Navigation – Plan du site
Christianisme orthodoxe et économie dans le sud-est européen contemporain

La valeur économique des lieux de culte grecs : du pèlerinage au tourisme alternatif

The Economic Value of Greek Places of Cult: From Pilgrimage to Alternative Tourism
El valor económico de los lugares de culto griegos: de la peregrinación al turismo alternativo
Katerina Seraïdari
p. 87-106

Résumés

Cet article analyse, d’une part, l’implication de la société locale dans le développement du pèlerinage de Tinos et, d’autre part, l’institutionnalisation récente des « voyages religieux » en Grèce. En novembre 2000, l’Église de Grèce a décidé de créer un Comité Synodique dédié au développement du tourisme religieux, afin que ceux qui sont à la recherche d’une spiritualité authentique puissent être religieusement élevés dans les lieux sacrés grecs. Selon ce discours, le Comité Synodique s’attache non seulement à offrir des vacances qui s’opposent aux modèles habituels d’une société de consommation, mais aussi à mettre en valeur la richesse de l’héritage religieux grec. En adoptant une approche diachronique, cet article montre comment la question de l’affluence des pèlerins soulève, dès le début, des questions autour des risques d’abus : tout au long du xixe et du xxe siècle, le développement du tourisme religieux à Tinos a fait émerger la question de l’argent et de son investissement. Les textes produits par l’Église de Grèce évacuent ce sujet et mettent l’accent sur l’hospitalité, la nécessité de former une conscience écologique ou la conjoncture économique actuelle en Grèce : dans ce contexte de crise, l’Église se présente comme celle qui vient au secours de l’État en esquissant de nouvelles opportunités.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Comment l’argent des pèlerins circule-t-il ?
Comment définir les limites entre tourisme et pèlerinage ?
Le patrimoine religieux face au marché et à la mondialisation
Conclusion

Aperçu du texte

Le 23 novembre 2000, le Synode de l’Église de Grèce, à l’initiative de Christodoulos, archevêque d’Athènes, décide de créer le « Comité Synodique du tourisme religieux » afin de mettre en valeur « la richesse religieuse, historique et culturelle » des monastères et des lieux de culte grecs. En février 2006, le Comité Synodique du tourisme religieux change de nom et devient le « Bureau Synodique des Voyages et Pèlerinages de l’Église de Grèce » (Grafeio Proskynimatikon Periigiseon Ellados). Tout laisse à penser que cette modification avait pour but de remplacer une expression qui renvoie à l’économie de marché (« tourisme religieux ») par deux autres termes permettant de renouer avec la pratique traditionnelle du pèlerinage, mais aussi avec celle du voyage culturel (periigisi).

Depuis 2009, ce Bureau est dirigé par l’évêque de Dodone, Chrysostomos, qui est considéré au sein de l’Église comme un des évêques les plus progressistes, à cause notamment de sa position en faveur des relation...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Seraïdari, « La valeur économique des lieux de culte grecs : du pèlerinage au tourisme alternatif », Archives de sciences sociales des religions, 185 | 2019, 87-106.

Référence électronique

Katerina Seraïdari, « La valeur économique des lieux de culte grecs : du pèlerinage au tourisme alternatif », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 185 | janvier-mars 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/39210 ; DOI : 10.4000/assr.39210

Haut de page

Auteur

Katerina Seraïdari

Centre d’Anthropologie sociale (LISST, Toulouse) – k.seraidari@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals