Navigation – Plan du site
Sociologies catholiques

Des chiffres et des hommes

Les catholiques belges et la sociologie universitaire (1939-1970)
Numbers and men. Belgian Catholics and University Sociology (1939-1970)
Números y hombres. Católicos Belgas y Sociología Universitaria (1939-1970)
Cécile Vanderpelen-Diagre
p. 129-146

Résumés

Des chiffres et des hommes ; les catholiques belges et la sociologie universitaire (1939-1970) Après la Deuxième Guerre mondiale, certains professeurs de l’Université catholique de Louvain décident d’intégrer la sociologie critique dans leur université. Pour cela, ils doivent autonomiser la sociologie du champ religieux et sortir du modèle scolastique. Ils doivent également se poser des questions épistémologiques sur la discipline. Le défi consiste à régler la question de la morale, soit créer une sociologie qui s’autorise à penser les questions de la famille, de la sexualité, de la détermination de l’individu par le social et, dans une certaine mesure, de la religion. Cette démarche les oblige à s’éloigner de la philosophie morale. Enfin, ils doivent se positionner comme chercheurs scientifiques, c’est-à-dire montrer leur indépendant par rapport à la religion et à l’État. Au début des années 1970, on peut dire que l’implantation de la sociologie à l’Université catholique de Louvain est réussie. Ses chercheurs ne travaillent plus à pratiquer de la sociologie catholique, mais sont des catholiques qui font de la sociologie.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

L’organisation de la recherche : financement, positionnement et objets
L’épistémologie
Posture de chercheurs

Aperçu du texte

C’est en 1939 que l’Université catholique de Louvain ouvre son premier cours d’ « Introduction à la sociologie ». Ainsi s’achèvent plusieurs décennies de défiance et de méfiance de l’intelligentsia catholique à l’égard d’une discipline jugée dangereuse parce que traitant des sociétés humaines sans tenir compte du déterminisme divin et des prescrits thomistes. En 1911, le très influent Monseigneur Deploige, président de l’Institut Supérieur de philosophie de Louvain, avait exprimé, dans Le conflit de la morale et de la sociologie, son souhait que la discipline se déploie mais à la condition d’être un prolongement du droit naturel thomiste. L’ouvrage, qui s’en prenait tant à Durkheim qu’à Lévy-Bruhl, fut applaudi par l’intelligentsia catholique, traduit en allemand et en italien. Pour sa troisième édition, il reçut une préface élogieuse de Jacques Maritain (1927). L’ouverture d’un cours dédié à la sociologie scientifique dans une université revendiquant son adhésion au catholicisme n’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Des chiffres et des hommes », Archives de sciences sociales des religions, 179 | 2017, 129-146.

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Des chiffres et des hommes », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 179 | Juillet-septembre 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/assr/29615 ; DOI : 10.4000/assr.29615

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Université libre de Bruxelles – cecile.vanderpelen@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals