : la mise par écrit des poèmes mythologiques et épiques ougaritiques au xiiie siècle av. J.-C., dont nous avons tenté par le passé d’isoler deux grandes étapes : une première, embryonnaire au milieu du xiiie siècle et en lien avec la tradition dite de Ṯabˀilu ; et une deuxième, plus mature, à la toute fin du xiiie siècle/début du du xiie siècle et en lien avec le scribe ˀIlimilku29.

19En 2019-2020 et à nouveau en 2020-2021 nous avons notamment poursuivi cette question à travers le dossier particulièrement intéressant des passages « parallèles » : des situations pour lesquelles nous disposons, pour une seule et même péricope poétique, non pas d’un seul témoin manuscrit (comme c’est souvent le cas pour le corpus ougaritique) mais d’au moins deux témoins (même si le deuxième manuscrit en question est généralement très fragmentaire). Ces parallèles relèvent généralement du Chant de Baˤl, et cet état de choses semble bien illustrer la place fondatrice dont jouissait ce poème dans l’imaginaire des élites de la capitale au xiiie siècle av. J.-C. (qui correspondaient probablement, avec la famille royale, au public visé).

  • 30 R. Hawley, « On the alphabetic scribal curriculum at Ugarit », dans R. D. Biggs, J. Myers, M. T. Ro (...)

20Une liste préliminaire des péricopes poétiques parallèles a déjà été dressée en 2008 30 ; je la reprends ici sous forme de tableau, avec quelques corrections et mises à jour :

Tableau 2. Exemples de péricopes parallèles dans le corpus poétique ougaritique.

Péricope(s) poétique(s)

Témoin « classique »,
mieux conservé

Témoin(s) alternatif(s),
plus fragmentaire(s)

Les massacres de ʿAnat, suivi de sa toilette

RS 2.[014]+ col. ii (CTA 3 ; KTU 1.3)

RS 1.006 (CTA 13 ; KTU 1.13)

[Un « parallèle » très partiel, avec de nombreuses différences très marquées]

Les massacres de ʿAnat, suivis de sa toilette ; Baʿl invite ʿAnat et propose de lui divulguer son savoir secret

RS 2.[014]+ col. ii-iii (CTA 3 ; KTU 1.3)

RS 5.180+ (CTA 7 ; KTU 1.7)

La toilette de ʿAnat ; son chant d’amour pour Baʿl

RS 2.[014]+ col. iii (CTA 3 ; KTU 1.3)

RS 24.245 (KTU 1.101)

Baʿl n’a pas de maison

RS 3.367+ col. iii (CTA 2 ; KTU 1.2)

RS 2.[014]+ col. iv (CTA 3 ; KTU 1.3)

RS 2.[014]+ col. v (CTA 3 ; KTU 1.3) [deux occurrences]

RS 3.364 (CTA 8 ; KTU 1.8)a

RS 2.[008]+ col. i (CTA 4 ; KTU 1.4)

RS 2.[008]+ col. iv (CTA 4 ; KTU 1.4) [deux occurrences]

RS 2.[008]+ col. v (CTA 4 ; KTU 1.4)

RS 24.263 (KTU 1.117)

La faim de Môt

RS 2.[022]+ col. i (CTA 5 ; KTU 1.5)

RS 24.293 (KTU 1.133)

[quelques lignes seulement ; le reste du texte est différent]

a. Ce fragment est très probablement jointif avec RS 2.[014]+ (CTA 3 ; KTU 1.3) ; voir D. Pardee, « A new join of fragments of the Baal Cycle », dans J. D. Schloen (éd.), Exploring the longue durée : Essays in honor of Lawrence E. Stager, Winona Lake 2009, p. 377‑390.

DR

  • 32 Voir notamment l’étude de D. Pardee, Les textes para-mythologiques de la 24e campagne (1961), Paris (...)
  • 33 À cet égard voir les remarques de K. Zilmer, « “Nobody owns the myths”: Adaptations of Old Norse my (...)

21Tous ces passages ne sont pas forcément strictement « parallèles » au même degré. De ce constat – et bien entendu ce n’est pas ici la première fois que l’on insiste sur l’importance des variations entre les témoins32 – découlent des questions encore plus gênantes. S’agit-il de plusieurs « variations » (ou même « copies ») d’un seul et même « Urtext » ? Ou s’agit-il plutôt, pour certaines paires de passages parallèles au moins, de deux textes complètement différents qui partagent seulement certaines péricopes ou motifs ? Est-ce forcément l’un ou l’autre ? En accord avec certaines mouvances dans les études folkloriques, il n’est peut-être pas nécessaire (ni utile !) d’imposer par la force une telle hiérarchie linéaire « version originale → adaptations secondaires » à l’interprétation de cet ensemble de passages parallèles33. Au contraire, nous sommes peut-être confrontés avec les bribes et les miettes d’une constellation de « re-tellings », chacune réadaptée délibérément pour correspondre aux contextes changeants.

22Déjà en 1979, Lauri Honko, avec une perspicacité remarquable, semble avoir anticipé ce modèle dialectique entre tradition et adaptation pour encadrer et mieux comprendre de telles variations dans les sources. Il s’est intéressé précisément à :

  • 34 Trad. fr. de R. Hawley. Pour le texte voir L. Honko, « Methods in Folk-Narrative Research: Their st (...)

… l’adaptation « momentanée/situationnelle » avec ses nombreuses caractéristiques occasionnelles et uniques. La personnalité du narrateur, la composition de l’auditoire, le centre d’intérêt réel de la communauté, les événements du passé récent, les peurs et les espoirs pour l’avenir, interviendront normalement et provoqueront des changements qui donneront au conte son sens [propre] hic et nunc. Il ne faut pas oublier que le conte lui-même a peut-être déjà été entendu plusieurs fois dans différents microenvironnements. Néanmoins, il est capable de véhiculer de nouveaux messages et significations, grâce à une adaptation fonctionnelle34.

23Des exemples concrets d’un tel processus peuvent venir consolider la légitimité et avant tout l’utilité d’une telle approche. Joseph Sobel en présente un ainsi, en citant une contribution de Walter Ong :

  • 35 Trad. fr. de R. Hawley. La citatation vient de J. Sobol, « Adaptive Occasions: Synchronic correlati (...)

Walter Ong relate le cas d’une épopée du peuple Gonja du Ghana enregistrée [par écrit] au tournant du xxe siècle, dans laquelle le fondateur de la dynastie régnante aurait eu sept fils. Lorsque le même conte a été [entendu et] enregistré 60 ans plus tard, le héros culturel n’avait plus que cinq fils, car au cours des décennies qui ont suivi, deux des sept divisions du territoire tribal avaient été éliminées en raison de l’assimilation et des changements de frontières. Les coordonnées symboliques du récit ont été redessinées pour refléter les changements dans le paysage social. Il s’agit d’une forme élémentaire de pensée narrative – ajuster les détails pour s’engager dans un environnement changeant35.

  • 36 Pour ce dossier voir R. Hawley, « Échos de la reconstruction de la ville d’Ougarit au xiiie s. av.  (...)

24Ces approches, empruntées des études folkloriques, fournissent un cadre théorique et un modèle interprétatif qui sont à la fois puissants et flexibles pour mieux comprendre les variations observables dans le corpus mythologique ougaritique. Une des péricopes – celle intitulée ici « Baʿl n’a pas de maison » – est particulièrement intéressante, à cause du nombre important d’occurrences de ce motif dans la version « classique » du Chant de Baʿl36. Une autre caractéristique de ce dossier, qui ressort clairement à partir du tableau 2 ci-dessus, est l’importance de la trouvaille de 1961 lors de la 24e campagne de fouilles. Nous avons pu profiter du format du séminaire pour regarder chacun de ces passages parallèles dans les détails.

25Enfin, au milieu de l’année 2020-2021 nous avons inauguré un nouveau volet dans le cadre des pistes de recherche présentées en séminaire : l’onomastique religieuse du royaume d’Ougarit. Ce volet sera poursuivi pendant plusieurs années. Après une brève introduction générale au sujet, avec notamment un survol des différentes catégories onomastiques attestées dans notre corpus, nous avons commencé avec une présentation du calendrier « officiel » du royaume. Pour les anthroponymes proprement dits, nous avons également accueilli au mois de mai 2021 l’égyptologue Marine Yoyotte-Husson, qui a présenté au séminaire un dossier d’anthroponymes féminins de facture ouest-sémitique inscrits sur le matériel funéraire des épouses « étrangères » de Thoutmosis III. Il s’agissait donc d’une belle occasion pour présenter la bibliographie auxiliaire sur laquelle s’appuient de telles recherches, notamment le livre de 1992 de Thomas Schneider et celui de 1994 de James Hoch, chacun avec une étude de la pratique de « group writing » si importante pour la mise par écrit de noms propres de facture sémitique (et hourrite) en contexte égyptien pendant le IIe millénaire37. Ce thème de noms propres de facture sémitique (ou hourrite) transcrits en hiéroglyphes égyptiens sera poursuivi pendant l’année 2021-2022 ; il a également contribué à l’alimentation du dossier « amorrite » présenté dans le cadre d’un cours intensif assuré dans le cadre de l’Institut des langues rares (ILARA) de l’EPHE-PSL en octobre 202138.

Haut de page

Notes

1 Ce changement d’intitulé a été acté en assemblée générale de la Section des sciences religieuses, le 18 juin 2020. Il s’agit d’une simplification visant une certaine fluidité : la parenthèse chronologique « (1600-500 av. J.-C.) » de l’ancien intitulé est désormais remplacée par le mot « ancien ».

2 Le Comprehensive Aramaic Lexicon, ou « CAL » : https://cal.huc.edu/.

3 Cet anagramme désigne le « Open Richly Annotated Cuneiform Corpus » qui héberge de nombreux projets : http://oracc.museum.upenn.edu/index.html.

4 Il s’agit d’une évolution par rapport aux cours de Master précédents : Le cours de master dispensé en 2017-2018, intitulé « Avant et après la catastrophe », était consacré aux continuités et ruptures dans les pratiques religieuses – et l’emploi de l’alphabet linéaire embryonnaire pour leur affichage – au Levant attestés avant, pendant et après les trois siècles obscurs (« obscurs » car peu documentés) entre l’âge du Bronze et l’âge du Fer ; voir le résumé des conférences dans Annuaire EPHE-SR 126 (2019), p. 117-120. Le cours de master de 2018-2019 quant à lui, intitulé « Lire le foie à Ougarit » était consacré plus largement aux pratiques de divination et de magie au Levant (IIe‑Ier millénaires av. J.‑C.) ; voir le résumé des conférences dans Annuaire EPHE-SR 127 (2020), p. 52-55.

5 V. Blanchard (éd.), Royaumes oubliés : de l’empire hittite aux Araméens, Paris 2019.

6 H. Niehr (éd.), The Aramaeans in ancient Syria, Leyde 2014 (Handbook of Oriental Studies, Section 1, The Near and Middle East, vol. 106).

7 H. Gzella, A cultural history of Aramaic: From the beginnings to the advent of Islam, Leyde 2015 (Handbook of Oriental Studies, Section 1, The Near and Middle East, vol. 111).

8 K. L. Younger, A political history of the Arameans: From their origins to the end of their polities, Atlanta 2016 (Society of Biblical literature, Archaeology and Biblical studies, 13).

9 F. M. Fales, G. F. Grassi, L’aramaico antico: Storia, grammatica, testi commentati, Udine 2016.

10 Sur le Comprehensive Aramaic Lexicon, voir la note 2 ci-dessus.

11 J. Hoftijzer, K. Jongeling, Dictionary of the North-West Semitic inscriptions, Leyde 1995 (Handbuch der Orientalistik, Erste Abteilung: Der Nahe und Mittlere Osten, 21). À titre anecdotique, notons que ce dictionnaire (Hoftijzer, Jongeling 1995) a repris en grande partie les travaux antérieurs du lazariste parisien Charles-François Jean, dont une sélection des fiches lexiques avait été corrigée, mise à jour et publiée en collaboration avec Jacob Hoftijzer en 1965 (Ch.-F. Jean, J. Hoftijzer, Dictionnaire des inscriptions sémitiques de l’Ouest, Leyde 1965). C’est aussi Charles-François Jean qui a beaucoup travaillé pour les premières publications des textes akkadiens de Mari (xviiie siècle avant J.-C.) ; et c’est enfin lui aussi le premier qui a forgé l’expression heureuse « milieu biblique » (voir par exemple sa monographie Le milieu biblique avant Jésus-Christ, Paris 1922 ; je remercie Carole Roche-Hawley de m’avoir fait connaître cette information), terme qui allait avoir une suite dans le paysage universitaire parisien en 2008 avec la création d’une chaire au Collège de France portant justement un intitulé inspiré par cette phrase de Jean.

12 Par exemple J. Töyräänvuori, « Mapping the margins of scrolls and clay tablets: The construction of identity in the ancient world », Die Welt des Orients 50/2 (2020), p. 205‑215.

13 À titre d’exemple citons l’entité géo-politique désignée sous le nom de { ʾRM . KLH }, / ʾAram kull-ih/, « … (un traité établi avec) … ʾAram (dans) son ensemble », dans la stèle 1 du traité de Sfiré. Une ligne plus loin il est question de { KL ˤLY ʾRM WTḤTH }, / kull ˤillāy ʾAram wa-taḥt-ih /, « … (les rois de) … toute la (partie) supérieure de ʾAram, ainsi que sa (partie) inférieure ». La bibliographie (abondante !) est réunie dans J. A. Fitzmyer, S. A. Kaufman, An Aramaic bibliography, Baltimore 1992, p. 17-19 ; D. Schwiderski, Die alt- und reichsaramäischen Inschriften, Bd. 2. Texte und Bibliographie, Berlin 2004 (Fontes et subsidia ad Bibliam pertinentes, 2), p. 402-403.

14 A. Abou-Assaf, P. Bordreuil, A. R. Millard, La statue de Tell Fekherye et son inscription bilingue assyro-araméenne, Paris 1982. Bibliographie ultérieure réunie dans Fitzmyer, Kaufman, An Aramaic bibliography, p. 36-37 ; Schwiderski, Die alt- und reichsaramäischen Inschriften 2, p. 194.

15 Younger, A political history of the Arameans, p. 263-266.

16 Ne serait-ce que sur le plan paléographique, il s’agit ici du premier exemple connu par le monde savant moderne de l’emploi de formes araméennes délibérément archaïsantes, sans doute dans l’optique de prêter au monument un air vénérable et prestigieux ; voir S. A. Kaufman, « The pitfalls of typology: On the early history of the alphabet », Hebrew Union College Annual 57 (1986), p. 7-13 ; et surtout B. Sass, The alphabet at the turn of the millennium: The West Semitic alphabet ca. 1150-850 BCE, Tel Aviv 2005, p. 40-43 ; voir aussi Annuaire EPHE-SR 127, p. 50-51.

17 Dans les lignes 15-16 on lit { HDD (16) YSB . SKN . MRʾ . ḤBWR }, / Hadad yāṯib Sikkāni māriʾ Ḥabūr /, « Hadad, qui réside à Sikkān, le Seigneur du Ḥabūr ». Le phonème étymologique /*ṯ/ est ici rendu avec le graphème {s} (partout dans l’inscription) ; on en déduira que ce phonème est resté distinct du /š/ dans ce dialecte de l’araméen (à cette époque et dans cette région). Le Ḥabūr est le fleuve actuel de ce nom (nahr el-abūr en arabe) ; ici il désigne manifestement toute la plaine alluviale qu’il draine et irrigue. En effet, une des sources principales qui alimente le Ḥabūr se trouve seulement à quelques centaines de mètres au nord-est du site de l’ancien Sikkāni (Tell el-Fekheriyé) ; elle a laissé un écho dans le nom actuel de la ville autour (Raʾs al-ʿayn, « tête de la source » en arabe). Ce contexte hydrologique explique sans doute en partie pourquoi Hadad de Sikkāni était perçu dans l’antiquité comme « le Seigneur du Ḥabūr » (Younger, A political history of the Arameans, p. 242).

21 E. Weidner, « Die Bibliothek Tiglatpilesers I », Archive für Orientforschung 16 (1952-1953), p. 197‑215 ; mais voir W. Lambert, « Tukulti-Ninurta I and the Assyrian king list », Iraq 38/2 (1976), p. 85-86 (avec la note 4).

22 Pour des survols commodes du dossier (avec bibliographie antérieure), voir S. Hafþórsson, A passing power: An examination of the sources for the history of Aram-Damascus in the second half of the ninth century B.C., Stockholm 2006 (Coniectanea biblica Old Testament series, 54) ; et surtout la discussion critique dans Younger, A political history of the Arameans, p. 555-556, 620-630.

23 La thèse de B. Mazar (« The Aramean empire and its relations with Israel », Biblical archaeologist 25 [1962], p. 98‑120) est à nuancer à la lumière de Younger, A political history of the Arameans, p. 620-630.

24 M. G. Amadasi Guzzo, « Un fragment de stèle araméenne de Tell Afis », Orientalia 78/3 (2009), p. 336‑347.

25 Voir les références citées ci-dessus dans la note 22 (et la bibliographie qui y est mentionnée).

26 B. Sass, « Aram and Israel during the 10th–9th centuries BCE, or Iron Age IIA », dans O. Sergi, M. Oeming, I. J. de Hulster (éd.), In search for Aram and Israel: Politics, culture, and identity, Tübingen 2016 (Orientalische Religionen in der Antike, 20), p. 209 ; voir aussi les exemples semblables mentionnés par M. G. Amadasi, « Quelques notes sur les inscriptions et marques des ivoires d’Arslan Tash », dans É. Fontan, G. Affanini (éd.), Les ivoires d’Arslan Tash. Décor de mobilier syrien, ix -viiie s. av. J.-C., Paris 2018, p. 67.

27 Le texte est connu depuis longtemps, mais sa compréhension est demeurée longtemps très partielle ; pour l’état actuel des connaissances voir les études de M. J. Geller, « The Aramaic incantation in cuneiform script (AO 6489 = TCL 6,58) », Jaarbericht Ex Oriente Lux 35‑36 (1997-2000), p. 128‑146 ; idem, « Philology versus linguistics and Aramaic phonology », Bulletin of the School of Oriental and African studies 69/1 (2006), p. 79‑89, toutes deux avec bibliographie antérieure.

28 Là aussi, le dossier n’est pas neuf ; R. Bowman, « An Aramaic religious text in demotic script », Journal of Near Eastern studies 3/4 (1944), p. 219‑231. Grâce en particulier aux recherches menées par Charles Nims, Richard Steiner et maintenant Tawny Holm, on peut constater un progrès impressionnant dans le niveau de compréhension de ces textes. Dernièrement voir T. Holm, « Nanay and her lover: An Aramaic sacred marriage text from Egypt », Journal of Near Eastern Studies 76/1 (2017), p. 1‑37.

29 Voir le résumé des conférences dans Annuaire EPHE-SR 126 (2019), p. 117 ; et dans Annuaire EPHE-SR 127 (2020), p. 57. Pour plus de détails voir C. Roche-Hawley, R. Hawley, « An essay on scribal families, tradition, and innovation in 13th century Ugarit », dans B. J. Collins, P. Michalowski (éd.), Beyond Hatti: A Tribute to Gary Beckman, Atlanta 2013, p. 255-261 ; R. Hawley, D. Pardee, C. Roche-Hawley, « The scribal culture of Ugarit », Journal of Ancient Near Eastern history 2/2 (2016), p. 247-258.

30 R. Hawley, « On the alphabetic scribal curriculum at Ugarit », dans R. D. Biggs, J. Myers, M. T. Roth (éd.), Proceedings of the 51st Rencontre Assyriologique Internationale, Chicago 2008, p. 66.

32 Voir notamment l’étude de D. Pardee, Les textes para-mythologiques de la 24e campagne (1961), Paris 1988 (Ras Shamra-Ougarit, 4).

33 À cet égard voir les remarques de K. Zilmer, « “Nobody owns the myths”: Adaptations of Old Norse myth in Tor Åge Bringsværd’s Vår Gamle Gudelære », Scandinavian Studies 90/2 (2018), p. 166-167.

34 Trad. fr. de R. Hawley. Pour le texte voir L. Honko, « Methods in Folk-Narrative Research: Their status and future », Ethnologia Europaea 11/1 (1979), p. 6‑27 : « … “momentary/situational” adaptation with its many occasional and unique features. The personality of the narrator, the composition of the audience, the actual focus of interest of the community, events of the recent past and fears and hopes for the future, will normally intervene and bring about changes which lend the story a meaning hic et nunc. It should be remembered that the story itself may have been heard many times already in different microenvironments. Nevertheless, it is able to convey new messages and meanings, thanks to functional adaptation. »

35 Trad. fr. de R. Hawley. La citatation vient de J. Sobol, « Adaptive Occasions: Synchronic correlatives in traditional folktale adaptation », Journal of American folklore 132/525 (2019), p. 310‑311: « Walter Ong reports the case of an epic recorded from the Gonja people of Ghana at the turn of the twentieth century, in which the founder of the ruling dynasty was said to have had seven sons. When the same tale was recorded 60 years later, the culture-hero now had only five sons—because in intervening decades, two of the seven divisions of the tribal territory had been eliminated due to assimilation and boundary shifts ([W. Ong, Orality and Literacy, Londres] 1982, p. 48). Symbolic coordinates of the narrative were redrawn to reflect shifts in the social landscape. This is an elemental form of narrative thinking—adjusting details to engage a changing environment ».

36 Pour ce dossier voir R. Hawley, « Échos de la reconstruction de la ville d’Ougarit au xiiie s. av. J.-C. dans la littérature locale », dans E. Capet, C. Dogniez, M. Gorea, R. Koch-Piettre, H. Rouillard-Bonraisin (éd.), Reconstruire les villes. Modes, motifs et récits, Turnhout 2019 (Semitica et classica, supplementa 1), p. 53-63 (avec la bibliographie antérieure).

37 Th. Schneider, Asiatische Personennamen in ägyptischen Quellen des Neuen Reiches, Fribourg-Göttingen 1992 (Orbis biblicus et orientalis, 114) ; J. E. Hoch, Semitic words in Egyptian texts of the New Kingdom and Third Intermediate Period, Princeton 1994.

38 Voir https://ilara.hypotheses.org/enseignements/cours-de-lilara/proche-orient-ancien/amorrite.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Capture d’écran d’un relevé épigraphique : lecture du verbe *tištaqīlu « elle arrive » dans la péricope des massacres de la déesse ˤAnat (tablette III du Chant de Baˤl ougaritique).
Crédits Photo © R. Hawley. DR.
URL http://journals.openedition.org/asr/docannexe/image/4055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 862k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Hawley, « Religions et cultures du Levant ancien »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 129 | -1, 157-168.

Référence électronique

Robert Hawley, « Religions et cultures du Levant ancien »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 129 | 2022, mis en ligne le 03 juin 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/asr/4055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.4055

Haut de page

Auteur

Robert Hawley

M., Directeur d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search