Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Caroline Blyth, Alison Jack (eds.), The Bible in Crime Fiction and Drama: Murderous Texts, Scriptural Traces

Londres, Bloomsbury, coll. “Scriptural Traces, Critical Perspectives on the Reception and Influence of the Bible”, 2019, 208 p.
Cornelius Crowley
p. 269-272
Référence(s) :

Caroline Blyth, Alison Jack (eds.), The Bible in Crime Fiction and Drama: Murderous Texts, Scriptural Traces, Londres, Bloomsbury, coll. “Scriptural Traces, Critical Perspectives on the Reception and Influence of the Bible”, 2019, 208 p.

Texte intégral

1Le volume fait partie d’une série, « Scriptural Traces », publiée par la maison d’édition T&TClarke. Les différents volumes se rattachent à l’une ou l’autre des deux collections : « The Library of Hebrew/Old Testament Studies » ou « The Library of New Testament Studies ». Le rattachement du présent volume, doté du sous-titre « Murderous Texts », à la première paraît justifié : à quelques exceptions près, les textes dont on suit les traces, en vue de la qualification des productions culturelles de notre présent, fécond en « textes meurtriers », sont extraits de la Bible hébraïque.

2Deux opérations distinctes sont repérables dans les études du volume : 1) la détection des traces textuelles semées par le ou les auteurs d’un récit ou scénario ; 2) la convocation, en vue de la compréhension culturelle des « Murderous Texts » de notre présent, de certaines figures bibliques – Sarah, dans le livre de Tobit, Samson, dans le livre des Juges, Osée, dans le livre éponyme, YHMH dans Ézékiel – en vue de la compréhension des textes meurtriers de notre présent. Faut-il en inférer que le texte du Nouveau Testament parlerait moins (pour employer l’idiome des fictions d’enquête) quand il s’agit de pointer la teneur meurtrière des écritures saintes ? L’index (p. 191-194), recensant les références bibliques, témoigne de l’orientation vétérotestemantaire des indices « meurtriers » relevés. Trois entrées seulement pour l’Évangile de Jean, six pour Marc, huit pour Luc, neuf pour l’Évangile de Mathieu ; six entrées pour l’Apocalypse de Jean, dont 5 concernant Halloween Party (1969), qualifié de « dernier roman policier cohérent de Christie », dans l’étude qui clôt le volume.

3La liste des contributeurs dessine la cartographie d’une aire, à dominante anglophone, où l’influence des « traces scripturaires » reste puissante : Nouvelle-Zélande, Écosse, Angleterre, États-Unis, l’université française étant représentée par la contribution de Suzanne Bray, professeure à l’Institut catholique de Lille. La distinction faite entre Angleterre et Écosse n’a rien de trivial. Elle motive le contraste proposé par Alison Jack, dans un chapitre intitulé “Tartan Noir and Sacred Scripture: The Bible as Artefact and Metanarrative in Peter May’s Lewis Trilogy”, entre une école anglaise, férue d’élucidation, et une exploration écossaise des ténèbres abyssales. Alison Jack cite Val McDermid, qui compte parmi les auteur-e-s actuels du Tartan Noir : « comme nous, les Américains affectionnent la nuit noire de l’âme plutôt que les invitations à prendre le thé chez le pasteur » (p. 29). Pour Liam McIlvanney, autre figure de cette école écossaise, qui signe la postface, « les récits de crime violents et la Bible sont inextricablement liés dans son imagination » (p. 183).

4La tension entre élucidation des énigmes et exploration des ténèbres traverse le livre. Et de même que l’orientation intertextuelle tend vers les traces scripturaires de la Bible juive, l’agencement du volume penche plutôt du côté des ténèbres à explorer. Il en résulte un traitement hétérodoxe des deux figures canoniques de la tradition anglaise : Sherlock Holmes, sujet de la première étude, de Matthew Collins (p. 9-28), Agatha Christie, sujet des deux derniers chapitres. Si le héros présenté dans The New Adventures of Sherlock Holmes – 217 pièces radiophoniques réalisées entre 1939 et 1946 – reprend les pouvoirs d’élucidation du personnage de Conan Doyle, l’épisode radiophonique de mars 1945, intitulé « The Book of Tobit », concerne une héroïne ayant déjà subi, à deux reprises, le sort que connaît Sarah dans le Livre de Tobit : ses époux successifs meurent durant sa nuit de noces. Ici ce sont les auteurs de la pièce radiophonique qui signent, dès le titre, la trace biblique qu’il s’agit de lire. Or si l’intertexte biblique indique la nature du crime et en permet l’élucidation, la mise en relation entre le texte biblique et un « texte meurtrier » s’offrant comme divertissement peut, selon Collins, aider à pénétrer le récit biblique, pour y lire une série de crimes commis par Sarah, éventuellement avec la complicité de Tobit. Ainsi peut-on, d’après Collins, lire à neuf certains récits bibliques, en faisant jouer les codes acquis par notre accoutumance aux « scènes de crime » (ou leur mise en scène dans les fictions populaires) : « en lisant et en appréhendant le texte comme un récit d’enquête […] nous serions indiscutablement mis en éveil par ce premier assassinat non-résolu, si tôt dans le livre » (p. 23-24).

5Deux études portent sur le roman policier scandinave. Celle de Caroline Blyth a pour sous-titre « The Bible and Violence in Henning Mankell’s Before the Frost » ; celle de Yael Klangwisan, « The Man Who Died: Reading Death in Job with Finnish Noir”, porte sur un roman d’Antti Tuomainen. Or le livre de Job, parmi les sources textuelles les plus influentes de notre culture, se présente moins comme un « texte meurtrier » que comme condensation de la souffrance incompréhensible. La lecture proposée par Klangwisan, évoquant un « Job archétypal », manque de précision textuelle dans la mise en relation du livre canonique avec le roman de Tuomainen. L’étude de Caroline Blyth qualifie avec plus de précision les conditions d’émergence du roman policier scandinave et ses propriétés distinctives : un climat de désillusion par rapport aux promesses de la social-démocratie, une désillusion analogue vis-à-vis de la sécularisation.

6Or dans le livre de Mankell, Before the Frost (2002), les enquêteurs sont dépourvus des codes de lecture, lorsqu’il s’agit de comprendre une série de meurtres dont le mobile est d’ordre apocalyptique, où le crime commis s’entend, dans la perspective de son agent, comme un châtiment. Le roman porte la trace de ses deux motifs séminaux : le trauma indélébile (le justicier apocalyptique est lui-même une victime, un enfant rescapé de la tuerie perpétrée en 1979 par Jim Jones, chef de secte, en Guyane) ; une condition de labilité sociétale « post-séculière », où parmi les effets d’un épuisement de l’incorporation confessionnelle des sujets on compterait la résurgence d’une veine apocalyptique, d’autant plus vive qu’elle n’est arrimée à aucun système d’ensemble, textuel ou institutionnel.

7Les deux contributions qui justifient pleinement le sous-titre « Murderous Texts » sont de Benjamin Bixler, “Where have all the Good Men Gone? Male Antiheroes in the Book of Judges and American Television” et de Dan W. Clanton, “The Divine Unsub: Television Crime Procedurals and Biblical Sexual Violence”. Dans l’idiome des séries policières américaines, « unsub » désigne « unknown subject ». Son emploi pour qualifier le Dieu de la Bible est heuristiquement fécond. Il en va de même de la mise en relation entre une violence, sexuellement caractérisée, sur laquelle enquête une section spéciale de la police new-yorkaise, et la violence genrée qui imprègne des récits bibliques, Osée, 1-2, Ézékiel, 16. Pour Clanton, il ne s’agit pas de repérer les « traces » dans une série télévision, Law and Order : Special Victims Unit, renvoyant à des sources bibliques. Plutôt de dresser, dans une apparente neutralité, le tableau des féminicides et violences, telles qu’une série policière les donne à voir, puis de lire le tableau des féminicides et violences consignées dans des textes canoniques. Pour Clanton, qui s’appuie sur son expérience d’enseignant afin d’analyser les réactions face à ces deux constituants d’une culture américaine, l’enjeu est d’interroger les réceptions divergentes des récits bibliques, protégés par leur inscription dans un texte canonique, et des séries télévision, emblématiques du présent immédiat.

8Clanton constate chez ses étudiants deux réactions, à la fois prévisibles et convenues : une sidération face à la violence de la série télévision ; une tolérance attestant une immunisation, devant la violence commise contre les femmes, relatée dans les livres d’Ézékiel ou d’Osée. Or de même que la puissance érotique du Cantique des Cantiques se laisse amortir par son allégorisation, la violence genrée s’atténue avec la conversion des actes de féminicide en allégorie du châtiment de l’infidélité d’Israël par son Dieu « jaloux ». Cela fait d’une série de meurtres une succession d’épreuves théologiquement « justes », suivie d’une alliance renouvelée, tout en faisant de la relation genrée la figure matricielle par laquelle on pensera l’alliance entre le divin et son peuple.

9La contribution de Clanton est, avec celle de Bixler, la plus incisive, s’agissant du postulat consistant à renouveler la lecture des textes canoniques par leur mise en relation avec les fictions d’enquête de notre culture. Tous deux abordent la violence donnée à voir dans les séries télévision. Ainsi la série Breaking Bad ne comporte pas de « traces scripturaires » explicitées. Mais pour Benjamin Bixler, son héros, Walter White, performe une masculinité viciée, dont la teneur se laisse décrire par le biais de sa comparaison avec la masculinité destructrice de Samson dans le Livre des Juges.

10Le rattachement du volume à la collection « Scriptural Traces » paraît moins justifié, s’agissant de l’étude par Oleson du film de David Fincher Se7en (1995). À propos du héros assassin, John Doe, Oelson écrit : « Doe se présente aussi comme prophète. Rappelons que pendant les six premiers jours de Se7en, la ville est plongée dans les ténèbres, en proie à une pluie interminable, tel un déluge d’Ancien Testament châtiant le péché ». Mais le paysage biblique relève plutôt d’une iconographie chrétienne convenue, alors que la stipulation narrative qu’une série de crimes se conforme à la grille des sept péchés capitaux s’inscrit dans un catholicisme scolastique. Nous voulons simplement indiquer que la veine des « textes meurtriers », consubstantielle à la culture américaine et occidentale, est porteuse autant des traces d’une culture religieuse médiévale, chrétienne, que de traces bibliques. Cette culture s’entend comme un puissant creuset d’où jaillira l’inventivité figurative macabre dont témoigne la culture américaine, populaire, savante, quotidienne.

11L’article de Susan Bray est consacré au roman de C. J. Sansom, Revelation (2008), exemple du roman historique d’enquête, portant sur des crimes commis dans l’Angleterre du xvie siècle, marquée par les conflits dans l’interprétation des textes et par les conflits d’autorité, l’exercice de la domination et la justification des violences commises passant par l’autorité revendiquée dans la droite interprétation des textes.

12Si le livre ouvre sur l’enquête apocryphe de Sherlock Holmes, il se ferme sur deux études consacrées à Agatha Christie. Le premier est de Hannah M. Strømmen, “Poirot the Bourgeois Prophet: Agatha Christie’s Biblical Adaptations”. Le second, de J.C. Bernthal, “‘A Dangerous World’: the Hermeneutics of Agatha Christie’s Later Novels”, est consacré à l’œuvre tardive de Christie, où l’élucidation se pratique dans un monde plus incertain. Les articles plaident pour la reconnaissance du caractère incisif chez Christie d’une conscience du mal et de la précarité d’un ordre bourgeois, tout en pointant les traces scripturaires incises dans le détail du texte. Difficile pour autant de faire de Christie l’emblème d’une exploration des abîmes, dans le monde d’après 1918 ou celui d’après 1945. Pour Christie, comme pour ses premiers lecteurs, le pacte de lecture veut que le désordre violent se laisse élucider selon le schéma narratif conduisant à la détection finale, au terme d’un travail d’observation occupant le temps narratif de l’enquête. Or dans les exemples les plus troublants interrogés ici, Breaking Bad (Bixler) ou Law & Order : Special Victims Unit (Clanton), les violences se donnent à voir comme les manifestations d’une masculinité délétère, celle-ci l’objet d’un constat en apparence sans issue.

13Une coupure apparaît dans les études réunies ici, avec, d’un côté, l’interrogation d’une masculinité viciée à la lumière des exemples canoniques d’une même pathologie genrée, y compris comme attribut de la puissance divine ; puis, de l’autre côté, des enquêtes qui relèvent d’une veine interprétative se rattachant à une tradition de l’élucidation heureuse. Or si une masculinité viciée s’exerce à travers l’acte de violence infligée, elle se déploie aussi à travers le monopole interprétatif revendiqué, le pouvoir d’interprétation valant jugement et châtiment. La lecture pratiquée par Bixler et Clanton, portant conjointement sur les productions de la culture contemporaine et le traitement biblique des figures de Samson, Osée, ou YHVH, s’entend comme une lecture à plat : les textes sont alignés de telle sorte que l’interprétation se pratique dans les deux sens, sans effet de surplomb. Cela conduit à une démythologisation des textes canoniques, à une inversion de perspective, faisant ainsi surgir au premier plan, au lieu du châtiment prophétique de l’infidélité, une violence féminicide subie, mise en exergue depuis la position de ces femmes.

14Pour revenir aux enjeux d’édition et de « collection », il ne faudrait pas que l’interrogation passe trop exclusivement par l’étude des textes meurtriers vétérotestamentaire. Il ne s’agit aucunement de minorer leur teneur en violence, mise en évidence ici. Nous avons dit que le rattachement du volume à l’ensemble intitulé « Library of Hebrew Bible/Old Testament Studies » se justifie par la faible sollicitation du texte néo-testamentaire. Or le comptage textuel, incontestable, ne résout pas la question de la perspective présidant aux procédures d’élucidation par lesquelles on fait sens des « textes meurtriers ». Il existe bien une veine apocalyptique néotestamentaire. Dans certains chapitres de ce volume, ses traces sont évoquées. Crime et châtiment y revêtent une seule figure, celle de l’agent justicier. La redoutable mise à plat des textes canoniques pratiquée par Bixler et Clanton pointe l’absence d’une mise à plat comparable d’une veine apocalyptique néotestamentaire, assurément « meurtrière », elle aussi animatrice des textes et gestes de notre présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cornelius Crowley, « Caroline Blyth, Alison Jack (eds.), The Bible in Crime Fiction and Drama: Murderous Texts, Scriptural Traces », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 269-272.

Référence électronique

Cornelius Crowley, « Caroline Blyth, Alison Jack (eds.), The Bible in Crime Fiction and Drama: Murderous Texts, Scriptural Traces », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48517

Haut de page

Auteur

Cornelius Crowley

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals