Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alain Bottaro et al., Entre ciel, mer et terres. L’île monastique de Lérins (ve-xxe siècle)

Nice-Gand, Éditions Snoeck, 2017, 272 p.
Eliana Magnani
p. 205-206
Référence(s) :

Alain Bottaro et al., Entre ciel, mer et terres. L’île monastique de Lérins (ve-xxe siècle), Nice-Gand, Éditions Snoeck, 2017, 272 p.

Texte intégral

1Conçu pour accompagner une exposition, ce gros et bel ouvrage réalisé par les équipes niçoises de conservateurs des Archives départementales des Alpes-Maritimes et d’enseignants-chercheurs médiévistes de l’université Côte d’Azur, avec la collaboration de l’Abbaye de Lérins, réussit parfaitement à faire la synthèse de la recherche récente sur l’histoire et l’archéologie de l’emblématique abbaye de Lérins. À Saint-Honorat, la plus petite des deux îles de l’archipel méditerranéen situé à 700 mètres au large de Cannes (les îles Lero et Lerina de Pline l’Ancien, Nat. hist. 3.79), s’est installée, au début du ve siècle, l’une des toutes premières communautés monastiques de l’Occident et elle est occupée, depuis 1869, par des moines cisterciens de la congrégation de l’Immaculée Conception. Malgré des périodes d’interruption, la présence pluriséculaire de la vie monastique dans l’île fait de Lérins un exemple significatif des questions posées par les transformations du monachisme et des sociétés qui l’engendrent sur la longue durée. Elle fait également de Lérins un objet propre à interroger le rôle du monachisme comme laboratoire d’expériences de vie sociale, de productions idéologiques et de marqueurs monumentaux. Le livre, accessible à un large public, montre en la matière combien l’approche de ces problèmes s’est trouvée densifiée et renouvelée par le courant historiographique qui, depuis les années 1990, s’est intéressé à la « spatialisation du sacré » (D. Iogna-Prat, M. Lauwers). En l’occurrence, ce sont les atouts matériels et idéels d’un site insulaire qui se trouvent diversement mobilisés par les générations successives de moines habitant sur les lieux qui sont exposés dans cet ouvrage.

2Organisé en trois parties, le volume est composé de courts articles ponctués d’encadrés avec des traductions d’extraits de documents ou des mises au point thématiques. Il traite d’abord de l’histoire monastique de Lérins dans ces grandes périodes (« Genèse et transformations d’un monastère insulaire »). Sur les célèbres origines et l’essor tardo-antiques, les fouilles archéologiques récentes ont jeté un nouvel éclairage avec la découverte de structures révélant la coexistence de la vie commune, forme qui prévaudra par la suite, avec la vie solitaire d’ascètes retirés dans des cellules. La restauration à l’époque féodale, d’abord sous l’égide clunisienne, et la constitution d’une Église proprement lérinienne se traduit quant à elle dans la topographie de l’île par la mise en place d’un complexe architectural abbatial (xie-xiiie siècle), puis, à la fin du Moyen Âge, par la verticalisation des espaces avec l’élévation de la singulière tour-monastère, sorte de réponse à une insularité qui expose le monastère aux attaques extérieures et aux usages militaires. De l’instauration de la commande en 1463 à la suppression de l’abbaye en 1788, puis à la vente de Saint-Honorat comme bien national en 1791, ce sont les différentes réformes adoptées ou imposées, de Sainte-Justine de Padoue à Cluny, qui scandent l’histoire de la communauté à l’époque moderne. Dernière étape, le retour de la vie religieuse dans l’île commence par son acquisition par l’évêque de Fréjus en 1859 et la fondation, dix années plus tard, d’un « monastère nouveau » avec des frères cisterciens venant de Sénanque.

3La deuxième partie du volume exploite à nouveaux frais la documentation d’archive lérinienne. Elle traite de l’inscription du monastère dans le monde, de la constitution et du développement de son patrimoine matériel et de son réseau de dépendances continentales à partir du xie siècle, ainsi que de ses relations avec la papauté et l’environnement laïque : familles seigneuriales, comtes de Provence, rois de France et princes de Savoie (« De l’île au continent : Lérins dans le siècle »). Cette section du livre se clôt par une étude bienvenue sur le statut social des acquéreurs des biens de l’abbaye en 1791 et les différents propriétaires laïques de Saint-Honorat dans les décennies qui suivent.

4Le troisième et dernier volet de l’ouvrage se focalise sur des écrits hagiographiques, monuments et objets qui polarisent les multiples facettes et attraits de l’île dans le temps. Au lieu de retraite, d’inhumations et de pèlerinages au Moyen Âge, succède, à l’époque contemporaine, le site patrimonial inscrit sur la première liste des Monuments historiques français en 1838-1840, aménagé en pôle touristique au xxe siècle (« Voyages vers l’île des saints »). La lente construction de la figure du saint fondateur et premier abbé, Honorat, et de sa mise en valeur hagiographique, repose sur le paradoxe de l’absence de ses reliques sur l’île jusqu’à leur translation en 1392. Il n’en reste pas moins que très tôt d’autres stratégies sont adoptées en vue de faire de l’île un lieu sanctifié, dont le groupe des sept « chapelles » circonscrivant l’étendue insulaire à la chronologie et aux fonctions en partie encore incertaines, mais renvoyant vraisemblablement à la vision des sept églises sur l’île de Patmos dans l’Apocalypse de Jean (Ap. 1,11).

5Riche d’un appareil critique exhaustif (plus de 900 notes), de la liste des sources et de la bibliographie utilisée, le volume est aussi abondamment illustré avec une impression de haute qualité et en couleurs. Il rend ainsi accessible, pour la première fois, un nombre important de reproductions de documents. On regrettera d’autant plus les quelques illustrations non légendées (p. 8, 10, 22, 23, 48, 110, 111, 202, 203, 254, 255), les photos récentes du site non datées et, surtout, l’absence d’une liste générale des figures pour guider le lecteur et faire justice à cet effort iconographique. L’absence de tout index est elle aussi nuisible à la consultation d’un ouvrage couvrant un arc chronologique aussi large. Sinon, pour ne prendre qu’un seul exemple, comment savoir le sort réservé par les auteurs à l’autre l’île de l’archipel, Sainte-Marguerite, qui n’est l’objet d’aucune entrée particulière mais qui traverse bien tout l’ouvrage ? Malgré ces omissions para-textuelles, on ne peut que se réjouir de pouvoir disposer, désormais, d’une synthèse sérieuse qui, en s’attaquant à une documentation multiforme et en variant les angles d’approche, réussit à rendre compte aussi bien de la transmission que de la transformation des traces d’une « île monastique » à Lérins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eliana Magnani, « Alain Bottaro et al., Entre ciel, mer et terres. L’île monastique de Lérins (ve-xxe siècle) », Archives de sciences sociales des religions, 184 | 2018, 205-206.

Référence électronique

Eliana Magnani, « Alain Bottaro et al., Entre ciel, mer et terres. L’île monastique de Lérins (ve-xxe siècle) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 184 | octobre-décembre 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/44591

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals