Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Résumés des conférencesMonuments et mémoire : à propos d...

Résumés des conférences

Monuments et mémoire : à propos de l’Histoire de Step‘anos Orbelian

Ioanna Rapti
p. 331-340

Résumé

En 2020-2021, le séminaire a été consacré à l’étude des monuments et des objets d’art, essentiellement religieux, évoqués dans l’Histoire de la Siounie de l’historien Step‘anos Orbelian, et leur mise en perspective avec le patrimoine conservé de la région. Le thème avait été choisi avant la pandémie et la guerre du Haut-Karabagh en automne 2020 qui a rendu impossible le voyage de préparation sur le terrain. En conséquence, la documentation visuelle a été limitée à celle constituée pour des projets antérieurs et aux ressources bibliographiques. La visioconférence a été une contrainte supplémentaire puisqu’elle multipliait la distance, déjà importante en matière d’espace géographique, de l’objet d’étude, peu familier pour la plupart des étudiants et auditeurs.

Haut de page

Texte intégral

1En 2020-2021, le séminaire a été consacré à l’étude des monuments et des objets d’art, essentiellement religieux, évoqués dans l’Histoire de la Siounie de l’historien Step‘anos Orbelian, et leur mise en perspective avec le patrimoine conservé de la région. Le thème avait été choisi avant la pandémie et la guerre du Haut-Karabagh en automne 2020 qui a rendu impossible le voyage de préparation sur le terrain. En conséquence, la documentation visuelle a été limitée à celle constituée pour des projets antérieurs et aux ressources bibliographiques. La visioconférence a été une contrainte supplémentaire puisqu’elle multipliait la distance, déjà importante en matière d’espace géographique, de l’objet d’étude, peu familier pour la plupart des étudiants et auditeurs.

  • 1 S. Orbelian, Histoire de la Siounie, trad., introd. et commentaire par M.-F. Brosset, 2 vol., Saint (...)
  • 2 I. Augé, « Les lieux de mémoire des princes Orbelean », dans A. Mardirossian, A. Ouzounian et C. Zu (...)
  • 3 P. Cuneo, Architettura armena: dal quarto al diciannovesimo secolo, Rome 1988.
  • 4 Greenwood, « Armenian Sources », p. 230 : il s’agit de la seule histoire écrite hors d’Ani à cette (...)
  • 5 Nous avons commencé la lecture in medias res à partir du chapitre 39 qui semble marquer dans le réc (...)

2Rédigée dans les dernières années du xiiie siècle – l’auteur, décédé en 1304, date le colophon de 1299 –, l’Histoire de la Siounie est une source bien connue. Grâce à la traduction française de Marie-Félicité Brosset parue en 1864, peu après la publication de deux éditions du texte arménien en 1860 et 1861, les médiévistes ont souvent pu croiser les informations fournies par d’autres chroniqueurs et glaner des éléments sur l’histoire du Caucase et du Proche-Orient1. L’archéologie, l’histoire de l’art et l’épigraphie sont également particulièrement redevables à ce chroniqueur qui étaye son récit de documents de caractère légal et d’inscriptions qu’il transcrit souvent dans leur intégralité2. La méthode « scientifique » de l’auteur qui ne se contente pas de citer ses sources mais les intègre dans sa chronique n’a pas manqué d’être soulignée à plusieurs reprises tandis que l’exactitude de ses informations a souvent été vérifiée au crédit de la valeur documentaire de l’Histoire de la Siounie. Ainsi, les éditeurs du Corpus des Inscriptions arméniennes n’ont-ils pas hésité à compléter les relevés d’inscriptions lacunaires d’après le texte de Step‘anos Orbelian auquel se réfèrent volontiers plusieurs études sur les monuments de la région3. Peut-être en raison de sa date relativement tardive dans l’historiographie arménienne et par le fait d’être consacrée à une seule région, l’Histoire de la Siounie s’efface-t-elle comme œuvre historiographique derrière une illustre tradition jalonnée par l’œuvre de Moïse de Khorène, Jean catholicos, l’auteur des royaumes médiévaux, sans ignorer Étienne de Taron et Mathieu d’Édesse, témoins majeurs de l’expansionnisme oriental de Byzance et de l’arrivée des croisés ou encore, pour le xiiie siècle, Kirakos de Ganjak. Elle compte aussi parmi le peu de sources écrites loin de la région d’Ayrarat et d’Ani4. Malgré la précision de l’auteur et l’abondance d’informations sur les monuments et les documents, l’Histoire de la Siounie n’est pas une étude de géographie historique ou d’histoire sociale mais une source pour la faire. Sans prétendre à un tel objectif dans le cadre de ce séminaire dont la thématique a été prolongée à l’année académique suivante, la lecture de l’Histoire de la Siounie sous le prisme des monuments et des objets d’art aspirait à contribuer à une meilleure compréhension d’une composante assez particulière et encore en partie méconnue du patrimoine arménien tout en explorant les possibilités qu’offre l’analyse des sources historiques pour l’histoire de l’art. L’analyse critique du récit s’est attachée à mettre en lumière la vision que l’auteur élabore du patrimoine bâti, du territoire et de la culture matérielle. D’autres questions ont naturellement découlé de cette interrogation, en particulier la perception du passé par l’historien, et l’inscription de la région dans l’ensemble du monde arménien sans ignorer ses relations avec le reste du monde chrétien et le monde musulman. La focale régionale du texte qui le distingue au sein de l’historiographie arménienne a été nuancée au profit d’une vision plus large de l’histoire arménienne que l’auteur élabore à partir de la région dont il est prince et évêque5.

3En effet, le titre Histoire de la Siounie est le choix de son savant traducteur qui a privilégié la définition géographique au titre stipulé par l’auteur : Գիրք յիշատակաց (« Livres des souvenirs »), le mot յիշատակ (yišatak) conjuguant matérialité et fonction mnémonique.

  • 6 T. Greenwood, The Universal History of Step’anos Tarōnec’i : Introduction, Translation, and Comment (...)
  • 7 Isabelle Augé, « Les lieux de mémoire des princes Orbelean : mémoire écrite, mémoire inscrite », (...)

4S’inspirant de l’étude de Timothy Greenwood qui accompagne la traduction anglaise de l’Histoire universelle de Step‘anos de Tarōn et met en lumière une dimension subjective sous-jacente dans l’intention d’objectivité de l’auteur6, l’analyse du texte de Step‘anos Orbelian s’est efforcée de mesurer l’ambition du récit à la disponibilité des sources et l’usage qui en est fait. Le caractère dynastique de cette histoire patrimoniale avait déjà été observé par Jean-Pierre Mahé et étayé par Isabelle Augé à propos de Noravank‘ grâce à la confrontation des inscriptions relevées par Step‘anos Orbelian et celles conservées dans ce lieu de mémoire privilégié de sa famille7. Notre analyse confirme que l’implantation de la famille des Orbelian dans la région s’appuie sur la constitution d’un patrimoine à même de légitimer leur pouvoir.

  • 8 Depuis les études pionnières de M. Angold, « The Autobiographical Impulse in Byzantium », Dumbarton (...)

5Si la triple casquette d’évêque-prince-historien n’est pas une grande originalité en soi dans une tradition historiographique arménienne portée par des religieux en synergie avec les maisons princières, la forte présence de l’auteur dans son œuvre a permis de déceler une dimension autobiographique qui trouve des intéressants échos, bien qu’éloignés dans l’espace, dans les chronographies grecques de la même époque8. Il s’est donc imposé de chercher la voix de l’historien au-delà du texte même.

  • 9 Brosset, Histoire de la Siounie, p. 265.

6Dans le cadre d’une stratégie à la fois dynastique et familiale, l’histoire de Step‘anos Orbelian exalte aussi la personne de l’historien dans sa dignité pastorale et princière et au sein d’un lignage dominé par des vaillants guerriers. Le crédit et le prestige que l’auteur revendique pour son compte s’expriment par ses titres de métropolite et protofrontēs, octroyés par le roi arménien de Cilicie, où la mission de l’auteur, relatée dans le chapitre 76, instaure un lien direct entre, d’une part, sa circonscription ecclésiastique et la principauté de sa famille et, d’autre part, le catholicossat et le pouvoir royal arménien établis en Cilicie9.

Fig. 1. Arménie, monastère de Tatev, cloche inscrite au nom de Step‘anos Orbelian.

Fig. 1. Arménie, monastère de Tatev, cloche inscrite au nom de Step‘anos Orbelian.

Photo © I. Rapti. DR.

  • 10 Corpus Inscriptionum Armenicarum II, nos 78-79 (sans illustration mais avec bibliographie).

7Le présent de l’auteur, qu’il relate en cohérence avec le destin de la région, constitue ainsi une microhistoire, une histoire de famille, d’humains et de pouvoir, dans une zone de tension entre christianisme et islam. L’hybridité même de l’auteur, né d’une mère musulmane devenue une bonne chrétienne, comme il l’affirme, illustre avec force la fluidité des identités religieuses et culturelles dans la région et se vérifie dans les inscriptions de donation scellées par les malédictions bi-religieuses adressées aux éventuels transgresseurs chrétiens et musulmans. L’image dans son sens le plus large – de l’architecture à la représentation humaine en passant par les figures du monde naturel ou les signes symboliques et sans ignorer l’iconicité de l’écriture – s’avère être essentielle dans ce processus de construction d’une identité complexe, qui résiste aux qualificatifs « ethnique » ou « religieuse » et dans lequel s’engagent l’histoire tout comme les monuments et leurs décors. La construction et l’autopromotion du personnage de Step‘anos à travers son histoire s’est avérée en résonance avec son mécénat au monastère de Tatev : une paire de cloches datées de 1302 et 1304 (fig. 1), jusqu’à récemment négligées, inscrites de son nom et de son titre attestent le retentissement de son autorité dans l’enceinte du monastère et bien au-delà10. Les inscriptions, soigneusement calibrées, donnent toutes deux le nom et la titulature de Step‘anos selon la formulation qu’il consigne dans son histoire et qui lui reste propre, au moyen d’un écriture élaborée qui semble suivre la charte graphique des inscriptions dynastiques de son temps. Le gabarit des lettres aux boucles bien arrondies, leur stature droite, l’ample inter-lettrage et les ligatures courantes confortent la visibilité et la lisibilité.

  • 11 Cette aspiration est en adéquation avec la peinture du Jugement dernier : I. Rapti « Le Jugement De (...)
  • 12 J.-M. Thierry et P. Donabédian, Les arts arméniens, Paris 1987, [p. ?]
  • 13 N. et J.-M. Thierry, « Peintures murales de caractère occidental en Arménie : l’église Saint-Pierre (...)

8Ces traits se retrouvent dans l’inscription dédicatoire de la chapelle dédiée à saint Grégoire l’Illuminateur, dont la reconstruction en 1295 à la place d’une chapelle en ruines à côté de la célèbre cathédrale du xe siècle est relatée dans le texte et consignée sur le tympan (fig. 2). Step‘anos Orbelian se place ainsi dans la continuité de l’évêque fondateur du monastère s’inscrivant dans un lignage d’évergétisme épiscopal qui double le prestige familial de l’auteur et commanditaire. L’évergétisme de l’auteur semble renouer avec l’ambition de l’évêque fondateur de Tatev de créer un lieu prêt pour la Seconde Venue, une nouvelle Jérusalem11. Step‘anos est le seul historien à rapporter la légende de la construction de cet insigne monastère. Le récit trahit sa conscience de la domestication du paysage opérée par la fondation de l’église qui avait sacralisé les lieux et fait fuir les bandits voisins pour établir l’ordre et la paix. L’histoire de la fondation, telle que la relate Orbelian, est la création d’un lieu de sainteté : l’édifice représente l’Église dans son universalité à travers les reliques installées sous les deux piliers de la coupole et les images qui investissent l’intérieur12. La vision du fondateur qui reçoit les clefs du Christ afin d’y attendre la Seconde Venue illustre à sa manière le symbolisme cosmologique et téléologique que revêt l’espace ecclésial à l’époque médiévale. Le renouveau architectural de Tatev est en effet représentatif de l’essor de l’architecture arménienne à la fin du ixe s. mais l’attachement de l’auteur à la mémoire du monastère dépasse clairement la curiosité de l’historien pour servir l’autorité et le prestige de l’évêque. Le thème du renouveau et du prestige de Tatev apparaît ainsi comme un fil conducteur qui se déroule à travers les siècles et pourrait expliquer la fragmentation des informations dans le récit : sans faire de synthèse, Step‘anos traite de la fondation, de l’achèvement des travaux pour venir plus loin à la restauration dont fait partie la construction de la chapelle Saint-Grégoire. Ces passages ont éclairé d’un jour nouveau ce monument insigne dans la longue durée. Il a paru également judicieux de réexaminer en contexte l’information souvent citée concernant l’origine occidentale des peintres, dits être venus du pays des Francs13. Sans remettre en question la crédibilité de l’historien, nous avons réexaminé les peintures dont ne subsistent que quelques minces vestiges et relevé comme trait principal leur caractère antiquisant plutôt que des influences occidentales.

  • 14 À la différence d’autres informations pour lesquelles Step‘anos indique des sources documentaires o (...)
  • 15 Z. Skhirtladze, « The Oldest Murals at Oshki Church: Byzantine Church Decoration and Georgian Art,  (...)

9Si le récit de Step‘anos s’accorde avec une série de témoignages de sources médiévales évoquant des itinéraires entre régions fort lointaines du monde médiéval, y compris avec des indices de la présence arménienne en Occident, l’hypothèse de travail privilégiée a été de considérer que l’origine franque des peintres est un jugement de notre auteur, connaisseur sans doute des inspirations antiquisantes de l’art du xiiie et de la peinture des Francs dans le Levant14. Le décor peint est certes rare dans les églises arméniennes de cette époque mais se constate dans les fondations ambitieuses comme la Sainte-Croix d’Aght‘amar ou les églises géorgiennes de la vallée de Coruh en Tao-Klarjetie. À peine perceptibles aujourd’hui, les peintures tranchent avec celles d’Aght‘amar, mais leur grâce antiquisante répond aux miniatures monumentales des évangiles d’Etchmiadzine et aux gracieuses personnifications de Dört kilise illustrant la force d’inspiration et la permanence de l’héritage chrétien de l’Antiquité tardive15. Le récit de la restauration de la cathédrale au temps de l’auteur constitue peut-être la seule information médiévale en la matière et fait état d’une chapelle à reliques aménagée dans la partie occidentale de l’édifice, dont l’existence, très vraisemblable, n’est pas vérifiable en raison des remaniements ultérieurs. Si la coïncidence de la découverte de ces reliques avec l’épiscopat de l’auteur est significative de l’appropriation du passé qui sous-tend l’histoire de Step‘anos, son témoignage apporte aussi un indice intéressant concernant les fonctions possibles des espaces annexes dans l’architecture ecclésiastique arménienne et en particulier des petites « chapelles » au-dessus des collatéraux du sanctuaire et à l’entrée des églises.

Fig. 2. Arménie, monastère de Tatev, chapelle Saint-Grégoire-l’Illuminateur, 1295 avec l’inscription de fondation de Step‘anos Orbelian.

Fig. 2. Arménie, monastère de Tatev, chapelle Saint-Grégoire-l’Illuminateur, 1295 avec l’inscription de fondation de Step‘anos Orbelian.

Photo © I. Rapti. DR.

  • 16 Augé, « Les lieux de mémoire », p. 66 ; Cuneo, Architettura armena, t. 1, p. 390-393 et Thierry et (...)
  • 17 Pour l’avènement des Orbelians voir Cl. Mutafian, Arménie du Levant, Paris 2012, p. 303-308.
  • 18 À la malédiction des 381 patriarches et à l’anathème s’ajoutent, pour les musulmans et les apostats (...)

10L’analyse du texte dans le présent de l’auteur a permis de constater la construction d’une géographie régionale qui permet aux Orbelian de s’approprier un passé séculaire. Dans la constellation des monuments qui la balisent, se détachent deux pôles de sacralité : Tatev et Noravank‘. L’autorité des Orbelian se construit et s’affirme entre ces deux lieux, l’un hérité, l’autre créé, auxquels s’ajoute un troisième pôle, celui de la résidence princière à Ełegis. Noravank‘ illustre avec force la stratégie d’implantation des Orbelian. À la lumière de l’histoire de Siounie, la petite chapelle, érigée au nord de l’église Saint-Jean-Baptiste et restée à l’ombre de son célèbre žamatun a livré un témoignage puissant sur les tensions dynastiques et éclairé le dispositif légal mise en place pour sécuriser le patrimoine familial par la sacralité de la commémoration : érigée en 1275, pour abriter la dépouille de Smbat Orbelian, la chapelle funéraire devient un manifeste célébrant à travers l’inscription de la façade l’avènement de son fondateur, le prince Tarsayč‘, frère et successeur du défunt et père de l’historien16. Placée sous le vocable de Saint-Grégoire l’Illuminateur, elle rattache la mémoire des Orbelians, promus dans la région avec le soutien du roi de Géorgie, aux origines du christianisme arménien17. L’intérieur, que rehaussaient jadis des peintures à caractère héraldique et courtois comme le trahissent quelques vestiges de damier, de chevrons ou de cordons enchevêtrés en rouge, conserve un décor sculpté succinct mais savant : deux paires de serpents flanquent l’abside faisant de la chapelle une figure du cosmos et une entrée à l’au-delà. Les deux croix au-dessous leur répondent en symétrie et ajoutent par leur forme évocatrice d’un reliquaire de la Vraie Croix, une allusion à la relique du Saint-Signe qui fait la sainteté de Noravank‘. Enfin, sur la paroi nord, à la naissance de l’arc doubleau, la console est gravée du disque tournoyant du temps infini et, de façon singulière, sur son côté long, d’une tête sans genre ni âge, qui veille sur les tombes et achève ce programme eschatologique minimaliste. Garantie de la mémoire des défunts de la famille, la chapelle sert aussi d’archive et de contrat : elle enregistre des donations spécifiquement faites pour les services commémoratifs des défunts enterrés sur place. Comme dans d’autres inscriptions, les localités mentionnées retracent la zone d’influence et de richesse de la famille princière autour des lieux majeurs de la région mais aussi bien au-delà de la contrée, dans la plaine viticole de l’Ayrarat. Les malédictions dans l’inscription, qui s’adressent à la fois aux chrétiens et aux musulmans menacés des pires anathèmes selon les règles et la sensibilité de chaque religion18, déclinent un modèle bien attesté dans les inscriptions médiévales en l’adaptant à l’instabilité de la région et de sa population et confirmant le sens pratique et symbolique de ces consignations inscrites sur les parois des édifices funéraires.

11Le žamatun et la chapelle funéraire adjacente jalonnent la construction de la mémoire dynastique et familiale par les aînés de Step‘anos, que poursuivra le prince Biwrteł avec l’église à deux niveaux, érigée en 1339 à l’est de l’église Saint-Jean-Baptiste. Le récit de Step‘anos éclaire davantage l’appropriation de la mémoire sacrée du territoire : malgré leur portée anecdotique, les passages sur le passé du site où s’élève Noravank‘ ne manquent pas de lui assurer un fondement de sainteté. Le souvenir d’un ascète solitaire installée près d’une source qui est à l’origine du développement d’un monastère constitue un premier jalon. S’y ajoute le pèlerinage d’un moine à Jérusalem mort en martyr au Saint-Sépulcre sous les coups des soldats de Saladin. Ce double lien instauré avec la Ville Sainte, est de surcroît matérialisé dans le récit de Step‘anos par l’acquisition d’un bras reliquaire de Saint-Étienne auprès d’un Franc à Jérusalem, un trésor qui dote le monastère des Orbelian d’un objet de culte digne de l’arsenal liturgique patriarcal.

  • 19 A. Frolow, Les reliquaires de la Vraie Croix, Paris 1965, no 90.
  • 20 J. Durand, I. Rapti, D. Giovannoni (éd.), Armenia Sacra, catalogue de l’exposition au musée du Louv (...)
  • 21 Comme le souligne Jean-Pierre Mahé dans l’épilogue à la traduction de deux textes arméniens fondame (...)

12La possession d’une relique de la vraie croix constitue un autre gage de sainteté et de prestige, et Step‘anos se présente non seulement en tant que chroniqueur mais aussi comme acteur de l’acquisition d’une croix prodigieuse et commanditaire de deux précieux reliquaires. La minutie de la description des deux reliquaires donne au texte un ton contractuel. Le texte précise la forme et la fonction de deux objets où la relique vénérable était embellie et associée à la personne de Step‘anos et au monastère de Noravank‘ dont elle devenait propriété inaliénable. Les deux reliquaires semblent être des objets distincts : le premier se reconstitue comme une croix de bénédiction ornée d’un rubis et de quatre perles, inscrite au revers avec la relique sertie d’or à l’intersection des bras, le tout fixé sur un pommeau d’or porté par quatre animaux reliés à sa base à l’aide de tuyaux et marqué d’une inscription abrégée sur le revers. La description qui n’est pas sans rappeler des œuvres occidentales et en particulier la célèbre croix du trésor de Guelphes19 pourrait trahir non seulement l’implication de l’auteur/donateur dans la fabrication mais son ambition de doter sa fondation d’une œuvre qui s’inscrit dans la tradition des trésors ecclésiastiques les plus prestigieux. Cependant, il semble peut-être plus judicieux de voir dans les quatre animaux le tétramorphe, thème cher dans l’iconographie de cette période et souvent associé aux images de la majesté divine. Si cette croix était enchâssée dans le second reliquaire, elle se rattache à une longue tradition arménienne. Ce second reliquaire, de dimensions dites importantes, ce que confirme la longue inscription rapportée qui occupait le revers, adopte la forme de triptyque selon une tradition solidement ancrée en Arménie dès l’époque des royaumes que ravivent avec éclat des trésors insignes comme le triptyque presque contemporain d’Ēač‘i Prošean aujourd’hui au Trésor d’Etchmiadzine20. Cette commande généreuse de l’évêque-historien prend tout son sens à la lumière du litige avec le monastère de Keč‘aris, accusé d’usurpation d’une croix reliquaire mise jadis en gage par un religieux de Noravank‘. L’acquisition de la relique dans la contrée voisine de Xatchēn, en soi une aventure aux accents hagiographiques, et son embellissement par la monture et l’étui précieux marqué de sa personne, deviennent de marques de préséance et confirment, en la déclinant sur le registre des arts somptuaires, la fine stratégie de construction d’une mémoire sacrée dans laquelle Step‘anos Orbelian s’avère être pleinement investi21.

Haut de page

Notes

1 S. Orbelian, Histoire de la Siounie, trad., introd. et commentaire par M.-F. Brosset, 2 vol., Saint-Pétersbourg 1864 (disponible en ligne). T. Greenwood, « Armenian Sources », dans M. Whitby, Byzantines and Crusaders in Non-Greek Sources, 1025-1204, Londres-New York 2007, p. 250 ; R. W. Thomson, « The Major Works of Armenian Historiography (Classical and Medieval) », dans V. Calzolari (éd.) avec M. Stone, Armenian Philology in the Modern Era, Leyde 2014, p. 309, soulignait que plusieurs monuments et inscriptions dont il est question chez Orbelian subsistent mais s’interrogeait sur la proportion qu’ils représentent.

2 I. Augé, « Les lieux de mémoire des princes Orbelean », dans A. Mardirossian, A. Ouzounian et C. Zuckermann (éd.), Mélanges Jean-Pierre Mahé, Travaux et Mémoires 18 (2014), p. 75.

3 P. Cuneo, Architettura armena: dal quarto al diciannovesimo secolo, Rome 1988.

4 Greenwood, « Armenian Sources », p. 230 : il s’agit de la seule histoire écrite hors d’Ani à cette période et qui se trouve précédée des histoires des Arcruni consacrée à la geste des rois du Vaspourakan et de l’histoire des Ałuank‘, le peuple et la région de l’Albanie du Caucase, de Movsēs Dasxuranc‘i que Step‘anos Orbelian connaît de première main.

5 Nous avons commencé la lecture in medias res à partir du chapitre 39 qui semble marquer dans le récit de Step‘anos un véritable tournant historique : l’oppression des maisons princières arméniennes par le gouverneur arabe (ostikan), relatée sans doute grâce au recours à l’histoire de Jean catholicos, inscrit la Siounie dans l’ensemble des territoires arméniens historiques grâce à une mobilité intense qui les relie à Dvin, centre de pouvoir arabe et repère d’un passé commun.

6 T. Greenwood, The Universal History of Step’anos Tarōnec’i : Introduction, Translation, and Commentary. Oxford-New York 2017, p. 90-92 : dans son histoire universelle, Etienne de Taron ébauche les contours de son monde qu’il place entre passé et présent et où émergent des points de tension et des centres de gravité.

7 Isabelle Augé, « Les lieux de mémoire des princes Orbelean : mémoire écrite, mémoire inscrite », Mélanges Jean-Pierre Mahé, Travaux et Mémoires 18 (2014), p. 65-82.

8 Depuis les études pionnières de M. Angold, « The Autobiographical Impulse in Byzantium », Dumbarton Oaks Papers 52 (1998), p. 225-257 et R. Macrides, « The Historian in the History », dans C. Constantinides et al., Filellên  : Studies in honour of Robert Browning, Venise 1996, p. 191-204. En dernier lieu Ch. Messis, M. Mullet et I. Nilsson (éd.), Storytelling in Byzantium. Narratological approaches to Byzantine texts and images, Upsala 2018, en part. l’introduction des éditeurs qui enrichit les outils d’investigation des sources textuelles et la troisième partie qui illumine l’intérêt de l’auctoritas (auctorité).

9 Brosset, Histoire de la Siounie, p. 265.

10 Corpus Inscriptionum Armenicarum II, nos 78-79 (sans illustration mais avec bibliographie).

11 Cette aspiration est en adéquation avec la peinture du Jugement dernier : I. Rapti « Le Jugement Dernier arménien : réception et évolution d’une imagerie eschatologique médiévale », Cahiers archéologiques 56 (2015), p. 95-97.

12 J.-M. Thierry et P. Donabédian, Les arts arméniens, Paris 1987, [p. ?]

13 N. et J.-M. Thierry, « Peintures murales de caractère occidental en Arménie : l’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Tatev », Byzantion 38 (1968), p. 180-242. Le passage en question a été très souvent cité d’après cette publication.

14 À la différence d’autres informations pour lesquelles Step‘anos indique des sources documentaires ou épigraphiques, son récit sur Tatev se passe de références.

15 Z. Skhirtladze, « The Oldest Murals at Oshki Church: Byzantine Church Decoration and Georgian Art, » Eastern Christian Art 7 (2010), p. 97-133, en part. p. 119 et pl. 133.

16 Augé, « Les lieux de mémoire », p. 66 ; Cuneo, Architettura armena, t. 1, p. 390-393 et Thierry et Donabédian, Arts arméniens, p. 583 et 195.

17 Pour l’avènement des Orbelians voir Cl. Mutafian, Arménie du Levant, Paris 2012, p. 303-308.

18 À la malédiction des 381 patriarches et à l’anathème s’ajoutent, pour les musulmans et les apostats, des nalat‘ et le rejet du prophète.

19 A. Frolow, Les reliquaires de la Vraie Croix, Paris 1965, no 90.

20 J. Durand, I. Rapti, D. Giovannoni (éd.), Armenia Sacra, catalogue de l’exposition au musée du Louvre, Paris 2007, n. 143 : sur ce reliquaire le tétramorphe est représenté en repoussé sous le trône du Seigneur dans un cartouche au sommet de l’arc sur lequel se ferment les volets. Sous la croix amovible le fond du panneau central accueille deux antilopes affrontées.

21 Comme le souligne Jean-Pierre Mahé dans l’épilogue à la traduction de deux textes arméniens fondamentaux (L’alphabet arménien dans l’histoire et dans la mémoire ; Vie de Machtots, par Korioun ; Panégyrique des saints traducteurs, par Vardan Areveltsi, Paris 2018) : « …[l’histoire] est un message adressé à un milieu spécifique et à une époque donnée. Au contraire, la mémoire est intemporelle, renouvelée d’année en année par le déroulement du cycle liturgique [du cycle des travaux, du cycle de la vie]. Bien qu’elle puise à diverses sources historiques, elle estompe leurs différences, elle les égalise dans le moule de l’allégorie, du symbole ou de la typologie. Elle les intériorise et les désindividualise en les confiant à l’oralité collective. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Arménie, monastère de Tatev, cloche inscrite au nom de Step‘anos Orbelian.
Crédits Photo © I. Rapti. DR.
URL http://journals.openedition.org/asr/docannexe/image/4133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 2. Arménie, monastère de Tatev, chapelle Saint-Grégoire-l’Illuminateur, 1295 avec l’inscription de fondation de Step‘anos Orbelian.
Crédits Photo © I. Rapti. DR.
URL http://journals.openedition.org/asr/docannexe/image/4133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ioanna Rapti, « Monuments et mémoire : à propos de l’Histoire de Step‘anos Orbelian »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 129 | -1, 331-340.

Référence électronique

Ioanna Rapti, « Monuments et mémoire : à propos de l’Histoire de Step‘anos Orbelian »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 129 | 2022, mis en ligne le 09 juin 2022, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/asr/4133 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.4133

Haut de page

Auteur

Ioanna Rapti

Mme, Directrice d’études, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search