Navigation – Plan du site
Référentiel islamique

De la « jurisprudence des minorités » et de ses déclinaisons : comment le Conseil européen de la fatwâ et des recherches forge une éthique relationnelle

From the “ The Minority Fiqh ” and its declensions: how the European Council of fatwâ and research forges a relational ethics
De la "jurisprudencia de las minorías" y sus variaciones: cómo el Consejo Europeo de Fatwâ y la investigación forja una ética relacional
Sandra Houot
p. 281-298

Résumés

Le fiqh al-aqallîyât (jurisprudence des minorités musulmanes), qui est devenu, en 2004, la doctrine prônée par le Conseil européen de la fatwâ et des recherches (CEFR) de Dublin, témoigne du rapport de fidélité au dogme islamique et des exigences d’adaptation au contexte européen. C’est depuis ce double souci que les membres de la présente instance construisent un espace discursif de reconnaissance impliquant des recompositions du rapport au référent islamique. L’exercice assumé de formulations d’avis jurisconsultes et de résolutions, à cet égard, contribue à éclairer l’usage circonstancié des « priorités » qui la traversent. L’appréhension d’une éthique de la relation, révèle la fonction pragmatique de ces catégories en vue d’une reconfiguration des usages plus généraux du droit islamique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

De la nécessité de reconnaître et d’être reconnu
Du rapport au monde et du « souci de soi »
La trace morale du modèle hérité : dessiner les attentes d’une reconnaissance
Les possibles de l’expérience relationnelle : du désir à l’éthique de la reconnaissance
La signature morale d’une identité d’interpellation
Du contexte et de ses priorités : reconfigurer le droit islamique
Faire prévaloir une singularité islamique au risque de l'interaction

Aperçu du texte

Articulé autour du référentiel jurisprudentiel qu’est le fiqh islamique, le dispositif énonciatif mis en place par le Conseil européen de la fatwâ et des recherches (CEFR), qui se présente comme une institution représentative, entend construire un équilibre entre une conformité au dogme islamique et une adaptation au contexte européen. Ce double souci est pris en charge officiellement, en 2004, par l’institutionnalisation du concept opératoire de « fiqh al-aqallîyât/jurisprudence, droit des minorités », pour penser le fait de « vivre hors du pays d’islam (ya‘îshu khârij bilâd al-islâm) ». Des circulations attachées à la réalité concrète européenne pointent des déterminations inédites de l’identité islamique, au premier rang desquelles on compte une codépendance de l’affirmation de soi et de son besoin de reconnaissance. À charge pour les jurisconsultes (fuqahâ’) du CEFR d’actualiser leurs ressources, à la faveur d’une réflexion en situation que nourrit l’expérience relationnelle, da...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Houot, « De la « jurisprudence des minorités » et de ses déclinaisons : comment le Conseil européen de la fatwâ et des recherches forge une éthique relationnelle », Archives de sciences sociales des religions, 179 | 2017, 281-298.

Référence électronique

Sandra Houot, « De la « jurisprudence des minorités » et de ses déclinaisons : comment le Conseil européen de la fatwâ et des recherches forge une éthique relationnelle », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 179 | Juillet-septembre 2017, mis en ligne le 01 septembre 2019, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/assr/29677 ; DOI : 10.4000/assr.29677

Haut de page

Auteur

Sandra Houot

shouot9@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals