Navigation – Plan du site

Photographie, esprit, photographie spirite

Un cas d’enchevêtrement sémiotique au Brésil, 1871
Photograph, Spirit, Spirit-Photograph. A Case of Semiotic Entanglement in Brazil, 1871
Fotografía, espíritu, fotografía espiritista. Un caso de enredo semiótico en Brasil, 1871
Paul Christopher Johnson
Traduction de Chiara Ruffinengo
p. 103-126

Résumés

Dans le Candomblé brésilien comme partout ailleurs dans les Amériques africaines, les photographies ont des caractéristiques non seulement visuelles, mais aussi haptiques, voire même olfactives. Parce qu’elles sont des choses autant que des images, les photographies permettent une médiation entre, d’une part, un outre-lieu et un autre temps – une scène ou une personne située dans un lieu et un temps différents de celui dans lequel la photographie est regardée – et, d’autre part, l’ici et le maintenant. Elles jouent ce rôle en tant qu’objet qui attire mon regard, pèse dans ma main, occupe une place dans un dossier, pèse sur le clou qui le fixe au mur et, dans certaines conditions, médiatise et transporte la présence des dieux et des êtres humains. Je m’interroge donc ici sur la façon dont photographie et rituel ont jadis convergé, et convergent encore aujourd’hui, pour permettre aux dieux d’apparaître.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La relation symbiotique de deux arts de la révélation
Le cas de Juca Rosa
La photographie de Juca Rosa
Conclusion : la photographie comme outil rituel

Aperçu du texte

« La photographie a été l’héritière du projet des Lumières, dans leur désir inlassable d’annuler l’obscurité du monde » et, en ce sens, elle a été une machine à désenchantement, fabriquée pour révéler ce qui autrefois demeurait mystérieux et occulte (Jaguaribe et Lissovsky, 2009 : 177). C’est sans doute vrai, mais ce n’est toutefois qu’une partie de l’histoire, car les technologies visuelles ont aussi ouvert la voie à de nouvelles visions de l’enchantement. Loin d’effacer les pratiques de possession par les esprits à travers l’idée d’une vérité oculaire objective, née au milieu du dix-neuvième siècle, la diffusion de la photographie a aidé à peupler le monde moderne d’esprits, en favorisant leur circulation. D’une certaine façon cela semble tout à fait évident : les esprits dépendent des technologies visuelles et matérielles pour leur manifestation. Ils apparaissent à l’intérieur ou à travers des corps, des choses, des images et des sons. Le contraire est peut-être plus surprenant, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Christopher Johnson, « Photographie, esprit, photographie spirite », Archives de sciences sociales des religions, 187 | 2019, 103-126.

Référence électronique

Paul Christopher Johnson, « Photographie, esprit, photographie spirite », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 187 | juillet-septembre 2019, mis en ligne le 07 janvier 2022, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/46005 ; DOI : 10.4000/assr.46005

Haut de page

Auteur

Paul Christopher Johnson

University of Michigan – paulcjoh@umich.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals