Navigation – Plan du site
Sociologies catholiques

Les intellectuels catholiques et la sociologie en Belgique, 1880-1914

Catholic intellectuals and sociology in Belgium, 1880-1914
Los intelectuales católicos y la sociología en Bélgica, 1880- 1914
Kaat Wils
p. 71-88

Résumés

Autour des années 1900, le monde catholique belge a essayé de s’approprier la sociologie critique. Si l’Institut de Philosophie au sein de l’Université Catholique de Louvain a fait preuve d’une certaine ouverture stratégique à l’égard de la sociologie, l’École des Sciences Politiques et Sociales de cette même université exprimait quant à elle un rejet catégorique. L’intérêt catholique plus ou moins spécifique à l’égard de la sociologie internationale contemporaine s’est développé principalement en marge de l’université, au sein de la Société de Sociologie, où le travail de Durkheim fut, entre autres, perçu comme un rempart contre le marxisme. C’est aussi au sein de ce groupe que la sociologie des religions allait devenir un objet d’étude privilégié.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Les débuts de la sociologie académique
Scepticisme
Ouverture stratégique
Enthousiasme missionnaire
Sociologie des religions

Aperçu du texte

Le 26 juin 1902, le philosophe Maurice Defourny, alors âgé de 24 ans, défendait à l’Université de Louvain une thèse sous le titre La sociologie positiviste. Auguste Comte (Defourny, 1902). À l’époque, un tel sujet n’allait pas de soi dans une université catholique. Le promoteur de Defourny, le philosophe, juriste et prêtre Simon Deploige, avait dès lors jugé nécessaire d’apporter quelques précisions dans son discours d’introduction. Malgré la mauvaise réputation qui pesait sur la discipline, les catholiques, argumenta-t-il, avaient tout intérêt à s’intéresser à la sociologie. S’il est vrai que de nombreux prétendus sociologues s’efforçaient de remplacer la philosophie morale et sociale finaliste par une sociologie positiviste, cela ne signifiait pas pour autant que la sociologie fût par définition positiviste. Les catholiques devaient précisément démontrer que la sociologie était conciliable avec le respect de l’ordre juridique et de la finalité ultime de la réalité. Le travail empi...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kaat Wils, « Les intellectuels catholiques et la sociologie en Belgique, 1880-1914 », Archives de sciences sociales des religions, 179 | 2017, 71-88.

Référence électronique

Kaat Wils, « Les intellectuels catholiques et la sociologie en Belgique, 1880-1914 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 179 | Juillet-septembre 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/assr/29588 ; DOI : 10.4000/assr.29588

Haut de page

Auteur

Kaat Wils

Groupe de Recherches Cultural History Since 1750 – KU Leuven –

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals