Navigation – Plan du site

AccueilNuméros129Résumés des conférencesIntroduction à la papyrologie ara...

Résumés des conférences

Introduction à la papyrologie arabe : histoire, méthode et documents

Pour une typologie formelle des actes juridiques arabes et reconsidération des formules juridiques dans les actes de reconnaissance (iqrārāt)1
Lahcen Daaif
p. 479-490

Résumé

Nous avons prêté une attention particulière aux protocoles des documents juridiques. Plus précisément, nous nous sommes employé à apporter des réponses plus ou moins satisfaisantes aux questions suivantes : peut-on se fier d’une manière systématique au protocole des documents arabes, qu’ils soient juridiques ou administratifs, pour en connaître d’emblée la teneur et l’objectif ? […]

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette première partie de l’article s’inspire dans une large mesure de ma contribution intitulée « T (...)

1Nous avons prêté une attention particulière aux protocoles des documents juridiques. Plus précisément, nous nous sommes employé à apporter des réponses plus ou moins satisfaisantes aux questions suivantes : peut-on se fier d’une manière systématique au protocole des documents arabes, qu’ils soient juridiques ou administratifs, pour en connaître d’emblée la teneur et l’objectif ? Sinon, jusqu’à quel point les éléments introductifs mentionnés dans le protocole pourraient-ils nous être utiles à déterminer la typologie d’un document juridique ou administratif ? En d’autres termes, avec un protocole qui fait l’impasse sur l’objet juridique du document considéré, est-il possible d’envisager de prime abord une typologie sans pousser plus avant la lecture ? Nous avons prêté une attention particulière aux protocoles des documents juridiques. Plus précisément, nous nous sommes employé à apporter des réponses plus ou moins satisfaisantes aux questions suivantes : peut-on se fier d’une manière systématique au protocole des documents arabes, qu’ils soient juridiques ou administratifs, pour en connaître d’emblée la teneur et l’objectif ? Sinon, jusqu’à quel point les éléments introductifs mentionnés dans le protocole pourraient-ils nous être utiles à déterminer la typologie d’un document juridique ou administratif ? En d’autres termes, avec un protocole qui fait l’impasse sur l’objet juridique du document considéré, est-il possible d’envisager de prime abord une typologie sans pousser plus avant la lecture ? À travers ces trois questions nous nous efforcerons d’aborder les difficultés de lecture et d’analyse auxquelles nous sommes confronté lorsque nous adoptons une approche formelle. Pour une approche analytique plus approfondie, nous avons divisé en deux catégories distinctes les protocoles des documents juridiques. En premier lieu, nous aborderons les documents juridiques aux protocoles pourvus d’informations précises, et en second lieu, nous nous intéresserons aux documents dont les protocoles sont susceptibles de renfermer des indications confuses ou incomplètes.

1. Protocole à indications précises

2Il est possible en effet, sous certains rapports, de déduire la teneur d’un acte notarié, qu’il relève des contrats bilatéraux ou unilatéraux, à partir des éléments introductifs figurant dans le protocole, et de déterminer ainsi sa typologie juridique. Nous examinerons d’abord les contrats bilatéraux qui sont bien supérieurs en nombre, puis les contrats unilatéraux.

Contrats bilatéraux

  • 2 Entre autres documents : Cairo : Islamic Museum 4225. Voir Abd ar-Raziq Ahmad, « Un document concer (...)
  • 3 À titre d’exemple : Cairo : National Library 174. Voir Raif G. Khoury, Chrestomathie de Papyrologie (...)
  • 4 Berlin: Pap. 15029. Voir Raif G. Khoury, Chrestomathie, p. 130-131.
  • 5 Vienne : Chart-Ar 28040, voir Raif G. Khoury, Papyrologische Studien zum privaten und gesellschaftl (...)

3L’établissement d’un contrat (ʿaqd) en tant qu’acte notarié dans lequel les deux parties s’obligent mutuellement l’une envers l’autre, que l’on désigne également par un contrat bilatéral, impose par principe la présence physique des deux contractants (talāqī bi-l-abdān). À ce type de contrat appartiennent les documents juridiques qui sont introduits systématiquement par des formules claires qui nous renseignent d’emblée sur leur typologie, nous permettant ainsi d’être informé de leur objet dès la lecture de leur préambule. C’est souvent le cas des actes légaux de vente (bayʿ) qui sont de loin les plus nombreux. Par exemple, il est fait état au début des documents de ce type de formules classiques, telles que « ā mā ištarā fulān min fulān : ceci est ce qu’Untel a acheté à Untel » ou sous cette autre forme approchante, quoique peu usitée : ā mā ibtāʿa fulān min fulān : la forme verbale iftaʿala du verbe bāʿa, dérivée de la racine trilitère BYʿ indiquant le même sens qu’ištarā (acheter). Il en est de même de la plupart des actes de mariage qui sont introduits par des formules qui ne laissent aucun doute quant à l’objet de l’acte, telles que : « ā mā aṣdaqa fulān zawǧatahu fulāna bint fulān : ceci est la dot que consent Untel à accorder à sa future épouse Unetelle, fille d’Untel2 ». Certes, d’autres types de documents peuvent être aisément identifiés du point de vue de leur nature et de leur objet dès les premières lignes du protocole. Nous en avons également l’illustration dans les documents de louage ou de bail (iǧāra) et de location (kirāʾ). Ainsi les formules introductives figurant respectivement dans ces deux types de document se présentent comme suit : « ā mā istaʾǧara3 ou ā mā dafaʿa fulān ilā fulān4: ceci est le montant déboursé par Untel au bénéfice d’Untel ; ā mā iktarā5 ».

4Les entrées protocolaires de cette forme, dont nous avons passé en revue les plus courantes il est vrai, mentionnent les informations essentielles à savoir pour cerner du premier coup d’œil la teneur d’un document juridique et son objet. Aussi participent-elles grandement à déterminer globalement la typologie d’un document juridique.

Contrats unilatéraux

  • 6 Ibn ʿĀbidīn, Muḥammad Amīn, Radd al-muḥtār ʿalā al-Durr al-mutār, šarḥ Tanwīr al-abṣār, Beyrouth 1 (...)
  • 7 Pour d’autres indications utiles sur ce genre de titre, voir Y. Rāġib, Marchands d'étoffes du Fayyo (...)
  • 8 L’acte Paris Louvre E 6940 signé par deux témoins, est daté de 258 de l’hégire, voir Y. Rāġib, Marc (...)

5Quid des contrats unilatéraux qui sont bien inférieurs en nombre ? Sans nul doute en va-t-il de même des actes légaux établis au bénéfice d’une partie, qu’elle soit représentée par une ou plusieurs personnes. Il s’agit des actes qui font naître l’obligation à la charge d’une des parties, contrairement au modèle majoritaire du contrat dans lequel les deux parties s’obligent mutuellement l’une envers l’autre. Ce sont plus précisément les actes de reconnaissance (iqrār, pl. iqrārāt) que définit le ḥanafite Ibn ʿĀbidīn (m. 1252/1836) ainsi : « huwa ibār bi-ḥaqqin ʿalayhi : il consiste à faire savoir une obligation dont le sujet/muqirr est l’objet6 ». Dans ce type d’actes qui relèvent des contrats unilatéraux, il est porté à notre connaissance, dans la partie du protocole, des indications essentielles relatives tant à l’objet qu’à la nature de l’acte. Ainsi des actes et des titres établissant le droit (ikr ḥaqq7) dont les formules introductives ne sauraient en aucun cas prêter à confusion en ce qui concerne leur typologie comme dans celle-ci : « titre établissant le droit pour Untel : ikr ḥaqq fulān ». Nous en voulons pour preuve également la plupart des actes des Banū ʿAbd al-Muʾmin dont les eschatocoles mentionnent systématiquement le témoignage (šahāda) dont s’acquittent généralement deux personnes majeures8.

  • 9 Dans Cairo : Islamic Museum 14884-21 : aqarra al-Zaynī ʿAbd al-ʿAzīz, voir al-ʿUmarī Amāl, « Dirāsa (...)

6Il n’en va pas autrement des actes de reconnaissances (iqrār), notamment ceux qui se présentent sous certaines formes bien déterminées. Il s’agit des iqrārāt aux entrées protocolaires formulées ainsi : « Untel a reconnu…devoir à Untel/qu’il a une obligation envers Untel... : aqarra fulān … anna lahu/ʿalayhi/fī immatihi ...9 ». Dans ce genre d’entrées, bien qu’il y soit question sans nul doute d’actes de reconnaissance, il faudrait néanmoins, pour avoir connaissance de leur objet, poursuivre la lecture plus avant.

  • 10 L. Daaif, « La barāʾa : réflexion sur la fonction et l’évolution de la structure de la quittance (I(...)
  • 11 Comme dans P. Khalili 8, voir Khan Geoffrey, Arabic Documents from early Islamic Khurasan, Studies (...)
  • 12 Entre autres documents : Berlin Pap. 11975 ; voir Khoury Raif G., Chrestomathie, p. 77-78.

7Si tel est le cas des protocoles des actes de reconnaissance, il en est de même des quittances et reçus administratifs, barāʾa (pl. barāʾāt) dont on a perdu toute trace, d’après les archives papyrologiques arabes portées à notre connaissance, vers le ve/xie siècle au bénéfice des actes d’iqrār dont l’usage administratif s’est répandu très rapidement10. En effet, les barāʾāt font partie de ce genre d’actes où l’obligation incombe à une seule personne vis-à-vis d’une autre ou vis-à-vis d’une institution administrative. Là encore, à condition que figure nettement dans le protocole la mention du substantif de barāʾa, sous quelque forme que ce soit, même précédé du vocable habituel que l’on trouve abondamment dans les contrats bilatéraux :ā kitāb barāʾa11 , ou barāʾat fulān min12, on peut se contenter de cette formule qui nous est fournie dès la première ligne de l’acte pour le classer dans la catégorie des quittances/reçus.

8Sans nous étendre davantage sur d’autres exemples de documents de cette nature, les indications mentionnées dans les formules introductives des iqrārāt et des barāʾāt, sont suffisamment précises pour nous faire connaître le plus exactement possible leur typologie.

2. Protocole à indication trompeuse

9Il est vrai que tous les documents légaux, qu’il s’agisse de contrats bilatéraux ou unilatéraux, ne donnent pas d’indications utiles et suffisantes dès les premières lignes de leur protocole. Par conséquent, s’arrêter à ce premier palier du texte d’un document peut induire en erreur et laisser croire que l’on a saisi l’essentiel du texte, alors que l’on n’en a pas vraiment cerné encore la typologie. Cette situation tient généralement au fait que les formules introductives dans ces documents ne mettent pas d’emblée en avant l’objet principal de l’acte. Curieusement, elles le font précéder d’une forme d’énonciation qui varie selon les régions, les airs géographiques et les époques historiques auxquelles l’acte avait été dressé. On se bornera ici à passer en revue quelques spécimens qui expliquent clairement ce cas d’espèce aussi bien dans les contrats bilatéraux qu’unilatéraux.

Contrats bilatéraux

  • 13 Al-Saraḫsī, al-Mabsūṭ, Beyrouth 1993/1414, XXX, p. 173.
  • 14 Al-Ṭaḥāwī, Abū Ǧaʿfar Aḥmad, al-Šurūṭ al-ṣaġīr, éd, Rūḥī Ūzaǧān, Bagdad 1974/1394, 2 vol., II, p. 5 (...)
  • 15 Al-Fatāwā al-hindiyya, 6, p. 342.
  • 16 Ibid., p. 252.
  • 17 A. Grohmann, Arabic Papyri in the Egyptian Library (APEL), Le Caire 1934-1953, 6 vol., II, p. 157-1 (...)
  • 18 Raif G. Khoury, Chrestomathie, p. 42.

10Des documents établis entre deux parties et plus, qui impliquent des droits et des obligations des unes vis-à-vis des autres sont parfois introduits par des formules traditionnelles en usage dans certaines aires culturelles et régions du monde arabo-musulmanes. Aussi, comme nous le fait remarquer Abū Sahl al-Saraḫsī (m. 490/1096 ?) dans son al-Mabsūṭ13, existent-t-il des formules et des expressions particulières à chaque région donnée, renvoyant à une époque plus ou moins déterminée dans l’histoire de cette région, dont il nous faut tenir compte pour mieux dégager la typologie exacte des documents qui en émanent. Al-Saraḫsī note à juste titre que dans les pays de la Transoxiane où il résidait, les documents juridiques sont introduits quasi-systématiquement, quel qu’en soit l’objet, par cette formule quasi-invariable : « šahida al-šuhūd al-musammawna fī hāā al-kitāb/āira hāā al-kitāb : les témoins mentionnés/susmentionnés dans ce document ont attesté que.. » ; ou encore « ā mā šahida al-šuhūd al-musammawna fī hāā al-kitāb, šahidū ǧamīʿan wa-furādā : ceci est ce dont ont témoigné les témoins mentionnés dans ce document, ils ont témoigné ensemble et séparément que..) ». C’est également ce qu’avait écrit Abū Ǧaʿfar al-Ṭaḥāwī (m. 321/933) bien avant al-Saraḫsī, en proposant une autre formule protocolaire de ce genre14. On sait que dans de nombreux documents de la région de Transoxiane, et parfois du monde arabe qui l’environnait, des contrats légaux de toutes sortes débutent par cette même formule, comme s’il s’agissait de mettre davantage l’accent sur la validité juridique de l’acte en mettant en exergue l’attestation des témoins. Bien évidemment, si l’on se contentait de la lecture des premières lignes du protocole de ce genre de documents, on pourrait supposer qu’il s’agissait de documents qui visaient à établir la validité d’une attestation, autrement dit d’un acte dont l’objet est l’attestation (šahāda). Or, nous l’avons vu, quel que soit l’objet juridique du contrat, la formule susmentionnée reste identique. Ainsi dans les documents de vente (bayʿ), d’héritage (qismat al-mīrā)15, de mariage (zawāǧ)16, de don (hiba : Cairo : National Library t 190217) et de divorce (ṭalāq : Vienna: National Library 3165 : šahida… annahu ṭallaqa mraʾatahu18), etc. Cette formule liminaire, qui trouverait tout à fait sa place adéquate à la fin de l’acte également ainsi que le recommandent certains juristes notaires, semble indiquer que c’est le caractère juridique de l’acte qui est privilégié, puisque son objet principal est abordé comme objet de cette attestation. Nul doute dès lors que c’est à tort que l’on désigne les documents introduits par cette formule comme étant des actes d’attestation.

Contrats unilatéraux

– Les actes de reconnaissance (iqrārāt)

  • 19 Al-Saraḫsī, al-Mabsūṭ, XVII, p. 186.

11La même confusion est susceptible d’avoir lieu à propos des documents qui engagent ou font naître une obligation pour une seule personne vis-à-vis d’une autre ou d’une institution. Dans leur majorité, ce sont des actes de reconnaissance, que définit al-Saraḫsī encore comme n’ayant pas de contrepartie (al-iqrār lā yuqābiluhu šayʾ19) et donc n’engage que celui qui en est le sujet.

  • 20 M. Thung, Arabische juristische Urkunden aus der Papyrussammlung der oesterreichischen Nationalbibl (...)
  • 21 L. Daaif, « La barāʾa », p. 5-6.

12Plus que tout autre type d’acte, ce sont les iqrārāt qui débutent souvent par cette formule liminaire largement usitée en Transoxiane à savoir : « šahida al-šuhūd al-musammawna… »¸ immédiatement suivie de la reconnaissance par le bénéficiaire de l’acte « aqarra fī ṣiḥḥatin/aqarrū ǧamīʿan : a reconnu/ont reconnu, en possession de leur capacité physique et mentale/ont reconnu tous ensemble » dont les exemples sont légion. En lien avec tous les aspects de la vie sociale, familiale, économique etc., ces iqrārāt permettent d’établir un acte de reconnaissance selon les besoins. Pour la plupart, ils traitent des dettes (Vienna : National Library 70020 anna li-… ibn .... ʿalā ʿUnqūd b. Al-Qāsim...), d’où le fait justement qu’ils supplantent les actes de barāʾa dès le ve/xie siècle au Proche et au Moyen-Orient principalement21. On recourt aussi aux modèles d’iqrārāt pour s’assurer de l’identité d’une personne, des limites d’une propriété, de la validité d’une possession etc.

13Au demeurant certaines formes d’iqrārāt présentent les mêmes caractéristiques de généralisation que les actes introduits par la formule de la šahāda. Aussi, avant de se prononcer sur la typologie de certains documents d’iqrār, mieux vaut-il ne pas tenir compte de la formule liminaire au risque de les confondre avec d’autres types de documents pour les mêmes raisons que les actes introduits par la formule de la šahāda. Un iqrār, comme on l’a souligné auparavant, couvre tant d’objets juridiques qu’il en devient nécessaire, dans un souci de précision typologique, d’en faire une lecture approfondie.

  • 22 Quelques actes ont vu le jour vers la fin du vie siècle (la dernière date étant 593 de l’hégire) au (...)
  • 23 L. Daaif, « Un document juridique mamlouk : se porter garant de la comparution d’un tiers », Annale (...)
  • 24 Ibid., p. 431.

14Ce même iqrār, considéré du point de vue de l’évolution historique, témoigne d’une autre forme qui lui est propre, notamment sous les Mamelouks, et qui s’est répandue dès le viie/xiiie siècle22. Au lieu de la formule habituelle : « aqarra fulān, ou šahida (…) wa-aqarra : a reconnu, a attesté (…) et a reconnu », l’acte commence plutôt par cette autre formule : « ḥaḍara ilā šuhūdihi/ḥaḍara ilā maǧlis šuhūdihi.. wa-ašhada ʿalā nafsihi/ʿalayhi šuhūdahu : s’est présenté devant les témoins signataires de l’acte, et a fait porter témoignage sur lui-même/a fait témoigner les témoins de l’acte ». Puisqu’il s’agit pour la plupart des documents de Ḥaram al-Šarīf (Esplanade des Mosquées) et du Sinaï, le témoignage renvoie à celui des témoins instrumentaires d’où l’expression ḥaḍara ilā šuhūdihi23. Il est d’emblée précisé dès le protocole non seulement le caractère légal de l’acte, mais aussi la situation officielle de sa réalisation à travers le déplacement physique de l’intéressé dont la présence a été attestée devant les témoins qui peuvent être identifiés aussi bien comme des témoins signataires qu’instrumentaires réunis24. Dans ce cas précis, nous avons la confirmation d’un témoignage immédiat, contrairement au témoignage attesté dans les actes introduits par « šahida al-šuhūd al-musammawna āir hāā al-kitāb », qui ne garantit pas nécessairement cette immédiateté. Cette formule suppose à plus d’un titre, que les témoins pourraient avoir eu connaissance par ouï-dire de l’objet de l’acte, et venir ensuite en témoigner en apposant leur signature dans l’acte préalablement rédigé. Bien plus, il faut comprendre par cette formule que le rédacteur de l’acte a préféré mettre l’accent davantage sur son aspect notarial que sur celui de la légalité juridique dont atteste le témoignage qui l’introduit.

  • 25 Voir les définitions et règles proposées par Šams al-Dīn al-Asyūṭī en ce qui concerne la šahāda por (...)
  • 26 L. Daaif, « Un document juridique mamlouk », p. 425-444.
  • 27 Cf. M. Dridi, « La fonction du ʿakkām dans la caravane des pèlerins : un métier méconnu, à la lumiè (...)

15Sur le plan formel, on est enclin à ranger ce genre d’actes dans la typologie d’išhād (faire témoigner) lorsqu’il est susceptible d’être suivi d’une formule de reconnaissance (wa-aqarra25). Cependant, bien que son objet ne s’énonce que plus loin dans le dispositif du texte (le milieu du corps de l’acte), il n’en indique pas moins la raison juridique pour laquelle l’acte a été dressé, comme en témoignent les documents dont entre autres : St-Petersburg EG 601 (garantie/ḍamān)26, Sinaï 285 (waqf), Tunis B 366 (obligation d’un ʿakkām : accompagnateur des caravanes du ḥaǧǧ, vis-à-vis du pèlerin)27.

– Les quittances

  • 28 A. Grohmann, Arabic Papyri, I, p. 118-119, n° 49.
  • 29 La date de mort d’Abū Zayd Aḥmad b. Zayd n’est signalée hélas dans aucune source biographique ou bi (...)
  • 30 Wa-kānat hāihi al-maʿānī mimmā qad istuʿmila fī al-barāʾāt al-muktatabāt fī hāā al-maʿnā, ġayr an (...)

16Une barāʾa enfin, fait partie des documents susceptibles de faire l’objet d’un traitement notarial similaire. Une des preuves qui nous semble être la plus convaincante, est le document de Cairo NL 173 daté de 297/910, où il est fait état d’une épouse libérant son époux de la partie immédiate du don nuptial (ṣadāq) qu’il lui a versée28. Pourtant, cet acte est bel et bien introduit par la formule liminaire de la šahāda/attestation selon la pratique rédactionnelle des documents en usage en Transoxiane. Or, ranger cet acte parmi les actes d’attestation serait une aberration du point de vue typologique. On ne peut donc le qualifier d’acte d’attestation alors que son objet principal qui consiste clairement en une libération indique qu’il s’agit tout simplement d’une barāʾa en bonne et due forme. C’est justement de cela dont il est question dans l’exemple avancé par al-Ṭaḥāwī. Selon lui son prédécesseur ḥanafīte, auteur de plusieurs ouvrages sur le notariat (šurūṭ) qui ne nous sont hélas pas parvenus, Abū Zayd al-Šurūṭī29 propose une forme de rédaction différente pour dresser un modèle d’acte de barāʾa. Au lieu de la formule « ā kitāb barāʾa ou bayʿ : ceci est un document de quittance ou de vente », Abū Zayd préfère écrire « ā mā šahida ʿalayhi al-šuhūd al-musammawna fī hāā al-kitāb (…) anna fulān aqarra ʿindahum bi-anna : ceci est ce dont ont témoigné les témoins mentionnés dans ce document (…) qu’Untel a reconnu en leur présence, que... ». Quoique cette dernière forme soit réitérée par al-Ṭaḥāwī comme étant également valide, il en conclut que : « Ces formes faisaient parties de celles dont on s’était servi pour rédiger des quittances de ce type, mais la forme précédente sous laquelle nous l’avons établie n’en reste pas moins la meilleure30 ».

17Ainsi, que ce soit pour rédiger des actes de reconnaissance, qui sont bien plus nombreux et variés il est vrai, ou des actes de barāʾa, la typologie qui s’impose, en dépit de la formule liminaire de la šahāda, de la barāʾa et de l’iqrār, doit être tirée de l’objet de la reconnaissance et de la libération. De toute évidence, dans ce type de documents juridiques, il faut privilégier l’aspect fonctionnel au détriment de l’aspect formel, si l’on veut délinéer de près la typologie considérée. Autrement, il faut essayer à tout le moins de procéder à la typologisation à travers une voie médiane susceptible de combiner ces deux aspects.

3. De la capacité juridique dans les actes d’iqrār

  • 31 Fī ṣiḥḥati ʿaqlihi wa-badanihi wa-ǧawāzi amrihi. Taḥāwi’s Kitāb al-Shurūṭ al-kabīr, éd. J. A. Wakin (...)
  • 32 Fī ṣiḥḥati ʿuqūlihimā wa-abdānihimā wa-ǧawāzi umūrihimā ṭāʾiʿayni ġayr mukrahayni. Taḥāwi’s Kitāb, (...)
  • 33 Taḥāwi’s Kitāb, p. 125.
  • 34 Sur le taqābuḍ, voir Y. Rāġīb, Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale 2, Cahier (...)
  • 35 wa-lam yaqbiḍ fulān b. fulān min fulān b. fulān hāihi al-dār, Taḥāwi’s Kitāb, p. 125.
  • 36 Ibid., p. 126.

18À bien examiner les manuels notariaux (kutub al-šurūṭ), la formule qui stipule que le sujet est en possession de ses facultés mentale et physique est censée figurer dans un acte d’iqrār au même titre que les autres documents juridiques. Al-Ṭaḥāwī mentionne cette formule juste après celle courante d’iqrār sous la forme suivante : « sain d’esprit et de corps, en situation de capacité juridique31 », avant de la répéter plus loin, dans l’eschatocole de ce même acte, sous une forme identique, mais au duel : « les deux parties muqirr et muqarr lahu reconnaissent être en possession de leurs facultés physique et mentale, en situation de capacité juridique et ne faire l’objet d’aucune contrainte32 ». Il est à relever cependant que le vocable ṭāʾiʿ (de son propre gré) ne figure pas dans la première formule, tandis qu’il apparaît nettement dans la seconde. Même chose se constate dans le deuxième et le troisième formulaires proposés par al-Ṭaḥāwī, mis à part quelques variantes anodines au niveau de la formulation : ṣaḥīḥ al-ʿaql wa-l-badan, ǧāʾiz al-amr 33. Dans un autre formulaire d’iqrār où les deux parties en présence ont conclu une vente, mais sans avoir effectué le taqābuḍ34, l’échange du bien contre l’argent, al-Ṭaḥāwī suggère pour réparer cette omission, de dresser un autre acte de reconnaissance en complément du premier. Il doit commencer par la formule déjà rencontrée : šahida al-šuhūd al-musammawna āira hāā al-kitāb, šahidū ǧamīʿan, où ils reconnaissent tous deux d’une part, que la première vente a été établie entre eux – en fournissant tous les éléments qui permettent de déterminer l’objet de la vente ainsi que le lieu et la date de la transaction –, et d’autre part, que la réception de l’objet, de la chose vendue n’a pas eu lieu « et qu’Untel fils d’Untel n’a pas pris possession de la maison d’Untel fils d’Untel », mais que le versement du prix de l’objet de vente a été effectué par l’acheteur (mentionné dans cet acte et dans l’acte précédent : al-makūr tārīuhu fī al-kitāb wa-fī hāā al-kitāb35). Et c’est au vendeur de déclarer par la suite qu’il a remis l’objet de vente, en l’occurrence une maison, après la prise de possession de l’intégralité de son prix, ce qui libère l’acheteur de toute obligation envers lui. Du côté du vendeur également, s’impose le même rappel au sujet de la maison dont l’acheteur a pris possession, laquelle maison correspond à celle dont il a été question dans l’ancien acte, et qui devient maintenant la propriété de ce dernier comme cela est indiqué dans cet acte et dans l’ancien. Le darak qui consiste à garantir à l’acquéreur la restitution de l’intégralité de la somme versée en cas de revendication d’un tiers ou de litige ou pour d’autres raisons similaires, a alors sa raison d’être, puisque l’échange (taqābuḍ) a eu lieu36.

  • 37 Muḥammad al-Ǧarawānī, al-Kawkab al-mušriq fīmā yaḥtāǧ ilayhi al-muwaṯṯiq li-ʿālim al-šurūṭ, éd. Sag (...)
  • 38 Al-Kawkab al-mušriq p. 33 ب.
  • 39 Al-Kawkab al-mušriq p. 32 ق.
  • 40 Ibid. p. 33 ب.

19Contrairement à al-Ṭahāwī aux formules trop variées, les iqrārāt dans l’ouvrage du šāfiʿīte al-Ǧarawānī (m. 813/1410) sont systématiquement pourvus de ces deux formules très semblables : « dans la plénitude de leurs facultés mentales et physiques et de leur capacité juridique : fī ḥāl ṣiḥḥatihi wa-salāmatihi wa-ǧawāzi amrihi37, ou ṣiḥḥatihi wa-salāmatihi wa-ǧawāzi amrihi38 ». Elles sont suivies ou précédées des formules courantes stipulant que c’est de la « propre volonté et du choix du muqirr qui n’a fait l’objet ni de contrainte ni d’oppression : ṭāʾiʿan mutāran min ġayr ikrāh wa-lā iǧbār 39», ou de cette autre version : « avec son assentiment en présence des témoins signataires de l’acte : ʿinda šuhūdihi ṭawʿan40 ».

4. Iqrārāt dans la base CALD

  • 41 Renfermant environ 3 200 documents légaux, la base de données CALD (Comparing Arabic Legal Document (...)

20Actuellement, dans la base de données CALD41, on dénombre 28 documents de cette nature qui commencent par šahida al-šuhūd al-musamawna fī hāā l-kitāb/āira hāā l-kitāb, etc., dont une bonne partie est rallongée par une formule de reconnaissance doublée d’une formule d’išhād (prendre à témoin). Ces documents d’iqrār remontent aux quatre premiers siècles de l’hégire, plus exactement entre le iie et ve siècle. D’où la question suivante : serait-ce parce qu’à cette époque les actes de reconnaissance et d’išhād s’établissaient généralement sous forme d’acte de témoignage ? Avant de se prononcer, rappelons toutefois qu’une quantité considérable d’iqrārāt fut rédigée sous la forme régulière d’acte de reconnaissance. Ainsi, sur une longue période qui s’étale sur quatre à cinq siècles, il existait deux façons relativement différentes de rédiger un iqrār : celle qui débute par l’attestation des témoins dont les noms sont mentionnés à la fin du document, et une autre qui introduit l’iqrār tout simplement par le verbe aqarra (a reconnu).

21Une autre remarque relativement à ce type d’iqrār chez al-Ṭaḥāwī, mérite d’être relevée. Elle consiste dans la formule de relecture à haute voix, et de prise de connaissance parfaite de l’intégralité du contenu du document par le muqirr qui doit en comprendre chaque mot : quriʾa ʿalyhim bi-maḥḍarihim fa-aqarra lahum annahu qad fahimahu wa-ʿarafa ǧamīʿa mā-fīhi ḥarfan ḥarfan.

  • 42 Al-Kawkab al-mušriq p. 46 ب et ق.
  • 43 Ibid. p. 46 ب.
  • 44 Al-Kawkab al-mušriq p. 46 ق.

22Il y aurait lieu dès lors de se demander si tous les types d’iqrār tiennent compte de cette dernière formule. De prime abord, elle n’apparaît pas dans la totalité des actes de reconnaissance. D’ailleurs, selon l’objet de la reconnaissance, certains actes d’iqrār sont susceptibles de faire l’économie de la formule de la capacité légale (ǧawāz amr). C’est le cas par exemple, à propos d’une reconnaissance d’encaissement d’une somme d’argent due à un tiers, que al-Ǧarawānī introduit tantôt sans faire usage du verbe aqarra tout en l’intitulant al-iqrār bi-l-qabḍ, dans le manuscritق 42 et tantôt avec aqarra dans le manuscrit ب 43. Dans ce prototype d’acte de reconnaissance sont mentionnés aussi bien le nom de la partie qui a versé la somme, que celui de la partie qui l’a reçue, la nature de la monnaie (argent, or, etc.) et le montant de la somme désormais en possession de ce dernier, qui correspond évidemment à la somme due. Al-Ǧarawānī adjoint à la formule habituelle la locution que voici – mais uniquement dans le cas où l’autre partie serait présente (in kāna ḥāḍiran) à savoir al-muqarru lahu : « ce dernier approuve légalement cette reconnaissance : wa-ṣaddaqahu ʿalā ālik al-taṣdīq al-šarʿī44. »

  • 45 Muḥammad Amīn Ibn ʿĀbidīn, Ḥāšiyat -, Radd al-muḥtār ʿalā al-durr al-mutār. Šarḥ Tanwīr al-abṣār, (...)

23Or quand il s’agit d’une reconnaissance qui se rattache à un contrat de mariage, telle que le reliquat d’une dot (baqiyyat al-ṣadāq), ou à un contrat de vente, telle que la partie différée d’une somme d’argent, il est fait parfois mention dans l’acte de la formule de l’assentiment du muqirr (ṭawāʿiya) mais non de celle relative à la plénitude de ses facultés mentale et physique. C’est vraisemblablement pour cette raison que le ḥanafīte Ibn ʿĀbidīn a insisté sur le caractère invalide d’un acte d’iqrār établi sous contrainte particulièrement quand il a pour objet la répudiation ou l’émancipation d’un esclave : « wa-lā yaṣiḥḥu iqrāruhu bi-ṭalāqin wa-ʿitāqin mukrahan : sa reconnaissance d’une répudiation ou d’un affranchissement d’esclave est invalide sous contrainte45. »

  • 46 Giorgio Levi Della Vida, Arabic Papyri in the University Museum in Philadelphia (Pennsylvania), XXV (...)
  • 47 M. Thung, Arabische juristische Urkunden, p. 135.
  • 48 Sur les expressions et variantes de l’išhād, voir Ch. Müller, « Écrire pour établir la preuve orale (...)

24Dans les 237 actes de reconnaissance que renferme la base CALD, la formule relative à la capacité juridique et aux facultés physique et mentale, ne figure pas systématiquement, quoiqu’il s’agisse d’une partie infime d’entre eux. Prenons à titre d’exemple ces deux documents établis en Égypte à des dates pourtant très éloignées : Philadelphia 16434 daté de 781 de l’hégire46 et Vienna : National Library 11738 daté de 252 de l’hégire47. Le premier propose une expression que l’on qualifierait d’alternative à la formule courante de la capacité légale, elle est réduite à ceci : « son obligation vis-à-vis d’un tiers sur un plan légal :immatihi bi-waǧhin šarʿī ». Dans le second acte, la proposition ne saurait être qualifiée d’alternative, étant loin de remplir entièrement le rôle de la formule courante. Le muqirr, un paysan, y prend des personnes honorables à témoin (ašhada ʿalā nafsihi48) de devoir à un tiers une quantité égale de blé et de qarṭ, et de reconnaître être solvable pour s’en acquitter. Les deux actes sont attestés par deux témoins qui ont apposé leur signature.

25En dépit de la similitude de leur objet qui consiste dans l’obligation reconnue envers un tiers, la formule relative aux pleines facultés mentale et physique est absente dans ces deux actes dont les deux dates s’étendent sur une durée de plus de cinq siècles. Par conséquent, la raison de cette absence ne réside pas dans l’écart chronologique entre les deux époques où ces deux actes ont été dressés.

  • 49 Nombre qui est loin d’être exhaustif (les dates en hégire): VieAc_10314 (daté de 887) ; JerH_112/1 (...)

26Quant à la formule de ṭawāʿiya ou de ṭawʿ et d’itiyār qui renvoie à l’assentiment du muqirr en l’absence de toute contrainte, elle n’apparaît pas de manière systématique non plus dans toutes les formules relatives à la capacité légale et à l’état de santé physique et mentale. Ainsi certains actes d’iqrār au nombre de 15 dans la base CALD, en sont complètement dépourvus49.

  • 50 Al-Kawkab al-mušriq, p. 46 ب.

27Si l’on ne peut, par voie de conséquence, raisonner en termes historiques pour justifier également l’absence de ces deux autres vocables d’itiyār et de ṭawāʿiya50, on ne peut pas non plus considérer la formule qui les énonce comme une expression facultative, à tel point que les scribes et les notaires n’y prêtent pas d’attention particulière pour l’insérer automatiquement dans le corps textuel des actes légaux qu’ils rédigent. Somme toute, cette formule ne saurait être tenue pour un énoncé sans réelle valeur juridique eu égard à sa présence avérée dans quasiment tous les documents juridiques d’iqrār dressés au cours d’une même époque voire d’une même année, et qui plus est dans des styles et expressions similaires, où il est fait état de la possession du muqirr de ses facultés mentale et physique ainsi que de son assentiment.

  • 51 Pour n’en mentionner que les plus souvent étudiés : VieAc_10393 (daté de 700) ; JerH_202 (daté de 7 (...)

28Comme il n’est pas tout à fait fondé de conclure que cette absence est due à un simple oubli, au vu du nombre considérable de documents concernés, il y a lieu de supposer que le poids juridique de la formule de l’assentiment et du choix volontaire du muqirr est incorporé dans la formule courante dans les iqrārāt : fī ṣiḥḥati ʿaqlihi wa-badanihi… wa-ǧawāzi amr. Celle-ci indiquerait subséquemment que la capacité juridique signalée pour le muqirr inclut son assentiment, et par suite lui confère le droit d’établir un acte de reconnaissance. D’autant plus que la mention des deux formules exprimant : le choix volontaire du muqirr et sa capacité juridique (ǧawāz amr) dans le corps textuel d’une seule formule est attestée suffisamment dans un grand nombre d’actes légaux pour ne pas en tenir compte51.

Haut de page

Notes

1 Cette première partie de l’article s’inspire dans une large mesure de ma contribution intitulée « Towards an advanced typology : the Arabic documents to the test of history and geography », présentée au Workshop international : « Documentary Typologies Part II: Visual types of Arabic Documents », organisé par M. Rustow et A. Kaplony, à Zurich, 24-26 janvier 2018.

2 Entre autres documents : Cairo : Islamic Museum 4225. Voir Abd ar-Raziq Ahmad, « Un document concernant le mariage des esclaves au temps des Mamūks », Journal of the Economic and Social History of the Orient 13 (1970), p. 309-314, article auquel nous avons apporté quelques corrections dans notre version en ligne : https://cald.irht.cnrs.fr/php/ilm.php.

3 À titre d’exemple : Cairo : National Library 174. Voir Raif G. Khoury, Chrestomathie de Papyrologie Arabe - Documents relatifs à la vie privée, sociale et administrative dans les premiers siècles islamiques, II-2, Leyde 1993, p. 114-115.

4 Berlin: Pap. 15029. Voir Raif G. Khoury, Chrestomathie, p. 130-131.

5 Vienne : Chart-Ar 28040, voir Raif G. Khoury, Papyrologische Studien zum privaten und gesellschaftlichen Leben in den ersten islamischen Jahrhunderten, Codices Arabici Antiqui V, Wiesbaden 1995, p. 87-90. Sous forme de akrā suggérée par N. Vanthieghem, dans P. Brux. E. 8449, « Un contrat de location d’une maison en arabe », Chronique d’Égypte 88 (2013), p. 188-197.

6 Ibn ʿĀbidīn, Muḥammad Amīn, Radd al-muḥtār ʿalā al-Durr al-mutār, šarḥ Tanwīr al-abṣār, Beyrouth 1415/1994, 10 vol. (+ 2 Takmila), VIII, p. 350.

7 Pour d’autres indications utiles sur ce genre de titre, voir Y. Rāġib, Marchands d'étoffes du Fayyoum au IIIe/IXe siècle. Les actes des Banū ʿAbd al-Mu’min, Supplément aux Annales islamologiques, I, Le Caire 1982, p. 6-29.

8 L’acte Paris Louvre E 6940 signé par deux témoins, est daté de 258 de l’hégire, voir Y. Rāġib, Marchands, I, p. 30-32 ; Paris Louvre 6980c/2, signé par un seul témoin, est daté de 250 de l’hégire, voir ibid., p. 14-15 ; et éventuellement le Paris Louvre 6892-2-7009-1, qui est dépourvu de témoignage, son eschatocole étant perdu, voir ibid., p. 28-29.

9 Dans Cairo : Islamic Museum 14884-21 : aqarra al-Zaynī ʿAbd al-ʿAzīz, voir al-ʿUmarī Amāl, « Dirāsa li-baʿḍ waāʾiq tataʿallaqu bi-bayʿ wa-širāʾ uyūl min al-ʿaṣr al-mamlūkī », Maǧallat maʿhad al-maṭūṭāt al-ʿarabiyya, Le Caire 10 (1964), II, p. 247-248 ; dans Berlin Papr. 15282 : aqarrat ʿĀʾiša …. annahā raǧaʿat fīmā taṣaddaqat bihi (rétractation sur un don), voir Y. Rāġib, Actes de vente d'esclaves et d'animaux d'Égypte médiévale 1, Cahier des Annales islamologiques 23, Le Caire 2002 ; et dans un autre acte Berlin P. 8012, on trouve une reconnaissance de dette : aqarra Ǧarrāḥ b. Ziyād…anna ʿalayhi wa-fī immatihi, voir Raif G. Khoury, Chrestomathie, p. 67-68.

10 L. Daaif, « La barāʾa : réflexion sur la fonction et l’évolution de la structure de la quittance (Ier-Ve/VIIe-XIe siècles) », Annales islamologiques 48/1 (2014), II, p. 5-6.

11 Comme dans P. Khalili 8, voir Khan Geoffrey, Arabic Documents from early Islamic Khurasan, Studies in the Khalili Collection, Londres 2007, V, p. 102-103 ; dans P. Khalili 20, voir Khan Geoffrey, Arabic Documents, p. 147. Cette formule est souvent usitée dans les documents établis au Ḫurāsān, voir L. Daaif, « La barāʾa », p. 6.

12 Entre autres documents : Berlin Pap. 11975 ; voir Khoury Raif G., Chrestomathie, p. 77-78.

13 Al-Saraḫsī, al-Mabsūṭ, Beyrouth 1993/1414, XXX, p. 173.

14 Al-Ṭaḥāwī, Abū Ǧaʿfar Aḥmad, al-Šurūṭ al-ṣaġīr, éd, Rūḥī Ūzaǧān, Bagdad 1974/1394, 2 vol., II, p. 533. L’encyclopédie juridique d’al-Fatāwā al-hindiyya, rassemblée par Niẓām al-Dīn al-Balḫī, éd. ʿAbd al-Latīf Ḥasan ʿAbd al-Raḥmān, Beyrouth 2000/1421, 6 vol., relate cet usage notarial qu’elle estime inadéquat, voir par ex. id., VI, p. 285.

15 Al-Fatāwā al-hindiyya, 6, p. 342.

16 Ibid., p. 252.

17 A. Grohmann, Arabic Papyri in the Egyptian Library (APEL), Le Caire 1934-1953, 6 vol., II, p. 157-160, n° 119.

18 Raif G. Khoury, Chrestomathie, p. 42.

19 Al-Saraḫsī, al-Mabsūṭ, XVII, p. 186.

20 M. Thung, Arabische juristische Urkunden aus der Papyrussammlung der oesterreichischen Nationalbibliothek, Corpus Papyrorum Raineri XXVI, Leipzig 2006, p. 131-133.

21 L. Daaif, « La barāʾa », p. 5-6.

22 Quelques actes ont vu le jour vers la fin du vie siècle (la dernière date étant 593 de l’hégire) autrement dit sous les Ayyoubides, comme dans Sinaï 185 qui est un acte de donation faite par un chrétien.

23 L. Daaif, « Un document juridique mamlouk : se porter garant de la comparution d’un tiers », Annales Islamologiques 47 (2014), p. 432-433.

24 Ibid., p. 431.

25 Voir les définitions et règles proposées par Šams al-Dīn al-Asyūṭī en ce qui concerne la šahāda portant sur un iqrār et sa place dans l’acte, cf. ibid., Ǧawāhir al-ʿuqūd wa-muʿīn al-quḍāt wal-muwaqqiʿīn wa-l-šuhūd, éd. Muḥammad al-Saʿdanī, Beyrouth 1417/1996, II, p. 356-357.

26 L. Daaif, « Un document juridique mamlouk », p. 425-444.

27 Cf. M. Dridi, « La fonction du ʿakkām dans la caravane des pèlerins : un métier méconnu, à la lumière d’un document légal mamelouk inédit », Arabica 63 (2016), p. 118-147.

28 A. Grohmann, Arabic Papyri, I, p. 118-119, n° 49.

29 La date de mort d’Abū Zayd Aḥmad b. Zayd n’est signalée hélas dans aucune source biographique ou bio-bibliographiques. Voir sur lui, ʿAbd al-Qādir al-Qurašī, al-Ǧawāhir al-muḍiyya fī ṭabaqāt al-ḥanafiyya, éd. ʿAbd al-Fattāḥ al-Ḥulw, Gizeh 1413/1993, 5 vol., I, p. 170, § 108.

30 Wa-kānat hāihi al-maʿānī mimmā qad istuʿmila fī al-barāʾāt al-muktatabāt fī hāā al-maʿnā, ġayr anna al-maʿnā al-awwal allaī iktatabnāhu fīhā aḥsan, voir al-Ṭaḥāwī, Abū Ǧaʿfar Aḥmad, al-Šurūṭ al-ṣaġīr, p. 534.

31 Fī ṣiḥḥati ʿaqlihi wa-badanihi wa-ǧawāzi amrihi. Taḥāwi’s Kitāb al-Shurūṭ al-kabīr, éd. J. A. Wakin, Albany 1972. p. 123.

32 Fī ṣiḥḥati ʿuqūlihimā wa-abdānihimā wa-ǧawāzi umūrihimā ṭāʾiʿayni ġayr mukrahayni. Taḥāwi’s Kitāb, p. 124.

33 Taḥāwi’s Kitāb, p. 125.

34 Sur le taqābuḍ, voir Y. Rāġīb, Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale 2, Cahier des Annales islamologiques 28, Le Caire 2006, p. 55-56 § 137, p. 138-139.

35 wa-lam yaqbiḍ fulān b. fulān min fulān b. fulān hāihi al-dār, Taḥāwi’s Kitāb, p. 125.

36 Ibid., p. 126.

37 Muḥammad al-Ǧarawānī, al-Kawkab al-mušriq fīmā yaḥtāǧ ilayhi al-muwaṯṯiq li-ʿālim al-šurūṭ, éd. Saghbini, Souad, Berlin 2010, p. 32 ق.

38 Al-Kawkab al-mušriq p. 33 ب.

39 Al-Kawkab al-mušriq p. 32 ق.

40 Ibid. p. 33 ب.

41 Renfermant environ 3 200 documents légaux, la base de données CALD (Comparing Arabic Legal Documents) http://cald.ilm-project.net/php/login.php, a été réalisée dans le cadre du projet européen ILM (Islamic Law Materialized) par l’équipe de la section arabe de l’IRHT (2009-2013).

42 Al-Kawkab al-mušriq p. 46 ب et ق.

43 Ibid. p. 46 ب.

44 Al-Kawkab al-mušriq p. 46 ق.

45 Muḥammad Amīn Ibn ʿĀbidīn, Ḥāšiyat -, Radd al-muḥtār ʿalā al-durr al-mutār. Šarḥ Tanwīr al-abṣār, Beyrouth 1415/1994, 10 vol. (+ 2 Takmila), VIII, p. 351.

46 Giorgio Levi Della Vida, Arabic Papyri in the University Museum in Philadelphia (Pennsylvania), XXV, Accademia nazionale dei lincei, Rome 1981, p. 83-84. 

47 M. Thung, Arabische juristische Urkunden, p. 135.

48 Sur les expressions et variantes de l’išhād, voir Ch. Müller, « Écrire pour établir la preuve orale en Islam : la pratique d’un tribunal à Jérusalem au xive siècle », dans Akira Saito et Yusuke Nakamura (éd.), Les outils de la pensée. Étude historique et comparative des « textes », Paris 2010, p. 63-97.

49 Nombre qui est loin d’être exhaustif (les dates en hégire): VieAc_10314 (daté de 887) ; JerH_112/1 ( daté de 795) ; JerH_345/1 (daté de 793) ; JerH-016 /1 (daté de 789) ; JerH-186 (daté de 789) ; JerH-211/1 (daté de 788) ; JerH-209/1 (daté de 788) ; JerH-199 (daté de 787) ; JerH-692/1 (daté de 787) ; JerH-198 (daté de 786) ; JerH-048 (daté de 708) ; JerH-110 (daté de 707) ; JerH-691 (daté de 706) ; CamTa-38-85 (daté de 463) ; VieAc-7871 (daté de 356).

50 Al-Kawkab al-mušriq, p. 46 ب.

51 Pour n’en mentionner que les plus souvent étudiés : VieAc_10393 (daté de 700) ; JerH_202 (daté de 705) ; JerH_459 (daté de 708), ainsi que dans les actes de reconnaissance de l’époque ayyoubide : CamTa_38_114/1 (daté de 511) ; CamTa_38_85 (daté de 463) et même de l’époque fatimide : CamTa_38_81 (daté de 449).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lahcen Daaif, « Introduction à la papyrologie arabe : histoire, méthode et documents »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 129 | -1, 479-490.

Référence électronique

Lahcen Daaif, « Introduction à la papyrologie arabe : histoire, méthode et documents »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 129 | 2022, mis en ligne le 10 juin 2022, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/asr/4188 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.4188

Haut de page

Auteur

Lahcen Daaif

M., Chargé de conférences, École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses, Ciham (CNRS) – université Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search