Navigation – Plan du site
Sociologies catholiques

La sociologie catholique, entre économie sociale et critique de la sociologie scientifique

Catholic sociology, between social economy and criticism of scientific sociology
Sociología católica, entre economía social y crítica de la sociología científica
Sébastien Mosbah-Natanson
p. 111-128

Résumés

Paraissent, entre 1890 et 1920, des publications portant le label « sociologie catholique ». Cette production éditoriale, marginalement considérée par l’historiographie, est l’objet de cet article. Dans une première partie, on revient, à partir d’une perspective bibliométrique, sur l’explosion éditoriale portant sur le « social » autour de 1900, production qui oscille entre socialisme, sociologie et catholicisme social. Dans un second temps, à travers l’étude du contexte de production, du profil des auteurs et des différents objets d’études investis, il est montré que ces publications ressortent plus de l’économie sociale catholique – en concurrence avec le socialisme et le libéralisme – que de la sociologie académique. Enfin, la critique de cette sociologie universitaire, souvent qualifiée de « sociologie scientifique », est au centre de notre attention.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Approche bibliométrique, catholicisme social et sociologie
Les fondements de la sociologie catholique
Sociologie catholique, idéologies politiques et question sociale
Crise du modernisme et critique de la sociologie scientifique

Aperçu du texte

Les années 1890-1900 ont vu l’émergence intellectuelle et institutionnelle de la sociologie comme nouvelle discipline scientifique qui trouve progressivement sa place dans l’Université française. L’histoire de cette émergence s’est faite principalement autour de la figure de Durkheim et de la constitution de l’école durkheimienne. De nombreux travaux depuis une quarantaine d’années ont ainsi mis en lumière les facteurs qui ont permis à Durkheim de s’imposer dans l’espace intellectuel et universitaire. Cette victoire du durkheimisme s’est faite au détriment d’adversaires intellectuels, comme Gabriel Tarde ou René Worms, qui, s’ils ont joué un rôle dans la diffusion et la popularisation de la nouvelle science, ont été relativement marginalisés par la suite (Clark, 1971 ; Karady, 1979 ; Mucchielli, 1998, Fournier ; 2007). L’historiographie redécouvre toutefois progressivement leur importance et tend à complexifier le paysage intellectuel sociologique autour de 1900 (Mosbah-Natanson, 20...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Mosbah-Natanson, « La sociologie catholique, entre économie sociale et critique de la sociologie scientifique », Archives de sciences sociales des religions, 179 | 2017, 111-128.

Référence électronique

Sébastien Mosbah-Natanson, « La sociologie catholique, entre économie sociale et critique de la sociologie scientifique », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 179 | Juillet-septembre 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/assr/29603 ; DOI : 10.4000/assr.29603

Haut de page

Auteur

Sébastien Mosbah-Natanson

Université du Québec à Montréal – mosbah-natanson.sebastien@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals