Navigation – Plan du site
Réinventions et mutations du salafisme

Le salafisme quiétiste face aux recompositions politiques et religieuses dans le monde arabe (2011-2016)

Quietist Salafism in the face of political and religious recompositions in the Arab world (2011-2016)
Salafismo quietista frente a las recomposiciones políticas y religiosas en el mundo árabe (2011-2016)
Laurent Bonnefoy
p. 181-200

Résumés

Les « printemps arabes » ont tôt fait d’affecter les différentes expressions du salafisme contemporain, favorisant en particulier une dynamique de politisation qui a, en apparence, fragilisé les fondements prétendument apolitiques de sa branche quiétiste. Cette contribution s’intéresse aux processus de mobilisation et aux recompositions de cette composante du champ politico-religieux islamiste sunnite. Elle démontre combien le rejet de l’engagement politique et de la contestation révolutionnaire, associé à un échec des transitions engagées a permis d’assurer la réinvention et résilience du salafisme quiétiste. Face à la violence et la guerre, en s’appuyant aussi sur les mécanismes favorisés par les Etats contre-révolutionnaires, en particulier l’Arabie saoudite et l’Égypte, les clercs et entrepreneurs salafistes ont trouvé des ressources pour préserver leur position dans un champ concurrentiel.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Salafistes politisés : nouveaux acteurs des paysages politiques arabes
Salafistes quiétistes dans les révolutions de 2011
Quiétistes contre salafistes politiques
Recompositions et réinventions quiétistes en contexte
Quiétistes contre État islamique

Aperçu du texte

L’ambition de cet article est, à l’échelle du monde arabe, d’analyser comment le courant quiétiste, en particulier via ses entrepreneurs politiques et religieux jouissant d’une aura transnationale, a réagi d’une part aux dynamiques de politisation et d’autre part aux succès symboliques et militaires de l’Organisation de l’État Islamique (OEI) et de ses avatars. Face à cette double crise, comment interpréter la réinvention et perpétuation d’un salafisme quiétiste que les soulèvements populaires de 2011 mais aussi les succès de groupes armés dits jihadistes avaient conduit à discréditer, ridiculisant le plaidoyer de ses leaders pour la loyauté inconditionnelle aux dictateurs ? Si les phénomènes de résiliences autoritaires au sein des structures étatiques se sont accompagnés d’une transformation des ressorts de ces mêmes autoritarismes, en va-t-il de même pour ce qui concerne les mou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bonnefoy, « Le salafisme quiétiste face aux recompositions politiques et religieuses dans le monde arabe (2011-2016) », Archives de sciences sociales des religions, 181 | 2018, 181-200.

Référence électronique

Laurent Bonnefoy, « Le salafisme quiétiste face aux recompositions politiques et religieuses dans le monde arabe (2011-2016) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 181 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/38550 ; DOI : 10.4000/assr.38550

Haut de page

Auteur

Laurent Bonnefoy

CNRS, Centre de recherches internationales, Sciences Po Paris – laurent.bonnefoy@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals