Navigation – Plan du site
EPHE
Vie de la Section en 2008-2009

Jean Yoyotte (1927-2009)

par Christiane Zivie-Coche
p. xxi-xxvii

Entrées d’index

Thèmes :

Nécrologies

Subjects :

Obituary
Haut de page

Texte intégral

1Jean Yoyotte a disparu au seuil de l’été, le 1er juillet 2009, peu avant son 82e anniversaire. Nous le savions fatigué et affaibli, depuis un certain temps déjà ; nous le voyions diminué physiquement, mais l’esprit toujours alerte, et nul ne s’attendait à une fin si rapide.

2Né en 1927 à Lyon, il aura été tout le long de son existence, et comme il aimait à le dire, un enfant du Ve arrondissement parisien, où il a vécu, enseigné, travaillé, même si le centre de recherches d’égyptologie de l’EPHE, dont il a fait le rayonnement, l’obligeait à traverser la Seine jusqu’à la lointaine place d’Iéna. Quant à l’Égypte, c’est tout autre chose ; il y passa ses années de « pensionnaire » à l’Institut français d’archéologie orientale du Caire, et y connut ensuite le rude climat du site de Tanis, aux marges du delta du Nil. Un profond attachement le liait à ce pays, en dépit des vicissitudes qu’il a pu y rencontrer dans la marche de son travail.

3C’est très tôt qu’il découvrit l’Égypte, dès la classe de sixième qu’il effectua, comme toute sa scolarité, au lycée Henri IV. Mais ce ne fut pas un engouement sans lendemain. À cette période également, il noua une amitié indéfectible avec Serge Sauneron, son compagnon de classe ; amitié, complicité, qui ne furent brisées que par la mort accidentelle de son ami, alors directeur de l’IFAO, en 1976 ; une perte qu’il ressentit cruellement. C’est avec lui encore, quand ils occupèrent des postes de responsabilité, que, soucieux de l’avenir de l’égyptologie et des futurs égyptologues, il essayait de planifier les possibilités de trouver des débouchés pour les jeunes postulants.

4À l’âge de quatorze ans, il suivait déjà les cours d’épigraphie égyptienne à l’École du Louvre, grâce à une dérogation en raison de son jeune âge. Un peu plus tard, ceux de l’EPHE, où enseignaient alors, à la Section des Sciences philologiques et historiques, Gustave Lefebvre, puis Jacques Jean Clère, et Georges Posener, spécialistes de grammaire et de philologie, d’épigraphie et d’histoire, qui lui transmirent les seuls principes sur lesquels peut se fonder une recherche digne de ce nom : le retour permanent aux sources, leur lecture et leur analyse critiques, les rapprochements éclairants susceptibles de naître de la confrontation de multiples documents. Ce sont ces leçons qui l’ont marqué et formé avec le souci de chercher le détail modeste, en apparence peut-être insignifiant, mais finalement significatif. Il eut un autre maître qui professait au Collège de France, Pierre Montet ; celui-ci venait de découvrir les tombes royales, inviolées, de Tanis, capitale des XXIe et XXIIe dynasties, au début du premier millénaire avant notre ère. Cette rencontre aussi fut décisive dans sa formation, aiguisant son goût de la géographie religieuse, de l’Égypte tardive, encore tellement négligée et méprisée à cette époque, domaines dans lesquels il donnera le meilleur de lui-même. Très vite, il fut amené à participer aux travaux relatifs à Tanis, avec la publication de ses premiers articles sur les obélisques et les stèles ramessides, transportés sur ce site au cours de son histoire. Après un cursus universitaire classique, il entra fort jeune, en 1948, au CNRS, comme chercheur.

5Nommé pensionnaire de l’IFAO en 1953, il restera en Égypte jusqu’en 1956, année de l’affaire de Suez, qui conduisit à l’expulsion de tous les Français et de ressortissants d’autres nationalités. Il travailla à Deir el-Medina, la nécropole des ouvriers artistes chargés des tombes royales. Le site, exploité depuis de nombreuses années déjà par l’Institut français, demeurait une mine inépuisable de documents de tous ordres. Mais c’est sans doute, bien davantage, la connaissance de visu du delta du Nil qui forgea pour le reste de sa vie son goût pour les sites du nord de l’Égypte, longtemps si mal aimés de la majorité des égyptologues. C’est à cette époque qu’il fit avec d’autres jeunes savants, fidèles amis aussi tout au long des années, Serge Sauneron, Bernard Bothmer et quelques autres, des virées dans les tells perdus du delta. Et il faut imaginer que la moindre ballade prenait vite l’allure d’une expédition sur des routes, ou plutôt des pistes, chaotiques, dans des voitures un peu brinquebalantes. Jean Yoyotte en fit le récit dans l’article tiré d’une conférence prononcée à la Société française d’égyptologie, au titre évocateur, « Promenade à travers les sites anciens du Delta » (Bulletin de la Société française d’égyptologie, 1958), tout en mettant en exergue l’importance cruciale de cette région.

6Retour en France, et retour au CNRS ; des années marquées par une production abondante, nettement orientée vers l’époque tardive, la géographie et la toponymie religieuses. Années où s’ouvre aussi son champ de recherche et d’intérêt vers des domaines voisins, avec son concours actif aux réunions du Groupe linguistique d’études chamito-sémitiques rassemblé autour de Marcel Cohen. C’est également le temps où il s’implique dans des œuvres collectives destinées à un public cultivé, mais non professionnel. En s’associant au Dictionnaire de la civilisation égyptienne (1959) avec Serge Sauneron, sous la direction de Georges Posener, il a pris part à un volume accessible, mais de grande tenue scientifique, qui n’a cessé d’être réédité au fil des décennies. S’il assure le secrétariat de la collection Sources orientales de 1958 à 1966 et noue des liens avec de nombreux collègues de disciplines proches ou plus lointaines, il est aussi, dans cette série, l’auteur, seul ou en collaboration, de contributions qui feront date et sont toujours citées comme articles de référence : « La naissance du monde selon l’Égypte ancienne » (avec S. Sauneron), « Les pèlerinages dans l’Égypte ancienne », « Les jugement des morts dans l’Égypte ancienne » (Sources orientales I, III et IV, 1959-1961). De même, sa participation à l’Encyclopédie de la Pléiade, dans les volumes I de l’Histoire Universelle et de l’Histoire de l’Art en 1959 et 1961, amène des réflexions nouvelles dans l’un et l’autre domaine. C’est plus tard, en 1969, qu’il rédigera l’article « La pensée préphilosophique en Égypte » pour l’Histoire de la philosophie de la même collection. Ce goût de la diffusion de haut niveau ne le quittera jamais, comme en témoignent ultérieurement Les Pharaons (1988, avec P. Vernus) et Bestiaire des pharaons (2005, avec P. Vernus).

7En 1964, il est élu directeur d’études à la chaire « Religion de l’Égypte ancienne », Section des sciences religieuses, à la mort de Jean Sainte-Fare Garnot. Il assumera cette charge jusqu’en 1991, pendant près de trente ans, attirant les étudiants désireux de se spécialiser en égyptologie et aussi un nombre de plus en plus important d’amateurs sérieux dont certains entreprirent, auprès de lui et grâce à lui, des recherches de grande qualité. En 1992, sa notoriété intellectuelle le fait accéder à la chaire d’égyptologie du Collège de France où il enseignera jusqu’en 1997, dans la lignée de ses recherches menées aux Hautes Études, comme il l’annonçait dans sa brillante et limpide leçon inaugurale.

8C’est au sein de l’EPHE, sa « mère » écrivit-il, qu’il donna, incontestablement, sur la longue durée, toute la mesure de son talent, de son savoir immense, de son rayonnement, de ses qualités de communication. C’est là aussi que, dans une atmosphère de grande liberté, il fut le plus heureux, se vouant à ce qui fut la cause de sa vie, la connaissance intime de l’Égypte. Aucun de ceux qui ont suivi ses cours n’ont oublié combien il était parfois ardu, et pourtant enthousiasmant de les suivre, quand on était encore néophyte, alors qu’il ne se laissait jamais aller à la simplification facile. Mais on en ressortait avec le sentiment d’être mieux armé pour aborder un sujet égyptologique, et de mieux comprendre et mesurer la patiente démarche qu’il faudrait, à son tour, tenter de conduire. Ce n’est pas seulement dans ses séminaires, au demeurant, qu’il partageait son savoir, et nul n’a oublié non plus, parmi ceux dont il dirigeait ou supervisait les travaux, les longues heures de discussions passées dans les cafés du voisinage de la Sorbonne, tout particulièrement le café-tabac de la place Marcelin Berthelot, ou les samedis après-midi au Centre Golenischeff, alors installé dans l’annexe du Musée Guimet. Ayant acquis une immense érudition, une connaissance des textes imparable, et gratifié d’une étonnante mémoire, il pouvait aisément élaborer des rapprochements originaux et fructueux dont il faisait bénéficier ses auditeurs. De la même façon, ayant accumulé une documentation considérable, notes bibliographiques, copies de documents inédits, il n’était jamais réticent pour la mettre à disposition de ses étudiants. Aussi n’est-il pas d’égyptologue des générations ultérieures qui ne lui soit redevable de son aide, et bien peu qui pourraient affirmer que ce n’est pas à lui qu’ils doivent, pour une part au moins, ce qu’ils sont.

9Ces années, il les mit aussi en œuvre pour donner son essor au centre encore embryonnaire dont Jean Sainte-Fare Garnot avait posé les prémices. Il prit le nom de l’égyptologue russe, installé en France après la révolution, Wladimir Golenischeff, dont une partie des archives fut léguée à Sainte-Fare Garnot, et y fut déposée. De même, à la mort de Pierre Lacau, ses papiers furent confiés à l’EPHE, et ce fut une des attributions de Jean Yoyotte que de les classer et de mener à bien la publication d’un ouvrage posthume de l’auteur, Une Chapelle d’Haschepsout à Karnak. Une équipe du CNRS fut créée en 1974, ce qui permit le développement du centre, qui fut aussi la base en France de la Mission de Tanis, et de sa bibliothèque.

10Parallèlement, Jean Yoyotte accepta, en 1965, la lourde charge de poursuivre la tâche de Pierre Montet à Tanis, et dirigea la mission, désormais intitulée Mission française des fouilles de Tanis, jusqu’en 1985. Avec la mise sous séquestre des biens français en Égypte, la maison de fouilles qu’avait bâtie son prédécesseur sur le tell même avait été placée sous scellés, et en partie pillée. Lorsque les missions purent reprendre, dès 1965, il lui fallut donc, avant même d’envisager des travaux de terrain, remettre cette maison et les réserves archéologiques abritant les objets conservés sur place en état de marche, dans un pays où les communications et l’approvisionnement, dans les années soixante du xxe siècle, n’étaient pas particulièrement aisés. Après la mort de Pierre Montet en 1966, la très grande majorité des archives concernant le site, cahiers de fouilles et notes, dessins et plans, photographies et plaques de verre, échurent logiquement au Centre Golenischeff qui les conserve toujours, avec une copie à Tanis même pour une partie de cette documentation. Il dut, là aussi, procéder à un important travail de classement qui s’avérait d’autant plus nécessaire que ces archives serviraient de point de référence pour les opérations ultérieures qui seraient conduites sur le site. Sur le terrain même, les problèmes politiques du Proche Orient eurent de sérieuses conséquences sur la marche de la mission. En effet, en 1969, alors qu’avait repris la fouille du temple de Khonsou, l’Égypte interdit aux expéditions étrangères de travailler en-dehors des zones circonscrites à Alexandrie, au Caire, à Louxor et à Assouan. Le site de Tanis était, une fois de plus, inaccessible. Jean Yoyotte, durant ces années, mena une opération de survey dans la zone sud du plateau de Giza, au début de l’année 1972. C’est en 1976 seulement que la reprise des fouilles de Tanis put être envisagée, tout à la fois dans ce même temple de Khonsou et dans le Lac Sacré qui offrit une moisson épigraphique intéressante et complémentaire des trouvailles antérieures de Montet. Mais les difficultés répétées, rencontrées dans le fonctionnement du chantier expliquent en partie que celui-ci ne se développa pas à la mesure du site, pendant cette double décennie, avec une équipe qui demeurait très limitée.

11Il faut aussi associer à son travail à Tanis l’exposition organisée au Grand Palais, à Paris, en 1987, « Tanis, l’Or des pharaons », qui, en dépit de son titre un peu trop clinquant, reflétait par les objets présentés et le catalogue scientifique qui l’accompagnait la vision nouvelle du site qui s’imposait : non pas une cité qui remontait au IIe millénaire, dont plus tard Ramsès aurait fait sa capitale, et finalement reprise par les pharaons de la XXIe dynastie, mais une création de la Troisième Période Intermédiaire, autour de l’an 1000.

12Cela amène à entrer un peu plus avant dans les grandes lignes directrices de l’œuvre de Jean Yoyotte. En un sens, son intérêt pour la cosa aegyptiaca était si grand et ses curiosités si larges qu’il n’y a pas réellement d’époque ou de sujet qu’il n’ait un jour touché. Néanmoins, il privilégia certains domaines qui lui étaient particulièrement chers.

13Au rang de ceux-ci, en premier lieu, l’époque tardive, qui débute en Égypte avec le premier millénaire. Le long article publié dans les Mélanges Maspero I, fasc. 4, en 1961, « Les principautés du delta au temps de l’anarchie libyenne. Étude d’histoire politique », aurait pu constituer une monographie. Il est, quoi qu’il en soit, le premier travail à s’attacher à cette période complexe, rassemblant une documentation éparse, ce qui permit de dresser le tableau inédit d’une Égypte morcelée, en proie à des conflits permanents, mais loin d’être moribonde. Ce fut véritablement le coup d’envoi des recherches sur la Troisième Période Intermédiaire, qui prirent un essor inégalé, comme le montrent les très nombreuses publications parues depuis et auxquelles Jean Yoyotte, tout au long de sa carrière, continua d’apporter ses contributions. C’est d’ailleurs à sa suite que certains égyptologues, sinon tous, s’astreignent à éviter les termes dépréciatifs de « Basse Époque » pour les remplacer par ceux d’« époque tardive ». Bien plus qu’un simple détail, comme on pourrait le croire, c’est le signe d’un véritable changement d’esprit. Car ce n’est pas seulement le grand public qui voit l’Égypte à travers le temps des pyramides et celui des pharaons glorieux du Nouvel Empire et de Ramsès II en particulier, mais une partie du monde des spécialistes pour lesquels avec le premier millénaire et ses difficultés politiques, vient l’époque du déclin, voire de la déchéance. Il aura fallu toute la force de conviction de Jean Yoyotte et d’autres savants de sa génération pour commencer à modifier cette représentation parfaitement tronquée et controuvée de l’Égypte. Parallèlement, il a voulu aussi casser l’image d’une Égypte autarcique qui n’aurait pas ou aurait peu de contacts avec ses voisins. Avec Olivier Masson, il a travaillé sur les inscriptions cariennes trouvées en Égypte ; il a été l’éditeur des inscriptions hiéroglyphiques de la statue de Darius découverte à Suse, montrant comment le roi des Perses ne se contenta pas d’être pharaon en Égypte, mais utilisa la terminologie et la théologie pharaoniques dans son propre pays. Avec l’étude d’un terme que l’on rencontre concomitamment en hiéroglyphes, en démotique et en méroïtique, le senty, équivalent du diocète de l’époque hellénistique, il a mis en lumière tout un pan de l’organisation économique de l’Égypte et de la Nubie. La vision des historiens grecs ne lui a pas échappé, et il s’est fait le commentateur du Livre XVII de la Géographie de Strabon : Strabon, Le voyage en Égypte (Jean Yoyotte, Pascal Charvet et Stéphane Gompertz, 1997). Jean Yoyotte se voulait d’abord historien, comme il a eu l’occasion de le proclamer dans un certain nombre d’interviews. Autrement dit, celui qui collecte patiemment les faits, y compris ceux qui paraissent les plus infimes, pour, en les rassemblant et les analysant, leur donner un sens et comprendre un pan de la vie de l’Égypte, qu’il s’agisse de sa politique, de ses institutions, de la vie économique ou des faits religieux.

14Cette acribie minutieuse, il l’a largement exercée dans le domaine de la « géographie historique et religieuse », ainsi qu’il la nommait lui-même, à laquelle il consacra tant de ses articles. On peut rapprocher ces termes de celui de Kulttopographie dont Hermann Kees fut l’instigateur en égyptologie, mais la conception de Yoyotte est sans doute plus large, fondée tant sur une connaissance approfondie des processions géographiques des temples ptolémaïques et romains que sur la collecte de tous les documents relatifs à une ville ou à une province. La publication des deux volumes de la Géographie de l’Égypte ancienne (1957‑1961) de Pierre Montet, auxquels il a participé, n’est sûrement pas étrangère à son goût pour la recherche topographique et toponymique, l’étude des cultes spécifiques de telle divinité dans telle cité. À côté de la vision globale de l’Égypte qu’offre la Géographie, il a développé des micro-analyses qui rendent compte des singularités d’une région jusque dans ses moindres villages, en traquant toutes leurs mentions depuis les époques les plus reculées jusqu’à la documentation grecque, copte et arabe. C’est ainsi que des zones jusqu’alors quasi inconnues et vierges se voient peuplées de bourgs, découverts par le biais d’occurrences rares. Il est impossible de citer ici tous ses travaux dans ce domaine, mais on en retiendra au moins une série qui a fait date, les « Études géographiques », paruesdans trois numéros successifs de la Revue d’égyptologie entre 1961 et 1963 ; elles ont fait surgir la carte du sud de la région memphite jusqu’aux abords du Fayoum. C’est parfois un paragraphe qu’il faut repérer dans un article et qui révèle une intuition étonnante que viendra confirmer, bien plus tard seulement, une découverte archéologique. Ce fut le cas pour la cité de Thônis connue des Grecs depuis Homère et mentionnée sous la forme hiéroglyphique Thôné sur la stèle de Naucratis au nom de Nectanébo Ier : « Notes de toponymie égyptienne », Mitteilungen des deutschen archäologischen Instituts. Abt. Kairo 16 (1958). Les fouilles dans la baie d’Aboukir, menées à partir des années 90 du siècle dernier, révélèrent l’existence de la ville de Thôné/Thônis/Hérakléion et de ses restes prestigieux, noyés sous les fonds marins par le phénomène de subsidence de la côte méditerranéenne.

15 C’est sur un autre point qui a suscité une longue et vive controverse égyptologique qu’il convient encore de s’arrêter. L’identification de trois cités successives, Avaris, capitale des Hyksos, Pi-Ramsès, la grande résidence de Ramsès II dans le delta oriental, Tanis enfin, capitale des XXIe et XXIIe dynasties, comme une seule ville sise sur le tell de Sân el-Hagar, nom moderne de l’antique Tanis, fut défendue avec ardeur par Montet tout au long de sa vie ; et cela, en dépit des réalités archéologiques telles qu’elles apparaissaient avec une grande évidence à Tanis, mais aussi sur les sites proches de Tell Dabʿa et Qantir, respectivement identifiés à Avaris et Pi-Ramsès, mais qu’il se refusa à reconnaître. Il fallut à Jean Yoyotte beaucoup d’acharnement pour détruire cette théorie totalement erronée, mais qui a eu la vie dure.

16On pourrait peut-être s’étonner que pour le tenant de la chaire « Religion de l’Égypte ancienne », soient cités davantage de titres qui ont trait à l’histoire et à la géographie. Cela s’explique par la conception qu’avait l’égyptologue de la science qu’il exerçait. Histoire, géographie, religion ne sont pas des domaines séparés et ses publications en sont le témoignage. Il a abordé les questions de religion égyptienne par le biais de l’implantation des cultes à travers tout le pays, par l’analyse des titulatures sacerdotales, par les spécificités locales d’une divinité dont les temples ou chapelles avaient essaimé sur tout le territoire, soulignant que dans le type de société auquel appartenait l’Égypte, la religion n’était guère dissociable des autres faits de culture. Néanmoins, il y aurait bien des travaux à mentionner, relatifs à tel dieu et à telle caractéristique de sa personnalité ou de ses fonctions. Ainsi, l’article liminaire de l’Annuaire de la Section des sciences religieuses, t. 89 (1980-1981), que Jean Yoyotte consacra à « Héra d’Héliopolis et le sacrifice humain ». De manière générale, il n’aimait guère les théories généralisatrices et se méfiait des synthèses qu’il considérait comme trop hâtives, prématurées et fondées sur des spéculations fragiles. On peut sans doute le regretter, car dans la richesse de ses archives dorment des matériaux qui eussent constitué des monographies originales, en particulier sur le delta. Mais il a préféré édifier pas à pas, en usant d’un « bricolage » de grande précision, l’image solide d’une Égypte réelle et non phantasmée, avec ses lieux de culte, ses rituels, ses pratiques funéraires, qui relevaient d’une unité de la religion égyptienne sous des apparences les plus diverses. Son exposé dans Problèmes et méthodes d’histoire des religions, volume de mélanges publié pour le centenaire de l’EPHE en 1968, développe en toute clarté les fondements de la méthode qu’il a toujours suivie.

17Le savant est inséparable de l’homme qu’il était, d’une personnalité complexe, difficile à cerner parfois, mais qui ne laissait personne indifférent. Il savait user de son charme pour séduire un interlocuteur ou un public. Il pouvait être redoutable aussi, critiquant avec dureté et de manière acerbe collègues ou étudiants dont il n’estimait ni le travail ni l’absence de rigueur. Il se montrait prodigue de son temps avec ceux qui sollicitaient un conseil, et généreux de sa documentation qu’il partageait avec ceux dont il considérait qu’ils en tireraient profit. Il conserva cette attitude par-delà la retraite que l’âge lui avait imposée. Il aimait toujours, jusqu’aux derniers temps de sa vie, à rencontrer de jeunes égyptologues et à les guider. Sa curiosité intellectuelle et sa vivacité frappaient ceux qui l’approchaient, non sans crainte parfois. Mais il y avait aussi l’autre aspect du personnage. Ce ne serait pas respecter le souvenir d’un homme remarquable que d’écrire une hagiographie qui ne traduirait pas la réalité de son caractère, et qu’il aurait récusée. Travailler avec lui n’était pas toujours facile ; l’homme avait ses sautes d’humeur imprévisibles qu’aucun de ceux qui ont collaboré avec lui n’a ignorées et dont il n’a souffert. Il eut aussi des inimitiés et des rancunes tenaces, et partagées, qui n’ont pas connu d’apaisement, pour avoir dit tout haut ce que d’autres taisaient. Et pourtant, l’image qui demeure est celle d’un homme d’une magnifique intelligence, aux connaissances encyclopédiques, car ses intérêts ne se limitaient pas à l’Égypte. Il avait un goût profond de l’histoire, et sans en faire étalage, il suivait de près les travaux des hellénistes, des africanistes, des spécialistes du Proche Orient, de ceux de la gnose, des biblistes, dont certains furent de ses amis. Il aimait aussi le cinéma et l’art africain. Il a affiché un non conformisme qui en a étonné plus d’un, dans le monde universitaire qui, trop souvent, n’échappe pas aux convenances.

18Nous avons perdu une personnalité d’exception qui laisse une marque indélébile et originale dans l’égyptologie française et internationale, et nous lui sommes redevables, par-delà notre tristesse, de ce que nous sommes, les générations auxquelles il a transmis sa méthode et son savoir, tentant d’honorer sa mémoire.

19Christiane Zivie-Coche

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Jean Yoyotte (1927-2009) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses, 117 | 2010, xxi-xxvii.

Référence électronique

« Jean Yoyotte (1927-2009) », Annuaire de l'École pratique des hautes études (EPHE), Section des sciences religieuses [En ligne], 117 | 2010, mis en ligne le 21 janvier 2011, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/asr/891

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés : EPHE

Haut de page
  • OpenEdition Journals