Navigation – Plan du site
Varia

Éduquer à la liturgie, éduquer par la liturgie

La formation des enfants de chœur dans la France rurale (années 1840-années 1930)
Educating in liturgy, educating through liturgy. The training of choir children in rural France (1840-1930)
Educar en la liturgia, educar por la liturgia. La formación de los monaguillos en la Francia Rural (años 1840-1930)
Vincent Petit
p. 221-236

Résumés

La figure de l’enfant de chœur, si présente dans les œuvres littéraires et picturales des xixe et xxe siècles, est en réalité une invention des liturgistes pour pallier le défaut d’adultes susceptibles de servir la messe. Elle est issue à la fois de la nécessité d’augmenter la solennité des offices paroissiaux, surtout dans les églises de campagne, et d’entretenir la pratique religieuse chez les jeunes garçons. Mais le recours à des enfants pour célébrer le culte est lourd d’une profonde contradiction : le défaut d’éducation est alors un défi que l’Église, par la liturgie, entend vaincre au même titre que l’école. La fonction devient aussi au xxe siècle un des sujets expérimentaux d’une participation des fidèles qui se veut plus active, ce qui explique en grande partie son effacement.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

L’émergence d’une figure et d’un mouvement
L’enfant de chœur : à défaut de clerc
Enseigner, éduquer, civiliser
L’habit de chœur

Aperçu du texte

La grande pitié des églises de France, pour paraphraser le titre d’un ouvrage célèbre (Barrès, 2012), se résume très largement au spectacle de sanctuaires vides d’hommes adultes et peuplés au contraire de femmes plus ou moins jeunes. Au siècle du Code civil et du suffrage universel masculin, ce dimorphisme sexuel (Langlois, 1995) sonne comme un cuisant constat d’échec. Il est plus problématique encore quand les fonctions cultuelles sont strictement dévolues aux hommes : prêtres, chantres, sacristains, bedeaux… Du point de vue canonique, un prêtre ne peut pas célébrer la messe sans ministre pour le servir et lui répondre, y compris la messe privée. Là où il ne peut compter ni sur un prêtre, ni sur un clerc tonsuré ou un séminariste, un garçon placé près de lui, au chœur, autrefois uniquement destiné à chanter remplira la fonction d’acolyte ou de servant de messe. Cette collaboration par défaut, symptôme d’une crise (Cuttaz, 1930 : 7-8 et 19), inégale et incongrue par bien des aspects...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Petit, « Éduquer à la liturgie, éduquer par la liturgie », Archives de sciences sociales des religions, 178 | 2017, 221-236.

Référence électronique

Vincent Petit, « Éduquer à la liturgie, éduquer par la liturgie », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 178 | Avril-juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/assr/29505 ; DOI : 10.4000/assr.29505

Haut de page

Auteur

Vincent Petit

Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Université de Fribourg –

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals