Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130Résumés des conférencesConsecratio et la notion de sacer

Résumés des conférences

Consecratio et la notion de sacer

Yann Berthelet
p. 239-240

Résumé

Les quatre conférences que j’ai eu l’honneur de donner à Paris, en mai 2022, comme directeur d’études invité à l’EPHE par Francesca Prescendi-Morresi (Section des sciences religieuses) et Emmanuel Dupraz (Section des sciences historiques et philologiques), que je remercie vivement, portaient sur les rites romains de consecratio.

Haut de page

Texte intégral

1Les quatre conférences que j’ai eu l’honneur de donner à Paris, en mai 2022, comme directeur d’études invité à l’EPHE par Francesca Prescendi-Morresi (Section des sciences religieuses) et Emmanuel Dupraz (Section des sciences historiques et philologiques), que je remercie vivement, portaient sur les rites romains de consecratio. Toutes s’articulaient autour de la définition de la consecratio comme destinatio dis (d’après Macrobe, Saturnales, III, 7, 3 et Servius Danielis, Commentaire à l’Énéide, X, 419), définition qui constitue aussi le fil rouge de la monographie tirée des conférences, en préparation pour la collection « Bibliothèque de l’École des Hautes Études, Sciences religieuses » (EPHE/Brepols).

*

2Intitulée « Consecratio : rite de fondation ou transfert dans la propriété divine ? », la première conférence (lundi 9 mai, Campus Condorcet) avait pour but de trancher entre les deux principales interprétations modernes de la consecratio, perçue soit comme un rite de définition de l’espace visant à fonder le bien que l’on veut offrir aux dieux lors de la dedicatio, soit comme le rite de dédicace lui-même, par lequel une offrande est transférée dans le patrimoine des dieux. À la lumière d’un passage de Tacite sur la restauration du temple de la triade capitoline sous Vespasien (Histoires, IV, 53) et des lois épigraphiques de dédicace qui nous sont parvenues, je me suis efforcé de clarifier les rapports entre consecratio et dedicatio, en revenant, entre autres, sur la distinction entre « biens de fondation » et « patrimoine d’affectation », mais aussi sur la différence entre consecratio et constitutio, cette dernière étant comprise par les auteurs modernes tantôt comme la décision officielle de consacrer tantôt comme le rite officiel de fondation de l’espace qui sera ensuite consacré et/ou dédié.

*

3Intitulée « Consecrare, sacrum facere et sacrificare », la deuxième conférence (jeudi 12 mai, INHA) avait pour ambition de remettre en perspective sacrificium et consecratio, en réévaluant l’importance de la consecratio (immolatio) dans le processus sacrificiel. Après quelques réflexions sur les expressions latines de l’acte de sacrifier (sacrificare, sacrum ou sacrificium facere), je me suis interrogé sur la place de la consecratio dans les sacrifices végétaux, moins étudiée, à ce jour, que la consecratio par l’immolatio uino mola cultroque dans les sacrifices sanglants. Dans la même perspective, j’ai abordé la profanatio permettant, au terme du sacrifice, de rendre consommable par les humains la part de la victime consacrée qui leur revient dans le cadre de la commensalité sacrificielle avec les dieux, en l’articulant au dossier du sacrifice minimal que pourrait avoir représenté l’offrande modeste d’un morceau de viande ou de quelques poils lors de l’abattage des bêtes non destinées aux divinités.

*

4Intitulée « Consecratio, rites funéraires et divinisation », la troisième conférence (jeudi 19 mai, INHA) fut pour moi l’occasion d’interroger le processus de divinisation des défunts, appelé consecratio dans le cas des empereurs ou des membres de la maison impériale. L’objectif était double : montrer tous les enseignements que l’on pouvait tirer d’une comparaison approfondie de la consecratio publique des futurs diui/diuae et de la divinisation des simples défunts, qui, à l’issue des rites funéraires privés, devenaient une partie de la divinité collective et infernale des di Manes ou parentes ; réexaminer en détail l’articulation entre rites funéraires et processus de divinisation des morts, à la fois pour rendre à ce dernier toute sa dimension rituelle et pour situer le plus précisément possible la place de la consecratio des empereurs ou des membres de la domus impériale au sein de la séquence rituelle – entre les rites funéraires et l’établissement du culte des nouveaux diui/diuae.

*

5Intitulée « Consecratiosacratio et res publica : entre dualité de la cité et double vie des dieux », la quatrième conférence (lundi 23 mai, Campus Condorcet) visait à interroger à nouveaux frais l’articulation à la sphère publique de la consecratio héritée des pratiques patriciennes (assurée par un magistrat assisté d’un pontife) et de la consecratio héritée des pratiques plébéiennes (effectuée par un tribun de la plèbe), en ce compris les rites de consecratio capitis (tribunicienne, mais aussi pontificale) et les rites de deuotio (parfois interprétés en termes de consecratio), qui sont souvent rapprochés des pratiques magiques par les historiens modernes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Berthelet, « Consecratio et la notion de sacer »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 130 | 2023, 239-240.

Référence électronique

Yann Berthelet, « Consecratio et la notion de sacer »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 130 | 2023, mis en ligne le 31 juillet 2023, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/asr/4426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.4426

Haut de page

Auteur

Yann Berthelet

Directeur d’études invité, M., École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses-PSL, Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search