Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Franz-Xavier Bischof, Sylvio De Franceschi (éds.), Histoires antiromaines II. L’antiromanisme dans l’historiographie ecclésiastique catholique (xvie-xxe siècles)

Lyon, Équipe Religions, sociétés et acculturations du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, coll. « Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires, n° 23 », 2014, 260 p.
Daniel-Odon Hurel
p. 286-287
Référence(s) :

Franz-Xavier Bischof, Sylvio De Franceschi (éds.), Histoires antiromaines II. L’antiromanisme dans l’historiographie ecclésiastique catholique (xvie-xxe siècles), Lyon, Équipe Religions, sociétés et acculturations du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, coll. « Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires, n° 23 », 2014, 260 p.

Texte intégral

1Comme son titre l’indique, ce recueil est indissociable d’une première publication collective parue chez le même éditeur, dans la même collection, également sous la direction de Sylvio De Franceschi, en 2011. On pourrait ajouter à ces deux volumes, toujours sous la direction du même auteur, Antiromanisme doctrinal et romanité ecclésiale (Lyon, 2008) et Le pontife et l’erreur (Lyon, 2009). Nous sommes donc en présence d’un ensemble important consacré à l’antiromanisme catholique, bien moins connu, semble-t-il, que l’ultramontanisme militant, en particulier celui des années 1820-1870. Le fait d’envisager l’approche historiographique révèle d’emblée le mouvement entrepris progressivement par l’histoire ecclésiastique d’un « abandon » progressif du modèle apologétique pour adopter les outils de la méthodologie critique. Et dans cette transformation, à la lecture de l’ensemble de ce volume, on s’aperçoit, surtout au xixe siècle, que les historiens catholiques anti-romains sont parmi les plus actifs. Pour autant, l’antiromanisme ne date évidemment pas du xixe siècle. Le présent volume, tout comme les précédents, revient sur certaines étapes et études de cas plus anciens, parmi lesquels la thèse de Tanquerel sur les droits pontificaux (1561) et la Historia pontifical y catolica (1565), le Traité politique de Louis Machon (1653), la querelle des années 1726-1737 autour de l’Histoire ecclésiastique de Fleury. C’est pourtant au xixe siècle, face à l’essor de l’ultramontanisme que l’antiromanisme se définit plus encore, à partir des années 1825-1830, en prise directe avec les évolutions politiques, françaises en particulier. Un antiromanisme que l’on ne peut plus assimiler au gallicanisme hérité du xviiie siècle, malgré l’Histoire de l’Église de France de Guettée (1847-1856), à l’image de l’œuvre de Montlosier (1755-1838) dans sa confrontation avec le De la Religion de Lamennais (1825-1826). Dans le contexte du triomphe de l’ultramontanisme, dont les tenants français tout au moins sont considérés comme opposés à la société moderne, il est clair que le pluralisme doctrinal dans l’Église ne peut s’affirmer, voire même exister. L’intérêt supplémentaire de l’ouvrage consiste en la présence de nombreuses annexes qui permettent d’entrer plus encore dans la réalité intellectuelle et historiographique de l’antiromanisme et des débats qui l’entourent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel-Odon Hurel, « Franz-Xavier Bischof, Sylvio De Franceschi (éds.), Histoires antiromaines II. L’antiromanisme dans l’historiographie ecclésiastique catholique (xvie-xxe siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 180 | 2017, 286-287.

Référence électronique

Daniel-Odon Hurel, « Franz-Xavier Bischof, Sylvio De Franceschi (éds.), Histoires antiromaines II. L’antiromanisme dans l’historiographie ecclésiastique catholique (xvie-xxe siècles) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 180 | octobre-décembre 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/33437

Haut de page

Auteur

Daniel-Odon Hurel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals