Navigation – Plan du site

AccueilNuméros117Ethnologie religieuseLes manuscrits pictographiques me...

EPHE
Ethnologie religieuse
Les religions de l’Amérique précolombienne

Les manuscrits pictographiques mexicains à contenu religieux

Conférence de Anne-Marie Vié-Wohrer
p. 15-16

Résumé

Le programme de conférences a porté sur des documents datant, pour la plupart, de l’époque précolombienne (ceux de l’aire maya en ont été exclus). Les cours ont été accompagnés de projections d’images en provenance des fac-similés et de commentaires qui ont trait à deux thématiques principales : celle de la représentation scripturale (système d’écriture) et celle du contenu religieux. Il est fait état des références aux sources en caractères latins du xvie siècle relatives à la religion des anciens mexicains. Des photocopies ont été distribuées à chaque cours : bibliographie spécialisée, cartes géographiques, illustrations en provenance des manuscrits.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le premier cours, le 24 novembre 2008, il a été présenté un résumé des témoignages sur la présence et l’importance de l’écrit au xvie siècle en Mésoamérique, unique aire culturelle du Nouveau Monde en possession d’un système d’écriture. Des exemples de proto-écriture (quipus et tocapus) des hautes cultures andines précolombiennes, ainsi que des graphies sur peaux de bisons de l’Amérique du Nord, ont été évoqués. Le système mésoaméricain d’écriture a été expliqué, avec son origine historique et mythique, son appartenance au groupe des écritures pictographiques (Égypte, Sumer, Chine). L’histoire de sa découverte par les Espagnols et la politique que ceux-ci adoptèrent envers l’écrit indigène ont été présentées (autodafés, puis renaissance).

2Les manuscrits du Groupe Borgia ont fait l’objet du deuxième cours. Comptant parmi les plus beaux, ils contiennent la quintessence de la religion mésoaméricaine, exprimée en particulier sous forme de calendriers divinatoires très complexes et d’exemples de rituels à exécuter. Quelques pages du Codex Borgia, celui qui a donné son nom au groupe, ont été, en priorité, commentées. Les forme, matière, origine géographique, contenu thématique et usage de ces manuscrits ont été présentés, ainsi qu’une courte histoire de leur déchiffrement.

3Deux manuscrits mexicas, le Codex Borbonicus et le Tonalamatl Aubin ont fait l’objet du troisième cours. Tous deux sont des calendriers. Le premier, considéré comme précolombien par la plupart des chercheurs, contient un calendrier divinatoire, ainsi qu’un calendrier solaire de dix-huit mois où sont représentées les fêtes mensuelles qui avaient lieu. Le second manuscrit, colonial, ne contient qu’un calendrier divinatoire. Il fut fait état de leurs différences.

4Les manuscrits mixtèques étudiés dans le quatrième cours proviennent de la région de la Mixteca, aire du centre-sud du Mexique, divisée en trois régions qui occupent le nord et l’ouest de l’État d’Oaxaca ainsi que le sud-ouest de l’État de Guerrero. La séance a été divisée en deux parties. Au cours de la première, donnée par la chargée de conférence, l’accent a été mis sur la variété des documents, leur contenu thématique historico-religieux, leur forme, leur style, l’histoire de leur déchiffrement. Dans deux des manuscrits, il a été procédé à la description de scènes de création du monde, des hommes et des dieux ainsi qu’à celle de certains rituels. Au cours de la seconde partie, Martine Simonin a présenté le Manuscrit Aubin no 20, calendrier divinatoire et représentation de l’univers.

5Les manuscrits cuicatèques firent l’objet du cinquième cours. Ils proviennent de la partie orientale de l’état d’Oaxaca, région où surgissent vers 200-300 avant notre ère plusieurs petits royaumes plus ou moins dépendants de leurs voisins mixtèques. Au xve siècle, ils seront rattachés à l’empire aztèque. Deux manuscrits ont été présentés : leur style, leur contenu thématique historico-religieux, où s’expriment, en particulier, des rituels sacrificiels importants exercés sur des personnages historiques.

6Le sixième cours, donné en deux parties, a été consacré à l’architecture mexica. La première partie fut donnée par Maëlle Sergheraert, qui exposa, à partir de son expérience de terrain dans différents sites archéologiques dispersés sur le territoire de l’empire aztèque, les éléments décoratifs susceptibles de donner une identité mexica aux édifices civils et religieux. Au cours de la deuxième partie, la chargée de conférence exposa les paramètres du dessin d’architecture dans les manuscrits pictographiques mexica. Elle analysa en particulier la perspective employée par les dessinateurs indiens dans les représentations de bâtiments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Vié-Wohrer, « Les manuscrits pictographiques mexicains à contenu religieux », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 117 | 2010, 15-16.

Référence électronique

Anne-Marie Vié-Wohrer, « Les manuscrits pictographiques mexicains à contenu religieux », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 117 | 2010, mis en ligne le 04 janvier 2011, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/asr/763 ; DOI : https://doi.org/10.4000/asr.763

Haut de page

Auteur

Mme Anne-Marie Vié-Wohrer

Chargée de conférences

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search