Navigation – Plan du site
Varia

Grands notables et fondations monastiques familiales (Liban, XVIIe-XIXe siècles)

Great Notables and Family Monastic Foundations (Lebanon, 17th-19th centuries)
Grandes fundaciones notables y monásticas familiares (Líbano, siglos XVII-XIX)
Sabine Mohasseb Saliba
p. 285-312

Résumés

S’inscrivant autant dans la tradition maronite que dans la réforme catholique tridentine, les fondations monastiques familiales édifiées au cours des xviiie-xixe siècles par les cheikhs Khazen, gouverneurs et fermiers de l’impôt de la région Kesrouan (centre de la montagne libanaise), émanent certes d’une ferveur religieuse, mais aussi de leur souhait de garantir une sécurité à des membres de leurs familles, surtout à leurs femmes et à leurs filles. Elles ont ainsi contribué à promouvoir un monachisme maronite proprement féminin, comme elles furent une solution à la transmission des biens d’un fondateur décédé sans héritier mâle direct, révélant à cet égard leur souci de protéger leurs conjoints et leurs biens, notamment des réclamations des gouverneurs de la montagne, et à long terme, les membres de leur famille qui allaient intégrer le clergé.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Des monastères doubles aux monastères féminins-doubles : la contribution des cheikhs Khazen
Géographie familiale, géographie monastique
Entre piété, perpétuation de la lignée familiale et transmission des biens : les origines des fondations monastiques familiales des Khazen
Gérance, population monastique et investissement familial

Aperçu du texte

Parce qu’elles représentent un phénomène religieux, social, économique, culturel et politique de grande envergure, mais aussi parce qu’elles sont un lieu de contact et d’interaction entre le monde civil et le monde religieux, les fondations pieuses, monastiques entre autres, suscitent de nombreuses recherches. Cet article porte sur un type de monastères qui permet tout particulièrement de saisir ces liens puisqu’il concerne des monastères familiaux, c’est-à-dire, communément, des monastères fondés par des particuliers dont les familles en ont par la suite et longtemps durant, assuré la gérance, directement ou indirectement.

Très ancien dans l’histoire du monachisme, s’étant développé en Orient comme en Occident (Deroche, 1996 : 291-294 ; Scapov, 1996 : 37-39 ; Florja, 1996 : 419-433 ; Eddé, Micheau et Picard, 1997 : 122-123 ; Davril et Palazzo, 2000 : 251-258), ce genre de monastère a ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Mohasseb Saliba, « Grands notables et fondations monastiques familiales (Liban, XVIIe-XIXe siècles) », Archives de sciences sociales des religions, 181 | 2018, 285-312.

Référence électronique

Sabine Mohasseb Saliba, « Grands notables et fondations monastiques familiales (Liban, XVIIe-XIXe siècles) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 181 | janvier-mars 2018, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 19 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/38578 ; DOI : 10.4000/assr.38578

Haut de page

Auteur

Sabine Mohasseb Saliba

Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor) – sabine.saliba@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals