Navigation – Plan du site
Réinventions et mutations du salafisme

Shari‘a et révolution

Émergence et mutations du salafisme révolutionnaire dans l’Égypte post-Moubarak
Shari ‘a and revolution: The rise of revolutionary salafism in post-Mubarak Egypt
Shari'a y la revolución: aparición y mutaciones del salafismo revolucionario en el Egipto posterior a Mubarak
Stéphane Lacroix et Ahmad Zaghloul Shalata
p. 201-218

Résumés

Depuis son émergence en 2011, le salafisme révolutionnaire s’est mué en un acteur important du jeu politique égyptien. Les salafistes révolutionnaires ont su bénéficier de structures de mobilisation dont l’existence était antérieure au soulèvement, et que le rôle de leader charismatique endossé par le cheikh Hazim Abu Isma‘il a permis de fédérer. Ils ont su bâtir un discours se réclamant des deux valeurs en vogue dans l’Égypte de l’après-Moubarak – la révolution et la shari‘a. Partisans de la protestation de rue, ils ont pu profiter d’un contexte politique rendu favorable par les difficultés rencontrées par les partis islamistes intégrés au jeu politique institutionnel. Si le salafisme révolutionnaire est depuis l’été 2013, comme la majeure partie de la mouvance islamiste en Egypte, visé par une répression impitoyable, il demeure une force de mobilisation non négligeable.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Un salafisme contestataire déjà présent
Un discours sans concession
Naissance d’un mouvement social
Un contexte favorable
La difficile institutionnalisation du salafisme révolutionnaire
Les salafistes révolutionnaires sous Morsi
Conclusion : les dilemmes de l’après-30 juin

Aperçu du texte

En Égypte comme dans le reste des pays touchés par le printemps arabe, les islamistes n’ont pas été à l’avant-garde de la révolution. Partout, il a fallu au mieux quelques jours pour que les Frères musulmans et leurs émules rejoignent le mouvement, tandis que la grande majorité des salafistes a été plus longue encore à se rallier à la contestation. Ce n’est que le 8 février 2011 que la principale organisation salafiste de masse d’Égypte, la Prédication salafiste d’Alexandrie (al-dawa al-salafiyya), a officiellement autorisé ses membres à descendre sur la place Tahrir. Et aussitôt Moubarak renversé, le 11 février, les islamistes ont de nouveau quitté la place. À partir d’avril 2011, lorsque les manifestations reprennent avec cette fois pour cible le Conseil suprême des forces armées (CSFA), ce sont encore les mêmes mouvements de jeunesse de gauche ou sans affiliation idéologique ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lacroix et Ahmad Zaghloul Shalata, « Shari‘a et révolution », Archives de sciences sociales des religions, 181 | 2018, 201-218.

Référence électronique

Stéphane Lacroix et Ahmad Zaghloul Shalata, « Shari‘a et révolution », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 181 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/38554 ; DOI : 10.4000/assr.38554

Haut de page

Auteurs

Stéphane Lacroix

CERI, Sciences Po – stephane.lacroix@sciencespo.fr

Ahmad Zaghloul Shalata

Chercheur indépendant, anciennement chercheur associé au CEDEJ (Le Caire) – ahmedzaghloul1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals