Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Anny Bloch-Raymond, Une famille juive du temps de l’exode

Introduction de Serge Klarsfeld, Paris, Michel Houdiard éditeur, 2017, 143 p.
Joëlle Allouche-Benayoun
p. 202
Référence(s) :

Anny Bloch-Raymond, Une famille juive du temps de l’exode. Introduction de Serge Klarsfeld, Paris, Michel Houdiard éditeur, 2017, 143 p.

Texte intégral

1Ce sont les carnets d’Yvonne Dockès, écrits de juin à octobre 1940, pendant l’exode à Saugues (Haute-Loire), que sa fille publie aujourd’hui. La découverte de ce carnet dans lequel Yvonne, alors âgée de vingt ans, originaire de Remiremont, consigna près de 150 recettes de cuisine, en majorité des recettes de la cuisine juive alsacienne et lorraine, amène sa fille, quelques cinquante ans plus tard, à mener une enquête quasi ethnologique à Munster, Colmar, Strasbourg, et dans les villages de Bischheim et Westhoffen.

2Ce travail est en effet l’occasion pour Anny Bloch-Raymond, par ailleurs anthropologue (CNRS, Toulouse), de reconstituer les liens familiaux, essentiellement ceux des familles Dockès et Hemendinger, de bâtir sa généalogie (un arbre est publié à la fin de l’ouvrage), non seulement de mettre des noms sur des individus, mais de reconstituer leur environnement (Seppois-le-Bois, Grussenheim), leurs professions (marchands de bestiaux, puis de chevaux, bouchers), les relations familiales, mais aussi professionnelles et amicales qu’ils et elles entretenaient. Pour elles et eux tous, comme pour l’auteure, la cuisine juive alsacienne, « art du sensible », « matrimoine, fragile et éphémère », transmet des souvenirs, des manières d’être, de consommer, une culture, des habitudes, des complicités.

3Ce petit ouvrage, abondamment illustré (22 pages de photos et de reproductions de documents au milieu du livre plus 5 pages d’annexes), reproduit une partie des recettes d’Yvonne Dockès, celles qu’elle a continué à réaliser après-guerre, plus des recettes de sa logeuse de Saugues, devenues celles de la famille Bloch. Et ces recettes altiligériennes, pas forcément casher par ailleurs, sont un marqueur d’un moment historique dramatique pour la famille, en fuite du fait de l’occupation allemande. Soulignons que la revue Généalo-J a publié dans son numéro 125 les mémoires de Philippe Dockès, cousin d’Yvonne, l’héroïne de l’ouvrage plein d’affection filiale d’Anny Bloch-Raymond.

4Œuvre de mémoire filiale plus que travail anthropologique, l’on aurait apprécié que ce petit ouvrage, agréable à lire grâce à son écriture fluide, s’attarde plus sur les différents milieux auxquels a appartenu son héroïne : le milieu juif alsacien dont elle est issue, celui des familles qui ont hébergé la sienne pendant l’exode, les liens qui ont ou non perduré après-guerre. Qu’en est-il de cette enquête que l’auteure a menée auprès d’individus de plusieurs villages alsaciens : combien de personnes ont-elles été interrogées ? Comment ont-elles été choisies ? Que ressort-il de ces entretiens, au-delà des recettes de cuisine recueillies ? Que disent ces recettes des Juifs alsaciens, de leurs liens avec les autres Juifs, de leurs liens avec leurs voisins chrétiens ? Souhaitons un ouvrage à venir qui puisse combler ces lacunes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Allouche-Benayoun, « Anny Bloch-Raymond, Une famille juive du temps de l’exode », Archives de sciences sociales des religions, 184 | 2018, 202.

Référence électronique

Joëlle Allouche-Benayoun, « Anny Bloch-Raymond, Une famille juive du temps de l’exode », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 184 | octobre-décembre 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/44573

Haut de page

Auteur

Joëlle Allouche-Benayoun

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals