Navigation – Plan du site
L’atelier des sciences sociales du religieux

Introduction

Introduction
Introducción
La rédaction
p. 23

Texte intégral

1L’« Atelier des sciences sociales du religieux » s’ouvre sur quatre contributions autour des rapports entre rite et théologie. Elles proviennent d’un programme de recherche interdisciplinaire engagé il y a quelques années à l’EHESS dans la perspective d'explorer les liens entre la théologie et les sciences sociales. Outre l’analyse généalogique des ruptures et des continuités entre ces ordres de discours, le programme avait saisi le rite comme objet de confrontation expérimentale des savoirs.

2En effet, si l’on s’interroge sur les objets que peuvent avoir en commun des anthropologues attachés à l’observation des formes très diverses d’appropriation du sacré, des sociologues occupés à prendre acte des multiples recompositions contemporaines du champ religieux et des historiens traditionnellement familiers des institutionnalisations et des hiérarchisations instituées au nom du supra-mondain, le rite s’impose. À cent ans et des poussières des Formes élémentaires de la vie religieuse (cf. Archives de sciences sociales des religions, 159, 2012), le rite manifeste une belle obstination à occuper l’espace de la réflexion.

3Les auteurs de ces contributions vont au-delà de la classique distinction entre rite et mythe, le premier longtemps abandonné aux liturgies ecclésiales ou au folklore des traditions, le second érigé en matière première des sciences positives appelées à se substituer au magistère théologique. Deux contributions majeures, celles de l’ethnologue Jean-Pierre Albert et du sociologue Camille Tarot, abordent la question du sens anthropologique du rite à partir des dispositifs sacrificiels. Ces textes produits dans une première version à Toulouse en 2014 ont été récemment revus et augmentés d’une postface réflexive pour les besoins de notre atelier, après les relectures critiques de leur première version par l’historien de la philosophie Christophe Grellard et le médiéviste Alain Rauwel qui figurent également au dossier. L’ensemble donne à voir une pensée plurielle et en plein développement où la critique épistémologique des uns stimule l’ambition théorique des autres.

4L’« Atelier » se clôt par une réflexion de Paul Slama sur l’approche wébérienne du religieux, qui creuse le lien entre état psychique, forme sociale, théologie et capitalisme industriel, à l’aune du concept d’« angoisse sotériologique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction, « Introduction », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 23.

Référence électronique

La rédaction, « Introduction », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/46692

Haut de page

Auteur

La rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals