Navigation – Plan du site
Recompositions identitaires, communautaires et sociales

Expérience de la répression et mobilisations de femmes dans la Tunisie post-révolution

Le cas d’une association à référent islamique
The experience of repression and the mobilization of women in post-revolution Tunisia: the case of an association with Islamic referent
La experiencia de la represión y la movilización de las mujeres en Túnez después de la revolución: el caso de una asociación con el referente islámico
Sélima Kebaïli
p. 121-140

Résumés

La révolution tunisienne s’est accompagnée de l’émergence de nouvelles mobilisations de femmes qui inscrivent leur militantisme dans une défense de « l’identité arabo-musulmane ». Au regard de l’histoire particulière de la forte répression de l’opposition islamiste sous les gouvernements successifs de Bourguiba et de Ben Ali, l’expérience de la répression est devenue une source de légitimité et d’illégitimité dans l’espace de la cause des femmes, appropriée par divers acteurs. L’émergence et l’évolution des identités collectives des associations de femmes à référent islamique montre comment cette expérience a été productrice d’un réseau informel de femmes maintenu par des relations de solidarité sous le régime autoritaire. Cette expérience devient par la suite un enjeu central de leurs stratégies de légitimation et d’action collective dans le paysage associatif des femmes par le biais de la figure de « victime », produit par la rencontre entre ces dernières et les acteurs nationaux et internationaux de la justice transitionnelle.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La cause des femmes : entre appropriation politique et dissidence tolérée
Des politiques « pendulaires » de Bourguiba à la dissidence tolérée sous Ben Ali
Lutte anti-hijab et caractère genré de la répression
L’association Femmes de Tunisie : de l’expérience de la répression à l’organisation
Un réseau informel maintenu par une expérience commune de la répression anti-islamiste
Le hijab comme « marqueur d’une identité globale »
De l’émergence d’une identité collective à la neutralisation
Délégitimation de l’association Femmes de Tunisie
Les usages militants d’une image sociale consensuelle

Aperçu du texte

En Tunisie, depuis l’indépendance en 1956, les droits des femmes ont été un enjeu de développement tant pour le gouvernement de Bourguiba (1956-1987) que pour celui de Ben Ali (1987-2011). L’appropriation par l’État de cette cause, bien qu’ayant permis des avancées d’un point de vue juridique, a participé de l’imposition du sécularisme comme fondement du militantisme pour les droits des femmes. Ce cadre normatif a d’abord été produit avec la captation du religieux par Bourguiba qui a notamment fait du port du hijab le signe du sous-développement au lendemain de l’indépendance (Gafsia, 2004). Il s’est poursuivi par la suite avec des mesures d’enrayement de l’islamisme, toujours au nom des droits des femmes tunisiennes, notamment suite à l’émergence du Mouvement de la tendance islamique (harakat al-Itijah al-Islami) dans les années 1970. Dans cette continuité, Ben Ali entrep...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sélima Kebaïli, « Expérience de la répression et mobilisations de femmes dans la Tunisie post-révolution », Archives de sciences sociales des religions, 181 | 2018, 121-140.

Référence électronique

Sélima Kebaïli, « Expérience de la répression et mobilisations de femmes dans la Tunisie post-révolution », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 181 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/38534 ; DOI : 10.4000/assr.38534

Haut de page

Auteur

Sélima Kebaïli

École des hautes études en sciences sociales – selima.kebaili@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals