Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Xavier Boniface, Jean Heuclin (dir.), Diocèses en guerre, 1914-1918. L’Église déchirée entre Gott mit uns et le Dieu des armées

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2018, 321 p.
Giovanni Cavagnini
p. 272-273
Référence(s) :

Xavier Boniface, Jean Heuclin (dir.), Diocèses en guerre, 1914-1918. L’Église déchirée entre Gott mit uns et le Dieu des armées, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2018, 321 p.

Texte intégral

1Pendant les dernières années, les études sur la dimension religieuse de la Grande Guerre se sont développées de façon considérable grâce à un groupe de spécialistes, parmi lesquels Xavier Boniface – professeur des universités à l’université de Picardie Jules Verne – a joué un rôle de premier plan. En fait, après avoir publié de nombreux travaux et notamment l’ouvrage de référence sur le sujet (Histoire religieuse de la Grande Guerre, Fayard, 2014), il a coédité avec Jean Heuclin – professeur émérite à l’université catholique de Lille – les actes du colloque international qui a eu lieu en 2015 à Lille sur les Diocèses en guerre 1914-1918.

2Publiés à la fin du long centenaire du conflit (2014-2018), ces actes méritent d’être lus avec attention, car ils montrent les développements possibles de l’historiographie religieuse qui, à partir des années 1990, a contribué à jeter une lumière nouvelle sur 14-18. Le volume analyse le rapport entre religion et guerre sur le front occidental, se focalisant sur trois cas nationaux (France, Belgique, Allemagne). Afin de mieux en saisir les implications, les éditeurs ont divisé le texte en quatre parties : la première (« Clercs et fidèles face à l’adversité ») concerne les diocèses envahis et occupés par les Allemands ; la deuxième (« Le clergé allemand à l’épreuve de la guerre ») est consacrée au clergé allemand opérant sur le front occidental ; la troisième (« Combats pour la charité et la résistance ») se concentre sur les activités charitables et résistantes ; la dernière, enfin, s’intéresse à la dimension théologique de la construction de la mémoire (« La théologie mobilisée au service de la guerre, de la paix et de la mémoire »).

3Le volume se compose de 18 contributions signées par des historiens, des archivistes et des érudits ; elles dressent un tableau très riche, s’appuyant sur des sources nombreuses et variées. Les auteurs ont travaillé non seulement dans les archives diocésaines, provinciales, communales et congréganistes, mais aussi dans les bibliothèques et les centres de documentation, sans oublier les ressources numérisées : un effort qui leur a permis de mettre en valeur plusieurs matériaux, tels que les journaux intimes, la presse quotidienne, les revues, les souvenirs, les discours, les homélies, les dessins, les photographies, etc.

4Grâce à cette richesse, les actes du colloque de Lille montrent la variété des approches possibles de l’histoire religieuse de la Grande Guerre et mettent en lumière une série d’éléments cruciaux. Parmi ces derniers, il faut mentionner au moins la double valence de la religion, qui pendant le conflit apparaît d’une part comme un moyen de donner sens à la guerre et de construire le consensus autour de la cause nationale (ce que l’historiographie a montré depuis longtemps) ; et de l’autre, comme un terrain de rencontre pour des hommes qui, en dépit des différentes nationalités, partagent la même foi. La participation commune aux fonctions religieuses et plus généralement les formes de coexistence dans les territoires occupés, mises en lumière dans la première section du volume, aident à comprendre les limites d’un discours de guerre qui voudrait exclure toute forme de coopération entre ennemis.

5La lecture de Diocèses en guerre montre de façon convaincante le potentiel de cette approche à l’échelle diocésaine, qui pourrait être utilisée pour étudier d’autres contextes. Pensons par exemple à l’Italie nord-orientale, qui après la bataille de Caporetto (octobre 1917) fut envahie par les Allemands et surtout par les Autrichiens, parmi lesquels la confession religieuse dominante était le catholicisme. Dans ce cas aussi, la propagande de guerre présentait l’ennemi comme barbare et inhumain ; pourtant, il faudrait vérifier ce qui se passa réellement dans les régions occupées, où les envahisseurs et les envahis partageaient les mêmes croyances religieuses. Peut-on parler d’une situation analogue à celle décrite par le colloque de Lille ? Récemment, certains historiens ont posé la question (voir par exemple Francesco Bianchi, Giorgio Vecchio, eds., Chiese e popoli delle Venezie nella Grande Guerra, Viella, 2016), mais, bien évidemment, il s’agit d’un problème qui mériterait un travail spécifique et d’une certaine ampleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Cavagnini, « Xavier Boniface, Jean Heuclin (dir.), Diocèses en guerre, 1914-1918. L’Église déchirée entre Gott mit uns et le Dieu des armées », Archives de sciences sociales des religions, 188 | 2019, 272-273.

Référence électronique

Giovanni Cavagnini, « Xavier Boniface, Jean Heuclin (dir.), Diocèses en guerre, 1914-1918. L’Église déchirée entre Gott mit uns et le Dieu des armées », Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 188 | octobre-décembre 2019, mis en ligne le 08 janvier 2022, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/assr/48535

Haut de page

Auteur

Giovanni Cavagnini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Archives de sciences sociales des religions

Haut de page
  • Logo Éditions de l’EHESS
  • OpenEdition Journals