Navigation – Plan du site

Mettre en scène la croyance

L’évêque et la translation de saints incanonisables (Pérouse, mai 1609)
Staging the extraordinary: the bishop and the translation of uncanonizable saints (Perugia, may 1609)
Poner en escena la creencia. El obispo y la traslación de santos incanonizables (Perugia, mayo de 1609)
Pascale Rihouet
p. 49-76

Résumés

Cet article analyse les conditions dans lesquelles une procession amène à faire croire une ville entière. Le triple transfert de reliques effectué à Pérouse en mai 1609 est une manifestation typique de la Réforme catholique. Sur l’initiative de l’évêque se met en scène un spectacle grandiose qui entraine l’adhésion de la population et des visiteurs. À l’exemple de Charles Borromée, la croyance en la sainteté passe alors par l’efficacité logistique de l’Église : préparatifs minutieux dont une communication en amont par le biais de publications, une culture matérielle impressionnante (bannières, costumes, reliquaires, baldaquins), ordre et contrôle de la foule. Ces composantes rituelles permettent de générer du croire dans l’authenticité des reliques des trois « saints » non-canonisés. En stimulant les sens et les émotions, l’événement engendre la participation enthousiaste des Pérugins. Par la suite, l’évêque Comitoli gère et exploite de manière systématique la stratégie processionnelle, ce qui souligne la prééminence du clergé au détriment de la magistrature municipale. La manifestation extraordinaire de mai 1609 à Pérouse révèle le rôle de la procession et de son organisation dans le phénomène de la croyance collective.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

Les raisons d’être d’une translation
Préparatifs et logistique : privilèges du haut clergé
Voir pour croire : la ville en procession
Convaincre par la sensualité
Croire ensemble et en « bel ordre » (bel ordine)
Prolonger les effets de la « merveilleuse » procession

Aperçu du texte

Le dimanche 17 mai 1609 est une journée exceptionnelle à Pérouse (Italie centrale), ville de 20 000 habitants. Ce jour-là, les reliques de trois « saints » locaux (le protecteur principal, Ercolano, ainsi que Bevignate et Pietro abate [Pierre abbé]) sont transférées vers trois lieux différents, ce qui attire jusqu’à 70 000 personnes. Pour la première fois dans l’histoire de Pérouse, une procession suscite plusieurs publications dont un livret rédigé par le maître des cérémonies (Panziera, 1609) et un autre, plus détaillé, par un chanoine professeur de philosophie (Giovio, 1610) (fig. 1).

Fig. 1 : Page de titre du livret le plus détaillé relatant la triple translation : Alessandro Giovio, Descrittione degli apparati

Fig. 1 : Page de titre du livret le plus détaillé relatant la triple translation : Alessandro Giovio, Descrittione degli apparati

Perugia, Stamperia Augusta, 1610

Biblioteca Comunale Augusta

En revanche, il n’en existe qu’une seule image (fig. 2), un tableau réalisé plus de 15 ans plus tard par un peintre local, Matteo Salvucci (1575-1627), pour le chœur de l’église de Sant...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Rihouet, « Mettre en scène la croyance », Archives de sciences sociales des religions, 187 | 2019, 49-76.

Référence électronique

Pascale Rihouet, « Mettre en scène la croyance », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 187 | juillet-septembre 2019, mis en ligne le 07 janvier 2022, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/45925 ; DOI : 10.4000/assr.45925

Haut de page

Auteur

Pascale Rihouet

Rhode Island School of Design – prihouet@risd.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals