Navigation – Plan du site

AccueilNuméros130Résumés des conférencesProtestantismes et culture dans l...

Résumés des conférences

Protestantismes et culture dans l’Europe moderne (xviexviiie siècles)

Hubert Bost
p. 493-504

Texte intégral

Les affaires Rochette, Calas, Sirven et l’opinion publique au prisme des Toulousaines de Court de Gébelin

  • 1 Court de Gébelin, Les Toulousaines (1763). Introduction et édition critique avec un dossier de corr (...)

1La conférence a été centrée sur l’étude des Toulousaines de Court de Gébelin (1763), c’est-à-dire 1° les circonstances dans lesquelles l’ouvrage a été conçu, élaboré, réalisé et diffusé (en s’appuyant sur la critique interne du texte, mais aussi sur un corpus de 146 lettres ou extraits de lettres), et 2° son contenu. Compte tenu des limites qui lui sont imparties, le présent rapport développe surtout le premier aspect. En effet, l’édition critique des Toulousaines sous presse au moment de rendre ce rapport1 donnera sous peu accès au texte abondamment annoté.

  • 2 Voir D. Robert, « Court de Gébelin. Son cours de religion. Les débuts de son séjour en France (1763 (...)

2Court de Gébelin (1728-1784), fils du pasteur Antoine Court et pasteur lui-même après avoir étudié la théologie à l’Académie de Lausanne, enseigne différentes matières théologiques au Séminaire de Lausanne qui forme les futurs pasteurs destinés à exercer leur ministère en France2. Outre cet enseignement, il assure avec son père puis à la suite de celui-ci la correspondance avec les Églises du « Désert » et s’essaie à la controverse dans différents articles. Il apprend l’arrestation de François Rochette, pasteur dans le Montalbanais et son ancien élève, très vite après qu’elle est survenue. Il suit son procès et sa condamnation à mort à Toulouse. Il a d’abord l’intention de rendre hommage à ce « martyr pour la foi », mais il est bientôt informé de l’affaire Calas – un père condamné à mort sous prétexte qu’il aurait tué son fils, lequel aurait exprimé l’intention de se convertir au catholicisme – et rencontre Pierre-Paul Sirven venu se réfugier à Lausanne pour éviter de subir le même sort que Jean Calas. Le projet des Toulousaines naît de la concomitance des trois affaires. Il consiste en la rédaction de trente lettres dans lesquelles le scripteur raconte, à l’attention de son ami « Optime », les développements des affaires et les articule avec différentes réflexions historiques, théologiques et philosophiques.

Les Toulousaines : genèse, élaboration et rédaction

3Lorsqu’il s’attelle à la rédaction des Toulousaines, Court de Gébelin est en mesure de faire valoir sa connaissance de l’histoire des Églises protestantes de France ; son engagement en faveur des Églises du Désert et sa bonne information sur leur situation grâce à la correspondance qu’il entretient et aux témoignages des proposants du Séminaire qu’il recueille ; sa formation en théologie, à la fois biblique, historique et doctrinale, avec des compétences dans le domaine de l’apologétique et de la controverse ; et sa réflexion théorique et pratique sur la tolérance civile, nourrie des travaux de son père et de sa fréquentation des philosophes, notamment Montesquieu et Voltaire.

4De mai à décembre 1762, il travaille d’arrache-pied à rédiger une série de Lettres. Fictivement datées de Toulouse à partir du 20 septembre 1761 – quelques jours après l’arrestation de François Rochette à Caussade –, elles sont adressées au « cher Optime » : on peut supposer ce destinataire fictif habitant en Écosse en imaginant que la fausse adresse typographique « Edimbourg » (pour Lausanne) serait la sienne. Le genre épistolaire permet à Court de Gébelin de varier les matières et d’insérer des documents au fur et à mesure qu’ils lui parviennent, mais aussi de distiller progressivement les informations afin de tenir le lecteur en haleine, comme si les condamnations n’étaient pas encore tombées au moment où il commence à écrire.

5Ces trente Lettres ne sont pas datées de manière fantaisiste. Court de Gébelin s’est au contraire appliqué à les organiser selon une chronologie réaliste. Il attribue à chacune une date proche des événements qu’elle rapporte, ce qui donne à ces Lettres une dimension de journal des faits. Mais, composant avec la nécessité de traiter en bloc certains sujets qui courent sur plusieurs Lettres, il suspend à plusieurs reprises cette continuité chronologique, pour l’« histoire du fanatisme » de Toulouse (V à VIII), les attaques contre le calvinisme (X à XIII), la défense des pasteurs de France (XIV-XV) et l’interprétation de la pensée de Montesquieu (XVII à XIX).

6Les principaux événements qui scandent les Toulousaines sont les suivants :

1761

  • nuit du 13 au 14 septembre : le pasteur François Rochette est arrêté à proximité de Caussade et transféré dans la prison de la ville.
  • 15 septembre : les frères Grenier qui se rendent à Caussade pour libérer Rochette sont à leur tour capturés et emprisonnés.
  • soir du 13 octobre : à Toulouse, le cadavre de Marc-Antoine Calas est découvert rue des Filatiers.
  • matin du 14 octobre : Jean Calas, sa femme Anne-Rose Cabibel-Calas et leur fils Pierre, ainsi que Gaubert Lavaysse et la servante Jeanne Viguière sont décrétés de prise de corps et emprisonnés.
  • 18 octobre : le monitoire contre les Calas est fulminé dans toutes les paroisses de Toulouse (il le sera à nouveau le 25 octobre).

1762

  • 4 janvier 1762 : Elisabeth Sirven est retrouvée morte dans un puits à Saint-Alby.
  • 5 janvier : Paul Rabaut envoie La Calomnie confondue au procureur général Riquet de Bonrepos.
  • 19 février : exécution à Toulouse de François Rochette et des trois frères Grenier.
  • 5 mars : La Calomnie confondue est lacérée et brûlée sur ordre du Parlement.
  • 9-10 mars : jugement et exécution de Jean Calas, roué vif.
  • 18 mars : jugement du Parlement qui condamne Pierre Calas au bannissement, met hors de cour Anne-Rose Cabibel-Calas et Gaubert Lavaysse et acquitte la servante Jeanne Viguière.
  • 24 mars : jugement par contumace des Sirven.
  • début avril : Pierre-Paul Sirven arrive en Suisse.
  • 1er mai : parution du numéro du Journal encyclopédique où sont évoquées l’affaire de Caussade ainsi que la condamnation à mort de Rochette et des frères Grenier.
  • 17 mai : procession du bicentenaire du massacre de Toulouse.
  • 23 août : Délibération à Paris sur le Mémoire à consulter, et Consultation pour la dame Anne-Rose Cabibel, veuve Calas, et ses enfans (Élie de Beaumont).
  • 18 septembre : Mémoire pour dame Anne-Rose Cabibel (Mariette).
  • début décembre : Mémoire pour Donat, Pierre et Louis Calas (Loiseau de Mauléon) ;
  • 8 décembre : Nanette et Rose Calas sont libérées des couvents où elles étaient recluses.

7Court de Gébelin réunit des documents manuscrits ou imprimés en provenance de France. Il consulte aussi des ouvrages, probablement à la bibliothèque de l’Académie de théologie de Lausanne ; il recherche les références qui lui manquent auprès des libraires de Lausanne ou chez des particuliers. Il s’efforce de synthétiser, voire de comprimer les informations dont il dispose afin que ses Lettres n’atteignent pas un volume démesuré. Les quatre principaux blocs thématiques appellent des sources de natures assez différentes :

  • les affaires Rochette, Calas et Sirven elles-mêmes ;
  • le procès historique en fanatisme intenté à Toulouse ;
  • l’apologie religieuse du calvinisme et la controverse avec le catholicisme ;
  • la défense du protestantisme au plan politique et philosophique.
  • 3 Voir D. Bien, L’Affaire Calas. Hérésie, persécution, tolérance à Toulouse au xviiie siècle, Paris 1 (...)

8Pour exposer les affaires Rochette et Calas, Court de Gébelin sollicite de ses correspondants des documents manuscrits (lettres, mémoires) qui lui parviennent de Toulouse, de Montauban, parfois via le pasteur Rabaut (Nîmes) ou Charles Manoël de Végobre (Genève) ; le texte des Toulousaines porte la marque de ses efforts de documentation à la source et fournit des précisions de détail, ce qui constitue un gage de sérieux : Court de Gébelin publie les monitoires des affaires Calas et Sirven, les textes des condamnations prononcées au parlement de Toulouse, La Calomnie confondue revendiquée par Paul Rabaut mais rédigée par La Beaumelle et les Observations de l’abbé de Contezat, le récit des supplices de Rochette et des frères Grenier, puis celui de Jean Calas. Il résume les mémoires de Louis Calas, de Gaubert Lavaysse, de David et Étienne-François Lavaysse, ceux de l’avocat toulousain Théodore Sudre et les Observations du « généreux inconnu » – sous la signature de Duroux fils se cache La Beaumelle. L’ensemble de ces textes forme un véritable réquisitoire contre le fanatisme de l’actuelle Toulouse, censé justifier le flashback historique des Lettres V à VIII puisque même les textes « catholiques » – les monitoires et les Observations de Contezat – constituent d’accablantes preuves de l’iniquité qui prévaut dans la ville rose (son attention étant polarisée par les affaires, Court de Gébelin ne perçoit pas les indices de la coexistence confessionnelle qui règne dans les milieux parlementaires, à l’exemple de la tolérance dont bénéficient David Lavaysse et sa famille3). À la fin de l’ouvrage, Court de Gébelin évoque les mémoires des avocats parisiens (Mariette, Loiseau de Mauléon, Élie de Beaumont) qui ont pris le relais dans le cadre des démarches visant à faire réhabiliter Jean Calas et les textes de Voltaire rédigés dans le même but à l’été 1762, notamment l’Histoire d’Elisabeth Canning et de Jean Calas. L’affaire Sirven bénéficie d’un traitement spécifique puisque Pierre-Paul Sirven s’est réfugié à Lausanne où Court de Gébelin, qui lui a procuré un logement, peut s’entretenir avec lui et recueillir des informations à la source : ce qui explique le luxe de détails qui jalonnent la Lettre XXI, tirés du mémoire remis par le père d’Elisabeth.

9Pour le procès en fanatisme instruit contre le capitoulat et le parlement de Toulouse, la méthode est différente. Dans cette partie des Toulousaines, ce sont avant tout ses qualités d’érudit et ses efforts de compilateur que Court de Gébelin cherche à mettre en avant. Ses références bibliographiques renvoient explicitement à l’Histoire universelle de Jacques Auguste de Thou et aux Annales de la ville de Toulouse de Germain de La Faille – et, dans une moindre mesure, au Journal de Henri III de Pierre de L’Estoile et au Patriote français et impartial (2e éd. 1753) de son père. L’Histoire de l’édit de Nantes (1695) du pasteur Élie Benoist est mentionnée une fois, mais cet ouvrage – dont Antoine Court son père aurait aimé écrire la continuation – est en fait exploité silencieusement à de nombreuses reprises.

10De même, nombre d’informations et de références sont tirées de l’Histoire ecclésiastique des Églises réformées de France (1580), traditionnellement attribuée à Théodore de Bèze, ainsi que de l’Histoire du concile de Pise (1731) de Jacques Lenfant. En procédant ainsi, Court de Gébelin recherche un triple effet : la multiplication et la diversité des références donnent l’impression d’une enquête érudite, très fouillée et de première main ; l’occultation de la place considérable qu’occupent les travaux des trois pasteurs historiens de Delft, de Genève et de Berlin lui permet d’afficher une certaine neutralité confessionnelle afin de se garantir du reproche de partialité ; enfin, en passant sous silence quantité d’« emprunts », Court de Gébelin atténue ce que sa compilation pourrait avoir de fastidieux. Ainsi par exemple, pour les Lettres V et VI, puise-t-il l’essentiel de son information à deux sources qu’il n’avoue pas : l’Histoire de l’Église (1699) du pasteur Jacques Basnage et l’Histoire de France (rééd. 1761) de l’abbé Velly.

11Dans le sillage de Jacques-Auguste de Thou qui vouloit « faire voir quels avantages nous pourions tirer pour la gloire de Dieu, des livres & de l’habileté de nos adversaires, si nous voulions nous dépouiller de nos haines & de nos aversions, & nous revêtir de charité & de justice » (voir p. 197), il se présente comme un auteur désireux d’établir la vérité au point de recourir aux auteurs sans s’arrêter à leur confession, pourvu qu’ils aient écrit des ouvrages de qualité.

12Court de Gébelin s’y prend encore différemment lorsqu’il est question de défendre le calvinisme et de polémiquer avec le catholicisme. Contrairement à l’histoire, qui doit être impartiale, l’apologétique n’a pas à rester neutre. On retrouve ici La Calomnie confondue de Rabaut et La Beaumelle ainsi que les Observations de Contezat pour ce qui concerne la monstrueuse accusation de « filicide » portée contre les réformés. Afin d’anéantir le prétendu bien-fondé de cette accusation, Court de Gébelin établit un parallèle entre les commentaires du commandement « Honore ton père et ta mère » par Calvin dans l’Institution de la religion chrétienne au xvie siècle et par Mgr La Poype de Vertrieu dans les Compendiosae institutiones theologicae (1736). Rompu aux usages de la controverse – la rédaction des Toulousaines coïncide avec le début de son enseignement de cette matière au Séminaire de Lausanne –, il réplique aux Préjugés légitimes contre les calvinistes (1671) de Pierre Nicole en recourant à la Défense de la Réformation (1683) du pasteur Jean Claude. Les accusations portées ici contre Calvin taxé d’avoir eu une « âme atroce », là contre Luther qui se serait rendu coupable d’appel au meurtre, font l’objet d’une mise en contexte historique qui, à nouveau, sollicite l’Histoire du concile de Pise du pasteur Lenfant. L’Exposition de la doctrine de l’Église catholique (1671) et l’Histoire des Variations des Églises protestantes (1688) de Bossuet sont mentionnées. Le chapitre sur le caractère sublime de la religion réformée est émaillé de citations ou d’allusions bibliques, tandis que ceux consacrés à l’apologie des pasteurs du Désert puisent dans sa connaissance familière du Séminaire de Lausanne et dans les souvenirs de son père à l’époque de la conspiration d’Alberoni (p. 259-260). On y retrouve aussi quelque chose de l’idéal savant déjà rencontré, même si c’est pour regretter que la situation présente empêche ces pasteurs d’approfondir leur culture biblique, ecclésiastique ou doctrinale.

13La défense du protestantisme au plan politico-philosophique s’appuie quant à elle sur une lecture originale de passages de L’Esprit des Lois et des Lettres persanes de Montesquieu qui peuvent être interprétés comme avantageux à cette confession chrétienne par rapport au catholicisme. Il en va de même pour les articles « Genève » et « Fanatisme » de l’Encyclopédie. À l’extrait du Journal encyclopédique, qui suit la fâcheuse pente sur laquelle avait glissé Novi de Caveirac, s’opposent les textes d’auteurs protestants : La Nécessité du culte public de Boisbeleau de La Chapelle (1747), Le Patriote français et impartial (1753) de son père, L’Accord parfait (1753) du chevalier de Beaumont, L’Esprit de Jésus-Christ (1760) de La Broue – sans oublier les Lettres écrites à un protestant de France (1730) de Pierre Roques et L’Asiatique tolérant (1748) de La Beaumelle, que Court de Gébelin utilise sans les citer.

14La principale réponse des auteurs huguenots à L’Esprit des lois avait consisté à démentir l’idée selon laquelle il existerait des affinités électives entre le protestantisme et le système républicain, tandis que le catholicisme conviendrait au système monarchique, voire absolutiste : thèse dangereuse et inopportune pour des protestants légitimistes et désireux de démontrer qu’ils s’accommodent de tous les régimes et respectent les autorités politiques quelles qu’elles soient. La mémoire de ce débat, dans lequel était intervenu Antoine Court à l’époque du Patriote français et impartial, perdure dans les Toulousaines. Mais Court de Gébelin propose une interprétation inédite – probablement inspirée par Manoël de Végobre – de L’Esprit des Lois, dont il soigne les citations et le dispositif d’annotation afin de donner un tour démonstratif à son propos : il entend prouver que, tant par la comparaison des peuples du Nord et de ceux du Midi que par le recours à des exemples exotiques, Montesquieu s’est livré à une apologie du protestantisme que ses lecteurs n’ont pas su décrypter. Et que, dès les Lettres persanes, on pouvait déceler sous sa plume une critique acerbe de la politique menée en son temps par Louis XIV. En outre, deux passages de L’Esprit des Lois répliquent à la prétendue « âme atroce » de Calvin en dénonçant à mots couverts une forme catholique d’atrocité. Court de Gébelin ne prétend ni annexer Montesquieu au protestantisme, ni réduire sa pensée à cette thèse philoprotestante : il se contente de rassembler un bouquet de citations qui confortent sa lecture. La pensée du philosophe bordelais tend à conclure à la supériorité du protestantisme et à sa parfaite adéquation à l’idéal de la monarchie modérée qu’il prône.

Les Toulousaines : édition et réception

15La rédaction de son ouvrage n’est pas encore terminée que Court de Gébelin se préoccupe de le faire imprimer rapidement et discrètement, à compte d’auteur, sans passer par des libraires qui auraient demandé à voir le manuscrit achevé.

16Il s’accorde avec l’imprimeur lausannois Abraham-Louis Tarin. Dès le milieu du mois d’octobre, il se met en quête de papier. Il est si pressé qu’il envisage de publier son ouvrage en deux tomes, dont il pourrait tout de suite mettre le premier sous presse. Deux semaines plus tard, il est revenu au volume unique et croit voir le bout de l’entreprise. Tarin commence à faire composer les premières Lettres tandis que l’auteur se hâte de rédiger les dernières.

17Fin novembre, Court de Gébelin communique à Paul Rabaut un plan des Toulousaines en vingt-cinq Lettres, dont les vingt premières sont prêtes. Mais une dizaine de jours plus tard, il doit procéder à quelques ajustements et surtout à des ajouts en raison de l’arrivée de nouveaux mémoires qu’Étienne Chiron lui a transmis. Ces remaniements entraînent une augmentation du nombre des Lettres, qui passe à trente.

18Le 17 décembre, alors qu’il espère en avoir terminé dans trois jours, Court de Gébelin confie à Sirven les neuf premières feuilles (autrement dit les cahiers A à I, soit le tiers du volume de l’édition définitive) des Toulousaines à l’attention de Manoël de Végobre ; conscient que certains passages sont susceptibles d’irriter les autorités françaises, il projette de mettre en route une seconde édition, parallèlement à la première, en quelque sorte expurgée et raccourcie : des exemplaires de cette seconde édition pourraient en être envoyés à des personnalités telles que les premiers présidents des parlements de Paris, Toulouse et Rouen, les ducs de Fitz-James et de Choiseul, Malesherbes ou la marquise de Pompadour. Le point final est mis le 23 décembre, mais il reste encore à peaufiner le texte et la tâche n’est guère aisée : concernant les passages relatifs au « fanatisme de Toulouse » notamment, Court de Gébelin s’était déjà efforcé de résumer à l’extrême les longs récits des historiens du temps.

19Dès le 2 janvier, Court de Gébelin envoie à Manoël de Végobre par coche la fin des Toulousaines, où il a tenu compte des corrections suggérées par son correspondant genevois – excepté lorsque c’était trop tard : un errata est inséré dans la première édition, qui disparaîtra dans la deuxième. Début 1763, la rédaction est effectivement achevée, et l’impression des derniers cahiers menée tambour battant. Or, s’il n’a pas travaillé en catimini, Court de Gébelin n’a pas non plus demandé l’avis ou l’aval formel des comités de Genève et de Lausanne. Sur les bords du Léman, les seuls correspondants avec lesquels il a échangé sont genevois – mais non membres du comité : Étienne Chiron sporadiquement, et Charles de Manoël de Végobre très régulièrement. L’avocat, qui a gardé des contacts avec les protestants français et en particulier en Cévennes, a toujours paru convaincu de l’utilité d’un tel ouvrage. Même s’il n’en a pas reçu mandat formel, Court de Gébelin est persuadé depuis le début que son projet répond aux attentes des Églises du Désert et du Refuge, et il estime avoir tenu au courant les représentants des comités ; mais a-t-il prêté suffisamment attention aux réticences dont lui faisaient part certains de ses interlocuteurs ? Fin novembre, il a compris que le chapelain de l’ambassade de Hollande à Paris ainsi que des professeurs de théologie de Lausanne et de Genève exprimaient des réserves. À la veille de boucler son manuscrit, il apprend qu’on lui conteste la pertinence d’un terme théologique : dans l’exposition de la foi réformée, il parle de Jésus-Christ comme du « divin rédempteur » que « Dieu a engendré » (Lettre XX, p. 321), expressions qui ont soulevé des objections. Une semaine plus tard, il tombe des nues en découvrant les griefs qu’on lui fait à Genève où son ouvrage commence à faire parler de lui : l’auteur des Toulousaines avance, dit-on, des considérations qui font courir des risques aux protestants de France, tant lorsqu’il se hasarde à annoncer des « présages d’une prochaine tolérance en faveur des réformés » en France (Lettre XVI) que quand il se porte garant du loyalisme monarchique de ses coreligionnaires (Lettre XX). Sur ces deux points délicats, Court de Gébelin tente d’abord de se justifier : il n’a pas cru devoir résister aux instances de ceux qui le pressaient de les aborder, à commencer par Paul Rabaut. Du reste, il n’a pas eu le temps de consulter car les consistoires de Hollande et les Églises de France lui enjoignaient de publier dans les meilleurs délais. Mais il s’en voudrait de nuire à ses coreligionnaires : il est prêt à manifester « toute la docilité & le desinteressement possibles, ne cherchant qu’à etre utile » ; mais voilà qu’il hésite, proposant d’abord de faire des cartons, puis de « suprimer l’ouvrage entier », malgré les 580 livres qu’il a dépensées ; il se ravise alors et cherche à sauver sa première édition en la distribuant dans les pays ou les régions où le protestantisme est en faveur : on réserverait la seconde, raccourcie et radoucie, à Paris et aux autorités politiques. Ultime concession, les Toulousaines pourraient être distribuées sans l’approbation des Églises, comme « l’ouvrage d’un individu que le parti desavoueroit ». Cette palinodie exprime bien l’inquiétude et l’amertume qu’éprouve Court de Gébelin : il se retrouve avec sur les bras les mille exemplaires de sa première édition, avec 580 livres de frais, et dans une situation du dernier inconfort.

20Tout en protestant de sa bonne volonté et de sa souplesse, Court de Gébelin conteste le bien-fondé des critiques qu’on lui adresse. À ses yeux, l’extrême prudence des comités est un mauvais calcul, et il faudrait faire montre d’un peu d’audace si l’on veut voir évoluer la situation.

21La première édition des Toulousaines est encore sous presse que Court de Gébelin a entrepris de travailler à la seconde. Il opère les changements envisagés, à l’exception des « extraits de Mr de Montesquieu » qu’il ne peut réduire car les citations de L’Esprit des lois sont nécessaires à sa démonstration ; il retranche certains développements sur le Moyen Âge, l’histoire de Toulouse et l’Inquisition de même que les considérations politico-religieuses qui ont été jugées scabreuses et allège quelques passages, gagnant ainsi 14 pages. Il tempère ou retire aussi différentes réflexions polémiques ou militantes. L’examen comparé des deux éditions permet de constater que certaines Lettres ont été profondément remaniées ou juste retouchées, tandis qu’une dizaine d’entre elles sont restées quasiment identiques. L’ouvrage a été entièrement recomposé par Tarin, comme le montrent la différence des ornements typographiques et des signatures ainsi que l’intégration des corrections de l’errata.

22Pourtant, « tout va de travers », comme l’écrit Court de Gébelin à Manoël de Végobre le 24 janvier 1763. Il n’est pas satisfait du dédommagement qu’on lui a proposé pour renoncer à sa première édition et se cabre lorsqu’on suggère de lui adjoindre un collaborateur pour la révision en vue de la deuxième. C’est Jean-Antoine-Noé Polier de Bottens, pasteur de Lausanne et président du Séminaire français, qui livre l’explication du contentieux qui couve. La lettre qu’il adresse le 11 février 1763 à son collègue de La Haye Jean Royer montre que la conjugaison de plusieurs facteurs a envenimé la situation.

23À en croire Polier de Bottens, Court de Gébelin aurait d’abord semblé accepter la proposition de dédommagement des frais qu’il avait engagés, avant de la rejeter ; le comité de Lausanne a la désagréable impression d’être mis devant le fait accompli – d’autant qu’il a été informé du projet des Toulousaines après celui de Genève ; ce comité de Genève a émis un avis défavorable à la parution du livre, qu’il considère comme un ouvrage brouillon et insuffisamment mûri, risquant de desservir la cause qu’il prétend défendre. Lors d’une réunion de celui de Lausanne le 30 janvier, force est de constater le blocage de la situation. Court de Gébelin s’estime moralement engagé auprès des Églises du Désert. Début février, il se rend à Genève pour plaider sa cause, sans faire preuve de toute la diplomatie nécessaire, ce qui lui attire le désaveu d’Étienne Chiron : on reproche à l’auteur de s’être précipité pour publier son ouvrage et de faire courir des risques aux Églises du Désert, mais aussi de manquer d’égards vis-à-vis des comités dont il ne comprend pas la position attentiste – sans compter le risque d’indisposer Voltaire. De son côté, convaincu que des exemplaires de sa première édition circulent à Genève, l’auteur des Toulousaines considère qu’il ne lui reste d’autre parti que de publier la seconde.

  • 4 Corpus des notes marginales de Voltaire : OCV 137B, n° 426.

24À partir de mi-mars 1763, l’opposition de Voltaire s’ajoute au désaveu des comités. Le patriarche de Ferney a pris connaissance de ce « sot livre sur les Calas où il y a choses curieuses », comme il annote son exemplaire des Toulousaines4. Il s’inquiète de l’amalgame entre l’affaire Calas, dont il faut obtenir qu’elle soit rejugée, et l’affaire Sirven, qui n’a encore été jugée que par contumace. Le pasteur Moultou est invité à convaincre Court de Gébelin de retarder la diffusion de son ouvrage. Or Court de Gébelin a beau couvrir Voltaire d’éloges, leurs stratégies divergent irrémédiablement. Pour le premier, qui connaît et soutient Sirven, il faut utiliser l’émotion suscitée par les procès Rochette et Calas pour peser sur l’issue de ce troisième procès. Du reste, la réunion des trois affaires toulousaines à laquelle il procède se retrouve dans les correspondances de ses coreligionnaires : pour eux comme pour lui, les traiter ensemble relève presque de l’évidence. Aussi la suggestion qu’on lui fait de supprimer sa première édition et d’en préparer une seconde dont la parution serait différée de deux ou trois ans est-elle en totale contradiction avec l’idée même des Toulousaines et avec sa volonté de battre le fer tant qu’il est chaud.

25Voltaire est d’un tout autre avis. Depuis que, en juin 1762, il s’est engagé en rédigeant des pièces au nom de la veuve Calas, de Donat et de Pierre, il considère qu’il détient l’exclusivité du traitement de cette affaire et estime au contraire crucial de dissocier les affaires Calas et Sirven : il donne en ce sens ses consignes aux avocats parisiens pour organiser la demande de réhabilitation de Jean Calas, et entreprend de rédiger un Traité sur la tolérance qui ne saurait souffrir, le moment venu, de partager l’étal des libraires avec les Toulousaines.

26L’opposition de Voltaire s’explique parce qu’il n’a guère l’intention de se faire le porte-parole de protestants persécutés en tant que tels, mais surtout parce qu’il estime dangereux de mêler une affaire en cours au procès déjà jugé dont il cherchait à obtenir la révision : on doit patienter jusqu’à la résolution de l’affaire Calas pour défendre Sirven. Quelques semaines plus tard, sensible à la « docilité » de Court de Gébelin qui a accepté de retarder la diffusion des Toulousaines, il apaisera son inquiétude : pour diffuser l’ouvrage, il faut juste attendre que le parlement de Toulouse ait envoyé à Versailles « ses procédures et ses motifs ».

27Mi-mars, la cause est entendue : la mort dans l’âme, Court de Gébelin renonce à distribuer ses Toulousaines, du moins dans l’immédiat, et s’efforce de récupérer les exemplaires de la première édition qui avaient été inconsidérément répandus. Le 21 mars, le Conseil de Genève porte le coup de grâce en interdisant la vente de cet ouvrage jugé injurieux envers le parlement de Toulouse et susceptible de nuire aux protestants de France. Mais plus encore que cette interdiction, ce sont les commentaires désobligeants qui affectent Court de Gébelin, tant au sujet de la qualité de son travail et de son style que relativement aux idées qu’il a défendues. S’il se console un peu lorsqu’on lui écrit de Berne ou lorsque Voltaire le ménage, il exhale son amertume et confie à Manoël de Végobre son intention de quitter Lausanne, décision qu’il mettra bientôt à exécution.

28La ligne préconisée par Voltaire s’impose donc. Le patriarche de Ferney redit à Jacob Vernes et à Philippe Debrus sa conviction qu’il fallait suspendre l’introduction du livre en France jusqu’à ce qu’un arrêt condamne entièrement celui du parlement de Toulouse à propos de la condamnation de Jean Calas. S’adressant à Debrus par lequel a dû transiter une lettre de Court de Gébelin qui lui était destinée et qui l’a rendu « sensible à son chagrin », il admet volontiers que celui-ci « n’a certainement écrit qu’avec les meilleures intentions du monde ». Avec Vernes il est plus tranchant, considérant que « les ouvrages qu’on peut écrire sur cette matière délicate ne peuvent être confiés qu’à des personnes sûres, et qui sont en état de servir » : là réside, à ses yeux, toute la différence entre l’auteur des Toulousaines et celui du Traité sur la tolérance.

29Depuis plusieurs mois, Court de Gébelin nourrissait l’espoir d’assister au synode national et d’accomplir une tournée des provinces protestantes du Midi de la France suivie d’un voyage à Paris. Le 23 mars – l’interdiction genevoise est tombée deux jours auparavant –, il quitte effectivement Lausanne. Il rallie le Languedoc pour assister à ce synode dont il espère obtenir une reconnaissance officielle, un mandat de député général des Églises – ou à tout le moins celle de « représentant » des Églises qu’avait son père à Lausanne – et une fonction de rédacteur d’une gazette protestante. Son voyage le conduit à Nîmes, mais, la tenue du synode ayant été différée, il visite les Cévennes et le Vivarais avant de remonter le Rhône jusqu’à Lyon. Après le synode qui, assemblé du 1er au 10 juin, ne prend pas les décisions attendues – Court de Gébelin n’est pas nommé député des Églises, mais seulement chargé de leur correspondance –, il entreprend sa tournée dans le Midi et le Sud-Ouest avant de rallier Paris dans les premiers jours d’octobre.

30Voltaire s’étant entre-temps rassuré au sujet des risques que la diffusion des Toulousaines ferait courir à l’issue favorable de l’affaire Calas, l’ouvrage paraît avoir été peu à peu distribué : mais il n’aura jamais l’écho que son auteur aurait souhaité pour lui.

31En prenant congé de Lausanne, Court de Gébelin semble avoir laissé entendre qu’il y reviendrait avant la mauvaise saison. Pourtant, il avait quitté les rives du Léman en froid avec les comités et, s’il avait été nommé député des Églises il se serait forcément installé à Paris : de fait, c’est bien dans la capitale que se déroulera le reste de sa carrière. Il y consacre d’abord tout son temps à la défense de ses coreligionnaires. Par la suite, il accède à la notoriété comme auteur du Monde primitif, paru en 9 volumes de 1773 à 1782.

  • 5 Court de Gébelin à Manoël de Végobre, 20 nov. 1781 : Bibliothèque de Genève, Coll. Court 2, f° 391.

32On ne saurait trouver d’épilogue ailleurs que dans l’accueil que la Loge des Neuf Sœurs, dont Court de Gébelin était secrétaire, réserva à Voltaire revenu à Paris quelques semaines avant sa mort. Pour préparer la cérémonie, Voltaire reçut une députation de la Loge dont Court de Gébelin faisait partie : ayant entendu ce nom qui lui remettait en mémoire les affaires Calas et Sirven, Voltaire demanda à voir Court de Gébelin auprès duquel il « se glorifia de tout ce qu’il avait fait en faveur des protestans5 ». Initié le 7 avril 1778, Voltaire entra dans la salle, appuyé sur Benjamin Franklin et Court de Gébelin. Au cours de la séance, Court de Gébelin présenta un nouveau volume de son Monde primitif et y lut la partie consacrée aux mystères d’Eleusis.

33L’entreprise éditoriale des Toulousaines fut donc un fiasco. Son élaboration hâtive – malgré le sérieux mis par Court de Gébelin à recueillir des témoignages avérés et à compiler des travaux historiques de référence – et ses ajustements successifs, voire le manque d’expérience littéraire de l’auteur, auraient-ils été fatals à l’ouvrage ? C’est possible, mais on peut a contrario avancer qu’un texte bigarré, mêlant l’histoire et la philosophie, l’apologétique et l’actualité, sollicitant la raison et l’humanité du lectorat, convenait à l’air du temps et aurait pu trouver son public. L’opposition des comités suisses, puis les démarches de Voltaire, ont eu raison de lui. L’histoire des Toulousaines étant aussi celle de son destin contrarié, elle exige de prendre en compte tout le processus qui va de sa genèse à sa réception en passant par la rédaction : c’est le sens du dossier des correspondances qui ont été étudiées. Il convenait de considérer les passages pertinents des lettres connues de la correspondance active ou passive de Court de Gébelin durant la période considérée, mais aussi un certain nombre de lettres ou d’extraits de lettres de tiers – surtout pasteurs ou écrivains – qui se sont préoccupés des affaires Rochette, Calas et Sirven. Sans reproduire tout ce que Voltaire a écrit dès qu’il s’est engagé dans le combat pour la réhabilitation de la mémoire de Jean Calas, ont été pris en compte les extraits de sa correspondance susceptibles d’éclairer l’histoire des Toulousaines. Beaucoup de ces lettres sont souvent citées et certaines parfois éditées, mais leur réunion en corpus permet de prendre la mesure de l’action épistolaire menée par les protagonistes, notamment Court de Gébelin et ses correspondants, depuis le moment où l’affaire Rochette a éclaté jusqu’au début 1763.

  • 6 Voir le dossier thématique « Protestants, protestantisme et pensée clandestine » établi par Geneviè (...)
  • 7 Cette réévaluation s’est traduite au cours des vingt dernières années par la publication ou la rééd (...)

34L’étude du contexte dans lequel a mûri et éclos le projet des Toulousaines avant de se flétrir a permis d’éclairer celle du texte même de l’ouvrage. Bien que les Toulousaines n’aient jamais été republiées depuis 1763, elles méritent mieux que l’oubli dont elles sont recouvertes : les thèses que défend Court de Gébelin et les différents registres de son argumentation, son regard rétrospectif sur l’histoire des dissidences religieuses et de leur répression, le dialogue qu’il s’efforce d’établir avec les courants philosophiques et juridiques du temps, son rapport à l’actualité et l’autocompréhension du protestantisme qu’il propose, sont de précieux éléments d’information pour l’historien – sans oublier les renseignements de première main recueillis sur les trois « affaires » toulousaines. À cet égard, il convient de ne pas s’en tenir à l’histoire d’un échec éditorial : les Toulousaines appartiennent à la littérature clandestine huguenote du xviiie siècle6, vouée presque par nature à subir les aléas de censures de toutes sortes – y compris protestantes en l’occurrence –, et méritent une attention d’autant plus soutenue qu’elles font partie du petit nombre de textes militant pour la tolérance civile qui furent publiés durant cette période. Cette réédition s’inscrit dans un courant historiographique de réévaluation de la contribution des auteurs protestants aux Lumières7.

Haut de page

Notes

1 Court de Gébelin, Les Toulousaines (1763). Introduction et édition critique avec un dossier de correspondances relatives à la genèse, à l’élaboration et à la réception de l’ouvrage, par Hubert Bost, Paris 2023, 663 p.

2 Voir D. Robert, « Court de Gébelin. Son cours de religion. Les débuts de son séjour en France (1763-1767) », Annuaire de l’EPHE, Sciences religieuses 78 (1970-1971), p. 31-63.

3 Voir D. Bien, L’Affaire Calas. Hérésie, persécution, tolérance à Toulouse au xviiie siècle, Paris 1987, p. 31-39.

4 Corpus des notes marginales de Voltaire : OCV 137B, n° 426.

5 Court de Gébelin à Manoël de Végobre, 20 nov. 1781 : Bibliothèque de Genève, Coll. Court 2, f° 391.

6 Voir le dossier thématique « Protestants, protestantisme et pensée clandestine » établi par Geneviève Artigas-Menant et Antony McKenna, avec la collaboration de Maria-Susanna Seguin, dans La lettre clandestine 13 (2004).

7 Cette réévaluation s’est traduite au cours des vingt dernières années par la publication ou la réédition de textes qui méritent d’être connus et pris en considération : Le Patriote français et impartial d’Antoine Court (1753), réédité en 2002 par Otto H. Selles, les deux « traités sur la tolérance » de La Beaumelle (L’Asiatique tolérant de 1748 et la Requête des protestants français au roi de 1763), réédités par mes soins en 2012, et le Vieux Cévenol (édition de 1788) de Rabaut Saint-Étienne procurée par Céline Borello en 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Bost, « Protestantismes et culture dans l’Europe moderne (xviexviiie siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 130 | 2023, 493-504.

Référence électronique

Hubert Bost, « Protestantismes et culture dans l’Europe moderne (xviexviiie siècles) »Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 130 | 2023, mis en ligne le 31 juillet 2023, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/asr/4588 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.4588

Haut de page

Auteur

Hubert Bost

Directeur d’études, M., École pratique des hautes études – Section des sciences religieuses-PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search