Navigation – Plan du site
Référentiel islamique

La chaîne des sœurs

Sororité vertueuse et apprentissage performatif au sein du Club des jeunes filles de la Grande mosquée de Genève
The Chain of Sisters. Virtuous Sorority and Performative Learning in the Young Women’s Club of the Grand Mosque of Geneva
La cadena de las hermanas del Club de las jóvenes de la Gran Mezquita de Ginebra
Eva Marzi
p. 233-254

Résumés

La chaîne des sœurs. Sororité vertueuse et apprentissage performatif au sein du Club des jeunes filles de la Grande mosquée de Genève Dès les années 1960, et de manière accentuée depuis 1990, les musulmans de Suisse tendent à s’organiser au sein du paysage associatif local. Leurs pratiques mettent en lumière la manière dont les normes et prescriptions religieuses transmises dans le cadre d’écoles et d’associations féminines musulmanes actives dans le canton de Genève conduisent les actrices à émerger sur la scène publique, et à inventer des trajectoires alternatives de modernité et d’engagement citoyen. Orientant leurs actions tantôt vers une transformation de soi, tantôt vers une transformation du monde, les actrices allient le genre et le religieux au sein d’un système d’intervention et de subjectivation spécifique. En cultivant un lien de « sororité vertueuse » au sein de leur groupe et en adoptant les principes de la pédagogie Montessori, ces jeunes femmes créent une discordance avec, d’une part, les valeurs séculières libérales et avec, d’autre part, la normativité musulmane.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Contexte
Le Club des filles Dar Essalam
Sororité et apparition dans l’espace public
Faire communauté entre sœurs à l’aune d’une pédagogie libérale
Un apprentissage performatif
Des engagements « éthico-politiques » ?

Aperçu du texte

À la fin du mois de mai 2013, par une douce après-midi touchant à sa fin, le bus de la ligne Crêts de Champel-Petit-Saconnex traîne lourdement sa vieille carcasse métallique sur la route escarpée qui relie la commune du Petit-Saconnex au reste du canton de Genève. Parmi les passagers se trouvent des jeunes filles, parfois voilées et souvent en petits groupes, qui constellent le bus de leur présence discrète ; mais les sièges les plus occupés sont ceux des résidents du quartier, de retour chez eux après une journée de flânerie ordinaire passée en famille, les paquets de course encombrants du samedi plein les bras. « Prochain arrêt, Colladon ! ». Les hauteurs atteintes, des silhouettes encore insoupçonnées se détachent et se déversent dans la rue, abandonnant le bus vidé de moitié. Hommes, femmes, enfants, jeunes et moins jeunes se pressent sur le petit trottoir vers un « je ne sais où » encore indiscernable. Au détour d’un carrefour, l’objectif de cette marche collective en bordure d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Marzi, « La chaîne des sœurs », Archives de sciences sociales des religions, 179 | 2017, 233-254.

Référence électronique

Eva Marzi, « La chaîne des sœurs », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 179 | Juillet-septembre 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/assr/29663 ; DOI : 10.4000/assr.29663

Haut de page

Auteur

Eva Marzi

Institut des Sciences Sociales des Religions – eva.marzi@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals