Navigation – Plan du site

In memoriam Françoise Lautman (1935-2019)

In memoriam Françoise Lautman (1935-2019)
In memoriam Françoise Lautman (1935-2019)
Denis Pelletier
p. 17-18

Texte intégral

1François Feyrabend-Lautman se définissait comme anthropologue et sociologue. La sociologie, elle l’avait apprise à la fin des années 1950, au temps de Raymond Aron et de Georges Gurvitch, lorsque la discipline n’était pas encore véritablement institutionnalisée – c’est en 1958 seulement que fut organisée en France la licence de sociologie. Née en 1935, elle entra dans la recherche comme vacataire au Centre d’études sociologiques, puis chargée de recherche au sein du Groupe de sociologie des religions qui en était issu. Jeune chercheuse disponible dans un système encore très mandarinal, Françoise Lautman travailla successivement à des enquêtes sur les comités d’entreprise sous la direction de Maurice Montuclard, puis sur la condition féminine sous celle d’Andrée Michel, avant d’être rattachée au groupe de François-André Isambert au GSR et d’y nouer une collaboration avec Doris Bensimon, aux côtés de laquelle elle cosigna un livre pionnier sur les mariages mixtes (Un mariage, deux traditions. Chrétiens et juifs, Bruxelles, 1977) – elle-même avait épousé le sociologue de confession juive Jacques Lautman.

2C’est en rejoignant, dans la seconde moitié des années 1970, le Centre d’ethnologie française, installé au Musée national des arts et traditions populaires, que Françoise Lautman est véritablement devenue ethnologue et anthropologue. Ses enquêtes sur les ostensions en Limousin – et notamment dans la petite ville de Saint-Junien où ces processions septennales, au cours desquelles les reliques du saint circulent dans la ville selon un rituel et un itinéraire régulés de longue date, demeuraient un marqueur essentiel d’identité collective dans une municipalité pourtant acquise au PCF – firent d’elle une spécialiste reconnue de la « religion populaire », à un moment où cette thématique nourrissait un débat intense, traversant à la fois les confessions religieuses qui prenaient conscience de leur déprise et le milieu scientifique qui s’interrogeait sur la sécularisation de la société française. Outre des publications savantes dont la lecture demeure aujourd’hui passionnante, elle fut commissaire de plusieurs expositions sur ce thème, dont la plus marquante accompagna le grand colloque universitaire organisé par le CNRS en octobre 1977 sous le titre « La religion populaire ». Elle co-dirigea aussi avec Nicole Belmont le colloque de 1988 sur « L’ethnologie des faits religieux en Europe » ainsi que le volume d’actes paru en 1993 sous le même titre aux Éditions du CTHS, et présida la Société d’ethnologie française de 1996 à 2008. Elle coorganisa enfin plusieurs colloques annuels de l’Association française de sciences sociales des religions, sur les femmes et la Bible en 1995, sur les politiques religieuses de la santé en 1993, sur la pluralité religieuse en 2007. Ces trois colloques ont donné lieu à la publication d’actes.

3En marge de cette recherche, mais de plus en plus essentiel aux yeux de Françoise Lautman après son départ en retraite en 2001, se situe son travail sur l’œcuménisme et le dialogue interreligieux. Ralliée au protestantisme au début des années 1980, comme nombre de catholiques que le conservatisme romain décourageait, elle soutint en 2005 une maîtrise de théologie à l’Institut catholique de Paris, puis une thèse de doctorat en théologie protestante à l’Université de Strasbourg, en 2014, sous le titre « L’œcuménisme local. Catholiques et protestants en France 1976-1986 et 2002-2012 » et sous la direction d’Élisabeth Parmentier. Dans cette attention à un œcuménisme de la base, construit au quotidien et à l’écart des grands débats théologiques, se lit le regard ethno-anthropologique d’une chercheuse d’abord attachée à l’enquête et au terrain.

4Françoise Lautman était une amie et une collaboratrice active des Archives, où elle eut de 1987 à 1995 la responsabilité du Bulletin des ouvrages, et dont elle resta membre du comité de rédaction jusqu’en 2010 avant d’intégrer le Conseil scientifique alors créé par André Mary. Elle avait dirigé le Groupe de sociologie des religions entre 1991 et 1995, au moment où se jouait sa séparation entre le CEIFR créé en 1993 à l’EHESS par Danièle Hervieu-Léger et le GSRL fondé en 1995 dans le cadre de l’EPHE par Jean Baubérot. Au sein de la revue, nombre d’entre nous se rappellent l’acuité de son regard scientifique et son intelligence à la fois discrète et tenace, capable de tenir fermement à ce à quoi elle tenait, mais étrangère aux logiques de conquête d’un pouvoir symbolique, attentive aussi aux enjeux de genre auxquels elle consacra plusieurs travaux, et pour toutes ces raisons si précieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Pelletier, « In memoriam Françoise Lautman (1935-2019) », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 17-18.

Référence électronique

Denis Pelletier, « In memoriam Françoise Lautman (1935-2019) », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/46674

Haut de page

Auteur

Denis Pelletier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals