Navigation – Plan du site
Réinventions et mutations du salafisme

L’Instance Islamique du Sham

Une « voie moyenne » salafiste contre la radicalisation jihadiste
The Islamic Sham Instance: a Salafist "Middle Way" Against Jihadist Radicalization
La instancia de impostura islámica: un "camino medio" salafista contra la radicalización yihadista
Thomas Pierret
p. 219-239

Résumés

Une idée répandue voudrait que les différentes variantes du salafisme (quiétiste, activiste, jihadiste) diffèrent sur les fins plutôt que sur les moyens. Que devient cette différence lorsque tous embrassent la lutte armée dans un contexte d’insurrection populaire tel que celui que connaît la Syrie depuis 2011 ? Étudiant le cas de l’Instance Islamique du Sham (IIS), une organisation humanitaire et prosélyte salafiste activiste « sururiste », nous montrerons que la différence qui sépare cet acteur des groupes jihadistes relève bien des fins et non des moyens. Là où les jihadistes mènent un combat transnational dont le conflit syrien n’est qu’une étape, et dont le moteur est l’avant-garde jihadiste, l’IIS souscrit au récit et aux symboles de la révolution syrienne, et donc à ses aspirations de souveraineté populaire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Leaders, structures et activités
Positionnement idéologique et réseaux
Une posture anti-jihadiste
La révolution syrienne et son drapeau
Le peuple contre l’avant-garde
Codification et interprétation du droit

Aperçu du texte

Soumise, avant 2011, à l’hégémonie d’oulémas traditionalistes, la scène religieuse syrienne a connu par la suite l’ascension fulgurante du salafisme, jusqu’alors confiné au statut d’hérésie semi-clandestine. C’est en grande partie par la force des armes que le salafisme s’est imposé comme une composante majeure, sinon dominante, du champ religieux syrien, et c’est essentiellement sous cet angle que la question a été traitée jusqu’à présent dans les nombreuses publications consacrées aux groupes insurgés tels qu’Ahrar al-Sham, le Front al-Nusra et, bien sûr, l’État Islamique (Lister, 2015 ; Pierret, 2015). On a accordé nettement moins d’attention au rôle prosélyte et humanitaire d’organisations dont l’influence, bien que moins spectaculaire, se révélera probablement durable et profonde.

On se penchera ici sur le cas de l’Instance Islamique du Sham (hay’at al-sham al-islamiyy...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Pierret, « L’Instance Islamique du Sham », Archives de sciences sociales des religions, 181 | 2018, 219-239.

Référence électronique

Thomas Pierret, « L’Instance Islamique du Sham », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 181 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/38558 ; DOI : 10.4000/assr.38558

Haut de page

Auteur

Thomas Pierret

Aix Marseille Univ., CNRS, IEP, IREMAM, Aix-en-Provence, France – pierret@mmsh-univ-aix.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals