Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Baptiste Amadieu, La littérature française au xixe siècle mise à l’Index. Les procédures
Jean-Baptiste Amadieu, Le censeur critique littéraire. Les jugements de l’Index, du romantisme au naturalisme

Paris, Éditions du Cerf, 2017, 542 p.
Paris, Hermann, coll. « Des morales et des œuvres », 2019, 632 p.
François Trémolières
p. 252-255
Référence(s) :

Jean-Baptiste Amadieu, La littérature française au xixe siècle mise à l’Index. Les procédures, Paris, Éditions du Cerf, 2017, 542 p. Jean-Baptiste Amadieu, Le censeur critique littéraire. Les jugements de l’Index, du romantisme au naturalisme, Paris, Hermann, coll. « Des morales et des œuvres », 2019, 632 p.

Texte intégral

1Parus à presque deux ans d’écart (achevés d’imprimer en juillet 2017 et avril 2019), les deux ouvrages de Jean-Baptiste Amadieu sont tirés de sa thèse, dirigée par Antoine Compagnon, soutenue en 2007 à la Sorbonne devant un jury à la fois d’historiens et de littéraires : Index romain et littérature française au xixe siècle. Les motifs de censure des fictions à la lumière des archives de la Congrégation de l’Index. Ils en restituent les deux volets : « procédures » et « jugements ». Bien sûr ils peuvent être lus séparément et l’auteur a pris soin d’accentuer leur autonomie, ne serait-ce qu’en les confiant à des éditeurs différents (non sans en rappeler l’origine et doter chacun d’un résumé de l’autre) : d’une part ce qu’a surtout à connaitre l’historien du catholicisme, à savoir le cadre institutionnel, le déroulement formel du « procès » d’un ouvrage et la réception du jugement, au sens judiciaire du terme – pour le seul corpus étudié et donc dans le contexte français, avec une nette évolution au tournant du siècle ; d’autre part ce qui intéresse davantage l’historien de la littérature, le contenu même des vota (rapports des experts) et par conséquent la perspective « romaine » sur ce corpus. Cependant l’examen de la procédure implique forcément d’étudier de près les documents produits et, inversement, l’examen des jugements, au sens critique cette fois, suppose une connaissance fine des référents des experts, à savoir la littérature réglementaire, mais aussi doctrinale et morale, sur laquelle ils pouvaient s’appuyer. (Nous employons ici littérature en un sens différent de celui qui précède, mais sans doute plus familier aux censeurs eux-mêmes et pour marquer que justement l’un des enjeux de l’enquête porte sur ce que nous appelons aujourd’hui littérature, les raisons pour lesquelles une autorité morale et doctrinale en est venue à s’y intéresser et ce qu’elle avait à en dire, spécifiquement.) Il était exclu de publier cette thèse, monumentale, en un seul volume. Mais désormais il n’est pas interdit au recenseur de lui restituer, sinon son unité, du moins son envergure.

2Rappelons donc pour commencer qu’un tel travail était impossible avant l’ouverture des archives de l’Index, en 1998, dont J.-B. Amadieu s’est imposé rapidement (dès 2004, par un article paru dans la Revue d’histoire littéraire de la France sur « la littérature française du xixe siècle à l’Index ») comme l’un des meilleurs connaisseurs. Un des apports, que l’on retrouve ici surtout dans le volume le plus récent, est l’abondance des matériaux produits, jusqu’alors totalement inédits : longues citations des vota, dans la langue originale (latin et plus souvent italien) et en traduction. On prendra garde de ne pas oublier que ceux-ci n’ont jamais été rédigés dans la perspective d’être lus un jour en dehors des membres de la congrégation – même si la bureaucratie romaine prenait soin de les imprimer (à usage interne donc) et a conservé les documents afférents, plus un précieux journal tenu par le secrétaire de la congrégation. Il s’agit d’une critique d’appareil, que J.-B. Amadieu peut qualifier d’institutionnelle tout en insistant sur son caractère d’opinion privée, puisque le rédacteur du votum n’a aucun pouvoir direct : il ne fait qu’exprimer un avis, destiné à rester secret, qui a pour but d’éclairer et d’informer la congrégation ; la décision finale appartient au souverain pontife, elle n’est jamais motivée puisqu’elle se limite à l’inscription dans un catalogue d’ouvrages dont la lecture est défendue aux fidèles. Ce double caractère devrait empêcher de la comparer à quelque « critique littéraire » que ce soit ; et pourtant, inversement, ignorer sa dimension « littéraire » serait manquer (on l’a dit) un de ses enjeux les plus remarquables.

3Le premier volume encadre l’examen des trois temps de la procédure : la dénonciation, l’expertise, le verdict, par deux chapitres historiques, l’un sur l’histoire de l’Index, de ses origines tridentines à sa disparition ou plutôt à la reconnaissance de son inefficacité par Vatican II, l’autre sur sa réception en France au xixe siècle. Du premier l’on retiendra que le moment étudié correspond à un temps d’équilibre, entre la réforme de Benoît XIV (constitution Sollicita ac provida, 1753) et celle de Léon XIII (1897 – Zola offre le cas intéressant de censures à la fois avant et après cette date). Celle-ci a notamment pour effet d’introduire à la place de la clausule opera omnia (qui avait servi notamment pour la proscription des œuvres de George Sand) celle omnes fabulae amatoriae, autrement dit, la désignation de la fiction, et son assimilation aux « histoires d’amour ». Du second, que l’on est passé en France de l’adage Index non viget in Gallia – de fait l’Index n’a pas force de loi, sinon là où le pouvoir du pape est aussi temporel – à l’écho de plus en plus grand fait à ses décisions, avec la montée des courants dits ultramontains au sein du catholicisme français.

4Des différents titres du corpus étudié, finalement assez réduit – c’est évidemment une illusion de penser que Rome pouvait se prononcer sur toute la littérature publiée, et plus encore d’interpréter son silence comme une prise de position (Chateaubriand, par exemple, semble n’avoir jamais été examiné) –, les archives romaines n’ont conservé à peu près aucune dénonciation, pourtant le point de départ obligé de toute procédure. On peut en déduire qu’elles furent très majoritairement internes à l’appareil romain, et tout particulièrement le fait du nonce à Paris. Une fois la procédure enclenchée est désigné un rapporteur (consulteur, dans le vocabulaire de la Curie) – J.-B. Amadieu fait le portrait détaillé de l’un d’entre eux, le Français Jacques Baillès, pour le rôle « capital » qu’il a joué dans le domaine considéré. La variété des censures (c’est ainsi que l’on traduit le plus souvent vota), parfois ce qui paraît leur désinvolture, rend difficile une typologie – l’auteur s’y essaiera cependant dans l’autre volume. Il fait un sort particulier, dans les deux, à l’expertise du Voyage en Orient de Lamartine par le cardinal Polidori, à cause de sa longueur, qui peut faire mieux ressortir des traits communs ; mais Polidori n’est pas n’importe qui, considéré comme l’un des rédacteurs de l’encyclique qui fit condamner Lamennais (Mirari Vos, 1832) – il est rare d’ailleurs que l’on sollicite un cardinal et l’exception tient sans doute à la portée doctrinale que l’on voulut donner à ce jugement, rapprochant Lamartine de « l’indifférentisme » mennaisien. Une fois les rapports rédigés les consulteurs se réunissent pour élaborer un avis consultatif examiné en une deuxième assemblée par les cardinaux membres de la congrégation, qui préparent eux-mêmes une délibération, ratifiée (ou non) par le souverain pontife (qui peut aussi l’accepter, mais en différer la publication pour des raisons d’opportunité, ce qui suffit à distinguer la démarche d’une censure doctrinale). Il peut décider ou de ne pas poursuivre ou de proscrire (quelquefois plusieurs titres, voire l’œuvre entière), parfois, rarement, en mentionnant la possibilité d’une autorisation moyennant corrections. Cela suppose des éclaircissements sur le motif – mais en coulisse. Le cas le plus général est celui de la soumission de l’auteur à la sanction qui le vise, signalée dans l’Index à son honneur (ce qui vaudra des remarques fines de J.-B. Amadieu, dans le second volume, sur la distinction entre personna auctoris et institutum auctoris, dont Bruno Neveu avait déjà indiqué la proxi­mité avec les développements fameux de Michel Foucault sur la « fonction auteur »).

5L’étude de la réception de l’Index en France passe par le Ver rongeur de Mgr Gaume (1851) et la polémique qu’il a suscitée, déjà bien étudiée par Daniel Moulinet (Cerf, 1995). J.-B. Amadieu montre que se croisent en réalité deux questions différentes, la querelle spécifiquement française des classiques (le « ver rongeur », corrupteur de la jeunesse, ce sont les auteurs de l’Antiquité païenne que Gaume voudrait interdire dans les établissements scolaires) et celle entre la presse qui soutient Gaume et la hiérarchie qui parfois s’y oppose, Mgr Dupanloup en première ligne. Rome prendra grand soin de ménager ses soutiens « ultramontains » (cette presse agressive envers les « gallicans ») sans pour autant cautionner les thèses de Gaume, qui lui sont incompréhensibles. Autrement dit il ne retiendra de la querelle littéraire que la dimension que J.-B. Amadieu qualifie d’« ecclésiologique » : relation des fidèles aux évêques, et des évêques à Rome.

6Car si l’on revient au contenu des vota (c’est donc l’objet du second volume, Le censeur critique littéraire), on constate, sans surprise, que la part de la « littérature » y est assez réduite. Les motifs de condamnation sont principalement moraux (on reviendra plus loin sur le reproche d’obscénité) et doctrinaux, car il s’agit de découvrir dans l’œuvre une faute, un mal, et c’est le plus souvent une atteinte à la piété, plutôt qu’au dogme : impiété dans les Trois villes de Zola, « atteinte à Dieu et aux saints » chez Balzac – et, plus rarement, motifs d’hétérodoxie, comme pour Le livre mystique du même Balzac, Spiridion de George Sand ou l’œuvre de Lamartine déjà mentionnée. Parfois l’ouvrage confine à l’incroyance et si l’hétérodoxie est généralement associée au romantisme, c’est plutôt l’athéisme qui l’est au naturalisme. Souvent de pair avec un grief de type politique : Rome désapprouve, de manière générale, toute insubordination (Lamennais aggrave son cas en soutenant l’insurrection polonaise, même très catholique, contre la puissance russe) et y trouvera longtemps de solides raisons doctrinales – sans compter celles plus conjoncturelles liées aux échos de la situation italienne dans la littérature française (les romans « vénitiens » de George Sand), parfois très indirects (le Jean Cavalier d’Eugène Sue).

7Cette part n’est pourtant pas nulle et elle ne peut pas l’être, en vertu même de l’argument traditionnel du « danger » de la séduction littéraire : il arrive – le cas est à vrai dire unique : Chatterton de Vigny – qu’un censeur recommande de ne pas poursuivre une œuvre même « mauvaise » sur le plan doctrinal ou moral, parce qu’elle est si médiocre sur le plan littéraire qu’elle en devient inoffensive (et même, ce serait risquer de lui faire de la publicité). Il y a donc dans les vota une part de jugement « esthétique », la valeur littéraire de l’œuvre étant considérée le plus souvent comme un facteur aggravant de sa nocivité « intellectuelle » ; Tripepi, le censeur méticuleux de Zola, lui consacre même une section entière de la censure de Paris. Il peut arriver que ces qualités littéraires prennent le dessus dans la préconisation finale, ainsi des Trois Mousquetaires, dont le censeur reconnaît la relative bénignité, mais redoute que la lecture entraîne à celle d’ouvrages plus dangereux du même auteur – début d’une réflexion qui oriente vers les jugements opera omnia d’un Baillès.

8Ce type de considérations repose sur une « éthique de la réception » (une conception des effets de la lecture), serait-elle implicite ; peut-être aussi une « éthique de l’intention », plus délicate cependant quand on proscrit en principe toute considération ad hominem dans un jugement doctrinal (et ici littéraire). Le cas limite est celui de Mgr Baillès, invoquant la « vie dissolue » de George Sand pour appeler à la proscription de l’œuvre entière. La renommée d’un auteur peut jouer contre lui – ou l’absence de renommée, jouer en sa faveur : on ne demande pas la condamnation d’un érotique de Perny, car l’examen vient trop tard, l’ouvrage est oublié de tout le monde et cela vaut mieux ainsi ; en outre il y a débat sur les clauses générales de l’Index, qui font que tout ouvrage « obscène » est proscrit par principe et donc n’aurait pas à être inscrit au catalogue.

9Cette question de l’obscénité revient comme un fil rouge dans les deux volumes, car c’est par elle, sans doute, que l’on aborde au mieux celle du « littéraire ». Elle apparaît en effet dès les règles de l’Index tridentin, dans une clause dérogatoire que J.-B. Amadieu évoque à plusieurs reprises : la lecture des ouvrages païens même licencieux était permise « en raison de l’élégance et de la propriété du style ». Il serait cependant erroné, à notre avis, d’y voir quelque prévalence du jugement de goût sur les considérations intellectuelles et idéologiques : le point de vue tridentin ne fait que relayer la longue tradition établie depuis le De doctrina christiana d’un usage instrumental des classiques, Ovide compris (sermo, dans la formule sermonis elengentiam et proprietatem de la septième des Regulae indicis, ne renvoie-t-il pas, au moins autant qu’au style, au discours, suivant une approche « rhétorique » de la littérature dont J.-B. Amadieu donne maints exemples et qui rapporte toujours les œuvres aux situations d’énonciation, de persuasion ?). Ces auteurs sont bien des autorités, mais pour le grammairien, chargé d’apprendre à manier la langue, non pour le théologien ou le philosophe. Ils restent en dehors de la culture chrétienne – sinon par l’assimilation qu’elle doit faire du beau latin, ce qui n’est pas rien – et la question devient tout autre (comme l’a étudié J.-B. Amadieu en d’autres circonstances, avec l’examen d’un des très rares textes doctrinaux du magistère sur la littérature, l’instruction de 1927 sur « la littérature mystico-sensuelle ») quand elle vient de l’intérieur (ici en l’occurrence Bloy post mortem). La révision de Léon XIII prend acte qu’il est des classiques « modernes » et donc que la question ne se pose plus seulement dans un avant du monde chrétien. Nous n’y voyons pas un élargissement de la clause dérogatoire, mais la nécessité au contraire de l’adapter pour en réduire le champ d’application aux seuls enseignants et lecteurs de profession. Aussi, nous plaçant dans cette perspective de longue durée, ne suivrons-nous pas toujours l’auteur dans certains aperçus contemporains (par exemple ses pages sur la critique et Céline) – il est vrai marginaux et qui donnent à réfléchir. Ajoutons que la spécificité française est précisément d’avoir construit – au xviie siècle – un classicisme moderne, par référence à l’antique et donc en maintenant, de manière sans doute paradoxale, mais décisive dans l’autonomisation du littéraire, la dissociation du profane et du sacré. Ce qui fait de Mgr Gaume l’héritier d’une histoire très particulière, plus « gallican » qu’il y paraît dans son refus de les mêler ! Au lieu qu’à Rome, comme le notait un de ses partisans (cité dans le premier volume p. 396), « le paganisme est partout […] jusque dans les tableaux de l’antichambre de Fornari » – champion « romain » s’il en fut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Trémolières, « Jean-Baptiste Amadieu, La littérature française au xixe siècle mise à l’Index. Les procédures
Jean-Baptiste Amadieu, Le censeur critique littéraire. Les jugements de l’Index, du romantisme au naturalisme », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 252-255.

Référence électronique

François Trémolières, « Jean-Baptiste Amadieu, La littérature française au xixe siècle mise à l’Index. Les procédures
Jean-Baptiste Amadieu, Le censeur critique littéraire. Les jugements de l’Index, du romantisme au naturalisme », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48379

Haut de page

Auteur

François Trémolières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals