Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jürgen Bärsch, Benedikt Kranemann, Winfried Haunerland, Martin Klöckener (eds.), Geschichte der Liturgie in den Kirchen des Westens. Rituelle Entwicklungen, theologische Konzepte und kulturelle Kontext. Volume 1 : Von der Antike bis zur Neuzeit. Volume 2 : Moderne und Gegenwart

Münster, Aschendorff Verlag, 2018, 667 p. et 604 p.
Vincent Petit
p. 260-262
Référence(s) :

Jürgen Bärsch, Benedikt Kranemann, Winfried Haunerland, Martin Klöckener (eds.), Geschichte der Liturgie in den Kirchen des Westens. Rituelle Entwicklungen, theologische Konzepte und kulturelle Kontext. Volume 1 : Von der Antike bis zur Neuzeit. Volume 2 : Moderne und Gegenwart, Münster, Aschendorff Verlag, 2018, 667 p. et 604 p. 

Texte intégral

1Les éditions Aschendorff publient deux forts volumes, fruit du travail des professeurs de Liturgiewissenschaft des universités allemandes et suisses. Vingt-six chapitres, clos chacun par une liste de sources et des références bibliographiques, s’attachent à faire, comme l’indique le sous-titre de l’ouvrage, l’histoire de la liturgie dans les Églises occidentales, à travers l’étude des développements rituels, des concepts théologiques et du contexte culturel. Un glossaire (chapitre 27), une table des références scripturaires et deux index, un onomastique et un thématique, achèvent de constituer l’ouvrage qui, disons-le d’emblée, représente un monument d’érudition comme on en voit peu.

2La pertinence de l’ensemble est servie par une remarquable cohérence thématique et spatiale – encore qu’on trouve un détour (chapitre 4) sur la liturgie dans les anciennes Églises d’Orient (Syrie, Égypte, Éthiopie), mais qui est mis en regard avec un autre sur celles d’Occident (chapitre 5), et un autre sur le Brésil comme exemple de liturgie dans les jeunes Églises (chapitre 22). Elle est aussi due à la proximité des auteurs, puisque les quatre signataires du livre ont signé ou traduit chacun trois ou quatre contributions. Trois textes sont des traductions de l’anglais (concernant la liturgie anglicane, chapitres 12 et 23) et du français (sur la France post-tridentine par Hélène Bricout et Gilles Drouin, chapitre 15). Chaque texte est construit sur le même plan et aborde les mêmes points : l’année liturgique, la célébration eucharistique, les principaux rites et pratiques dévotionnelles, le sanctoral, l’arrière-plan théologique, voire politique, parfois la musique, l’architecture sacrée, la piété domestique. Car le pari des éditeurs du livre est de faire une histoire de la liturgie ou plutôt du culte (Gottesdienst) qui s’inscrive dans une histoire culturelle et intellectuelle, à travers une approche interdisciplinaire (I, p. 28).

3Quatre chapitres (chapitre 2 à 5) sont consacrés à l’Antiquité et trois au Moyen Âge (chapitres 6 à 8) avec un exposé sur la famille des liturgies non-romaines : liturgies gallicane, hispanique, ambrosienne, celte… (chapitre 8). Les trois suivants étudient les questions liturgiques relatives au Concile de Trente (chapitre 10), à la fois comme liées à l’influence de la Réforme (chapitre 9), et comme outil de confessionnalisation (chapitre 11). Trois autres (chapitres 12 à 14) déclinent la liturgie dans les Églises anglicane, luthérienne et réformée du xvie au xixe siècle. Trois autres traitent des périodes de l’Aufklärung et du xixe siècle, souvent négligées (chapitre 15 à 17). Les chapitres 18 et 19 abordent le mouvement liturgique au xxe siècle dans le protestantisme allemand et dans l’Église catholique, avant de se pencher sur la question de la réforme liturgique votée au Concile de Vatican II et sur son application dans les diocèses germanophones (chapitres 20 et 21). Les quatre derniers chapitres (23 à 26) reprennent l’étude des liturgies dans les Églises anglicane, luthérienne, réformée et vieille-catholique aux xixe et xxe siècles.

4Inutile de préciser l’importance de cette somme, d’une lecture synthétique et d’un usage très commode, le tout servi par une édition impeccable. Deux remarques et un regret toutefois.

5L’introduction (chapitre 1), centrée sur l’historiographie de la liturgie, fait l’objet d’un traitement rapide comparé aux exposés substantiels qui suivent dans les deux volumes. Un chapitre conclusif dégageant quelques perspectives ou hypothèses aurait été le bienvenu : peut-on par exemple envisager un jour une liturgie œcuménique, commune aux mondes chrétiens ? Car si le Vieux Continent semble fatigué, il n’en va pas de même pour le(s) christianisme(s) étasunien ou africain. La dimension mondialisée de la liturgie chrétienne, et partant de là les questions d’inculturation, consécutives à l’expansion du christianisme européen, est peu abordée (à part le chapitre sur le Brésil). La stricte approche confessionnelle des chapitres ne permet pas assez de saisir la concurrence et, en fin de compte, l’interdépendance qui existent entre les systèmes rituels chrétiens (d’où l’intérêt du chapitre 9). De même, le découpage par périodes historiques, s’il est propre à saisir le contexte culturel, gêne le découvrement d’une temporalité spécifique à la liturgie. On notera enfin avec dépit la sous-représentation – même si cela est moins vrai pour les premiers chapitres – de la littérature francophone (on y cherche en vain la mention des travaux de Christian Grosse par exemple) et italophone. Ici, à part le chapitre 21, on peut pointer le défaut de ne pas envisager suffisamment peut-être la liturgie comme technique ou comme mécanique : comment concrètement fonctionnent les institutions (romaines, nationales, diocésaines, académiques) chargées de produire, de contrôler les rites ? Quel est le rôle des experts aux côtés des pasteurs et des fidèles ? Bref, c’est négliger par trop la liturgie comme dynamique et la messe au risque de l’adaptation, de la créativité, de l’hybridation, inspirée par la ferveur, que ce soit dans le plus complet dénuement des baraquements de Dachau ou dans le faste de la télévision – qu’on pense ici aux obsèques de Johnny Hallyday à la Madeleine le 9 décembre 2017 ou à celles de René Angélil le 22 janvier 2016 à Notre-Dame de Montréal.

6Autant de remarques faciles à énoncer qui ne doivent pas masquer l’essentiel. Cet ouvrage remarquable fera date. Il a aussi un immense mérite : celui de fournir le matériau à celui qui aura le talent, mais aussi la témérité, de consacrer un essai synthétique, dans une approche transnationale et transconfessionnelle, sur le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Petit, « Jürgen Bärsch, Benedikt Kranemann, Winfried Haunerland, Martin Klöckener (eds.), Geschichte der Liturgie in den Kirchen des Westens. Rituelle Entwicklungen, theologische Konzepte und kulturelle Kontext. Volume 1 : Von der Antike bis zur Neuzeit. Volume 2 : Moderne und Gegenwart », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 260-262.

Référence électronique

Vincent Petit, « Jürgen Bärsch, Benedikt Kranemann, Winfried Haunerland, Martin Klöckener (eds.), Geschichte der Liturgie in den Kirchen des Westens. Rituelle Entwicklungen, theologische Konzepte und kulturelle Kontext. Volume 1 : Von der Antike bis zur Neuzeit. Volume 2 : Moderne und Gegenwart », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48439

Haut de page

Auteur

Vincent Petit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals