Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Lisa Anteby-Yemini, Les Juifs d’Éthiopie. De Gondar à la Terre promise

Paris, Albin Michel, coll. « Présences du Judaïsme », 2018, 230 p.
Stéphane Ancel
p. 255-256
Référence(s) :

Lisa Anteby-Yemini, Les Juifs d’Éthiopie. De Gondar à la Terre promise, Paris, Albin Michel, coll. « Présences du Judaïsme », 2018, 230 p.

Texte intégral

1Il est des petits livres de synthèse qui font parfaitement leur office : rendre accessibles et clairs des phénomènes sociaux et politiques complexes à un public plus large que celui des seuls spécialistes. L’ouvrage de Lisa Anteby-Yemini est de ceux-là. Spécialiste reconnue, l’auteur livre ici un condensé des résultats de ses travaux sur ceux qui sont communément appelés les Juifs d’Éthiopie (ou Falasha – mais ils utilisent pour eux-mêmes l’ethnonyme beta israel, « maison d’Israël »). Outre le fait que l’ouvrage rend facilement accessibles ces résultats, souvent disséminés dans divers articles et ouvrages, il a le grand avantage d’avoir bénéficié du souci visible de l’auteur de ne pas brider son propos, notamment lorsqu’il s’agit d’aborder les questions que posent leur origine, leur migration et leur intégration dans la société israélienne. Sans tomber dans le dogmatisme ni les formules péremptoires, l’auteur donne ainsi aux lecteurs, non pas un avis définitif et tranché, mais au contraire les divers éléments qui nourrissent le débat. L’ouvrage se divise en cinq chapitres, les trois premiers portent une réflexion historique sur la communauté, les deux derniers suivent un angle anthropologique et sociologique. Cet ouvrage se présente donc comme une introduction aux questionnements historiques liés à cette communauté, et comme une présentation des enjeux politiques et sociaux de leur intégration au sein de la société israélienne actuelle.

2Ce qu'il convient donc d’appeler la partie « historique » de l’ouvrage donne les clefs pour comprendre rapidement les caractéristiques de la communauté ainsi que les raisons et le déroulement de son établissement en Israël. Cette partie a le grand intérêt d’exposer les enjeux idéologiques et mémoriels de la reconnaissance des Juifs d’Éthiopie par la scène internationale. L’auteur s’attaque ainsi à la fameuse question de l’origine de ces Juifs d’Éthiopie. Les interrogations restent nombreuses et elles alimentent encore aujourd’hui un vif débat tant entre les spécialistes de l’Éthiopie qu’au sein de la classe politique israélienne. Lisa Anteby-Yemini nous expose les éléments de chacune des théories et se garde bien d’en choisir une, car c’est moins la recherche d’une vérité qui est son objectif que celui de donner les clefs du débat qui a tant d’impact sur l’intégration des Juifs d’Éthiopie dans leur terre d’accueil. Suivent ensuite deux chapitres qui exposent les faits historiques ayant conduit à la migration vers Israël. Le premier apporte un éclairage concis sur la « découverte » par les Occidentaux de ces Juifs noirs, en mettant en avant le rôle des missionnaires. Le second, plus factuel, revient sur les opérations amenant à transporter un nombre impressionnant de personnes vers Israël, insistant sur le défi logistique et politique que cela supposait. Dans ces deux chapitres, l’auteur n’oublie pas de revenir, d’une part, sur l’évolution du regard d’Israël sur ces Juifs noirs allant jusqu’à leur reconnaissance officielle, et d’autre part, sur le sort des Falachmora, ces descendants de Juifs éthiopiens convertis au christianisme.

3Si la première partie peut paraître, à certains moments, un peu statique et vouée à la simple juxtaposition de faits historiques concernant la seule communauté, au risque de l’essentialisme, la seconde partie en présente au contraire une approche dynamique et ouverte. Indéniablement, cette seconde partie, qui occupe les deux derniers chapitres de l’ouvrage, est la plus intéressante. Elle forme le cœur des travaux de l’auteur et apporte un éclairage fondamental sur le sort des Juifs d’Éthiopie en Israël. À travers de nombreux exemples, l’auteur montre à quel point cette communauté est polymorphe, ses membres vivant diversement leur installation et leur vie en Israël. Dans le chapitre 4 d’abord, l’auteur aborde le lent et difficile parcours « d’absorption » des Juifs éthiopiens par la société israélienne. Y sont décrits les processus d’intégration des membres de la communauté (vie civique, politique et professionnelle), comme ceux qui conduisent au contraire à leur différenciation (pratiques rituelles, linguistiques et alimentaires notamment). Le dernier chapitre s’attaque aux défis que pose la vie actuelle des Juifs éthiopiens en Israël. Racisme, marginalisation et pauvreté sont ainsi abordés sans détour. Mais, prenant acte de la diversité des parcours et des trajectoires des membres de la communauté (la petite tendance essentialiste de la première partie s’effaçant ici), l’auteur fait part également de l’émergence d’une élite socio-économique, d’une classe moyenne. Elle met particulièrement en avant le parcours de femmes d’origine éthiopienne qui, de par leur réussite professionnelle, participent à donner une autre image de la communauté éthiopienne israélienne. L’ouvrage est complété avantageusement d’un petit glossaire et d’une bonne bibliographie. Regrettons simplement le choix de mettre les notes à la fin du livre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Ancel, « Lisa Anteby-Yemini, Les Juifs d’Éthiopie. De Gondar à la Terre promise », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 255-256.

Référence électronique

Stéphane Ancel, « Lisa Anteby-Yemini, Les Juifs d’Éthiopie. De Gondar à la Terre promise », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48391

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals