Navigation – Plan du site
Varia

Ivresse et gourmandise dans la culture missionnaire jésuite

Entre bière et maté (xvie-xviiie siècles)
Drunkenness and gluttony in Jesuit missionary culture. Between beer and maté (xvie-xviiie centuries)
Ebriedad y glotonería en la cultura misionera jesuita. Entre cerveza y mate (siglos xvi-xviii)
Claudio Ferlan
Traduction de Sylvie Coyaud
p. 257-278

Résumés

Les pères de la Réforme dénoncèrent fermement les règles alimentaires catholiques condamnant la gourmandise et l’ivresse et disciplinant le jeûne ecclésiastique. Ces accusations induisirent les missionnaires fidèles au pape, engagés autant en Europe que dans le Nouveau Monde, à prêter une attention particulière aux devoirs de sobriété et de modération à table et à exporter leurs propres convictions aux Amériques. La nourriture de l’autre, telle que la yerba mate, une boisson assez répandue parmi les Guaraní du Paraguay, éveilla leur méfiance. Cependant, la tentative de modifier les habitudes alimentaires traditionnelles s’avéra souvent infructueuse, comme en témoigne le rôle capital joué par le maté dans l’histoire du goût, de la culture et de l’économie dans les missions jésuites du Paraguay.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Connexions
Gourmandise et ivresse
Le Nouveau Monde
Yerba Mate

Aperçu du texte

Quand ils débarquèrent sur les rives du Nouveau Monde, les premiers Européens se confrontèrent, entre d’autres découvertes, à des aliments et des boissons complètement « inconnus ». Très vite, les missionnaires voulurent introduire les règles d’une alimentation « canonique », en nette opposition avec les habitudes indigènes. Or cette urgence de discipliner les coutumes de la table n’était certainement pas étrangère à la situation en Europe, où les premiers échos de la Réforme répercutaient la voix de ceux qui se moquaient des normes catholiques et les transgressaient, souvent avec ostentation.

Connexions

Avec cet essai, j’entends raisonner sur la portée, à l’échelle globale, de la réglementation alimentaire pour l’histoire religieuse. Pour ce faire, je concentrerai l’attention sur les rapports entre les sociétés, sur les articulations et les regroupements qu’elles construisent, en un mot sur les connexions (Gruzinski, 2015). Mon approche méthodologique sera caractérisée par un déclois...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Ferlan, « Ivresse et gourmandise dans la culture missionnaire jésuite », Archives de sciences sociales des religions, 178 | 2017, 257-278.

Référence électronique

Claudio Ferlan, « Ivresse et gourmandise dans la culture missionnaire jésuite », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 178 | Avril-juin 2017, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/assr/29531 ; DOI : 10.4000/assr.29531

Haut de page

Auteur

Claudio Ferlan

Bruno Kessler Foundation –

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals