Navigation – Plan du site
Façonner l'objet de dévotion chrétien
Vente, troc et don : la zone grise du commerce des dévotions

Une controverse sans débat

Jean-Baptiste Thiers, les chanoines de Chartres et la question du commerce sous les porches des églises (1677-1680)
A controversy without debate. Jean-Baptiste Thiers, the canons of Chartres and the question of trade under the porches of the churches (1677-1680)
Una controversia sin debate. Jean-Baptiste Thiers, los cánones de Chartres y la cuestión del comercio bajo los pórticos de las iglesias (1677-1680)
Nicolas Balzamo
p. 51-71

Résumés

L’objet de dévotion est-il une marchandise comme une autre ? Telle est la question posée par le théologien Jean-Baptiste Thiers dans sa Dissertation sur les porches des églises. Publié en 1679, l’ouvrage entendait peser sur le débat qui agitait alors le chapitre de Chartres, confronté au problème du commerce aux abords de la cathédrale. Aux chanoines qui souhaitaient faire une exception en faveur des articles de piété, Thiers opposait l’incompatibilité fondamentale entre activité mercantile et espace sacré : nul objet, quelle que soit sa nature, ne pouvait être vendu dans ou aux environs immédiats d’un lieu de culte. La querelle ne se réduit cependant pas à une question de principes, ni son étude à la reconstitution d’un moment de la réflexion théologique sur les rapports entre commerce et dévotion : la présence d’enjeux extérieurs au champ théorique fait de ce cas un exemple propre à comprendre le fonctionnement d’une controverse à l’époque moderne.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Comment naît une controverse
De l’objet pieux comme marchandise
La réponse du chapitre : refus du débat et poursuite du combat
Vraies accusations et faux profits : la réalité du commerce sous les porches
Éthos canonial et espace sacré

Aperçu du texte

Ma maladie est cause que l’on n’imprime pas mon Traité des superstitions, car elle m’a empesché de l’achever. J’espère pourtant qu’il le sera dans un mois ou deux tout au plus tard. Mandez moy, s’il vous plaist, au plus tost, si sous les porches de vostre eglise cathédrale vous souffrez que l’on vende des chappelets, des croix, des medailles, etc. Mandez moi aussy, je vous prie, quel est l’usage des eglises cathédrales voisines. Il y a eu sur ce sujet une grande contestation dans nostre chapitre de Chartres, et deux arrests n’ont pas encore peu la finir. J’ay fait une ample dissertation pour montrer qu’il ne se doit vendre aucunes marchandises sous les porches, pas même celles qui servent à la prière, et on commencera dans quinze jours à l’imprimer. Si vous avez des ordonnances de vostre chapitre qui confirment mon opinion, envoyez-les-moy, je vous prie, et tout ce qui pourra avoir rapport à ceste affaire. Le tout en secret, s’il vous plaist, car il ne faut pas que l’on sache que ma...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Balzamo, « Une controverse sans débat », Archives de sciences sociales des religions, 183 | 2018, 51-71.

Référence électronique

Nicolas Balzamo, « Une controverse sans débat », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 183 | juillet-septembre 2018, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/38817 ; DOI : https://doi.org/10.4000/assr.38817

Haut de page

Auteur

Nicolas Balzamo

Université de Neuchâtel – nicolas.balzamo@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals