Navigation – Plan du site

Présentation

Fondée en 1956 sous l’égide du CNRS, la revue Archives de sociologie des religions est devenue en 1973 Archives de sciences sociales des religions. Elle est publiée par les Éditions de l’EHESS.

La revue accueille – en français, en anglais, et en espagnol – des articles témoignant des recherches les plus avancées en ce domaine, en France et à l’étranger.
La revue s’assigne trois objectifs :

promouvoir une perspective comparative, élargie à toutes les religions, et à toutes les aires culturelles ;

favoriser une coopération de toutes les sciences sociales aux fins d’éclairer les facettes multiples du phénomène religieux ;

accueillir l’exposé des réflexions méthodologiques et théoriques sur les objets de la recherche.

La collection des Archives de sciences sociales des religions (1956-1999) est disponible sur Persée ; les numéros récents sont accessibles via Cairn ; les numéros de 2000 à j – 2 ans sont en accès ouvert sur OpenEdition Journals.
 

Dernier numéro en ligne
188 | octobre-décembre 2019
Bulletin bibliographique

Bibliographical Bulletin
Boletín bibliográfico
Bollettino bibliografico

Cette livraison s’ouvre sur trois in memoriam : le premier sur David Martin (1929-2019), sociologue britannique, spécialiste international des questions de sécularisation ; le second sur Françoise Lautman (1935-2019), sociologue, ethnologue et théologienne, qui fit partie de notre comité de rédaction ; le troisième sur Benjamin Fabre (1928-2019), professeur de philosophie, fidèle rédacteur de comptes rendus dans notre revue.
« L’atelier des sciences sociales du religieux » engage ensuite une discussion à quatre voix sur la généalogie savante du mot rite dont l’objet fut longtemps écartelé, sinon marginalisé, entre les réflexions des théologiens sur le sens et la forme liturgiques et celles des érudits et des ethnographes sur l’origine et la mécanique des traditions. L’atelier se clôt par un retour sur le concept d’« angoisse eschatologique » dans l’œuvre de Max Weber.
Les « notes critiques » qui suivent prolongent cette attention aux auteurs classiques avec un retour sur la notion de « communauté » chez le même Weber et une relecture de la Division du travail social de Durkheim à l’occasion d’une nouvelle édition critique. Les autres notes portent sur la postérité littéraire de Thérèse de Lisieux, sur les filiations spirituelles de Monseigneur Maxime Charles, fondateur du Centre Richelieu en milieu étudiant parisien d’après-guerre, sur la possession et la sorcellerie au xviie siècle, sur les abus sexuels au sein de l’Église catholique, enfin sur les soubassements chrétiens de la genèse des États occidentaux.
Une « lecture croisée » offre un échange de perspectives autour du dernier ouvrage de Jacques Le Brun sur la poésie, la mystique et la métaphysique d’Angelus Silesius, figure du luthéranisme allemand au xviie siècle converti au catholicisme.
Plus de cent comptes rendus occupent enfin la moitié du volume, témoignant de la vitalité d’un champ de recherches où cohabitent et souvent dialoguent de multiples traditions savantes.

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals