Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130Résumés des conférencesInitiation et lecture des textes ...

Résumés des conférences

Initiation et lecture des textes des temples d’époque ptolémaïque et romaine

Alain Fortier
p. 155-160

Résumé

L’objectif de cette conférence est d’appréhender la complexité de l’écriture hiéroglyphique, dite ptolémaïque », en usage dans les temples égyptiens de l’époque gréco-romaine, et de faire découvrir la richesse des textes religieux gravés sur les parois des temples ainsi que d’autres compositions hiéroglyphiques contemporaines sur différents supports (stèles, statues, etc.).

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de cette conférence est d’appréhender la complexité de l’écriture hiéroglyphique, dite ptolémaïque », en usage dans les temples égyptiens de l’époque gréco-romaine, et de faire découvrir la richesse des textes religieux gravés sur les parois des temples ainsi que d’autres compositions hiéroglyphiques contemporaines sur différents supports (stèles, statues, etc.).

I. Présentation des bases pour la lecture des textes ptolémaïques (première heure)

  • 1 Pour une présentation plus détaillée du ptolémaïque, cf. I. Guermeur, Annuaire EPHE-SR 110. Résumés (...)
  • 2 Pour plus de détails sur l’organisation du cours, cf. A. Fortier, Annuaire EPHE-SR 121. Résumés des (...)

2La présence de nouveaux étudiants et auditeurs nous a conduit à reprendre une présentation générale du « ptolémaïque »1. La conférence se divise en deux parties2. Nous avons commencé par retracer rapidement l’historique des études ptolémaïques.

  • 3 M. De Rochemonteix, É. Chassinat, F. Daumas, S. Cauville (Edfou, Dendara), (A. Gutbub, F. Labrique (...)

3De la perception de l’écriture ptolémaïque comme étant une « écriture secrète », voire « décadente » jusqu’au début du xxe siècle, avec la publication de la thèse de H. Junker,Über das Schriftsystem im Tempel der Hathor in Dendera, Berlin, 1903, qui permit de percevoir la composition de ces textes comme le résultat d’un système complexe, certes, mais sans volonté de dissimuler des connaissances. Peu après, en 1906, il publia à Leipzig sa Grammatik der Dendaratexte, qui fut pendant près d’un siècle la seule synthèse grammaticale des textes ptolémaïques. Le xxe siècle a connu de grands noms pour faire évoluer cette branche de l’égyptologie, tels que H. W. Fairman, dont les deux articles « Notes on the alphabetic signs employed in the hieroglyphic inscriptions of the temple of Edfu », ASAE 43, 1943, p. 194-310 et « An Introduction to the Study of Ptolemaic Signs and their Values », BIFAO 43, 1945, p. 51-138, mirent un terme à l’usage abusif de la cryptographie et de l’acrophonie pour expliquer l’extraordinaire multiplication de signes hiéroglyphiques en usage dans les temples ptolémaïques et romains. Les publications des inscriptions de ces temples permettent dorénavant aux égyptologues de mieux connaître la religion égyptienne3. Une série d’exercices permet de se familiariser progressivement avec la lecture du ptolémaïque.

4La première heure est consacrée aux apprentissages du ptolémaïque et de ses différents outils de travail (historique des études du ptolémaïque, éditions des principaux temples, bibliographie). La seconde heure est la partie pratique proprement dite, centrée sur des études de texte et s’adresse à un auditoire qui a déjà une certaine maîtrise de la langue. Les étudiants et auditeurs de la première heure sont également invités à suivre afin de se familiariser avec les textes et avec leurs analyses.

II. Lecture et commentaire de textes (deuxième heure)

5Nous continuons notre thème d’étude « Osiris à Thèbes durant l’époque ptolémaïque et romaine » à partir d’une sélection de textes du temple d’Opet dont le domaine est situé au sud-ouest de la grande enceinte d’Amon-Rê de Karnak, juste à côté de celui de Khonsou.

  • 4 Cl. Traunecker, « Dimensions réelles et dimensions imaginaires des dieux d’Égypte : les statues sec (...)

6Opet (ou Ipet) est une autre dénomination de la déesse Nout, la mère d’Osiris. La construction et le décor intérieur du temple sont principalement de Ptolémée VIII Évergète II, tandis que le décor extérieur est daté du règne de l’empereur Auguste. Ce temple commémore la naissance et la renaissance d’Osiris ainsi que la naissance d’Horus4.

  • 5 É. Laroze, G. Charloux, « Premiers résultats des investigations archéologiques de la mission d’étud (...)

7Paradoxalement, dans les textes et les représentations, Opet n’occupe qu’une place très limitée par rapport à ceux de son divin fils. Mais sans elle, il n’y aurait point eu d’Osiris. Le temple ptolémaïque a remplacé une construction plus ancienne, datant de Thoutmosis III, dont plusieurs blocs furent découverts lors de fouilles entreprises devant le temple actuel entre 2006 et 20085.

  • 6 S. Cauville, « Le temple d’Isis à Dendara », Bulletin de la société française d’égyptologie 123 (19 (...)

8L’architecture du temple est singulière ; elle est liée à sa fonction commémorative. Il s’agit d’une structure cubique placée sur un soubassement élevé qui évoque les briques utilisées pour constituer le siège d’accouchement des Égyptiennes. Il est à rapprocher dans sa forme et sa fonction du temple d’Isis à Dendara qui date de l’époque d’Auguste et qui relate la naissance de cette déesse6.

  • 7 Pour l’ensemble de ces textes, nous avons utilisé l’édition de C. De Wit, Les inscriptions du templ (...)

9Dans un premier temps, nous avons commencé à lire un choix de textes principalement basé sur les bandeaux de la frise de chaque pièce du temple7, en commençant nos lectures depuis la petite salle hypostyle et en avançant vers le sanctuaire.

10Nous ne rapportons ici qu’un choix de textes les plus originaux parmi ceux lus durant notre conférence. Ces textes sont de nature mythologique ou hymnique. La plupart se terminent par un appel de bienfaits en faveur du roi.

11Les deux premiers textes que nous avons retenus décrivent Osiris non pas comme le traditionnel dieu mort, mais comme un dieu de lumière, à l’instar de Rê, le dieu solaire. Ils sont gravés en deux fois, deux colonnes, au plafond de la salle hypostyle, de part et d’autre de représentations traditionnelles de vautours planants. Sur le côté sud, les deux colonnes de texte présentent un face-à-face épigraphique entre le roi illustré par sa titulature et Opet, en tant que mère d’Osiris. Tandis que nous retrouvons sur le côté nord, la même disposition avec la titulature royale faisant face aux épithètes d’Osiris.

  • 8 Le projet « Karnak » vise à développer un outil ayant pour objet l’édition et l’indexation de toute (...)

12Opet est présentée en tant que mère d’Osiris, décrit ici avec les qualificatifs d’une divinité solaire qui parcoure le ciel diurne (Opet I, p. 43-45 [sud] = KIU8 5654) :

  • 9 « Le Lumineux » ; « La Lumière », désignation d’Osiris au temple d’Opet, cf. F.‑R. Herbin, Le livre (...)
  • 10 « La maison de Geb ». Un des noms plus rares du temple d’Opet formé celui du père d’Osiris, Geb.

Opet la grande, qui a mis au monde les dieux, qui a engendré Ouny9 à l’intérieur du temple d’Opet, qui a enfanté la lumière à l’intérieur de Thèbes, le noble dieu qui se lève chaque jour, à qui chaque dieu donne louange. Que c’est beau (quand) il s’envole vers le ciel (et) qu’il entre dans l’empyrée sans être fatigué ! Le ciel est pour son ka, la terre est pour son image-sekhem. Les villes et les nomes contiennent ses images-âkhem, (de sorte qu’) il se lève sur terre dans le Per-Geb10. Puisse-t-il donner la royauté d’Atoum au fils de Rê, Ptolémée, vivant à jamais, l’aimé de Ptah, le dieu Évergète qui est sur le trône d’Horus qui préside aux vivants.

13Osiris est caractérisé au moyen d’expressions qui sont d’ordinaire celles de divinités solaires (Opet I, p. 43-45 [nord] = KIU 5653) :

Osiris-Ounnéfer, juste-de-voix, le roi des dieux, le faucon divin, qui brille au petit matin, que tous les dieux adorent lorsqu’ils le voient, le grand scarabée ailé aux ailes déployées, celui qui traverse le ciel avec le bon vent. Dieu des dieux qui donne la vie, est ton nom ! Tout dieu advient grâce à toi. Et c’est en tant que celui qui est rajeuni, prince de la fête de la pleine lune, que tu reviens ! Tu as illuminé les limites extrêmes de l’univers. Puisse-t-il donner le temps de vie de Rê [...] le dieu Évergète, sur le trône d’Horus qui préside aux vivants.

14Les deux textes suivants se trouvent dans la « salle du sud » dont la thématique est centrée sur la naissance d’Horus, le dieu fils, héritier légitime conçu post mortem grâce aux talents de magicienne de sa mère Isis. Cette salle est le pendant de la « salle du nord » dont le thème décoratif est centré sur la renaissance d’Osiris.

15Ces textes sont gravés dans le bandeau la frise, ce sont deux hymnes aux accents joyeux qui se répartissent de façon symétrique tout autour de la pièce depuis le milieu de la paroi sud jusqu’à la paroi nord.

Le premier hymne (Opet I, 146 = KIU 1992)

  • 11 Le principal temple d’Amon à Karnak.
  • 12 Le temple d’Opet.
  • 13 La ville de Memphis.
  • 14 Ce passage pose quelques difficultés de compréhension. Le ton général du texte et l’énumération des (...)

Vive la terre entière ! Venons en acclamation et réjouissance ! Embrassons la terre pour la maîtresse des Deux Terres, Isis la grande, la mère divine, l’œil de Rê, la maîtresse du ciel, la dame de tous les dieux, (lors de) la belle fête du mois ! Le ciel et la terre sont en joie, Osiris est heureux, les dieux exultent ! La jubilation et la liesse sont dans Ipèt-Sout11 ! Le château-de-l’engendrement-d’Ounennéfer,-juste-de-voix12 est en fête ! Héliopolis est en joie ! La Balance-des-Deux-Terres13 est en joie14 ! Pé et Dép sont dans l’euphorie ! Les Deux Terres sont en jubilation. Isis a enfanté son fils Horus (et) sa voix monte au ciel. Les dieux et les déesses sont venus pour la voir (Isis). Les dieux sont réunis à l’intérieur de l’horizon ; Thot et Khnoum sont à leur tête, (tandis que) Nekhbet,

  • 15 Divinité personnifiant les briques d’accouchement liées au destin.

Ouadjyt et Meskhénet15 sont en train d’accomplir leurs rites et que les Hathors assurent sa protection.

  • 16 Terme désignant le palais royal.

La joie de Rê est pour celui qui est issu de son ventre, Celui-qui-est-venu-sur-terre (Horus). Il est apparu (litt. sorti) en tant que noble enfant, en tant que faucon d’or qui s’est posé sur le sérèkh16. Il s’est uni à la couronne-atef. Il a placé la couronne-ourérét sur sa tête. Il a gouverné Pé et a établi son trône à Thèbes, la victorieuse, en tant que roi des dieux pour toujours.

Puissent-ils donner des millions de jubilés au Roi de Haute et de Basse Égypte, Héritier des dieux Épiphanes, celui que Ptah a choisi, qui accomplit la Maât de Rê, image vivante d’Amon, le dieu Évergète, comme Rê, à jamais !

Le second hymne (Opet I, p. 146 = KIU 5631)

  • 17 C’est-à-dire d’un bleu brillant comme de la faïence.

Comme ton visage est beau, (quand) tu es en paix dans ton temple, héritier excellent d’Ounen-néfer, juste-de-voix (Horus) ! Les dieux sont en fête, les pays sont réjouis, les deux montagnes sont joyeuses, les habitants de Thèbes jubilent, (alors que) le dieu des dieux (Amon) est en paix dans son palais, pareil au ciel parsemé de faïence17. Le firmament est resplendissant, les champs sont verdoyants, (car) l’inondation est venue vigoureusement et le soleil brille, sans nuages.

La souveraine des villes (Thèbes) est parfaite, les deux sanctuaires des dieux sont réunis en grandes louanges (tandis que) l’Ennéade et les ancêtres louent ta puissance. La première génération t’acclame au-delà de ta chapelle ! Que les déesses t’apaisent avec leurs colliers ! Que Rê se lève, (alors qu’) Amon est couché auprès de toi, (de sorte) que ton visage y (= la chapelle) brille, chaque jour !

Puisse-t-il annoncer ta beauté jusqu’à l’orbe du disque (solaire), puisse-t-il faire son siège entre tes sourcils, puisse-t-il lever une douce brise jusqu’à ton nez, chaque jour !

Puisses-tu voir ton temple en fête, (alors qu’) un parfum de fête est répandu dans ta ville !

Puisses-tu protéger ton fils bien aimé, le Fils de Rê, Ptolémée, vivant à jamais aimé de Ptah, le dieu Évergète, comme Rê, à jamais !

*

16Nous terminerons probablement la lecture des textes du temple d’Opet durant l’année universitaire 2022-2023.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation plus détaillée du ptolémaïque, cf. I. Guermeur, Annuaire EPHE-SR 110. Résumés des conférences et travaux de l’année 2001-2002 (2001), p. 197-204. [En ligne] URL : https://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0002_2001_num_114_110_11924 (consulté le 28 avril 2023).

2 Pour plus de détails sur l’organisation du cours, cf. A. Fortier, Annuaire EPHE-SR 121. Résumés des conférences et travaux de l’année 2012-2013 (2014), p. 109-111 ; Annuaire EPHE-SR 122. Résumés des conférences et travaux de l’année 2013-2014 (2015), p. 143.

3 M. De Rochemonteix, É. Chassinat, F. Daumas, S. Cauville (Edfou, Dendara), (A. Gutbub, F. Labrique (Kôm Ombo), S. Sauneron (Esna), H. Junker, E. Winter (Philäe) C. Zivie-Coche (Deir Chélouit), J.-C. Grenier, C. Thiers (Tôd), C. Thiers (temple de Ptah de Karnak, le reposoir de barque de Philippe Arrhidée et les inscriptions du temple d’Ermant), L. Pantalacci, C. Traunecker (El-Qalaʿa), M. Brose et R. Preys (Karnak, la porte d’Amon du IIe pylône) et C. Leitz (Athribis).

4 Cl. Traunecker, « Dimensions réelles et dimensions imaginaires des dieux d’Égypte : les statues secrètes du temple d’Opet à Karnak », Ktema 29 (2004), p. 51-65.

5 É. Laroze, G. Charloux, « Premiers résultats des investigations archéologiques de la mission d’étude du temple d’Opet à Karnak (2006-2008) », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres 152 (2008), p. 1305-1359 ; D. Valbelle, É. Laroze, « Un sanctuaire de Thoutmosis III à la déesse Ipet à Karnak », Cahiers de Karnak 13 (2010), p. 401-428.

6 S. Cauville, « Le temple d’Isis à Dendara », Bulletin de la société française d’égyptologie 123 (1992), p. 31-48 ; id., Dendara. Le temple d’Isis, Le Caire 2007 ; id., Dendara. Le temple d’Isis I-II, Louvain 2009 (OLA 178-179).

7 Pour l’ensemble de ces textes, nous avons utilisé l’édition de C. De Wit, Les inscriptions du temple d’Opet à Karnak I-III, Bruxelles, 1958, 1962 et 1968 (Bibliotheca Aegyptiaca XI, XII et XIII), et celle du Projet Karnak (CNRS-Labex ARCHIMEDE, ANR- 11-LABX-0032-01, programme « Investissement d’Avenir » – USR 3172 – CFEETK/UMR 5140, équipe ENiM) disponible en ligne, URL : http://sith.huma-num.fr/karnak/1747 (consulté le 28 avril 2023), dont les relevés après nettoyage et restauration des parois et du temple permettent d’amender la première édition.

8 Le projet « Karnak » vise à développer un outil ayant pour objet l’édition et l’indexation de toutes les sources textuelles et iconographiques issues des temples de Karnak. Le KIU est l’abréviation de « Karnak Identifiant Unique » correspond à un numéro d’identification attribué aux textes mis en ligne, URL : http://www.cfeetk.cnrs.fr/accueil/programmes-scientifiques/projet-karnak/ (consulté le 28 avril 2023).

9 « Le Lumineux » ; « La Lumière », désignation d’Osiris au temple d’Opet, cf. F.‑R. Herbin, Le livre de parcourir l’éternité Louvain 1994 (OLA 58), p. 176.

10 « La maison de Geb ». Un des noms plus rares du temple d’Opet formé celui du père d’Osiris, Geb.

11 Le principal temple d’Amon à Karnak.

12 Le temple d’Opet.

13 La ville de Memphis.

14 Ce passage pose quelques difficultés de compréhension. Le ton général du texte et l’énumération des villes heureuses de la naissance d’Horus permettent de comprendre que Memphis doit être joyeuse. Le terme utilisé pour marquer la joie est mȝʿ , « la brise, le vent » (Wb. II, 23, 15 – 24, 5).

15 Divinité personnifiant les briques d’accouchement liées au destin.

16 Terme désignant le palais royal.

17 C’est-à-dire d’un bleu brillant comme de la faïence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Fortier, « Initiation et lecture des textes des temples d’époque ptolémaïque et romaine »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 130 | 2023, 155-160.

Référence électronique

Alain Fortier, « Initiation et lecture des textes des temples d’époque ptolémaïque et romaine »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 130 | 2023, mis en ligne le 31 juillet 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/asr/4391 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.4391

Haut de page

Auteur

Alain Fortier

Chargé de conférences, M., École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses-PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search