Navigation – Plan du site

Du « manque à voir » pour (faire) croire en « l’invisible »

A "lack of seeing" as a way to (make) belief in "the invisible"
Una "falta del ver" para (hacer) creer en "lo invisible"
Roberte Hamayon
p. 191-210

Résumés

L’incrédulité qui a fait la célébrité de l’apôtre Thomas : il a voulu voir pour croire est largement partagée. Son aveu d’incrédulité suscite de la part du Christ cette phrase : « Parce que tu m’as vu, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru ! » (Jn 20, 24-29). De prime abord, un lien évident existe entre ces deux verbes. On se fie au témoin oculaire aussi spontanément qu’on se méfie de qui ne parle que par ouï-dire. Dans l’opposition entre témoin oculaire et témoin qui parle par ouï-dire, s’ajoute, à la différence d’organe sensoriel, l’intervention d’un tiers. Mais il semble exister aussi un lien inverse, qui fonde l’attitude de croyance au contraire sur un manque dans l’ordre de la perception visuelle ordinaire. Un tel manque – qui peut intervenir dans des domaines très divers mais ne sera abordé ici que dans son rapport à un croire d’ordre religieux – revient à créer un espace de liberté pour l’exercice de l’imaginaire, permettant d’explorer et de spéculer à la fois hors des contraintes empiriques et hors des dogmes établis. Le propos de cet article se limite à quelques réflexions sur ce thème, étayées par une poignée d’exemples et orientées vers des perspectives de recherche ultérieure.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2022.
Consulter cet article sur Cairn

Plan

La revendication d’un mode de voir non ordinaire impliquant un tiers
L’insertion d’un tiers sur lequel fixer l’attention
L’implication du demandeur et la construction d’une relation à trois
Premier exemple : les gestes du voyant et les paroles du client
Deuxième exemple : le partage d’un regard qui ne voit pas et d’une prise de décision
Troisième exemple : troubler la vue pour ouvrir le champ de vision
Priver de voir ici pour donner à voir ailleurs ou autrement
L’aveuglement délibéré du « voyant »
Ne pas voir pour propitier, voir pour réparer
Parenthèse sur une forme divinatoire qui n’implique aucun « voir »
Des modes de voir non ordinaires ayant pour objet des « invisibles »
Les « invisibles » et les formes visuelles sous lesquelles ils sont perçus
Le rêve et la vision
L’apparition
La possession
Le rôle des affects dans la perception des « invisibles » et la croyance en eux
Parenthèse sur un « manque à voir » sans « invisible » ni affect
En guise de conclusion : de l’« invisible » au « virtuel »

Aperçu du texte

Fixée comme telle dans un tableau du Caravage, « l’incrédulité de Saint Thomas » – l’apôtre a voulu voir pour croire – est largement partagée dans notre culture et dans bien d’autres par le monde. De prime abord, un lien évident existe entre les notions convoyées par ces deux verbes. Nous nous fions au témoin oculaire aussi spontanément que nous nous méfions de qui s’en tient au ouï-dire. Même s’il est souvent fait état, dans le domaine religieux, d’« expérience » en général – expérience perçue comme globale et diffuse sur le plan sensoriel (« je l’ai senti, je l’ai vécu ») –, une indiscutable primauté semble revenir au sens de la vue pour fonder la croyance. En témoigne, par exemple, l’ample corpus de proverbes et expressions figées rassemblé par le folkloriste Alan Dundes dans son célèbre article "Seeing is believing" (1972).

Mais il semble exister aussi, entre voir et croire, un lien inverse : il arrive en effet qu’un pouvoir de faire croire soit attribué à un manque dans l’ordre ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roberte Hamayon, « Du « manque à voir » pour (faire) croire en « l’invisible » », Archives de sciences sociales des religions, 187 | 2019, 191-210.

Référence électronique

Roberte Hamayon, « Du « manque à voir » pour (faire) croire en « l’invisible » », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 187 | juillet-septembre 2019, mis en ligne le 07 janvier 2022, consulté le 11 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/46233 ; DOI : 10.4000/assr.46233

Haut de page

Auteur

Roberte Hamayon

EPHE, PSL, GSRL – nicrob.devauxhamayon@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals