Navigation – Plan du site
Déplacements des frontières du politique et du religieux : pratiques, discours, images

Des mises en « martyrs » contestées

Enjeux sociaux et sexués de l’iconographie de la révolution égyptienne
Martyrs challenged. Social and Sexual Issues of the Iconography of the Egyptian Revolution
"Mártires" desafiados. Cuestiones sociales y sexuales de la iconografía de la revolución egipcia
Perrine Lachenal
p. 69-93

Résumés

L’étude des logiques concurrentes d’attribution du qualificatif « martyr » permet de rendre visibles les tensions qui organisent, depuis 2011, la mise en récits et en images de la révolution égyptienne. Dans une période où plusieurs référents politiques et cadres interprétatifs rivalisent pour faire autorité, les manières de dire et de montrer sont loin d’être secondaires et les modalités de désignation et de représentation des martyrs l’illustrent bien. Le conflit autour des processus de fabrique des « martyrs de la révolution », travaillés tant par des enjeux sociaux que sexués, ne se cantonne pas à l’ordre du discours mais se traduit graphiquement dans les différents espaces mémoriels relatifs à la révolution.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Célébrations spontanées et attribution par les proches du statut de « martyr »
N’est pas « martyr » qui veut : modalités et enjeux d’une reconnaissance officielle
Martyrs ou voyous : mais qui a fait la révolution ?
Du vandalisme à l’héroïsme : circulation et ambivalence des catégories morales
Des photogénies socialement différenciées
Sur les murs : circuits alternatifs de représentation des martyrs
Figure féminine de la révolution : la mère des martyrs
Femmes aux balcons : faire la révolution depuis le « haut »
Le genre de la violence : singularités du martyre au féminin

Aperçu du texte

Depuis le 25 janvier 2011, date emblématique de la révolution égyptienne, de nouvelles fresques de peinture apparaissent chaque jour sur les murs de la ville du Caire. La plupart d’entre elles représentent les visages de celles et ceux qui ont perdu la vie au cours des précédentes semaines de mobilisation, désignés sur ces murs comme « martyrs de la révolution » [shuhadâ’ al-thawra]. Leurs photographies encadrées sont également visibles aux entrées des mosquées, des églises, des universités ou encore des cafés. Certains portraits ornent également des produits dérivés – tasses ou t-shirts – en vente sur les étals des marchés, ou sont accrochés au bout d’une cordelette et tanguent, au côté des gadgets diffuseurs d’odeur, sous les rétroviseurs des taxis et des microbus qui sillonnent chaque jour les rues du Caire. La station de métro Moubarak, qui correspond à celle de la gare centra...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Perrine Lachenal, « Des mises en « martyrs » contestées », Archives de sciences sociales des religions, 181 | 2018, 69-93.

Référence électronique

Perrine Lachenal, « Des mises en « martyrs » contestées », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 181 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/38522 ; DOI : 10.4000/assr.38522

Haut de page

Auteur

Perrine Lachenal

CNMS, Philipps Universität Marburg – plachenal@mmsh.univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals