Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Résumés des conférencesPolémique païenne et réfutation c...

Résumés des conférences

Polémique païenne et réfutation chrétienne
autour du prologue de l’évangile de Jean :
une étude du Contre Julien Χ, 1-10 de Cyrille d’Alexandrie

Marie-Odile Boulnois
p. 257-270

Résumé

Au début de son livre X, Cyrille d’Alexandrie répond à l’empereur Julien pour qui le prologue de l’évangile de Jean est la preuve suprême de l’infidélité de la doctrine chrétienne à ses propres racines juives et apostoliques. Dans cette controverse, Julien montre sa très bonne connaissance des débats théologiques et tire parti de la question disputée de la répartition des prises de paroles entre l’évangéliste et Jean-Baptiste. Cyrille le réfute en recourant aux outils de sa théologie trinitaire élaborés dans sa controverse contre les ariens et en constituant des petits florilèges scripturaires dont on peut trouver des parallèles dans ses autres œuvres. Deux enjeux sont au cœur de cette polémique : la définition de Jésus comme Dieu et la visibilité divine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous utilisons l’édition critique de W. Kinzig et Th. Brüggemann (éd.), Kyrill von Alexandrien, Geg (...)
  • 2 Voir M.-O. Boulnois, « Le prologue de l’évangile de Jean au cœur de la polémique entre l’empereur J (...)
  • 3 Ceci est vrai des livres III, V, VIII, IX et X. Voir mes introductions aux deux volumes de Cyrille (...)
  • 4 Libanios, Discours 18, 178 : « Il s’appliqua aux livres qui font de l’homme originaire de Palestine (...)
  • 5 Julien, Ep 90 à Photin (trad. J. Bidez, CUF, Paris, p. 174) : « Nous ferons voir que son nouveau di (...)
  • 6 Voir fr. 46, (CJ VI, 22, p. 442, 19) qui évoque la « vie fécondante » d’Helios ou encore le rôle sa (...)

1Le livre X du Contre Julien de Cyrille d’Alexandrie1, qui est le dernier consacré à réfuter le livre I du Contre les Galiléens de l’empereur Julien, s’ouvre par une polémique centrée sur l’interprétation des premiers versets de l’évangile de Jean2. Comme à son habitude3, Cyrille choisit de commencer un nouveau livre par la citation d’extraits de son adversaire sur un texte biblique majeur. La critique de Julien s’inscrit dans le cadre plus global de sa stratégie polémique qui consiste à pointer la discordance entre les textes ou doctrines chrétiennes pour les discréditer, un procédé que Julien reprend à ses prédécesseurs Celse et Porphyre. Mais ces fragments 79 et 80 ont aussi une place tout à fait spécifique dans la construction générale du Contre les Galiléens en dénonçant le paroxysme de trahison des chrétiens : après avoir abandonné les doctrines helléniques, puis juives, les chrétiens ne sont même pas restés fidèles à leurs propres traditions. Leurs apostasies ont été croissantes depuis l’abjuration des dieux grecs, en passant par le rejet du monothéisme juif au profit d’une profession de foi en une Trinité, jusqu’à l’adoption de l’innovation introduite par le seul évangéliste Jean : la divinisation d’un homme. Or ce dernier point constitue bien l’un des griefs majeurs du Contre les Galiléens comme en témoignent le résumé lapidaire qu’en donne Libanios dans son éloge funèbre de l’empereur4 et différentes allusions qu’y fait Julien lui-même dans son corpus épistolaire5. De manière plus générale, Julien cherche à dénier systématiquement à Jésus un certain nombre d’attributs divins qui caractérisent au contraire le dieu qui a toutes ses faveurs, Hélios-Roi, comme la ressemblance totale au Bien, la création de toutes choses, ou le rôle salutaire et purificateur6. Au contraire, pour Julien, Jésus n’est qu’un homme (fr. 47), un sujet de César (fr. 50) et même désormais un cadavre (fr. 43, 48, 81) ; il a été enfanté par Marie qui n’est pas la mère de Dieu (fr. 64, 65) ; les prophéties vétérotestamentaires n’annonçaient pas qu’il serait un Dieu, mais un prophète comme Moïse (fr. 62) ; il n’est pas le fils légitime de Dieu mais un bâtard (fr. 31) ; Moïse n’a jamais reconnu que Dieu avait un Fils unique, mais parle seulement de plusieurs fils (fr. 67).

  • 7 En introduisant le fr. 80 (CJ X, 8, p. 689, 3-4), Cyrille souligne que Julien se lance « sur une au (...)

2Les fragments 79 et 80 devaient se suivre sans solution de continuité, mais Cyrille les découpe pour distinguer deux aspects de l’objection de son adversaire : d’abord l’écart entre Jean d’une part, et les autres évangélistes et l’apôtre Paul d’autre part, sur la divinité de Jésus, puis la contradiction interne à Jean sur la visibilité ou l’invisibilité divine7.

I. L’évangéliste Jean est-il le seul à avoir proclamé la divinité de Jésus ?

A. Objection de Julien (fr. 79, CJ X, 1)

  • 8 Fr. 79 (CJ X, 1, p. 676, 22) : « Jean a été le premier à oser dire (πρῶτος ἐτόλμησεν εἰπεῖν) (que J (...)
  • 9 Fr. 50 (CJ VI, 42, p. 466, 16) où le verbe τολμάω est déjà appliqué à Jean qui a osé (τετόλμηκε) pr (...)

3La dénonciation des différentes apostasies chrétiennes trouve son apogée avec l’évangéliste Jean qui est présenté comme le traître par excellence, dont l’audace vient couronner une liste de transgressions précédentes : Jean a été le premier à oser dire que Jésus est Dieu8. Déjà plus haut, Julien avait accusé Jean d’avoir osé égaler Jésus au démiurge du monde, en faisant allusion à Jn 1, 39. Mais le fragment 79 propose une analyse beaucoup plus serrée du prologue, des raisons supposées de sa rédaction et de sa structure.

  • 10 Le motif de la tromperie et de l’hypocrisie revient à plusieurs reprises. Λάθρᾳ (« en cachette ») e (...)
  • 11 Jn 1, 15-17 : « 15 Jean témoigne à son sujet et a crié : C’était de lui que je disais : Celui qui v (...)
  • 12 La majorité des exégètes considère que la prise de parole de Jean-Baptiste se limite au verset 15. (...)
  • 13 Il est en général assez difficile de savoir quelle est la position des auteurs qui citent tel ou te (...)
  • 14 Pour une étude approfondie de ce débat, voir M.-O. Boulnois, « “De sa plénitude nous avons tous reç (...)

4L’analyse de cette objection nous a permis de montrer que Julien prend position dans le débat prosopologique qui divise les interprètes sur la question de savoir comment se répartissent les prises de parole au sein du prologue. De fait, Jean donne la parole à Jean-Baptiste, une alternance de voix que Julien interprète comme un moyen inventé par l’évangéliste pour se dissimuler10. N’osant pas prononcer lui-même l’identité blasphématoire entre le Dieu Verbe et Jésus, Jean compose une sorte de pièce de théâtre dans laquelle se répondent deux personnages : lui-même parle d’abord du Dieu Verbe, puis de Jean-Baptiste, puis de nouveau du Verbe avant de donner la parole au Baptiste. Selon Julien, l’hypocrisie de l’évangéliste consiste à ne pas énoncer lui-même que Jésus-Christ est le Verbe, mais à le laisser dire au Baptiste. Une telle lecture suppose que Jean-Baptiste prononce non seulement le verset 15, mais conserve encore la parole jusqu’au verset 17 qui contient le terme « Jésus-Christ »11. Par ailleurs le fragment 80 montre que, pour Julien, l’évangéliste reprend la parole au verset 18. Comme la définition de l’amplitude des paroles de Jean-Baptiste est loin de faire l’unanimité, y compris parmi les exégètes modernes12, nous avons consacré plusieurs séances de notre séminaire à cette question prosopologique. Nous avons cependant limité notre enquête aux auteurs grecs qui prennent explicitement position contre un autre découpage que celui qu’ils préconisent, ce qui permet d’une part de voir combien ce débat a marqué les premiers exégètes, d’autre part d’être assuré de leur choix13. La discussion la plus ancienne qui soit attestée remonte à l’opposition entre Héracléon et Origène et se poursuit chez Jean Chrysostome et Théodore de Mopsueste. Si on classe les auteurs par ordre de longueur des paroles attribuées au Baptiste, on constate que certaines personnes critiquées par Origène, Jean Chrysostome et Cyrille d’Alexandrie les limitent à Jn 1, 15 ; Héracléon et Julien les étendent jusqu’au verset 17 ; Origène et Théodore de Mopsueste vont jusqu’à mettre le verset 18 dans sa bouche14.

  • 15 On peut rapprocher ce grief du fr. 82 (CJ X, 17, p. 702) où Julien reproche aux chrétiens leur cult (...)

5Outre cette accusation contre la stratégie d’évitement de l’évangéliste Jean, Julien lui reproche aussi de s’être écarté de tous les autres témoins de la tradition ; il énumère Paul, Matthieu, Luc et Marc qui n’ont jamais proclamé Jésus Dieu, et propose une hypothèse personnelle (οἶμαι) à cette innovation : Jean aurait voulu contrecarrer la propagation grandissante du culte des tombeaux de Pierre et Paul15.

B. Réponse de Cyrille (CJ X, 2-7)

  • 16 Le Thesaurus de sancta Trinitate fait partie des premières œuvres de Cyrille. Il est antérieur aux (...)
  • 17 Rm 8, 8-9 et 15, 15-16 sont également cités en contexte anti-arien dans les Dial Trin III, 496-503 (...)
  • 18 Rm 9, 5 a déjà été utilisé dans la réfutation du fr. 50 (CJ VI, 46, p. 471), dans un contexte proch (...)
  • 19 CJ X, 3 (p. 679-681).
  • 20 De Recta Fide ad Dominas 95 (Mt 1, 20-21), 97 (Mt 3, 11-12), 102 (Mt 11, 28-29), 105 (Mt 13, 40-41) (...)
  • 21 Dans le Thesaurus 32, il cite Mt 1, 20-21 (PG 75, 513D-516A) avec un commentaire proche du Contre J (...)

6La réponse de Cyrille procède en deux temps. Il commence par réfuter l’allégation de Julien selon laquelle ni Paul ni les synoptiques n’ont affirmé la divinité du Christ, en proposant un florilège de citations tirées de chacun d’eux. Nous avons ainsi pu comparer la constitution de ces petits florilèges du Contre Julien avec ceux que Cyrille a rassemblés dans deux autres œuvres, l’une anti-arienne, le Thesaurus de sancta Trinitate, l’autre anti-nestorienne, le De recta fide ad Dominas16. Toutes les citations de Paul (Rm 9, 3-5 ; Rm 8, 8-9 ; Rm 15, 15-16 ; 1 Co 2, 8)17, à l’exception de la première18, appartiennent au florilège scripturaire beaucoup plus vaste du De recta fide ad Dominas, qui fait suite à un florilège patristique, et dont la moitié des chapitres ont pour but de prouver que le Christ est Dieu, ce qui correspond précisément au but du Contre Julien. Les versets des synoptiques sont cités dans l’ordre du texte biblique. Pour Matthieu, ce sont non seulement les citations, mais leurs commentaires qui se retrouvent de manière très similaire dans le Contre Julien19 et l’Ad Dominas, à cette différence près que le Contre Julien enchaîne les citations en reportant les commentaires à la fin, alors que dans l’Ad Dominas citations et commentaires alternent20. Il s’agit de Mt 1, 20-21 ; 3, 11-12a ; 11, 28-29a ; 13, 40-41a21.

  • 22 Le florilège du Thesaurus 32 ne contient, pour les évangiles, que des sections sur Matthieu et Jean
  • 23 Mc 1, 1 n’est invoqué qu’ici dans toute l’œuvre de Cyrille, ce qui montre qu’il n’y a eu recours qu (...)
  • 24 Mc 8, 38 n’est cité en entier que dans le fragment 2 de l’homélie intitulée Le Christ est un (Pusey (...)
  • 25 CJ X, 4 (p. 582, 8-14). Le Christ est un 756ab (SC 97, p. 440) cite de manière similaire une combin (...)

7Le cas de Marc est spécifique. C’est de manière générale l’évangile le moins souvent commenté par les auteurs chrétiens. Cyrille a lui-même écrit un Commentaire sur Matthieu et un autre sur Jean, ainsi que des homélies sur Luc, mais rien sur Marc. De surcroît, aucune partie des florilèges scripturaires rassemblés par Cyrille ne lui accorde une section22. L’objection de Julien l’oblige cependant à répondre aussi en citant Marc. Encore faut-il préciser qu’en dehors de la première citation (Mc 1, 1)23 et de la dernière (Mc 8, 38)24, les autres versets présentés comme tirés de Marc ont une forme qui les rapproche davantage des parallèles chez Matthieu25.

  • 26 CJ X, 5 (p. 683-684). Jean Baptiste parle du « prophète du Très-haut » (Lc 1, 76), et l’ange annonc (...)
  • 27 Ad Dominas 121 (ACO I, 1, 5, p. 92).

8Pour Luc, on constate également certaines similitudes avec l’Ad Dominas. On y retrouve des séquences semblables : Lc 1, 14-16 suivis de Lc 1, 76-77 et Lc 1, 32. Néanmoins, des différences sont à noter : dans le Contre Julien, Lc 1, 76-77 et Lc 1, 32 sont cités ensemble pour leur utilisation commune du mot ὕψιστος (« Très-haut »)26, ce que ne fait pas l’Ad Dominas qui cite Lc 1, 76-77 en lien avec un verset précédent (Lc 1, 19.23) sur la base commune du rôle du Précurseur dans la préparation du « chemin du Seigneur »27. Quant à Lc 1, 32-33, il est certes cité dans l’Ad Dominas, mais pour dire que celui qui règnera est Dieu, donc sans aucun rapport avec le commentaire qui en est fait dans le Contre Julien.

9Dans cette étude comparée des florilèges, nous avons noté une spécificité cyrillienne qu’on retrouve dans ses trois œuvres : ils s’ouvrent tous par des citations pauliniennes et non par celles des évangiles. Ce fait, qui s’explique dans le cas du Contre Julien puisque Cyrille peut vouloir suivre l’ordre des noms invoqués dans l’objection de Julien, est surprenant dans le cas des deux autres œuvres et nous n’avons pas à ce jour trouvé de parallèle à ce type d’organisation des florilèges scripturaires.

  • 28 Irénée, Adversus Haereses III, 1, 1 soutenait déjà cette chronologie.
  • 29 CJ X, 6 (p. 686, 21-22).
  • 30 Dial Trin III, 491e-492a (SC 237, p. 101, trad. légèrement modifiée) : « Quant à nous, jamais nous (...)
  • 31 CJ X, 6 (p. 686, l. 23) : προδιέξεισιν et l. 27 : προειπών.
  • 32 L’image du « temple » (CJ X, 6, p. 687, 38) pour désigner l’humanité du Christ provient de Jn 2, 19 (...)
  • 33 In Io I, 9, 96bc (SC 600, p. 537-539). Cet argument est déjà développé par Jean Chrysostome, Homéli (...)
  • 34 De Recta Fide ad Augustas 19 (ACO I, 1, 5, p. 37, 14-20).

10Au terme de cette liste de témoignages bibliques, Cyrille conclut que Jean n’est ni le premier ni le seul évangéliste qui ait proclamé la divinité de Jésus, ce qui montre bien qu’il considère que Jean a rédigé son évangile après les autres28. Il aborde alors le cœur de l’objection de Julien en centrant sa réfutation sur l’identité entre le Verbe et le Christ. Comme son adversaire avait fondé sa critique sur la structure du prologue, c’est elle qui fait l’objet d’un examen détaillé. Selon Cyrille, ce texte vise à éviter qu’on ne considère le Verbe comme un dieu « nouvellement paru et tout récent » (ἀρτιφανῆ καὶ πρόσφατον), qui serait « contemporain de sa naissance charnelle » (σύγχρονον)29. Une telle dénonciation répond certes à l’accusation d’innovation, constante dans le Contre les Galiléens, mais rejoint aussi, par le choix du vocabulaire, la réfutation anti-arienne que Cyrille développe dans ses Dialogues sur la Trinité et son Commentaire sur Jean. Une fois de plus, on constate que Cyrille interprète les thèses de Julien à la lumière de cette controverse intra-chrétienne et réemploie contre lui un vocabulaire et une argumentation élaborés contre les ariens30. Comme dans son Commentaire sur Jean, mais de manière beaucoup plus synthétique, Cyrille soutient que l’évangéliste a répondu par avance aux futures erreurs qu’il a prévues31. Il a donc d’abord posé la co-éternité (συναΐδιος) du Verbe avec le Père en déclarant qu’il était « au commencement » et en précisant qu’il était « auprès de Dieu » (Jn 1, 1). C’est seulement en un deuxième temps qu’il a pu parler de l’économie de l’incarnation (Jn 1, 14 : « le Verbe s’est fait chair »). Même s’il précise que par « chair », il faut entendre l’homme tout entier, Cyrille n’entre pas dans un développement aussi précis que le Commentaire sur Jean ni sur la présence d’une âme humaine ni sur la différence entre l’incarnation et la visite du Verbe dans un prophète (il n’écarte pas dans le Contre Julien une possible erreur dualiste). Il insiste plutôt sur la deuxième partie du verset de Jn 1, 14 : « et il a habité parmi nous » qui lui permet de réfuter l’idée que l’incarnation impliquerait une altération divine. De fait, celui qui habite est nécessairement distinct du temple dans lequel se fait l’habitation32. Le rejet de la mutation divine, assez allusif dans le Contre Julien, s’éclaire à la lumière de l’exégèse beaucoup plus développée dans le Commentaire sur Jean : Jn 1, 14 ne signifie pas que le Verbe s’est transformé en chair, mais qu’il habite dans un corps, préservant ainsi le Verbe de toute métamorphose33. On retrouve la même explication dans ses œuvres anti-nestoriennes34.

  • 35 La traduction latine d’Œcolampade, qui nous donne accès à un manuscrit grec perdu, ne semble pas av (...)
  • 36 CJ X, 7 (p. 688, l. 7-8) : Δέχεται μὲν γὰρ ὡς ἀληθεῖς τὰς τοῦ ἁγίου βαπτιστοῦ φωνάς, αἳ γεγόνασιν α (...)
  • 37 In Io I, 9 (SC 600, p. 557) : « “Parce que de sa plénitude nous avons tous reçu” (Jn 1, 16). L’évan (...)

11Une fois posées les bases de la structure générale du prologue, Cyrille examine l’accusation de Julien selon laquelle l’évangéliste nous aurait trompés en se dissimulant derrière le témoignage du Baptiste. Il reformule l’objection de manière assez obscure35 en déclarant que, selon Julien, l’évangéliste aurait accordé une confiance peu critique aux paroles du Baptiste qui identifie le Verbe à Jésus-Christ. En réponse, Cyrille soutient que l’évangéliste a considéré les paroles du Baptiste comme vraies36, une phrase qui permet de comprendre que son résumé de la critique de Julien porte bien sur la question du rapport entre l’évangéliste Jean et Jean-Baptiste. Cyrille a-t-il compris comment Julien répartissait les paroles entre ces deux personnages ? Ce n’est pas certain. En tout cas, il ne lui fait aucun reproche sur ce point, mais si on examine son Commentaire sur Jean, on comprend que, pour Cyrille, les versets de Jn 1, 16-17 sont prononcés par l’évangéliste qui reprend la parole pour accueillir le témoignage véridique de Jean-Baptiste prononcé en Jn 1, 1537. Du même coup, l’objection de Julien sur le fait que l’évangéliste n’aurait pas lui-même identifié le Verbe à Jésus-Christ tombe d’elle-même, puisque le verset 17 est mis par Cyrille dans la bouche de l’évangéliste et non de Jean-Baptiste. On voit ici qu’il est nécessaire de recourir au Commentaire sur Jean pour expliciter cette réfutation très allusive dans le Contre Julien.

  • 38 Le terme ἀδελφότης est employé à trois reprises par Cyrille dans son In Io I, 9, 97c, 96c, 103c (SC (...)
  • 39 En disant « celui qui vient derrière moi », Jean Baptiste ne parle pas de la naissance dans la chai (...)
  • 40 CJ X, 7 (p. 688, l. 9-12) : Σάρκα’ γε μὴν γενέσθαι’ τὸν λόγον’ εἰπών, τότε δὴ τότε καὶ λίαν ἐπὶ (...)

12Pour Cyrille, c’est parce que l’évangéliste a dit en Jn 1, 14 : « nous avons contemplé sa gloire » qu’il doit faire appel au témoignage concordant d’une autre personne, le Baptiste, afin d’établir l’incomparable suréminence du Christ. Même si le Verbe est descendu jusqu’à la fraternité avec les hommes en devenant homme (Jn 1, 14a)38, il a conservé son rang divin. Le témoignage de Jean-Baptiste qui reconnaît la supériorité du Christ (Jn 1, 15)39 est donc accueilli par l’évangéliste comme véridique lorsqu’il déclare : « nous avons tous reçu de sa plénitude » (Jn 1, 16), confirmant après Jean-Baptiste la gloire suréminente du Fils. Ce caractère incomparable est ensuite prouvé par une comparaison avec Moïse (Jn 1, 17). Ainsi, que l’on compare le Christ à Jean-Baptiste ou à Moïse, sa supériorité est confessée par l’un et manifestée chez l’autre par l’infériorité de la loi de Moïse. C’est donc bien l’évangéliste qui reprend la parole à partir du verset 16, ce qui permet à Cyrille d’affirmer : « Après avoir dit que “le Verbe s’est fait chair” (Jn 1, 14), c’est alors, oui, alors et de manière tout à fait opportune qu’il le nomme Christ et Jésus (Jn 1, 17) et déclare qu’il est bien dans les prérogatives (ἀξιώμασιν) de la divinité, quoiqu’il soit devenu comme nous selon l’économie40. »

  • 41 CJ X, 7 (p. 688, 13-17). Comme dans l’Ad Dominas 112 (ACO I, 1, 5, p. 90, 5) c’est la première cita (...)
  • 42 Thes 32 (PG 75, 540D-541A).
  • 43 CJ X, 7 (p. 688, 17-21). Ad Dominas 119 (ACO I, 1, 5, p. 91, 22-25). Le Thesaurus cite d’autres ver (...)
  • 44 Voir aussi In Io XII, 1, 1090ad (Pusey 5, p. 125): κεκλεισμένων γάρ, ὥς φησι, τῶν θυρῶν, ἀδοκήτως ε (...)
  • 45 CJ X, 7 (p. 688, 22-24). Ad Dominas 117, ACO I, I, 5, p. 91, 4. Thes 32, PG 75, 560C.

13Pour confirmer que le Verbe conserve bien ses prérogatives divines, Cyrille cite trois versets johanniques, reprenant la méthode des petits florilèges scripturaires adoptée pour Paul, Matthieu, Marc et Luc. Or là encore, on constate des parallèles avec le Thesaurus pour deux d’entre eux et l’Ad Dominas pour les trois. Mais à la différence de ces deux œuvres, Cyrille se contente de les énumérer à la suite, sans aucun commentaire, concluant seulement ce catalogue par l’affirmation qu’une fois devenu comme nous, le Christ a conservé ses prérogatives divines. – Jn 2, 23-2441, qui contient l’idée d’omniscience divine, est cité dans le Contre Julien, comme dans le Thesaurus42, en commençant au verset 23 qui donne le contexte, alors qu’il n’est cité qu’à partir du verset 24 dans l’Ad Dominas. Le Thesaurus et l’Ad Dominas ont aussi en commun, à la différence du Contre Julien, de citer plus longuement jusqu’au verset 25 et de commenter cette omniscience grâce au Ps 32, 15. – Jn 20, 19, où Jésus apparaît après sa résurrection alors que les portes sont closes, permet de soutenir que le divin n’est pas soumis aux limites spatiales. Ce verset n’est cité que par l’Ad Dominas43 avec le même incipit et le même desinit, mais il donne lieu à un commentaire sur la puissance divine du Christ qui se manifeste de manière inattendue44. – Jn 17, 3 qui accorde la divinité au Fils comme à celui qui l’a engendré est présent dans le Thesaurus et l’Ad Dominas45.

  • 46 CJ X, 7 (p. 689, 27).
  • 47 Ps.-Didyme (?), De Trinitate II, 7, 3 (éd. I. Seiler) et III, 48 (PG 39, 804, 34).
  • 48 CJ X, 4 (p. 682, l. 11). Ce verbe se lit dans le même contexte du dialogue entre Jésus et Pierre en (...)
  • 49 CJ III, 14 (SC 582, p. 184).
  • 50 Ps.-Didyme (?), De Trinitate II, 6,18.
  • 51 Contentons-nous de signaler deux publications récentes qui donnent un status quaestionis et défende (...)
  • 52 Voir déjà quelques remarques sur ces parallèles dans mon introduction du Contre Julien t. 4, p. 197 (...)

14La conclusion de cette démonstration scripturaire utilise deux adjectifs fréquents dans toute l’œuvre de Cyrille (employés de manière conjointe dès les Dialogues sur la Trinité et la Lettre festale XV), alors que d’après le TLG, ils ne sont pas utilisés avant lui : ἰσουργός (égal par ses œuvres) et ἰσοκλεής (égal par sa gloire)46. De ce fait, il est notable que l’adjectif ἰσουργός, spécifiquement cyrillien, soit employé à deux reprises dans le De Trinitate du Pseudo-Didyme qui l’applique à l’Esprit saint47. Ce rapprochement fait partie d’une liste extrêmement longue de parallèles entre Cyrille et le De Trinitate. Pour la seule partie du Contre Julien examinée ici, on peut aussi mentionner une autre rencontre. Commentant le dialogue entre Pierre et Jésus (Mt 16, 16-17), Cyrille utilise le verbe ἀνταναφωνέω (répondre)48, un terme déjà employé plus haut dans le Contre Julien à propos des séraphins qui se répondent mutuellement en se criant « saint, saint, saint » (Is 6, 3)49. Or là encore, il s’agit d’un vocable qui n’est utilisé qu’une seule fois par l’auteur du De Trinitate50, et par aucun autre auteur, alors que Cyrille y recourt à plusieurs reprises dans des œuvres différentes. Il serait trop long de revenir ici en détail sur la question de l’attribution de cette œuvre à Didyme depuis sa découverte par Mingarelli51, mais l’étude que nous sommes en train de mener sur les nombreux décalques de plusieurs œuvres chrétiennes dans le De Trinitate nous incite de plus en plus à penser que son auteur peut aussi emprunter à Cyrille52. En effet, le De Trinitate reprend à diverses œuvres antérieures des groupements de citations, des commentaires et même des phrases entières, procédant parfois à un patchwork, ce qui rend vraisemblable que les parallèles avec Cyrille s’expliquent comme dans les autres cas par un emprunt de la part de l’auteur du De Trinitate plutôt que l’inverse.

II. L’évangéliste Jean se contredit-il sur la question de l’invisibilité divine ?

A. Objection de Julien (fr. 80, CJ X, 8)

  • 53 CJ X, 8 (p. 690, 13).
  • 54 Voir déjà plus haut sa connaissance de la terminologie technique sur le statut du Fils « semblable (...)
  • 55 CJ X, 8 (p. 689, 7 et 690, 22).

15Dans le fragment 80, Julien poursuit son accusation contre l’évangéliste Jean qu’il accuse d’être fourbe et trompeur (πανοῦργος καὶ ἀπατεών)53. Après s’être dissimulé derrière le témoignage de Jean-Baptiste sur l’identité entre Jésus-Christ et le Verbe, il se dérobe en déclarant : « Dieu, personne ne l’a jamais vu » (Jn 1, 18). Julien révèle dans ce passage sa connaissance des débats internes au christianisme sur l’identité de Jésus-Christ54. À deux reprises il évoque « quelques-uns parmi les impies » et « quelques membres de votre secte »55, en sachant qu’il s’agit de courants jugés déviants par l’Église majoritaire. Or de manière très intéressante, Julien prend position, sans doute pour des raisons stratégiques, contre les doctrines hétérodoxes qui établissent une distinction entre le Christ et le Verbe, ou entre le Fils unique et le Verbe. Mentionner ces controverses est évidemment un moyen de souligner l’absence de consensus des chrétiens, mais choisir de soutenir l’identité entre le Fils Unique, le Christ et le Verbe lui permet surtout ici d’accuser l’évangéliste d’auto-contradiction : d’un côté, l’évangéliste a affirmé avoir contemplé la gloire du Fils unique (Jn 1, 14), ce Fils unique qui est le Dieu Verbe devenu chair, mais de l’autre, il prétend que personne n’a jamais vu Dieu. Or à défaut de voir Dieu le Père, il a bien vu le Dieu Verbe en vertu de cette identité entre le Verbe et le Fils unique ou Jésus-Christ.

  • 56 E. Masaracchia, Giuliano imperatore, Contra Galilaeos, Rome 1990, p. 238 renvoie à Alexandre d’Alex (...)
  • 57 Alexandre d’Alexandrie, Epistula ad omnes episcopos 7-8 (Athanasius Werke III, Dok. 2,2, Opitz).
  • 58 Ecthèse macrostiche cité par Athanase, Lettre sur les synodes, 26, 5-6 (SC 563, p. 265) : le Verbe (...)
  • 59 Pour cette deuxième distinction, on pourrait citer le témoignage de Cyrille d’Alexandrie (Thes 19, (...)

16Quels sont les hérétiques auxquels Julien fait ainsi allusion pour écarter leurs thèses qui constitueraient une échappatoire à cette contradiction ? Nous avons examiné les deux hypothèses proposées par plusieurs de nos prédécesseurs, sans pouvoir trancher entre elles56. Dans les deux cas, il faut préciser que les textes mentionnant ces thèses sont le fait des hérésiologues qui les condamnent et non de ceux qui les auraient soutenues. Il pourrait s’agir, soit de positions ariennes telles qu’elles sont dénoncées par Alexandre d’Alexandrie : le Fils serait une créature, n’étant pas le véritable Verbe du Père, mais seulement appelé ainsi de manière impropre57 ; soit des doctrines de Marcel d’Ancyre et de Photin réfutées par l’« ecthèse macrostiche », une formule de foi élaborée en 344 et condamnant nommément ces deux théologiens pour avoir refusé que le Verbe soit le Christ et le Fils depuis toujours58. On peut également se demander si Julien vise les mêmes personnes dans les deux occurrences, puisque la première fois il évoque l’altérité entre Jésus-Christ et le Verbe, et la seconde, entre le Fils Monogène et le Verbe59.

17Qu’il s’agisse de thèses issues de la mouvance arienne ou attribuables à Marcel d’Ancyre et Photin, on constate que Julien ne donne pas sa faveur à ces chrétiens dont il était pourtant proche personnellement, mais adopte la position de leurs adversaires qui sert sans doute mieux son propos polémique. De surcroît, suivre la thèse nicéenne qui identifie le Verbe au Fils, tout en distinguant clairement le Verbe du Père, sert également sa polémique plus globale qui consiste à dénoncer l’infidélité de la doctrine chrétienne par rapport au monothéisme mosaïque.

B. Réponse de Cyrille (CJ X, 9-10)

  • 60 CJ X, 9 (p. 690, 4).
  • 61 CJ X, 9 (p. 691, 7).
  • 62 CJ VII, 10 (p. 484, 1 : πανουργότατα).
  • 63 In Io V, 1 (Pusey 3, p. 661, 19) ; In Io VI, 1 (Pusey 4, p. 171, 10).
  • 64 Lettre Festale 9, 4, 589C (SC 392, p. 146-147).
  • 65 On ne trouve que deux fragments transmis par des chaînes, l’un attribué à Origène, l’autre à Jean C (...)
  • 66 J. Reuss, Lukas-Kommentare aus der griechischen Kirche. Aus Katenenhandschriften, Berlin 1984, II, (...)

18Cyrille ne répond pas aux mentions des thèses hérétiques, une réaction habituelle à chaque fois que Julien fait allusion à des positions chrétiennes divergentes. Sans doute cherche-t-il à opposer un front uni à son adversaire, en évitant de reconnaître les divisions internes au christianisme. Il prend en revanche soin de relever que l’accord de Julien avec la position orthodoxe est d’ordre purement tactique et lui retourne l’accusation de fourberie (πανοῦργος) dont Julien avait grief à Jean60. Mais pour Cyrille, ce stratagème ne peut l’emporter comme en fait foi le Psaume 12, 27 : « le trompeur n’atteindra pas sa proie »61. Ce verset est particulièrement cher à Cyrille qui l’a déjà employé deux fois dans le Contre Julien V, 23 et VII, 10 dans un contexte similaire, où il s’agit de dénoncer la fourberie de Julien62 et de débusquer ses intentions cachées derrière son apparente défense de la foi. Dans le reste de son œuvre, il est utilisé pour illustrer diverses attaques des Pharisiens63 ou l’échec des manigances du diable, qui a inventé le polythéisme et veut empêcher l’homme de revenir vers Dieu64. Dans la mesure où ce verset est très peu cité chez d’autres auteurs65, son emploi dans un extrait attribué à Cyrille, conservé en grec dans les chaînes sur Luc, pourrait contribuer à l’authentifier, d’autant que son but est analogue66. Commentant Lc 4, 34 où les démons disent au Christ qu’il est le « saint de Dieu », Cyrille dénonce leur manœuvre en montrant qu’ils font ainsi mine (ὑποκρίνονται) de faire l’éloge du Christ, pour qu’il tombe dans la vaine gloire, un piège qui échoue puisque « le trompeur n’atteindra pas sa proie ».

  • 67 Thes 32, PG 75, 517 D et 557A ; 34, 605 D.
  • 68 Dial Trin III, 465, 29-31 (SC 237, p. 21). In Io XI, 2, 930e-931a (Pusey 4, p. 637).
  • 69 Dial Trin III, 469b (SC 237, p. 32-33) : « Car une loi nécessaire fait se ranger, je pense, à l’ide (...)

19La solution proposée par Cyrille pour répondre à la contradiction soulevée par Julien est double. Elle consiste, d’une part, à distinguer la vision corporelle et la vision intellective. Lorsqu’on voit le Fils, on voit le Père, non pas avec les yeux du corps, mais à travers l’égalité de leur opération qui témoigne de leur égalité de nature, un argument souvent allégué par Cyrille dans la controverse anti-arienne67. Le Fils est en effet tout ce qu’est le Père, hormis le fait d’être Père68. Loin d’être une rencontre contingente, l’équivalence entre identité d’opération et unité de substance relève de la nécessité, si bien que l’on doit inférer l’une de l’autre69.

  • 70 La suréminence (ὑπεροχή) du Fils est pour Cyrille un leitmotiv du prologue de Jean. Après avoir mon (...)

20Mais il faut d’autre part distinguer le Fils invisible en vertu de sa nature divine et visible en vertu de son incarnation, y compris dans sa gloire divine. De fait, en le voyant comme homme accomplir des miracles divins, on peut, de manière intellective, le contempler dans la suréminence de sa divinité70. Ce paradoxe de l’invisibilité rendue visible a d’ailleurs été annoncé dès l’Ancien Testament en Ps 49, 2b-3a ; Is 40, 9b-10a ; Bar 3, 36-38, trois versets déjà cités dans une liste plus large de testimonia prophétisant l’incarnation (CJ VIII, 41-41) parmi lesquels Cyrille ne retient ici que ceux qui contiennent un terme indiquant la visibilité (ἐμφανῶς, ἰδού, ὤφθη). L’incarnation donne donc à voir avec les yeux du corps la puissance divine à l’œuvre. Mais pour en inférer la divinité du Fils et voir à travers lui la nature divine du Père, il faut passer des yeux du corps à la vision intelligible.

 

21Le cours de master a porté sur l’utilisation de la théophanie de Mambré dans la littérature chrétienne des Adversus Iudaeos (ive-viie siècles) : Dialogue d’Athanase et de Zachée, Dialogue de Timothée et d’Aquila, Altercatio Legis Simonis Iudaei et Theophili Christiani d’Évagre, Testimonia du Pseudo-Grégoire de Nysse, Dialogus cum Iudaeis (Anonymus Declerck, CPG 7803), Disputatio adversus Iudaeos attribuée à Anastase le Sinaïte (?) (CPG 7772).

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons l’édition critique de W. Kinzig et Th. Brüggemann (éd.), Kyrill von Alexandrien, Gegen Julian 2: Buch 6-10 und Fragmente (GCS.NF 21 ; Berlin, 2017). Il n’en existe aucune traduction en langue moderne. Nous en préparons une pour la collection des Sources chrétiennes.

2 Voir M.-O. Boulnois, « Le prologue de l’évangile de Jean au cœur de la polémique entre l’empereur Julien et Cyrille d’Alexandrie », dans G. Huber-Rebenich, S. Rebenich, (éd.), Interreligiöse Konflikte im 4. Und 5. Jahrhundert, Julian « Contra Galilaeos » - Kyrill « Contra Iulianum », Berlin-Boston 2020, p. 195-227.

3 Ceci est vrai des livres III, V, VIII, IX et X. Voir mes introductions aux deux volumes de Cyrille d'Alexandrie, Contre Julien, t. 2 : Livres III-V, SC 582, Paris 2016, p. 28-29 et Contre Julien, t. 4 : Livres VIII-IX, SC 624, Paris 2021, p. 12-17. Le livre II commence avec le début de l’ouvrage de Julien, le livre IV s’ouvre, non pas avec un texte biblique, mais avec la thématique des dieux ethnarques, les livres VI et VII avec l’énumération des dons accordés aux Grecs par les dieux (philosophes, législateurs ou stratèges).

4 Libanios, Discours 18, 178 : « Il s’appliqua aux livres qui font de l’homme originaire de Palestine un dieu et un fils de dieu (ἐπιθέμενος ταῖς βίβλοις αἳ τὸν ἐκ Παλαιστίνης ἄνθρωπον θεόν τε καὶ θεοῦ παῖδα ποιοῦσι) ». Sauf mention contraire, les traductions sont miennes.

5 Julien, Ep 90 à Photin (trad. J. Bidez, CUF, Paris, p. 174) : « Nous ferons voir que son nouveau dieu galiléen (novum eius deum Galilaeum), à qui ses fables prêtent l'éternité (quem aeternum fabulose praedicat), se trouve en réalité, par l'ignominie de sa mort et de sa sépulture, exclu de la divinité que Diodore invente pour lui. » Il s’agit d’un passage qui critique la doctrine de Diodore de Tarse et annonce la rédaction de son ouvrage contre les chrétiens. Ep 111 aux Alexandrins (trad. J. Bidez, CUF, p. 190) : « Seuls, ne savez-vous point qu’il (Helios) est le générateur de la vie et du mouvement dans l’univers entier ? (…) Et vous osez refuser votre adoration à tous ces dieux, tandis que ce Jésus, que ni vous ni vos pères n’avez vu, vous pensez que, nécessairement, il est le Dieu Verbe (οἴεσθε χρῆναι θεὸν λόγον ὑπάρχειν). Celui, au contraire, que depuis le commencement des âges (ἐξ αἰῶνος), le genre humain tout entier aperçoit et contemple et vénère, et dont le culte fait notre bonheur, je veux dire le grand Hélios, l’image vivante (τὸ ζῶν ἄγαλμα), animée, intelligente et bienfaisante du Père intelligible*** ». Julien oppose ici clairement la divinité antique d’Hélios (ἐξ αἰῶνος) décrit comme « image vivante du Père intelligible » à celle du Christ récente et controversée.

6 Voir fr. 46, (CJ VI, 22, p. 442, 19) qui évoque la « vie fécondante » d’Helios ou encore le rôle salutaire d’Asclépios. Selon M.C. De Vita, « Callidior ceteris persecutor (Rufin, hist. 10, 33). Giulinao e la questione ariana », dans G. Huber-Rebenich, S. Rebenich (éd.), Interreligiöse Konflikte im 4. Und 5. Jahrhundert, Julian « Contra Galilaeos » – Kyrill « Contra Iulianum », Berlin-Boston 2020, [39-63], p. 51-58, le discours Sur Hélios-Roi pourrait être considéré comme la pars construens répondant à la pars destruens du Contre les Galiléens.

7 En introduisant le fr. 80 (CJ X, 8, p. 689, 3-4), Cyrille souligne que Julien se lance « sur une autre piste », justifiant ainsi sa répartition en deux blocs distincts. Il faut aussi noter que ce découpage traitant à part Jn 1, 18 correspond à celui de son Commentaire sur Jean qui n’explique pas ce verset à la suite des précédents dans son chapitre 9, mais commence avec lui un nouveau chapitre.

8 Fr. 79 (CJ X, 1, p. 676, 22) : « Jean a été le premier à oser dire (πρῶτος ἐτόλμησεν εἰπεῖν) (que Jésus est Dieu) ». Voir aussi fr. 80 (CJ X, 8, p. 690, 23) où Julien souligne que certains chrétiens ont été jusqu’à poser une différence entre le Fils Monogène et le Dieu Verbe, ce que Jean n’avait pas eu l’audace (τολμᾶν) de soutenir.

9 Fr. 50 (CJ VI, 42, p. 466, 16) où le verbe τολμάω est déjà appliqué à Jean qui a osé (τετόλμηκε) prétendre que Jésus a fait le ciel et la terre, ce qu’aucun de ses disciples n’avait osé.

10 Le motif de la tromperie et de l’hypocrisie revient à plusieurs reprises. Λάθρᾳ (« en cachette ») est utilisé deux fois dans le fr. 79 (CJ Χ, 1, p. 676, 21 et 27), λεληθότως (« en se dissimulant ») une fois dans le fr. 80 (CJ X, 8, p. 690, 11).

11 Jn 1, 15-17 : « 15 Jean témoigne à son sujet et a crié : C’était de lui que je disais : Celui qui vient derrière moi est passé devant moi, parce qu’il était premier avant moi, 16 parce que de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce, 17 car la Loi a été donnée par l’intermédiaire de Moïse, la grâce et la vérité sont advenues par Jésus Christ. ».

12 La majorité des exégètes considère que la prise de parole de Jean-Baptiste se limite au verset 15. Voir M.-E. Boismard, Le prologue de saint Jean, Paris 1953, p. 82 ; R.E. Brown, The Gospel according to John I-XII, Londres 1966, p. 15 et 35. C. Kingsley Barrett, The Gospel according to St. John, Philadelphie 1955 (19782), p. 168, tout en considérant cette position comme la plus probable, reconnaît qu’il n’est pas impossible de considérer que le v. 16 soit toujours dans la bouche du Baptiste. I. de La Potterie, « Structure du prologue de saint Jean », New Testament Studies 30.3, 1984 [354-381], p. 372 (et note 63) considère au contraire que le Baptiste parle jusqu’au verset 18.

13 Il est en général assez difficile de savoir quelle est la position des auteurs qui citent tel ou tel verset en dehors des cas où leur attribution est l’objet d’une controverse explicite.

14 Pour une étude approfondie de ce débat, voir M.-O. Boulnois, « “De sa plénitude nous avons tous reçu”. Les débats prosopologiques sur Jn 1, 16-18 chez Origène et ses successeurs », A. Cacciari, E. Fiori, D. Tripaldi, A. Villani (éd.), Reading the Bible and Living the Church, Mohr Siebeck, à paraître 2023.

15 On peut rapprocher ce grief du fr. 82 (CJ X, 17, p. 702) où Julien reproche aux chrétiens leur culte des tombeaux et évoque une transmission de certaines pratiques magiques par les apôtres à leurs successeurs à partir de visions nocturnes quêtées auprès des tombeaux des martyrs.

16 Le Thesaurus de sancta Trinitate fait partie des premières œuvres de Cyrille. Il est antérieur aux Dialogues sur la Trinité (Dial Trin) qui sont eux-mêmes antérieurs à 425. Le De recta fide ad Dominas date de 430.

17 Rm 8, 8-9 et 15, 15-16 sont également cités en contexte anti-arien dans les Dial Trin III, 496-503 pour prouver que le Fils est Dieu véritable, de même que Mt 3, 12 qui est ensuite cité dans le petit florilège sur Matthieu (CJ X, 3).

18 Rm 9, 5 a déjà été utilisé dans la réfutation du fr. 50 (CJ VI, 46, p. 471), dans un contexte proche.

19 CJ X, 3 (p. 679-681).

20 De Recta Fide ad Dominas 95 (Mt 1, 20-21), 97 (Mt 3, 11-12), 102 (Mt 11, 28-29), 105 (Mt 13, 40-41), ACO I, 1, 5, p. 86-88. Nous avons analysé les légères différences, mais à ce stade de notre étude, nous n’avons pas trouvé d’argument décisif pour décider quel texte est premier. Ainsi, à propos de Mt 1, 20-21 le Contre Julien ne mentionne pas le fait que le Christ soit engendré de Marie, à la différence de l’Ad Dominas, mais ajoute l’idée que sont maîtres de la loi ceux qui l’instaurent. Cet argument pourrait s’expliquer par le fait qu’il s’adresse à un empereur, lui-même législateur, tandis que l’affirmation qu’est Dieu celui qui est engendré de Marie se comprend dans le cadre de la controverse anti-nestorienne qui refuse à Marie le titre de « Mère de Dieu ».

21 Dans le Thesaurus 32, il cite Mt 1, 20-21 (PG 75, 513D-516A) avec un commentaire proche du Contre Julien sur l’idée que le Fils est Seigneur de la loi et Mt 11, 28-29 (521D-524) en s’appuyant comme l’Ad Dominas 102 sur Ps 118, 91.

22 Le florilège du Thesaurus 32 ne contient, pour les évangiles, que des sections sur Matthieu et Jean.

23 Mc 1, 1 n’est invoqué qu’ici dans toute l’œuvre de Cyrille, ce qui montre qu’il n’y a eu recours que pour les besoins de cette démonstration.

24 Mc 8, 38 n’est cité en entier que dans le fragment 2 de l’homélie intitulée Le Christ est un (Pusey 5, p. 456) qu’il ne faut pas confondre avec le traité qui porte le même titre.

25 CJ X, 4 (p. 582, 8-14). Le Christ est un 756ab (SC 97, p. 440) cite de manière similaire une combinaison de Mt 20, 18-19, Lc 24, 7 et Mc 10, 33-34 suivie du même dialogue entre Jésus et Pierre en Mt 16, 22-23. On la rencontre également dans son In Io XI, 12, 1019 (Pusey 5, p. 26) et XII, 1058d (Pusey 5, p. 82), une œuvre antérieure à la controverse anti-nestorienne.

26 CJ X, 5 (p. 683-684). Jean Baptiste parle du « prophète du Très-haut » (Lc 1, 76), et l’ange annonce que Jésus sera appelé « fils du Très-haut » (Lc 1, 32), ce qui permet d’identifier Jésus au Très-haut, puisque le fils du Très-haut est aussi le Très-haut.

27 Ad Dominas 121 (ACO I, 1, 5, p. 92).

28 Irénée, Adversus Haereses III, 1, 1 soutenait déjà cette chronologie.

29 CJ X, 6 (p. 686, 21-22).

30 Dial Trin III, 491e-492a (SC 237, p. 101, trad. légèrement modifiée) : « Quant à nous, jamais nous n’irons penser que le Fils est un Dieu bâtard et nouvellement paru (νόθον καὶ ἀρτιφανῆ), qu’il a été sanctifié, autrement dit appelé à la filiation, par Dieu, qu’il a reçu avec nous une gloire adventice. ». In Io I, 1, 10c (SC 600, p. 215-217) : « “Dans le principe était le Verbe” (Jn 1, 1). Que vont répondre à cela ceux qui nous brandissent un Fils nouveau et tout récent (νέον καὶ πρόσφατον) pour qu’on ne le croie plus Dieu du tout ? ».

31 CJ X, 6 (p. 686, l. 23) : προδιέξεισιν et l. 27 : προειπών.

32 L’image du « temple » (CJ X, 6, p. 687, 38) pour désigner l’humanité du Christ provient de Jn 2, 19.21 (« Détruisez ce temple et en trois jours je le relèverai. (…) C'était du temple de son corps qu'il parlait ») et se trouve constamment utilisée par Cyrille, y compris durant la controverse avec Nestorius, sans doute du fait de son fondement scripturaire.

33 In Io I, 9, 96bc (SC 600, p. 537-539). Cet argument est déjà développé par Jean Chrysostome, Homélies sur Jean XI, PG 59, 80.

34 De Recta Fide ad Augustas 19 (ACO I, 1, 5, p. 37, 14-20).

35 La traduction latine d’Œcolampade, qui nous donne accès à un manuscrit grec perdu, ne semble pas avoir compris le passage et ne traduit pas vraiment ταῖς Ἰωάννου φωναῖς ἐπιθαρρήσαντα.

36 CJ X, 7 (p. 688, l. 7-8) : Δέχεται μὲν γὰρ ὡς ἀληθεῖς τὰς τοῦ ἁγίου βαπτιστοῦ φωνάς, αἳ γεγόνασιν αὐτῷ περὶ τοῦ πάντων ἡμῶν σωτῆρος Χριστοῦ. « Il reçoit comme véridiques les paroles du saint Baptiste, qu’il a entendu prononcer à propos de notre Sauveur à tous le Christ. ».

37 In Io I, 9 (SC 600, p. 557) : « “Parce que de sa plénitude nous avons tous reçu” (Jn 1, 16). L’évangéliste accueille par ces mots le témoignage véritable du Baptiste (Ἀποδέχεται διὰ τούτων τὴν ἀληθῆ τοῦ βαπτιστοῦ μαρτυρίαν ὁ Εὐαγγελιστὴς) et démontre clairement la suréminence (ὑπεροχῆς) de notre Sauveur, qui possède une supériorité substantielle sur tout être devenu, tant pour ce qui relève de la gloire dont il est principalement question ici, que pour la liste éclatante de tous les autres biens. ».

38 Le terme ἀδελφότης est employé à trois reprises par Cyrille dans son In Io I, 9, 97c, 96c, 103c (SC 600, p. 542, 547, 570) pour mettre l’accent sur la différence de statut entre le Fils par nature qui garde sa prééminence incomparable (ἀσυγκρίτοις ὑπεροχαῖς) et les fils adoptifs qui deviennent ses frères en vertu de l’abaissement du Fils unique dans l’incarnation. La « fraternité » est donc tempérée par la supériorité incomparable du Fils unique.

39 En disant « celui qui vient derrière moi », Jean Baptiste ne parle pas de la naissance dans la chair, sinon on ne comprendrait pas comment il peut ensuite passer devant, mais il montre que celui qui s’est mis à prêcher après lui l’a surpassé, comme un disciple peut dépasser son maître.

40 CJ X, 7 (p. 688, l. 9-12) : Σάρκα’ γε μὴν γενέσθαι’ τὸν λόγον’ εἰπών, τότε δὴ τότε καὶ λίαν ἐπὶ καιροῦ καὶ Χριστὸν ὀνομάζει καὶ Ἰησοῦν καὶ ἐν τοῖς τῆς θεότητος ἀξιώμασιν εἶναί φησιν, καίτοι καθ’ ἡμᾶς γεγονότα οἰκονομικῶς.

41 CJ X, 7 (p. 688, 13-17). Comme dans l’Ad Dominas 112 (ACO I, 1, 5, p. 90, 5) c’est la première citation du florilège johannique.

42 Thes 32 (PG 75, 540D-541A).

43 CJ X, 7 (p. 688, 17-21). Ad Dominas 119 (ACO I, 1, 5, p. 91, 22-25). Le Thesaurus cite d’autres versets du même épisode : Jn 20, 17 et Jn 20, 21-22.

44 Voir aussi In Io XII, 1, 1090ad (Pusey 5, p. 125): κεκλεισμένων γάρ, ὥς φησι, τῶν θυρῶν, ἀδοκήτως εἰς μέσον ἔστη Χριστός, ἀφάτῳ τινὶ δυνάμει καὶ θεοπρεπεῖ.

45 CJ X, 7 (p. 688, 22-24). Ad Dominas 117, ACO I, I, 5, p. 91, 4. Thes 32, PG 75, 560C.

46 CJ X, 7 (p. 689, 27).

47 Ps.-Didyme (?), De Trinitate II, 7, 3 (éd. I. Seiler) et III, 48 (PG 39, 804, 34).

48 CJ X, 4 (p. 682, l. 11). Ce verbe se lit dans le même contexte du dialogue entre Jésus et Pierre en In Io X, 2 (Pusey 4, 627) et In 2 Cor 1, 21 (Pusey 5, 325).

49 CJ III, 14 (SC 582, p. 184).

50 Ps.-Didyme (?), De Trinitate II, 6,18.

51 Contentons-nous de signaler deux publications récentes qui donnent un status quaestionis et défendent une position opposée sur l’attribution de cette œuvre. A. Segneri, « Spigolature pseudodidimiane », Augustinianum 61 (2021), p. 53-102. Alessio Peršič, « 1941-2021 : Un ottantennio di alterni giudizi sulla paternità didimea del De Trinitate dopo la scoperta dei papiri di Tura », Schweizerische Zeitschrift für Religions- und Kulturgeschichte 115, 2021, p. 157-186.

52 Voir déjà quelques remarques sur ces parallèles dans mon introduction du Contre Julien t. 4, p. 197-204.

53 CJ X, 8 (p. 690, 13).

54 Voir déjà plus haut sa connaissance de la terminologie technique sur le statut du Fils « semblable ou dissemblable » par rapport au Père (fr. 62) ou sur les thèses christologiques de Photin (fr. 64).

55 CJ X, 8 (p. 689, 7 et 690, 22).

56 E. Masaracchia, Giuliano imperatore, Contra Galilaeos, Rome 1990, p. 238 renvoie à Alexandre d’Alexandrie, ep. ad omnes episc. 6-7 et à l’ecthèse macrostiche 4-5. L’apparat des GCS reprend ces références p. 689 en indiquant : non liquet utrum Iulianus ad Arii et sectatorum eius an Marcelli doctrinas spectet.

57 Alexandre d’Alexandrie, Epistula ad omnes episcopos 7-8 (Athanasius Werke III, Dok. 2,2, Opitz).

58 Ecthèse macrostiche cité par Athanase, Lettre sur les synodes, 26, 5-6 (SC 563, p. 265) : le Verbe ne serait devenu Christ, Fils de Dieu, qu’à partir de l’incarnation. À cette référence, Ch. Riedweg, (« Aspects de la polémique philosophique contre les chrétiens dans les quatre premiers siècles », Annuaire de l’École pratique des hautes études 123, 2014-2015, Paris 2016, p. 155) ajoute un passage de Didyme, Sur Zacharie IV, 237 (SC 85, p. 925) selon lequel Marcel et Photin se refusent à appeler Fils le Verbe de Dieu. On pourrait aussi mentionner Ps.-Athanase, Oratio contra Arianos IV, 30, PG 26, 513 : « Certains disciples du Samosate séparant le Verbe du Fils, disent que le Fils est le Christ, mais que le Verbe est autre. ».

59 Pour cette deuxième distinction, on pourrait citer le témoignage de Cyrille d’Alexandrie (Thes 19, PG 75, 316 et In Io I, 4, SC 600, p. 297-299) qui accuse les eunomiens de distinguer le Fils Monogène du Verbe. Néanmoins, on lit déjà sous la plume d’Athanase (CA I, 5, 5-6) un reproche similaire contre ceux qui disent qu’il existe en Dieu un autre Verbe à côté du Fils et que c’est en participant de lui que le Fils serait nommé Verbe et Fils par grâce. Cette doctrine pourrait avoir été soutenue par Astérius. Voir B. Meunier, introduction à Cyrille d’Alexandrie, Commentaire sur Jean I, SC 600, p. 57-62.

60 CJ X, 9 (p. 690, 4).

61 CJ X, 9 (p. 691, 7).

62 CJ VII, 10 (p. 484, 1 : πανουργότατα).

63 In Io V, 1 (Pusey 3, p. 661, 19) ; In Io VI, 1 (Pusey 4, p. 171, 10).

64 Lettre Festale 9, 4, 589C (SC 392, p. 146-147).

65 On ne trouve que deux fragments transmis par des chaînes, l’un attribué à Origène, l’autre à Jean Chrysostome.

66 J. Reuss, Lukas-Kommentare aus der griechischen Kirche. Aus Katenenhandschriften, Berlin 1984, II, 41, p. 241 (qui ne repère cependant pas la citation de Ps 12, 27). Cet extrait sur Lc 4, 33-37 ne peut être authentifié par un équivalent dans la traduction syriaque des homélies sur Luc (d’où son classement dans la catégorie II), car nous avons perdu les homélies 13 à 18 qui portaient sur Lc 4, 2- 5, 26. Mais le recours à Ps 12, 27 nous semble de nature à assurer la paternité cyrillienne du passage.

67 Thes 32, PG 75, 517 D et 557A ; 34, 605 D.

68 Dial Trin III, 465, 29-31 (SC 237, p. 21). In Io XI, 2, 930e-931a (Pusey 4, p. 637).

69 Dial Trin III, 469b (SC 237, p. 32-33) : « Car une loi nécessaire fait se ranger, je pense, à l’identité substantielle les êtres qui s’avèrent dotés d’une opération de force identique. » Dial Trin V, 563e-564a (SC 237, p. 318-319). In Io II, 6, 215ab (Pusey 3, p. 318). L’unité d’opération est ainsi promue au rang de preuve de la consubstantialité. Voir M.-O. Boulnois, Le paradoxe trinitaire chez Cyrille d'Alexandrie. Herméneutique, analyses philosophiques et argumentation théologique, Paris 1994, p. 285.

70 La suréminence (ὑπεροχή) du Fils est pour Cyrille un leitmotiv du prologue de Jean. Après avoir montré la prééminence du Verbe fait chair par rapport à Jean-Baptiste et Moïse (Jn 1, 15-17), l’évangéliste réfute encore (Jn 1, 18) ceux qui estimeraient que le Fils unique n’est pas supérieur aux prophètes qui ont vu Dieu. C’est pourquoi il déclare que le Père n’est visible que pour le Fils.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Odile Boulnois, « Polémique païenne et réfutation chrétienne
autour du prologue de l’évangile de Jean :
une étude du Contre Julien Χ, 1-10 de Cyrille d’Alexandrie »
Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 129 | -1, 257-270.

Référence électronique

Marie-Odile Boulnois, « Polémique païenne et réfutation chrétienne
autour du prologue de l’évangile de Jean :
une étude du Contre Julien Χ, 1-10 de Cyrille d’Alexandrie »
Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 129 | 2022, mis en ligne le 07 juin 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/asr/4104 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.4104

Haut de page

Auteur

Marie-Odile Boulnois

Mme, Directrice d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search