Navigation – Plan du site
Mondes juifs en mouvement : frontières, porosités, circulations 

Le balcon, les pots de fleurs et la mehitza

Histoire de la politisation religieuse du genre dans les synagogues françaises
The balcony, the flower pots and the mehitza: history of the religious politicization of the genre in the French synagogues
El balcón, las macetas y la mehitsa: la politización religiosa del género en las sinagogas francesas
Béatrice de Gasquet
p. 73-95

Résumés

L’histoire de la séparation des sexes dans les synagogues françaises depuis le xixe siècle illustre le fait que loin d’être un invariant, la conflictualité religieuse sur le genre est liée à des moments d’autonomisation, de transnationalisation et de différenciation interne des champs religieux. À partir des années 1980-1990, l’arrangement des sexes à la synagogue est devenu un marqueur symbolique des frontières internes au judaïsme français. Le retour de la mehitza (séparation physique entre les sexes à la synagogue) est utilisé comme marqueur d’authenticité orthodoxe dans les concurrences entre Consistoire et synagogues orthodoxes indépendantes, avant que l’accès des femmes à la participation égalitaire au rituel ne devienne, en réaction, un marqueur de « non-orthodoxie » avec le développement des synagogues libérales et massorties en France. La configuration actuelle contraste avec un moment antérieur de politisation religieuse du genre au xixe siècle, où les nouveaux balcons pour les femmes dans les synagogues symbolisaient, vis-à-vis de l’État français et de la société majoritaire, la modernité religieuse juive.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Allers-retours de la galerie des dames
Le balcon contre la mehitza
Le retour des femmes au balcon dans les années 1960-1970
Femmes derrière la mehitza ou à la Torah ?
La hausse de la conflictualité religieuse sur l’arrangement des sexes
Au nom des textes : mehitza et frontières internes du judaïsme orthodoxe
De nouvelles actrices : mehitza et participation des femmes au rituel

Aperçu du texte

En 1999, dans les colonnes de l’hebdomadaire Tribune juive, le rabbin Philippe Haddad, alors membre du Consistoire israélite, se voyait demander par Albert Bettan, un lecteur de Montmorency, près de Sarcelles : « Quelle est la hauteur minimale d’un rideau ou d’une barrière pour séparer les hommes et les femmes à la synagogue ? » Par sa prudence extrême, la réponse du rabbin Haddad était suggestive non seulement de la diversité des pratiques, mais aussi de la sensibilité de la question au sein du judaïsme orthodoxe (dont se revendique le Consistoire) :

La démarcation entre hommes et femmes est exigée à la synagogue pour permettre à l’homme (reconnu comme « sexe faible ») de se concentrer durant la prière. En matière de séparation (mehitza), la coutume et la paix communautaire ont autant de poids que les impératifs rituels. Ainsi, si les femmes sont en hauteur, la séparation est suffisante, si elles sont en bas, la mehitza est variable d’une communauté à l’autre : certaines, même d’obé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice de Gasquet, « Le balcon, les pots de fleurs et la mehitza  », Archives de sciences sociales des religions, 177 | 2017, 73-95.

Référence électronique

Béatrice de Gasquet, « Le balcon, les pots de fleurs et la mehitza  », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 177 | 2017, mis en ligne le 01 mars 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/29264 ; DOI : 10.4000/assr.29264

Haut de page

Auteur

Béatrice de Gasquet

Unité de Recherche Migrations et Société Université Paris Diderot –

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals