Navigation – Plan du site
Déplacements des frontières du politique et du religieux : pratiques, discours, images

La place du religieux dans le processus constitutionnel en Égypte après 2011

The place of the religious in the constitutional process in Egypt after 2011
El lugar de los religiosos en el proceso constitucional en Egipto después de 2011
Nathalie Bernard-Maugiron
p. 47-68

Résumés

La constitution égyptienne de 2012, élaborée sous la présidence de Mohamed Morsi, a été rédigée par une assemblée élue, composée en majorité de Frères musulmans et de salafistes. Ce texte, objet de vives critiques, n’est resté en vigueur que six mois. Première constitution élaborée par des partis islamistes, elle est particulièrement intéressante à analyser pour connaître leur vision du politique et de la co-existence entre des références à la normativité islamique et des principes issus du constitutionalisme moderne. Une étude comparative avec la constitution de 2014 qui lui a succédé remet en question les théories binaires qui opposent des islamistes cherchant à instaurer une théocratie à des démocrates séculiers mus par un désir de démocratiser et de laïciser l’exercice du pouvoir.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Les références religieuses dans la constitution de 2012
La place de la charia dans la constitution
Autres dispositions de nature religieuse introduites par la constitution de 2012
Un texte dans la continuité du constitutionalisme égyptien

Aperçu du texte

Les processus de transition qu’ont traversés les pays arabes après les soulèvements de 2011 se caractérisent par l’importance que les différents acteurs du champ politique ont accordée à la norme constitutionnelle et par la centralité des débats autour des liens entre État et religion.

Ces liens sont particulièrement intéressants à étudier dans la constitution égyptienne de 2012, car il s’agit du premier texte constitutionnel rédigé par une assemblée constituante à majorité islamiste. C’est également la première norme suprême égyptienne à avoir été élaborée par une assemblée élue par le pouvoir législatif et non par un comité nommé par l’exécutif. Restée en vigueur six mois seulement, suspendue en juillet 2013 après la chute de Mohamed Morsi, elle a souvent été décrite comme une constitution islamiste ou l’acte fondateur d’un État théocratique autoritaire peu respectueux des droits de l’ho...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Bernard-Maugiron, « La place du religieux dans le processus constitutionnel en Égypte après 2011 », Archives de sciences sociales des religions, 181 | 2018, 47-68.

Référence électronique

Nathalie Bernard-Maugiron, « La place du religieux dans le processus constitutionnel en Égypte après 2011 », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 181 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/38518 ; DOI : 10.4000/assr.38518

Haut de page

Auteur

Nathalie Bernard-Maugiron

CEPED/IRD – nathalie.bernard-maugiron@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals