Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Nedim Gürsel, La seconde vie de Mahomet. Le Prophète dans la littérature

Paris, CNRS Éditions, 2018, 200 p.
John Tolan
p. 296-297
Référence(s) :

Nedim Gürsel, La seconde vie de Mahomet. Le Prophète dans la littérature, Paris, CNRS Éditions, 2018, 200 p.

Texte intégral

1Nedim Gürsel, romancier et essayiste turc, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’INALCO, livre une étude de divers portraits de Muhammad dans la littérature. Ainsi, explique-t-il, le Prophète après sa mort vit une « seconde vie » dans les légendes et les textes littéraires. Plusieurs vies, serait-on tenté d’ajouter, tant les portraits présentés divergent les uns des autres.

2Gürsel ne commence pas avec la construction musulmane de la biographie prophétique, mais avec la construction polémique d’une biographie imaginaire par les auteurs chrétiens de l’Europe au Moyen Âge, avec notamment un chapitre consacré au Livre de l’échelle de Mahomet, récit sur le voyage céleste du Prophète qui fait au xiiie siècle l’objet de traductions : vers l’arabe au castillan, puis au latin, puis au français. La traduction de ce qu’on considérait (à tort) comme le « deuxième livre de Mahomet » alimenta des textes polémiques d’auteurs chrétiens, mais a aussi été objet de lectures moins hostiles. À en croire Miguel Asín Palacios (entre autres), la lecture qu’en fait Dante serait un des éléments qui l’a incité à composer la Divine comédie. Gürsel consacre également un chapitre au Roman de Mahomet d’Alexandre du Pont (xiiie s.), adaptation en vers français de l’Otia de Machomete, texte du xiie siècle en vers latins de Gautier de Compiègne, qui fait du Prophète de l’islam une sorte de charlatan haut en couleur, qui use des subterfuges et des faux miracles pour convaincre les « Sarrasins » qu’il est favorisé par Dieu et pour obtenir pouvoir et femmes.

3On fait ensuite un saut de cinq siècles, du xiiie au xviiie siècle, pour aborder Voltaire. Dans son Fanatisme, ou Mahomet le prophète (1741), le philosophe dépeint le Prophète comme un vil imposteur, emblème du fanatisme : « De chameaux un grossier conducteur, / chez sa première épouse insolent imposteur. » Sa vraie cible, pourtant, n’était ni l’islam ni son prophète, mais des fanatiques bien plus près de chez lui ; le but, c’est d’« écraser l’infâme ». Gürsel montre que Voltaire livre un portrait bien différent du prophète dans son Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1757), où il devient réformateur et héros anticlérical, qui aurait aboli les privilèges des clercs et mis fin aux superstitions chrétiennes autour des saints et des reliques. Si Gürsel donne une analyse lucide des portraits contrastés qu’esquisse Voltaire dans ces deux textes, il n’aborde pas d’autres textes intéressants du philosophe et ne se réfère pas à la bibliographie très riche autour de cette question : il ne cite pas les éditions critiques de la Fondation Voltaire et ne mentionne pas l’ouvrage fondamental de Ziad Elmarsafy, The Enlightenment Qur'an : the politics of translation and the construction of Islam (Oxford, Oneworld, 2009).

4Suivent des chapitres sur Goethe (ou la présentation, encore une fois claire et intéressante, suit l’ouvrage fondamental de Katharina Mommsen, Goethe und die arabische Welt, Frankfurt am Main, Insel, 1988) et les romantiques français (surtout Lamartine et Hugo). Ensuite un chapitre très court (8 pages) sur Ernest Renan ; si encore une fois ses analyses sont fondées dans le texte (en l’occurrence, ses Etudes d’histoire religieuse de 1857), le contexte n’est pas suffisamment présenté. On ne situe pas Renan dans l’histoire des études sur l’islam, lorsque les érudits germanophones dominaient largement la scène à l’époque. Il aurait été intéressant, par exemple, de présenter la réfutation sans appel que fit Ignác Goldziher des théories racistes de Renan. Le choix d’aborder uniquement Renan parmi tous les érudits qui ont écrit sur la biographie du Prophète au xixe siècle n’est pas expliqué. Pour mettre la question en perspective, il aurait fallu consulter le travail de Kecia Ali, The lives of Muhammad (Cambridge, Harvard University Press, 2014).

5Le reste du livre (9 chapitres) traite d’auteurs littéraires des xxe et xxie siècles : on y trouve Rilke, Klabund, Jean Barois, Driss Chraïbi, Assia Djebar, Salim Bachi, Marek Halter et Salman Rushdie. C’est sans doute la partie la plus intéressante et la plus réussie de ce livre : on voit comment ces divers auteurs, certains de croyance ou de culture musulmane, d’autres pas, ont essayé de donner vie au personnage du prophète, montrant à divers degrés la tension entre l’homme de chair avec ses faiblesses et ses doutes et un destin qui le dépasse. Nombre de ces auteurs approchent la figure du prophète par l’intermédiaire de ses proches, en particulier ses épouses Khadija et Aicha et sa fille Fatima.

6Gürsel est un romancier : dans les analyses de ces romans, il dresse des portraits saisissants des personnages et nous fait comprendre la perspective et les stratégies littéraires de chaque auteur. C’est un sujet qui a provoqué des polémiques et des violences, depuis l’affaire Rushdie jusqu’aux attaques terroristes contre Charlie Hebdo. Mais le travail de ces romanciers, et celui de Gürsel qui en fait le bilan, montrent qu’une réflexion riche et créatrice sur le prophète et les débuts de l’islam est encore possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

John Tolan, « Nedim Gürsel, La seconde vie de Mahomet. Le Prophète dans la littérature », Archives de sciences sociales des religions, 184 | 2018, 296-297.

Référence électronique

John Tolan, « Nedim Gürsel, La seconde vie de Mahomet. Le Prophète dans la littérature », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 184 | octobre-décembre 2018, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/assr/44915

Haut de page

Droits d’auteur

Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals