Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Raphaël Baeriswyl, Le Pacte des Idoles. Trois essais girardiens

Paris, Ad Solem, 2019, 236 p.
François Bœspflug
p. 258-259
Référence(s) :

Raphaël Baeriswyl, Le Pacte des Idoles. Trois essais girardiens, Paris, Ad Solem, 2019, 236 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage original et brillant, d’une conceptualité robuste et d’une écriture soignée, porte sur l’aspect de l’axiologie qui s’occupe spécialement de « l’asymétrie », autrement dit du conflit des systèmes de valeurs qui advient dans les guerres (les conflits armés ou les « guerres secrètes » de la mondialisation : cognitive, informative, terroriste, économique), les rapports entre classes sociales, époques, religions, cultures et civilisations – d’où le fait qu’il croise fréquemment des problèmes de polémologie, mais aussi bien ceux qui sont soulevés par les rapports entre les Lumières et l’actualité, entre le christianisme et les démocraties contemporaines, ou entre lui et l’islam, ou encore l’emprise du « politiquement correct ». Sont réunis trois essais rédigés sur une dizaine d’années : le premier en 2005-2007 sur les conflits asymétriques (p. 17-118), le deuxième en 2009-2010, intitulé « Théorie générale de la violence » (p. 119-149), et le dernier en 2011-2012 sur « le politiquement correct » (p. 151-219).

2Au pinacle des autorités intellectuelles utilisées par l’auteur, Jacques Baud, auteur de La Guerre asymétrique ou la défaite du vainqueur, Karl Popper, de Conjectures et réfutations. La croissance de la connaissance scientifique, Benoît Mandelbrot, de Les objets fractals. Forme, hasard et dimension, et surtout René Girard, pour Je vois Satan tomber comme l’éclair, principal des inspirateurs de ces essais effectivement « girardiens » (p. 155-157).

3Le principal apport de ce livre est contenu dans la sorte de prolongement que l’auteur n’a pas peur d’apporter à l’œuvre de Girard, en mettant au centre de sa réflexion la notion de transcendance, et en construisant une distinction entre « transcendance déviée » et « transcendance verticale » (p. 137-141). Cette dernière, qui seule peut aider à résoudre les crises aussi bien individuelles que sociétales et endiguer le désir mimétique, est révélée par le message chrétien. La société est impuissante face à la montée de la violence, tant qu’« elle persiste à ignorer ou à nier qu’elle doit l’essentiel de sa conception de la liberté à sa tradition chrétienne » (p. 146). L’ouvrage est finalement apologétique dans la mesure où il se termine pour l’Église catholique en apothéose : elle est déclarée la principale force spirituelle anti-mimétique (p. 205 sq.).

4Quel rapport entre ce bouquet de recherches et la notion d’idole ? La façon dont en use l’auteur est éloignée de ce qu’entendent par là traditionnellement la Bible et les monothéismes, qui en parlent en général comme d’entités cultuelles, s’attirant une vénération déclarée abusive. Baeriswyl, lui, en catholique aux usages terminologiques discutables, définit l’idole non comme « toute valeur », comme il le prétend, mais comme « la valeur », comme s’il n’y en avait qu’une à chaque fois, à laquelle une société sacrifie des vies humaines (p. 171 sq.). L’auteur postule en effet, plus qu’il ne l’établit, que chaque époque serait dominée invisiblement par une « idole » et une seule, et va jusqu’à risquer de nommer les deux dernières en date, selon lui, à savoir la nation (« l’idole nationaliste »), qui aurait régné sans partage de 1789 à 1945 et se serait écroulée avec la fin du nazisme, non sans avoir fait durant sa domination des millions de victimes, et l’individu (« l’idole individualiste »), qui l’aurait remplacée, et à laquelle auraient été sacrifiés les millions d’enfants avortés avant d’être nés. Il y aurait dans cette transition un « pacte des idoles », d’où le titre, dans la mesure où la dénonciation frontale et unanime de l’une permettrait à l’autre d’accéder au trône et de s’établir durablement sans se faire repérer. Il est permis toutefois de penser que ce titre est trompeur et qu’il eût intitulé de manière moins sibylline, et plus rigoureuse, selon nous, « La guerre sans merci des valeurs dominantes », ou « Comment les valeurs sont vouées à se succéder en se détrônant ». Une telle vue de l’esprit, quoi qu’il en soit de son caractère girardien, est tout simplement irrecevable, ne serait-ce que parce qu’elle ne craint pas d’assimiler les victimes humaines de la guerre des tranchées, des chambres à gaz ou des bombes atomiques à l’ensemble des fœtus avortés. Ce rapprochement est peu convaincant, pour ne pas dire révoltant : comment pourrait-on assimiler la souffrance infligée et/ou endurée par des adultes ou des enfants déportés puis gazés à ce que peuvent ressentir des êtres qui n’ont pas encore vu le jour ?

5L’histoire comparée des religions, c’est notre conviction pour avoir enseigné cette discipline à l’université durant plus de vingt ans, devrait renoncer au plus vite à la notion d’idole, qui s’est chargée d’une réprobation et vidée de tout contenu intelligible, au point de devenir un synonyme d’icône et réciproquement. A fortiori la réflexion sur le politiquement correct et le conflit des valeurs, qui n’a rien à attendre du maniement de cet épouvantail, sauf le ralliement paresseux des bien-pensants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Bœspflug, « Raphaël Baeriswyl, Le Pacte des Idoles. Trois essais girardiens », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 258-259.

Référence électronique

François Bœspflug, « Raphaël Baeriswyl, Le Pacte des Idoles. Trois essais girardiens », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48409

Haut de page

Auteur

François Bœspflug

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals