Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Annalisa Butticci, African Pentecostals in Catholic Europe. The Politics of Presence in the Twenty First Century

Cambridge (MA), Harvard University Press, 2016, 208 p.
Marco Guglielmi
p. 216-218
Référence(s) :

Annalisa Butticci, African Pentecostals in Catholic Europe. The Politics of Presence in the Twenty First Century, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2016, 208 p.

Texte intégral

1Au cours des dernières décennies l’Italie a connu un nouveau processus de différenciation religieuse et l’établissement de nouvelles traditions. Les flux migratoires et les processus liés à la mondialisation ont favorisé une « pluralisation des croyances » au sein de l’hégémonie culturelle de l’Église catholique. Le livre d’Annalisa Butticci se propose d’analyser ces changements, en se concentrant sur un aspect récent de la mosaïque religieuse italienne, notamment de la mosaïque chrétienne. Dans ce cadre, le pentecôtisme africain a connu une grande diffusion et s’est répandu dans la plupart des régions italiennes grâce à la présence fortement enracinée de la communauté nigériane et ghanéenne.

2L’étude sociologique des communautés religieuses en diaspora se concentre généralement sur leurs négociations avec le milieu socio-culturel d’accueil et sa religion traditionnelle, surtout sur les questions qui concernent le sens de l’identité et celui de la communauté, la pratique rituelle et la doctrine religieuse. L’étude anthropologique de Butticci aborde de nombreux points de ce débat sociologique, en proposant une nouvelle perspective sur les contaminations entre deux religions « concurrentes » et sur les négociations qui se développent dans une situation de diaspora. Cette étude fait partie d’une sous-discipline appelée material religion et examine comment et par quelles pratiques la religion se manifeste dans la culture matérielle.

3Le lien entre le pentecôtisme et le protestantisme est évident dans plusieurs cas : dans l’histoire de certaines églises pentecôtistes, nées des schismes au sein des principales églises protestantes ; dans certains aspects de l’éthique pentecôtiste et aussi dans la même vision critique que ces deux traditions religieuses partagent de l’Église catholique. L’analyse ne porte pas cependant sur les similitudes entre ces deux confessions religieuses, mais poursuit un autre but : dévoiler les principaux paradoxes de l’anticatholicisme des pentecôtistes. Dans ce parcours de recherche, le panorama religieux italien joue un rôle clé, car il montre très bien les points communs et les contaminations entre deux cultures religieuses en apparence conflictuelles. L’auteure met en évidence un paradoxe au centre de l’expérience et de la pratique pentecôtiste : « Its catholicity manifested in the incarnational and sacramental principle that claims a divine presence in visible and tangible form in the here and now » (p. 8). Le terme catholicité désigne aussi bien le concept classique de l’universalité, de l’unité de l’Église que l’unité du divin et de l’humain révélé dans les mondes physiques. Dans cette catholicité, la matière devient un élément de médiation entre le divin et l’humain, une matière qui crée, à travers les objets et les substances, une présence réelle des pouvoirs surnaturels. Pour les églises pentecôtistes, l’objectif de l’immatérialité est « impossible », même s’il est théologiquement établi dans leur doctrine : ce paradoxe met en évidence leur sens de la matérialité et leur désir de présence réelle, un désir qu’ils partagent avec le catholicisme et les religions traditionnelles de l’Afrique. La recherche aborde l’esthétique pentecôtiste et sa perception réelle du transcendant en ne se concentrant pas sur la simple représentation du divin, mais plutôt sur la façon dont les manifestations visuelles, kinesthésiques, audibles et somatiques du sacré et du surnaturel sont perçues comme tangibles. Il s’agit d’une présence réelle que les fidèles peuvent toucher et saisir, une présence qui devient accessible à l’être humain grâce à la médiation d’images et d’objets dans la vie religieuse et dans la liturgie. Certes, cette politique de la présence doit s’inscrire dans un scénario religieux mondial, de plus en plus pluriel, et dans la grande hétérogénéité et fluidité du catholicisme comme du pentecôtisme. Par exemple, un aspect que l’auteure examine et souligne à plusieurs reprises concerne les différentes pratiques adoptées par les pentecôtistes pour la libération du mal. L’étude de ces pratiques négligées par la littérature sociologique semble acquérir un intérêt nouveau par sa capacité de montrer les tensions que les fidèles et les institutions religieuses vivent dans le monde social avec les développements récents de la modernité. Il semble aussi mettre en évidence comment chacune des trois principales traditions chrétiennes oriente sa vision du phénomène des possessions et des pratiques de libération du mal à partir de ses propres interactions et tensions avec le monde contemporain.

4Le chapitre I vise à analyser l’environnement socio-culturel d’accueil, en se penchant sur les tensions qui divisent les catholiques et les pentecôtistes à l’égard du rôle théologique et sacramentel des images, des objets, du corps et des sens. Il met en évidence la trajectoire historique du catholicisme italien et ses dynamiques actuelles, en développant une histoire du pentecôtisme africain au sein de l’Église Catholique en Italie. Le chapitre II analyse les « zones de contact » italiennes. Les communautés pentecôtistes d’Italie sont situées dans des églises catholiques que les paroissiens leur louent. Ces lieux de culte n’appartiennent pas à l’univers symbolique et esthétique des églises africaines ; ils représentent plutôt une zone de contact entre une religion hégémonique et une minorité religieuse où se produisent des interactions et des négociations concernant les symboles du sacré.

5Le chapitre III examine le rôle des reliques dans l’esthétique catholique et pentecôtiste. Dans le cas du catholicisme, les reliques consolident le pouvoir social et spirituel de l’institution religieuse, elles sont chargées de charisme et suscitent la dévotion, le sens de l’identité et de la mémoire. Les pentecôtistes, en revanche, rejettent l’ordre esthétique de l’Église catholique et excluent la vénération des reliques : ils les considèrent comme forces du mal brouillant les frontières entre le monde des vivants et des morts. Le chapitre IV se penche enfin sur une église pentecôtiste de l’Italie du Nord où se trouve une reproduction de la partie supérieure de l’une des plus grandes œuvres d’art de la Renaissance italienne, la Transfiguration de Jésus-Christ de Raphaël. La politique de la présence dans le livre de Butticci permet de souligner certaines ambiguïtés du monde pentecôtiste, telles que l’utilisation, dans ses lieux de culte, d’images placées aussi dans les Églises catholiques. En fait, les catholiques et les pentecôtistes légitiment une utilisation différente des images et du corps pour entrer en contact avec le divin. La vision pentecôtiste, contrairement à la vision catholique, ne prévoit pas l’utilisation d’icônes, d’images et d’autres représentations du sacré. Ledit exemple de la Transfiguration montre l’impossibilité pour les pentecôtistes de se doter d’une esthétique immatérielle : cela semble révéler des ambiguïtés des pentecôtistes face à la réalité socio-culturelle de leur temps.

6Bien qu’il soit plausible que « the pervasive mobility of the members makes it difficult to provide an accurate number of African Pentecostal churches in Italy » (p. 31), il aurait été utile de donner des informations supplémentaires sur ces églises dans le premier chapitre : par exemple, des données d’ordre sociographique afin de cartographier la répartition actuelle de ces Églises dans les différentes régions de la péninsule italienne, ou bien des estimations concernant l’activité sacramentelle et le clergé des communautés religieuses.

7Pour conclure, l’auteure souligne la fluidité, les chevauchements et les hybridations des traditions dans l’espace religieux. S’en dégage ainsi un scénario fluide et créateur d’hybridations favorisées par des processus et des pratiques quotidiennes parfois éloignés des préceptes théologiques ou des choix de leadership religieux.

8Dans la compétition interreligieuse, certains groupes essaient de trouver leur propre espace dans la sphère publique et dans le « monopole » du sacré, en promouvant une identité qui dépasse les limites de leur ethnicité. Les défis auxquels l’Église catholique italienne est confrontée sont ancrés dans les phénomènes de la migration et du transnationalisme, et ils redessinent, même en termes conflictuels, les caractéristiques ethniques et culturelles du christianisme. La perspective esthétique développée dans le livre examine sous un angle différent ces transformations impliquant à la fois les nouvelles communautés religieuses d’immigrants, les chrétiens indigènes et l’organisation des mêmes institutions religieuses. L’étude de la politique de la présence des traditions chrétiennes ouvre une perspective intéressante, du type bottom-up, capable de saisir leurs conflits et leurs alliances, leurs paradoxes et leurs contaminations, et d’approfondir certains des principaux changements dans les paysages religieux contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marco Guglielmi, « Annalisa Butticci, African Pentecostals in Catholic Europe. The Politics of Presence in the Twenty First Century », Archives de sciences sociales des religions, 184 | 2018, 216-218.

Référence électronique

Marco Guglielmi, « Annalisa Butticci, African Pentecostals in Catholic Europe. The Politics of Presence in the Twenty First Century », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 184 | octobre-décembre 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/44639

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals