Navigation – Plan du site
Varia

La question de la définition de l’identité hindoue

La contribution de B. R. Ambedkar à son règlement politique (1951)
The Question of the Definition of Hindu Identity: the Contribution of B. R. Ambedkar to its Political Settlement
La cuestión de la definición de la identidad hindú. La contribución de B.R. Ambedkar a una solución política (1951)
Catherine Clémentin-Ojha
p. 163-182

Résumés

En septembre 1951, le Parlement provisoire de l’Inde rejetait le projet de codification du droit hindou (Hindu Code Bill) du ministre de la justice du premier gouvernement Nehru, B. R. Ambedkar, le conduisant à démissionner. Mais alors même qu’il faisait échouer une réforme visant à débarrasser le droit hindou de ses aspects inégalitaires, le Parlement adoptait à la quasi-unanimité l’article 2 du Hindu Code Bill qui intégrait dans la catégorie légale « hindou », outre les hindous eux-mêmes, les bouddhistes, les jains et les sikhs – définition restée en vigueur à ce jour. S’opposèrent toutefois à être légalement assimilés à des hindous les représentants des sikhs. Je considère dans un premier temps les arguments développés par B. R. Ambedkar pour démontrer que l’identité hindoue ne dépendait pas de la religion au sens strict mais de l’ordre social et juridique qui s’était historiquement constitué sur le territoire indien hindouisé. Je montre en conclusion que l’interprétation de la définition inclusive de « hindou » continue d’être débattue.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Introduction
Il fallait démolir le taudis
La croyance et le droit
Le territoire hindou
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

À la fin des années 1940, l’Inde sortait de la phase critique de sa lutte de libération du joug colonial britannique, acquérait son indépendance (août 1947), et se dotait d’une Constitution (janvier 1950) qui définissait la citoyenneté en termes civiques et universalistes, reconnaissait la liberté religieuse et organisait la relation entre l’État et la religion dans le cadre d’un régime séculariste. Dans la période troublée faisant suite à l’épisode traumatique de la Partition, elle s’engageait dans diverses réformes politiques, économiques et culturelles destinées à faire d’elle une nation démocratique et laïque. Parmi celles-ci le projet de codification du droit hindou (Hindu Code Bill, ci-après HCB), hérité des Britanniques, revêtit une importance exceptionnelle parce qu’il était la première législation sur un droit religieux proposée aux suffrages des seuls Indiens.

Chargé de la révision du HCB en avril 1948 par le premier gouvernement de Jawaharlal Nehru (1889-1964),...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Clémentin-Ojha, « La question de la définition de l’identité hindoue », Archives de sciences sociales des religions, 186 | 2019, 163-182.

Référence électronique

Catherine Clémentin-Ojha, « La question de la définition de l’identité hindoue », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 186 | avril-juin 2019, mis en ligne le 06 janvier 2022, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/45765 ; DOI : 10.4000/assr.45765

Haut de page

Auteur

Catherine Clémentin-Ojha

CEIAS, EHESS – clemojha@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals