Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Dans la situation dramatique provoquée par la dissolution de l’Assemblée nationale et face au risque d’une accession au pouvoir de l’extrême droite, les Archives des sciences sociales des religions s’inscrivent pleinement dans les mobilisations en cours. Nous reproduisons ci-dessous l’exposé de la motion adoptée par la section 40 (« Politique, pouvoir, organisation ») du Comité national du CNRS, qui souligne très clairement les périls qui nous menacent. Nous appelons chacune et chacun à s’engager activement pour la défense de nos libertés publiques et scientifiques.

Les résultats des élections européennes ont montré une augmentation inquiétante des résultats de l'extrême droite en France. Plus encore, depuis la dissolution, la possibilité d’un gouvernement d'extrême droite menace l'ensemble de la société. Comme l'Association française de sociologie et l'Association des sociologues enseignant·es du supérieur dans leur communiqué du 20 juin 2024, les membres (élu·es et nommé·es) de la section 40 rappellent que l'arrivée de l’extrême droite au pouvoir constituerait un très grave danger pour la communauté académique et ses personnels. Partout où l’extrême droite et/ou des régimes autoritaires se sont imposés, leurs droits sont bafoués. Les expériences récentes de plusieurs pays (comme l'Argentine, le Brésil, la Hongrie, la Turquie, ...) montrent que la liberté académique y est systématiquement attaquée (censures, licenciements, emprisonnements, réduction drastique des budgets et des postes, ...). Les sciences sociales en particulier sont les premières à subir ces assauts, et notamment les recherches sur les rapports sociaux de sexe et de race, et tous les travaux adoptant une approche intersectionnelle – comme le montrent déjà, en France, les dénonciations d'un prétendu « islamo-gauchisme » ou du « wokisme » à l'université. Plus généralement, la remise en cause de la recherche libre par les partis d'extrême droite, qui n'hésitent pas à s'appuyer sur des discours complotistes (par exemple sur les problématiques environnementales ou migratoires), est à rebours de nos valeurs d'émancipation collective.  

L'extrême droite au pouvoir, c'est aussi la destruction des services publics, et donc la fragilisation des emplois scientifiques. Les recrutements seraient encore plus fortement réduits et les postes des titulaires pourraient aussi être menacés. Ce serait la fin de la collégialité au profit de l’autoritarisme et de l'idéologie, avec le risque d'une mainmise sur les établissements de formation. L'extrême droite porte de fait un projet terrifiant de réforme de la société, dont l’éducation est un des piliers.

L'extrême droite au pouvoir, c'est enfin la remise en cause annoncée de la libre circulation des personnes. Les mesures restreignant les mobilités des étranger·es (fermeture des frontières, non-renouvellement de titres de séjour), ainsi que celles qui visent les personnes binationales représentent un véritable danger pour nombre de nos collègues et étudiant·es. En outre, elles conduiraient à terme à une marginalisation et un terrible appauvrissement intellectuel de la recherche française. En effet, les échanges internationaux constituent un apport de première importance pour une recherche vivante et de qualité.   

 

**
*

Fondée en 1956 sous l’égide du CNRS, la revue Archives de sociologie des religions est devenue en 1973 Archives de sciences sociales des religions. Elle est publiée par les Éditions de l’EHESS.

La revue accueille – en français, en anglais, et en espagnol – des articles témoignant des recherches les plus avancées en ce domaine, en France et à l’étranger.
La revue s’assigne trois objectifs :

  • promouvoir une perspective comparative, élargie à toutes les religions, et à toutes les aires culturelles ;
  • favoriser une coopération de toutes les sciences sociales aux fins d’éclairer les facettes multiples du phénomène religieux ;
  • accueillir l’exposé des réflexions méthodologiques et théoriques sur les objets de la recherche.

La collection des Archives de sciences sociales des religions (1956-1999) est disponible sur Persée.

Dernier numéro en ligne
205 | janvier-mars 2024
Varia

Varia
Varia
Varia
Informations sur cette image
Crédits : © David Rumsey Map Collection, David Rumsey Map Center, Stanford Libraries

Ce volume de varia s’organise autour de quatre thématiques.

La question de la prière, d’abord. Yehuda Bitty enquête sur les rituels de prières juifs dans la France du XIXe siècle, Chloé Mathys explore la possibilité d’une analyse interactionniste du dialogue qui se noue avec Dieu dans la prière solitaire.

Le catholicisme, ensuite. Historien, Jean-Pierre Tardieu propose une synthèse sur le trouble suscité dans les Indes occidentales espagnoles par la révolte des Jolofes en 1552. Doctorant en science politique, Gauthier Simon présente les premiers résultats d’une enquête sur les recompositions du militantisme écologique de jeunes catholiques après l’encyclique Laudato si’ (2015).

Une réédition du Système de politique positive d’Auguste Comte est en cours chez Hermann Sous la responsabilité de Michel Bourdeau et Emmanuel d’Hombres. Ils reviennent sur les raisons de lire ou relire ce monument mal aimé des sociologues, dont Dominique Iogna-Prat et Marion Aubrée analysent la portée et la réception.

Les Archives sont enfin heureuses d’accueillir les articles réunis par Pierre Savy et Serena Di Nepi autour de la bibliographie complète de Marina Caffiero, historienne italienne dont les travaux ont profondément renouvelé notre regard sur le judaïsme européen à l’époque moderne.

  • Logo Éditions de l’EHESS
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search