Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mohammed Arkoun, Quand l’islam s’éveillera

Paris, Albin Michel, 2018, 250 p.
Jean Lambert
p. 256-257
Référence(s) :

Mohammed Arkoun, Quand l’islam s’éveillera, Paris, Albin Michel, 2018, 250 p.

Texte intégral

1L’islam s’est assoupi, le remembrement de sa pensée attend encore… Cet ouvrage posthume témoigne de l’urgence avec laquelle Mohammed Arkoun mettait en résonnance l’islam avec l’histoire culturelle générale, le contextualisant historiquement aujourd’hui comme hier. Six textes réécrits par lui sont édités par son épouse, qui poursuit cette œuvre de paix entre les cultures, et de culture de la paix.

2À les prendre chronologiquement apparaît un programme connu : diversifier, repenser, moderniser, rationaliser et comparer, enfin réformer les sociétés islamiques contemporaines, où s’entend l’appel pressant à une entrée de l’islam dans la modernité. Chaque texte travaille son thème en deux temps selon la procédure arkounienne : un regard critique documenté sur la clôture ou l’obsolescence des logosphères classiques sur le sujet, suivi d’un vaste programme de reprise selon les sciences humaines et la mise en perspective historique, souvent plus énoncé que pratiqué.

3« Repenser l’islam aujourd’hui : réformer ou subvertir ? » (50 p.) est la synthèse d’une série d’ouvrages traduits et remaniés entre 1989 et 2006. Comment repenser l’ensemble des pratiques discursives des sociétés musulmanes dans leur rapport à une Parole, devenue texte (puis livre), donc historicisée.

4« Quand l’islam s’éveillera : problématiser l’idée de Réforme (Islâh) » (30 p.) est la postface du Réformisme musulman (2016) de Mohamed Haddad. L’islam est théologiquement protestant et politiquement catholique. La réforme, c’est adopter une approche d’histoire et d’anthropologie comparative des faits religieux.

5« Shî’isme et sunnisme » (30 p.) remanie un texte des Mélanges offerts à Henri Corbin (1977). Les deux traditions absolutisées illustrent l’absence d’interprétation du fiqh, et d’étude critique des énoncés coraniques, qui sont réduits à une idéologie. Les vieilles mémoires des écoles et sectes mytho-idéologiques perpétuent des oppositions désuètes. Or, comme il n’y a pas de modèle universel, les différents régimes de vérité des sociétés dites islamiques doivent dépasser l’établissement médiéval du corpus. La controverse en islam, qu’on peut illustrer par quatre principes auxquels elle obéit, est à réévaluer à partir d’une topologie du sens. Alors devient possible le remembrement de la conscience islamique, et l’affirmation des droits d’une pensée libérée.

6« La condition féminine en contexte islamique » (50 p.) synthétise une série de conférences prononcées à Casablanca (2000). Le Coran lui-même introduit la notion d’historicité de la norme religieuse. Il convient de réévaluer la conduite au niveau anthropologique, sémiologique, sociologique, politique et de favoriser la contribution des femmes à leur propre émancipation, dans le cadre global d’une émancipation de la condition humaine.

7« Introduction à la raison émergente : approche du monothéisme à partir de l’exemple de l’islam » (50 p.) reprend son intervention au Congrès de l’Association lacanienne internationale de Fès, en 2006. Ce texte édité au centre du recueil déplace et conduit la réflexion sur l’islam à considérer l’ensemble de la question du monothéisme. La marginalisation du fait islamique amène à inventer de nouveaux cadres de pensée à la dimension du nouveau monde, deux en particulier.

8Si le christianisme a œuvré à sa critique, l’islam est resté foi de charbonnier, mélange de croyances idéologiques et mythologiques. Alors que la connaissance critique doit transgresser, déplacer, dépasser, comme l’ont fait de rares auteurs. Refuge pour des exclus, repaire pour des activistes, tremplin pour des profiteurs, dans les contextes d’origine l’islam est une religion d’État où la norme religieuse s’impose. Il est exclu ou pris en otage dans les démocraties modernes qui inversent le rapport de la loi laïque à la loi divine, nourrissant deux guerres qui se disent chacune juste mais sont imaginaires, et se comprennent par le mimétisme girardien. Or tous les auteurs optant pour une approche anthropologique oublient l’islam, et les héritiers des Lumières ont maltraité les acteurs indigènes des colonisations ou exogènes des immigrations.

9Pour illustrer la pratique d’une relecture généalogique et archéologique du passé, Arkoun ne retient que deux auteurs : 1) Jean Lambert (Le Dieu distribué. Une anthropologie comparée des monothéismes, 1995) travaille des récits issus des trois monothéismes, la légende de Joseph, l’évangile de Jean, la sourate 18 la Caverne, etc. L’auteur cite Hallaj (Bagdad, xe siècle) affirmant que Dieu est le protagoniste d’une liberté en dialogue. Il établit par cette enquête anthropologique pionnière dans des textes littéraires réputés hors de portée, que les trois monothéismes sont distribués sur les trois fonctions dégagées par Dumézil, et qu’ils forment système, ne pouvant prendre l’un en exceptant les deux autres. 2) Rémi Brague (La Loi de Dieu. Histoire philosophique d’une alliance, 2005) propose une histoire philosophique de l’alliance incluant l’islam. L’islam instrumentalisé par les Omeyyades a initié les grandes conquêtes avant l’hégémonie de l’Europe chrétienne puis de la bourgeoisie capitaliste mondialisée, et la violence cachée sous le mensonge de l’humanisme démocratique. L’Alliance prend la forme d’une triple fonction de la Loi : figure dans le judaïsme, séparation dans le christianisme, et centre dans l’islam.

10Les monothéismes font donc système, et ces trois régimes de loi sont mis en écho. Arkoun en déduit le concept de droits de l’esprit, déploiement libre des facultés pour penser, tandis que la mytho-histoire mérite un examen critique, y compris dans sa prétention à l’universel. Parole, discours, texte : cette modification décrit le chemin et le passage d’une intangibilité à un objet historique observable.

11En prolongeant cette réflexion qu’il me soit permis de rendre hommage à l’ami disparu en interrogeant l’effet historique d’un medium non cité, l’écriture devenue imprimerie. On sait tout ce que la Réforme et la pensée critique occidentale doivent aux textes et traductions imprimées de la bible, leur circulation, leur forum dans les réseaux cultivés d’alors. Or les premiers textes religieux imprimés du corpus musulman n’apparaissent qu’en 1840 à Beyrouth et Damas (sauf erreur), bien après l’impression de textes littéraires et scientifiques arabes. Cette méfiance, voire ce refus de l’imprimerie pendant trois siècles pour la sphère religieuse, par ailleurs moins nécessaire vu l’abondance du papier et des scribes dans les sociétés concernées, fait-elle écho à cette fermeture au regard critique ?

12Quand l’islam s’éveillera annonce, par cette reprise d’un titre précurseur, l’entrée du fait islamique dans le débat des idéologies critiquées et des prophétismes porteurs des espoirs humains, qui n’a pas vraiment eu lieu, mais dont Arkoun a su anticiper et rassembler les interrogations pressantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lambert, « Mohammed Arkoun, Quand l’islam s’éveillera », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 256-257.

Référence électronique

Jean Lambert, « Mohammed Arkoun, Quand l’islam s’éveillera », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48403

Haut de page

Auteur

Jean Lambert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals